Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 6 octobre 2018
|Une bonne initiative mais ….., clament les habitants de la zone Cibitoke !

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Sécurité

Un refus de collaboration suivi de la suspension de l’aide par le Hcr

3 janvier 2018

Kamanyola, le 3 janvier 2018 (Net Press) . Ils sont plus de 3000 réfugiés burundais ayant fui la persécution religieuse dans leurs pays, le Burundi. Ils sont constitués principalement par les adeptes de mademoiselle Zebia Ngendakumana, celle-là même qui déclare souvent être en contact permanent avec la Vierge Marie. Ces réfugiés ont carrément refusé de se faire prendre des empreintes pour leur enregistrement comme les autres au haut-commissariat pour les réfugiés dans la localité de Kamanyola, à l’Est de la République démocratique du Congo.

La raison majeure de ce refus est que cette pratique ne rencontre pas l’assentiment de leurs croyances. Cette agence onusienne, qui avait fait plusieurs mises en garde, a dû suspendre les aides qu’elle octroyait à ces réfugiés. Cette sanction était prévisible car, même d’autres Burundais en exil, au Rwanda, en Ouganda et en Tanzanie dans une moindre, avaient conseillé à ces compatriotes de se faire violence, ne fût-ce que pour l’intérêt de leurs enfants, ces derniers n’avaient pas bougé d’un iota.

Sur un autre chapitre, pour avoir échangé avec son mari en exil, une enseignante de l’école fondamentale de Rugari, dans la commune et province de Muyinga, a été arrêtée par les agents de la police de Muyinga, puis relâchée après des heures d’interrogatoire dimanche soir, à la Saint Sylvestre.

D’après des habitants, elle serait inquiétée parce que son mari, un ancien militant du parti au pouvoir, a rejoint le parti Upd–Zigamibanga. Ce dernier fut un membre actif du parti au pouvoir jusqu’en 2015. Il était aussi membre du conseil communal de Muyinga.

Deux éléments de la communauté musulmane de Rugombo, en province de Cibitoke, accusés de se rebeller contre les responsables de cette communauté, ont été arrêtés dans la soirée ce mardi 2 janvier 2018. Selon des informations sur place, ils indexent le représentant de cette confession religieuse comme une personne qui utilise les fonds de la communauté pour des fins obscures. Les musulmans de cette entité administrative demandent leur libération immédiate et sans conditions.

Burundi - Administration

Mise en place d’une commission chargée de réprimer le génocide et d’autres crimes contre l’humanité

Bujumbura, le 3 janvier 2018 (Net Press) . Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a signé un décret ce 29 décembre 2017 portant la mise en place d’une commission chargée de réprimer le génocide et d’autres crimes contre l’humanité. Selon nos sources, cette commission sera présidée par Jean de Dieu Mutabazi, avec Joseph Sinabwiteye comme vice-président et Emérence Bucumi comme secrétaire.

Entre autres cahiers de charge, cette commission sera chargée de réprimer toute idéologie de génocide ainsi que d’autres crimes contre l’humanité, de rétablir dans leurs droits ceux qui ont été victimes à des différentes crises qu’a connues le Burundi, de rependre toute idéologie visant à restaurer la paix et la tranquillité du pays. Cette commission doit produire un rapport annuel, qui sera transmis au président de la République Pierre Nkurunziza, à son gouvernement et au parlement.

Burundi - Economie

Gitega, province de mauvaise augure en matière de manque de carburant ?

Gitega, le 3 janvier 2018 (Net Press) . Depuis trois jours, la carburant de type "essence" est introuvable dans la province de Gitega, au centre du pays. Sur les 7 stations d’essence, une seule est opérationnelle et la retombée négative immédiate due à ce manque de carburant est la montée du prix de transport.

Selon nos sources, le prix officiel de l’or noir qui était de 2100 Fbu grimpe à 5000 Fbu le litre sur le marché noir et de longues files d’attente des motards et des véhicules sont observables sur cette station. En effet, ces engins sont en attente d’être servis dans la seule station opérationnelle de Gitega. Notre source affirme que suite à cette pénurie, le prix de transport inter urbain passe de 500 à 1000 francs.

Selon une certaine opinion, la province de Gitega au centre du pays, du fait qu’elle renferme des stations d’entreposage, annonce généralement une pénurie prochaine de carburant à travers tout le pays. L’opinion le dit d’expérience car même l’année passée, le carburant a fait défaut d’abord dans la province de Gitega pour voir ce manque affecter tout le pays plus tard. Si ce produit commence à se faire rare dans ce pays, il faut que les automobilistes des autres provinces prennent leurs dispositions à temps, prévient toujours cette opinion.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka produit son bulletin hebdomadaire n° 91

Bujumbura, le 3 janvier 2018 (Net Press) . Il couvre la semaine du 25 au 31 décembre 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’Homme enregistrées au cours de cette période. Au moins 6 personnes ont été tuées dont 4 cadavres, 1 personne portée disparue, 4 torturées et 31 arrêtées arbitrairement. Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers ainsi que des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Ce bulletin relève des cas d’assassinat, de disparition, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza. Le phénomène de justice populaire et/ou règlement de compte continue à se manifester dans différents coins du pays. Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd.

Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Des arrestations arbitraires liées au vote du referendum pour le changement de la constitution ont été relevés dans ce bulletin.

Burundi - Pérou - Sécurité Routière

Pérou : 48 morts après la chute d’un autocar d’une falaise

Lima, le 3 janvier 2018 (Net Press) . Le car, qui a été percuté par un camion sur une autoroute réputée dangereuse, a fait une chute d’une centaine de mètres. Au moins 48 personnes ont été tuées mardi au Pérou après la chute d’un autocar d’une falaise haute d’une centaine de mètres, après avoir été percuté par un camion sur une autoroute longeant la côte Pacifique, a annoncé la police. Un précédent bilan faisait état de 36 morts.

"La chute d’un autocar (...) a fait au moins 48 victimes", a déclaré la police dans un communiqué publié sur le site internet du ministère péruvien de l’intérieur, qui a précisé que la récupération des corps a été suspendue à la tombée de la nuit en raison des fortes vagues dues à la marée.

L’accident a eu lieu à 11h43 (17h43 heure française) au niveau du "virage du diable", à 45 kilomètres au nord de Lima, a déclaré à la presse le colonel Dino Escudero, chef de la police de la route. Le car a fait un plongeon de cent mètres et s’est écrasé sur des rochers au pied de la falaise, au bord de l’océan.

Il y avait 55 passagers et deux chauffeurs à bord de l’autocar qui se dirigeait vers la capitale péruvienne depuis la ville de Huacho (centre) distante de 130 km. Seuls six occupants du car ont été retrouvés vivants et hospitalisés, dont quatre dans un état grave.

Les recherches interrompues pendant la nuit

Les secouristes, dont certains ont été hélitreuillés sur le site et d’autres sont descendus de la falaise au moyen de cordes, ont dû interrompre leurs recherches à la tombée de la nuit en raison de la marée. Selon les autorités, une grue devrait arriver sur place pour soulever le car qui se trouve sur le toit, au pied de la falaise et à quelques mètres de la mer, l’habitacle enfoncé par la violence de l’impact. Les opérations devaient reprendre ce mercredi matin.

Selon Luis Martinez, représentant de la société des transports San Martin de Porres, propriétaire de l’autocar, le chauffeur avait beaucoup d’expérience. Il n’a pu indiquer si celui-ci figurait parmi les morts ou les blessés. Le car avait subi une révision mécanique avant de quitter Huacho.

"C’est très douloureux pour le pays de subir un accident aussi grave. Ma solidarité profonde avec la douleur des familles", a écrit sur Twitter le président Pedro Pablo Kuczynski. L’autoroute où s’est produit l’accident est considérée comme très dangereuse, à cause du brouillard très fréquent, et réservée aux camions et autocars. Les voitures doivent-elles emprunter la route Panaméricaine.

Plus de 2 500 personnes ont été tuées dans des accidents de la route au Pérou en 2016, selon des chiffres officiels. Le bilan de 2017 n’a pas encore été publié.

Burundi - Médias

Revue annuelle de la presse, le mois de mars 2017

1er mars 2017

Serait-elle une manœuvre de pourchasser les Rwandais ? Aidée par la ligue des jeunes du parti présidentiel, la police a procédé à l’arrestation de prostituées et de 22 Rwandais en commune de Mabayi de la province de Cibitoke. Selon des informations en provenance de cette contrée, ladite interpellation était émaillée de deux poids deux mesures car les ressortissants rwandais ont été renvoyés chez eux tandis que les autres ont été obligés de payer un pot de vin avant d’être relâchés.

Du Sud au Nord, du Nord au Sud, cohésion ? Depuis hier, la plateforme de l’opposition burundaise, Cnared-Giriteka, s’est doté d’une nouvelle direction pilotée par le professeur Charles Nditije, un leader de l’Uprona non reconnu par le gouvernement de Bujumbura mais très apprécié par la base de sa formation politique. Connu pour sa constance politique, cet homme originaire du Sud du pays vient de remplacer le Dr. Jean Minani à la tête du Cnared, originaire du Nord et qui avait lui aussi succédé à Léonard Nyangoma, sudiste. Mais pour y arriver, selon la radio du monde, les discussions ont pris trois jours alors qu’initialement, une journée était suffisante pour cette activité.

2 mars 2017

Encore des Imbonerakure qui font la justice de tous les temps. Après une vague d’arrestations à Mparambo de la commune de Rugombo en province de Cibitoke, une vingtaine des prostituées, y compris les Rwandais, ont été interpellés par la ligue des jeunes du parti présidentiel, les mêmes Imbonerakure, lourdement armés de gourdins, de concert avec la police, ont fait irruption dans le ménage d’un ex Fab, Ambroise Bashirahishize, pour effectuer une fouille-perquisition et on y a trouvé une paire de bottines militaires. Il a été conduit manu militari au poste de la police de Makamba, mais sa famille indique qu’il est normal qu’un ancien militaire puisse avoir une paire de bottine. Pour rappel, Makamba reste le théâtre d’arrestations massives des ex Fab par les Imbonerakure. Pris de panique, certains ont préféré prendre le large vers le Rwanda , en Rdc , ou en Tanzanie.

La situation du Burundi préoccupe le conseil de sécurité. Après que le nouveau secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, eut sorti de son silence pour dénoncer l’intention du président Nkurunziza de briguer son 4eme mandat, une candidature qui, selon le patron de l’Onu, pourra hypothéquer dans l’avenir la paix et la tranquillité du pays ainsi que des exactions commises par les jeunes du parti présidentiel (Cndd-Fdd) , le conseil de sécurité va tenir une session extraordinaire sur le Burundi ce 9 mars 2017.

3 mars 2017

Visite du 1er vice-président de la République, libération de prisonniers au Bsr. Le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a effectué une descente sur terrain au bureau spécial de recherche, dans la mairie de Bujumbura, zone Buyenzi de la commune Mukaza. Selon des informations en provenance de ce bureau, il avait l’intention de trouver les policiers à leur service pour se rendre compte de leur performance. Il en a profité pour leur octroyer deux ordinateurs. Parallèlement à cette activité, il a trouvé qu’il y avait dans les cachots de ce bureau 28 personnes emprisonnées arbitrairement, dont 21 hommes et 7 femmes. Parmi ces dernières, deux d’entre elles allaitaient leurs enfants et toutes ces personnes ont été libérées. C’est le geste qui a beaucoup plus intéressé les populations qui ont suivi cette visite, spécialement des parentés de ces détenus aujourd’hui libérés.

Une détention honteuse. Une dizaine de jeunes sont détenus dans les containers sans fenêtre en commune Rugombo de la province de Cibitoke. Les détenus déplorent que pendant la journée, suite à l’ensoleillement, il fait extrêmement chaud et pendant la nuit, il fait froid. Leurs familles indiquent que même les cochons ne peuvent être traités de la même manière avant de lancer un appel à l’administrateur d’améliorer les conditions carcérales. De son côté, l’administrateur de la commune de Rugombo, Beatrice Kaderi, indique que l’administration, de concert avec la police, ont procédé à ce genre de détention car la maison d’arrêt est en pleine réfection.

4 mars 2017

Vers une "amélioration salariale" des putschistes. Les associations des jeunes concentrées au sein du conseil national de la jeunesse du Burundi, ont embrassé les rues de Bujumbura ce samedi le 4 mars 2017 comme prévu pour protester contre les invitations des présumés putschistes lors des négociations d’Arusha et plaide pour une "amélioration salariale" de ces putschistes à savoir la mort, la prison ou l’exil.

"Les députés burundais vont changer de position", espère Kidega. L’assemblée législative de l’Eac, Eala, débute sa session ordinaire ce lundi 6 mars 2017 pour une durée de deux semaines dans le pays de Paul Kagame. Les cinq pays qui composent l’Eac ont chacun neuf députés qui siègent à l’assemblée mais pour la première fois, un problème vient de se poser pour le Burundi car 5 députés sur 9 que compte le pays ont décidé de ne pas participer à cette session, invoquant leur sécurité insuffisante au Rwanda suite aux mauvaises relations entre les deux pays. Le président de l’Eala, Daniel Fred Kidega, qui se trouve déjà sur place au Rwanda pour la préparation de cette rencontre, espère que ces députés burundais vont se ressaisir et participer aux activités de l’Eala.

6 mars 2017

Un autre politicien rentre sans fanfare ni trompette. Il s’agit de Félix Ndayisenga, ancien ambassadeur du Burundi en Belgique qui a atterri sur Bujumbura ce dimanche soir en provenance de Bruxelles. N’eût été la présence de ces journalistes, encore une fois eux, il aurait aimé rentrer en toute discrétion. Selon des informations concordantes, il avait basculé dans le camp de la fronde du parti Cndd –Fdd, il aurait accueilli dans son domicile bruxellois les deux frondeurs de première heure, l’ancien 2eme vice-président de la République Gervais Rufyikiri et l’ancien président de la chambre basse du parlement burundais, Pie Ntavyohanyuma. En effet, il affirme haut et fort que sa rentrée n’a pas de caractère politique, jure sur tous les toits qu’il ne collabore pas avec Hussein Radjabu alors que par le passé, il se présentait à Arusha pour le compte de l’ancien homme fort du Cndd-Fdd.

"Il n’y a aucun Burundais qui est mort de la faim", dixit le président Nkurunziza. Lors de l’inauguration des travaux d’aménagement du marais de Nyavyamo en commune et province de Kirundo, un projet d’appui aux infrastructures rurales de la région de Bugesera financé par la Banque Africaine de développement (Bad), le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a indiqué que malgré la crise alimentaire que traverse le pays due au changement climatique, le peuple burundais devrait prier car il n’y a aucun Burundais qui est mort de la faim.

7 mars 2017

Trois pêcheurs burundais auraient été tués par les militaires rwandais. Selon des sources locales, trois pêcheurs ressortissants de la colline Ceru, commune et province de Kirundo, qui pêchaient dans les eaux du lac Cohoha, auraient été tués par des militaires rwandais qui les accusaient d’avoir franchi le côté rwandais. Selon la même source, les habitants riverains du lac Cohoha lancent un appel vibrant au gouvernement du Burundi en vue d’entretenir de bonnes relations avec son voisin du nord car les victimes de ce climat délétère restent les couches faibles de la population.

Vers une nouvelle pénurie de carburant ? Depuis hier dans la soirée, des files de véhicules sont visibles devant certaines stations d’essence, surtout celles qui sont en dehors du centre ville de Bujumbura. Contrairement aux autres pénuries observées précédemment, c’est le mazout qui manque essentiellement aujourd’hui. Aucune information ne filtre de la part des pétroliers, ni du ministère du commerce d’ailleurs, mais l’opinion commence à penser à une rareté de devises qui ne permet pas l’approvisionnement de ce produit.

8 mars 2017

Quand l’Onu tire une sonnette d’alarme. Le conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention des génocides, Adama Dieng, tire de nouveau la sonnette d’alarme sur le Burundi dans une correspondance adressée aux membres du conseil de sécurité des Nations Unies. Il met en garde contre les risques de violations massives des droits de la personne humaine et invite ce conseil de sécurité de prendre des mesures draconiennes pour épargner contre l’hécatombe la plus meurtrière de l’humanité

Deux poids deux mesures dans l’accès à l’emploi. A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la femme, l’association des femmes handicapées du Burundi, « les vaillantes » ; financée par l’office du haut-commissaire des droits de l’homme, a organisé du 6 au 7 mars 2017 une campagne de sensibilisation sur les droits des femmes handicapées du Burundi. La présidente de cette association, Nadia Uwimana, au cours d’un point de presse tenu ce mardi le 7 mars 2017, indique que la femme handicapée rencontre d’énormes difficultés dues à son sexe et à son handicap. A égalité de chances au marché de l’emploi, Nadia Uwimana déplore que les femmes handicapées sont victimes du rejet, de stigmatisation, de violence physique et sexuelle et parfois, l’humiliation à divers stades de la vie, y compris lorsqu’elles veulent se marier ou mettre au monde.

9 mars 2017

Un professeur d’université maltraité. Très tôt le matin, des policiers ont encerclé le quartier Kabondo de la commune Mukaza, où ils ont mené une fouille-perquisition dans plusieurs ménages. Arrivés chez un professeur d’université du nom de Gervais Gatunange, ils ont cherché à fouiller la maison, mais le professeur, juriste de formation, leur a exigé d’exhiber le mandat de perquisition. Selon le professeur Gatunange contacté par la rédaction, les policiers étaient gênés par cette exigence et ont amené ledit mandat avec un peu de retard. Il leur a indiqué qu’il n’était pas daté mais malgré cela, il a autorisé que les policiers entrent où ils voulaient sous la supervision de lui et de son épouse.

Une fête des femmes coïncide avec des événements catastrophiques dans le pays. Dans la journée de ce 8 mars 2017, au moment où le monde entier célébrait une journée internationale des femmes, certains coins du Burundi étaient sous le coup des pluies torrentielles qui ont causé des dégâts non négligeables au centre comme à l’est du pays. Ainsi, dans la commune de Kiganda, 4 élèves ont été blessés à l’école technique secondaire de Kiganda, des tôles de l’école détruites par les vents violents et des poteaux électriques également abîmés. Dans celle de Rutegama, toujours dans la même province de Muramvya, trois classes de l’école primaire ont été détruites ainsi que des plafonds de l’hôpital de Mushikamo endommagés. Une situation similaire s’est observée également dans la province de Ruyigi où des personnes dont on ne connaît pas encore l’effectif ont été blessées lors de la célébration de la fête des femmes. Les blessés ont été victimes d’une destruction d’une tente qui abritait les personnes en pleine fête.

10 mars 2017

Des personnes arrêtées dans la zone de Musaga. Au moins 18 personnes ont été arrêtées ce matin à Muzenga, quartier dit également "Tchétchénie" dans la zone de Musaga. Elles sont reprochées d’être des irréguliers car elles ne sont inscrites nulle part dans les cahiers de ménage qui sont exigés par l’administration. Elles ont été conduites au bureau de la zone pour être entendues afin qu’elles puissent être identifiées. D’après des informations des personnes de cette contrée, les personnes appréhendées risquent fort de payer une certaine somme pour se voir libérées, ce qui devient une mauvaise habitude de certains policiers malheureusement.

Burundi : seul contre tous ! Dans une déclaration à la radio nationale, le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a ciblé tout le staff des Nations unies au Burundi, le taxant de manipulé, évoquant l’idée du gouvernement d’écrire au secrétaire général Antonio Guterres pour qu’il le change complètement et ainsi partir sur de nouvelles bases. Cette sortie médiatique intervient au lendemain des tirs croisés de l’Onu sur le gouvernement du Burundi, notamment le rapport du secrétaire général de l’Onu.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi