Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses10 janvier 2018
|Requête de sécurité pour une délégation des évêques en visite au Burundi

Burundi - Sécurité 9 janvier 2018
|Patrick Giramahoro, un journaliste de la Rtnb arrêté à Jabe

Burundi - Sécurité8 janvier 2018
|La police met la main sur plusieurs criminels

Burundi - Sécurité6 janvier 2018
|Deux personnes tuées à la frontière burundo-tanzanienne

Burundi - Sécurité 5 janvier 2018
|Une découverte d’un nourrisson sans vie à Rumonge

Burundi - Sécurité 4 janvier 2018
|Quatre présumés malfaiteurs ont été interpellés à Musaga

Burundi - Rdc - Sécurité 3 janvier 2018
|Un refus de collaboration suivi de la suspension de l’aide par le Hcr

Burundi - Sécurité 2 janvier 2018
|Les proches d’Agathon Rwasa en phase d’arrestations systématiques

Burundi - Nouvel An1er janvier 2018
|Bonne année : passage d’une année à l’autre sans enthousiasme

Burundi - Sécurité 30 décembre 2017
|Une policière tuée par son domestique

Burundi - Sécurité29 décembre 2017
|Un jeune Imbonerakure trouve la mort dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité28 décembre 2017
|Kiremba : pour n’avoir pas donné à manger, une mère a été assassinée par son fils

Burundi - Justice27 décembre 2017
|Un administratif accusé de « viol » sous les verrous

Burundi - Sécurité 26 décembre 2017
|Et quand la charité commence ailleurs !

Burundi - Sécurité25 décembre 2017
|Un véhicule se renverse dans les hauteurs de Bujumbura

Burundi - Sécurité 23 décembre 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Médias - Sécurité22 décembre 2017
|Où peut-il être 17 mois plus tard ?

Burundi - Australie - Sécurité21 décembre 2017
|Un Burundais meurt noyé en Australie

Burundi - Sécurité20 décembre 2017
|Un élève arrêté dans Bujumbura rural pour vol d’arme à feu

Burundi - Sécurité19 décembre 2017
|Des militants proches d’Agathon Rwasa arrêtés

Burundi - Sécurité18 décembre 2017
|Un militaire tanzanien trouve la mort sur le sol burundais

Burundi - Politique 16 décembre 2017
|L’après Nkokora !

Burundi - Sécurité15 décembre 2017
|Deux personnes fauchées par la police dans Bubanza

Burundi - Sécurité14 décembre 2017
|Quand la justice populaire parle d’elle même

Burundi - Politique13 décembre 2017
|Spécial "Journée du 12 décembre !"

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un militaire tanzanien trouve la mort sur le sol burundais

18 décembre 2017

Makamba, le 18 décembre 2017 (Net Press). Selon des sources d’informations en provenance de la province méridionale de Makamba, deux hommes originaires de la Tanzanie ont trouvé la mort ce dimanche 17 décembre à Kabonga. Ils étaient à moto quand ils ont cogné une autre dans cette région, entraînant directement la mort d’un d’eux. Ce n’est qu’après leur identification que l’on a su que la victime était un militaire tanzanien alors que son compagnon travaillait à la police chargée de la frontière dans ce même pays.

D’autres sources d’informations émanant de la police burundaise font état de trois personnes blessées par une explosion de deux grenades tout près d’un camion qui venait de la Tanzanie. Ledit camion garait à Bugarama, dans la commune et province de Muramvya dans la soirée de ce samedi 16 décembre vers 19 heures. Après ces deux explosions, la police a saisi 12 balles de fusil et une grenade en dessous du camion. Le chauffeur, de nationalité somalienne, a été appréhendé pour des raisons d’enquêtes.

Dans la province de Bubanza, le directeur de l’école paramédicale et ancien premier directeur provincial de l’enseignement de cette province, Venant Ngirabeza, s’est suicidé à l’aide d’une corde dans son bureau dans la matinée de ce dimanche 17 décembre. Selon des sources sur place, Venant Ngirabeza n’était pas en bons termes avec une bonne partie du personnel de cette école. Il avait eu des troubles psychologiques avant de recevoir des soins intensifs 3 mois plus tôt.

Ezéchiel Ntiharirizwa, étudiant à l’école normale supérieure, département de mathématiques en 3ème baccalauréat et originaire de la commune de Gihogazi dans la province de Karuzi (centre du pays), qui s’apprêtait à percevoir ses frais de bourse au bureau de poste situé au campus Mutanga, a été arrêté par un agent de sécurité à l’université du Burundi.

Selon les témoins, Ezéchiel Ntiharirizwa, de retour de son paie, s’est arrêté pour causer avec ses camarades de l’université du Burundi lorsque d’un seul coup, il a été arrêté par un agent de sécurité puis conduit manu militari au bureau des services sociaux avant d’être embarqué dans un véhicule à vitres teintées, sans plaque d’immatriculation, vers une destination inconnue.

D’après nos sources Ezéchiel Ntiharirizwa était membre influent du Fnl pro-Rwasa. Il avait été longuement poursuivi jusqu’à son domicile par des éléments non encore connus, poursuit la même source. Cet étudiant risque de subir le même sort que son camarade de l’institut supérieur du commerce à l’université du Burundi qui a été enlevé il y a 2 mois et puis porté disparu.

La population de Cibitoke entre les 17, 16 et 15èmes avenues a été réveillée dès l’aube de ce lundi par un imposant dispositif militaire qui a entouré ces contrées avant de procéder à une fouille-perquisition. Des éléments qui n’étaient pas inscrits dans les cahiers de ménages ainsi que ceux qui ne possédaient pas des cartes nationales d’identité ont été arrêtés.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome saisit encore une fois la facilitation

Bujumbura, le 18 décembre 2017 (Net Press). Dans sa correspondance au facilitateur Mkapa, l’Olucome, qui avait participé à la 4ème session, avait noté les points de convergence et de divergence de ceux qui avaient pris part à ce rendez-vous du 27 novembre au 8 décembre 2017 à Arusha en Tanzanie.

A sa grande surprise, il a appris presqu’au même moment l’intention de Bujumbura de lancer officiellement les activités relatives au référendum de la constitution burundaise en date du 12 décembre 2017, ce qu’il qualifie de comportement de nature à passer outre la voie du dialogue tracée par les Burundais avec des efforts particuliers de la communauté internationale.

L’Olucome est d’autant plus étonné que le gouvernement, au lieu de se pencher sur des questions qui hantent le pays, s’acharne plutôt à changer la constitution, spécialement en ce qui concerne la limitation des mandats. Il trouve que cette précipitation vise à défendre les intérêts d’un individu ou d’un groupe d’individus.

Le porte-parole du gouvernement vient de déclarer que la 4ème session est la dernière à se tenir à l’étranger, ce que l’Olucome pense qu’il s’agit des souhaits du gouvernement et non des pourparlers de Ngurdoto, d’où il recommande au facilitateur de mettre en garde toute personne physique ou morale qui profère des mensonges par rapport aux clauses issues de la 4ème session d’Arusha.

Enfin, l’Olucome ne comprend pas non plus la décision de deux ministres portant modalités de collecte des contributions pour les élections de 2020. Cet observatoire sait très bien pourtant que seuls 4 textes légaux régissent la collecte des fonds au Burundi. Il y a une rubrique qui porte sur les catastrophes où le gouvernement peut faire recours aux contributions populaires, mais les élections de 2020 ne constituent pax, au regard de l’observatoire, une catastrophe naturelle.

Par ailleurs, dans la loi budgétaire de 2017, une rubrique affectée aux élections de 2020 a été créée à concurrence de 7 milliards, ce qui reviendrait à 28 milliards en 2020. C’est pourquoi, à travers le facilitateur, il demande à l’Union africaine, à l’Union européenne, à l’Onu et à l’Eac d’agir le plus rapidement possible pour que les activités du référendum ne se poursuivent pas sans consensus.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture publie son rapport n° 105

Bujumbura, le 18 décembre 2017 (Net Press) . La semaine couverte est du 9 au 16 décembre 2017 et concerne les violations et atteintes aux droits de l’homme au Burundi. Au moins huit personnes ont été assassinées au cours de la période. Parmi les victimes figurent deux personnes dont les corps ligotés ont été découverts flottant dans la rivière Rusizi au niveau de la commune Buganda dans la province Cibitoke.

L’administration locale n’a pas autorisé l’opération de repêchage des corps. Une jeune élève a aussi été retrouvée assassinée dans la commune Mugamba, à plusieurs kilomètres de son lieu de résidence et après sa disparition selon ses proches. Cinq autres personnes ont été blessées dans des attaques à la grenade et tentatives d’assassinats dans diverses localités.

Le rapport évoque aussi des menaces persistantes contre des membres de l’opposition et particulièrement du parti Uprona (Union pour le Progrès National), des fidèles du député Charles Nditije (lui-même contraint à l’exil). Ces menaces concernent des opposants de la province Kirundo, dont l’un d’eux a été assassiné ce mois-ci après avoir reçu les mêmes menaces.

Burundi - Tanzanie – Politique

Vers l’élection du président de l’Eala

Arusha, le 18 décembre 2017 (Net Press) . Ce lundi le 18 décembre 2017, le parlement de l’assemblée est-africaine « Eala » va se tenir pour la première fois avec comme première activité l’élection de son nouveau président.

D’après les sources d’Arusha en Tanzanie, trois pays sont en lice pour ce poste. Il s’agit du Burundi représenté par la députée de cette assemblée et ancienne ministre à la présidence chargée de l’intégration dans la communauté est-africaine, Léontine Nzeyimana, le député Martin Ngoga du Rwanda et Adam Kimbisa qui représente la Tanzanie.

Pour rappel, le Burundi et le Rwanda n’ont pas été à la tête de cette assemblée est africaine depuis sa création en 2001. Sur les 54 députés de cette assemblée est-africaine, le Burundi est représenté par 9 députés en l’occurrence, Jean Marie Muhirwa, Victor Burikukiye, Karerwa Momamo, Léontine Nzeyimana, Pierre Claver Rurakamvye, tous du parti au pouvoir Cndd-Fdd.

Il s’agit également de Sophie Nsavyimana, de Christophe Nduwayo de la coalition Amizero y’Abarundi, de Marie Claire Burikukiye de l’Uprona reconnu par Bujumbura et d’Alfred Ahingejeje qui représente l’ethnie minoritaire twa .

Burundi –Afrique du sud –Politique

Jacob Zuma quitte l’Anc avec un sentiment d’amertume

Pretoria, le 18 décembre 2017 (Net Press) . Au cours des cérémonies d’ouverture du congrès national africain tenu dans la ville de Soweto, qui doit désigner son successeur, le président sud-africain, Jacob Zuma, déplore les divisions et le déclin de son parti depuis la fin de l’Apartheid en 1994.

Devant des milliers de délégués réunis à Johannesburg, Jacob Zuma a prononcé le 16 décembre son dernier discours de chef de l’Anc sur un constat d’échec, concédant que la population n’était « pas satisfaite » de ses résultats sur la corruption, la criminalité et l’emploi.

« Notre échec à régler les problèmes a commencé à peser sur notre mouvement, a-t-il ajouté, notre peuple est frustré quand nous perdons du temps à nous quereller entre nous plutôt que de résoudre les défis quotidiens auxquels il est confronté. »

Lors de son intervention rarement applaudie, M. Zuma s’en est pris à tous ceux qui dénoncent violemment depuis des mois la corruption de son gouvernement, notamment les juges, les médias ou la société civile. Mais il s’est gardé de prendre ouvertement parti pour l’un ou l’autre des candidats à sa succession et a appelé ses différentes tendances à rester « unies comme un roc ».

J’ai fait de mon mieux

« J’ai fait de mon mieux, a-t-il plaidé avant de quitter la tribune, je suis convaincu que l’Anc va traverser les courants et les tempêtes pour en ressortir encore plus puissant ». Son intervention a été diversement apprécié par les militants. « C’était un très bon discours centré sur l’unité du parti », s’est réjoui l’un d’eux, Isaac Tshukudu. « Il n’a pas caché les problèmes mais il n’a rien dit de la corruption dans le secteur public, il n’a évoqué que celle du secteur privé », a en revanche regretté Griffiths Mzizi.

S’il quitte la direction du parti qu’il occupe depuis 2007, Jacob Zuma doit rester président de l’Afrique du Sud jusqu’aux élections générales prévues dans deux ans. Le vainqueur – qui devrait être désigné ce dimanche – se retrouvera en bonne position pour devenir le prochain chef de l’État.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.