Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 avril 2018
|Un homme met fin à sa vie dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité9 avril 2018
|La colline de Rugari de nouveau victime d’une explosion de grenade

Burundi - Sécurité7 avril 2018
|La pluie torrentielle tue trois enfants à Mwaro

Burundi - Sécurité6 avril 2018
|L’insécurité augmente d’un cran dans plusieurs régions du pays

Burundi - Sécurité5 avril 2018
|Trois enfants meurent électrocutés

Burundi - Sécurité4 avril 2018
|Une explosion de grenade fait cinq blessés au Nord de la capitale

Burundi - Séciurité3 avril 2018
|De la guerre des idées à la violence physique

Burundi - Sécurité2 avril 2018
|Un weekend pascal peu tendre dans plusieurs localités du pays

Burundi - Sécurité31 mars 2018
|Admis à l’hôpital pour bastonnade de sa marâtre

Burundi - Tanzanie - Sécurité Routière30 mars 2018
|Décédés alors qu’ils rentraient de l’exil

Burundi - Sécurité - Justice29 mars 2018
|Fallait-il le convoquer ou le kidnapper ?

Burundi - Sécurité28 mars 2018
|Des armes saisies dans la capitale

Burundi - Sécurité 27 mars 2018
|Deux opposants politiques arrêtés à Gitega

Burundi - Sécurité 26 mars 2018
|Hussein Radjabu à la tête du Forebu

Burundi - Sécurité24 mars 2018
|Une grenade fait deux blessés dans la zone de Kinama

Burundi - Sécurité Routière23 mars 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité22 mars 2018
|Un homme trouve la mort dans la zone de Cibitoke

Burundi - Media - Justice21 mars 2018
|Une couverture médiatique du « guide éternel » mal tournée !

Burundi - Sécurité20 mars 2018
|Qu’est ce qui pourrait être derrière les pillages dans la régie nationale des Postes ?

Burundi - Sécurité 19 mars 2018
|Une personne tuée après sa sortie de la prison

Burundi - Sécurité17 mars 2018
|La police annonce la fin de l’opération de secours lors d’un accident de Buterere

Burundi - Sécurité 16 mars 2018
|Des glissements de terrain qui posent problème au pays de Ntare Rugamba

Burundi - Sécurité 15 mars 2018
|Un militaire porté disparu à Ngozi

Burundi - Sécurité 14 mars 2018
|La police annonce l’arrestation d’un producteur de séries pornographiques

Burundi - Sécurité - Politique13 mars 2018
|Le domicile du vice-président du Frodebu fouillé

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses

Requête de sécurité pour une délégation des évêques en visite au Burundi

10 janvier 2018

Bujumbura, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Le secrétariat général de la conférence des Evêques catholiques du Burundi, Cecab, demande aux forces de sécurité de l’assurer pendant ces moments où il y a une réunion de la commission permanente des conférences des Evêques de 4 pays.

A travers cette correspondance, le président de la Cecab, Mgr. Joachim Ntahondereye, fait savoir que ces Evêques proviendront du Rwanda, du Burundi bien entendu, de la République démocratique du Congo et de Rome en Italie. Signalons que cette réunion se tient depuis hier 9 janvier au grand séminaire Saint Jean Paul II de Gitega jusqu’au 13 du même mois de l’année 2018.

Lors de cette mission, cette délégation entend se rendre au site des déplacés de Bwagiriza dans la province orientale de Ruyigi dans le cadre de la solidarité, d’une part entre les conférences des différents pays et envers les réfugiés d’autre part. Cette information a été fournie aux services de sécurité pour qu’ils prennent leurs dispositions lors des descentes sur terrain.

Burundi – Sécurité

Quand le pays de Ntare Rugamba redouble d’effort en matière d’arrestations

Bujumbura, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Ces derniers jours, le Burundi procède à une intensification des arrestations sur presque toute l’étendue du pays, surtout des membres de l’opposition accusés qui de tenir des réunions illégales, qui d’inciter la population à voter non à la révision de la constitution, des présumés accusés d’outrage à institutions, des cas de vol qualifiés signalés ici et la, etc..

Il y a également des enlèvements et des portés disparus accusés d’outrage à l’endroit du chef de l’Etat. C’est le cas de Benjamin Irakoze, connu sous le sobriquet de « Ceusi », qui a été arrêté au centre-ville de Cankuzo, puis emprisonné depuis samedi 6 janvier 2018 au cachot du commissariat de la police de cette entité administrative.

Selon les témoins sur place, ce conducteur de taxi-vélo est accusé par le parquet de la République de Cankuzo d’« avoir été au courant du coup d’Etat manqué en date du 13 mai 2015 et d’outrage à l’endroit du chef de l’Etat". Sa famille affirme que c’est un montage taillé de toutes pièces car au moment de son arrestation, la victime était en train de se bagarrer avec les jeunes du parti au pouvoir (les Imbonerakure).

Dans le même chapitre, Astère Tumukunde, enseignant à l’école fondamentale de Sigu en commune de Busoni province de Kirundo, a été arrêté. D’apres des sources sur place, ce fidele d’Agathon Rwasa est accusé par son entourage constitué par des fidèles du Cndd-Fdd, dont le directeur de cette école, de faire la campagne de « voter non « au referendum pour la révision de la constitution.

Burundi - Justice

Les présumés dévaliseurs de la Coopec de Gitega comparaissent

Gitega, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Le tribunal de grande instance de Gitega siégeant en matière pénale, a entendu, dans une audience publique de ce mardi 9 janvier 2018, 10 détenus dont 2 policiers et un veilleur, accusés de voler 66 millions de nos francs à l’agence de la coopérative d’épargne et de crédit (Coopec) de Gitega au mois de janvier 2017. Le conseiller juridique de la fédération nationale des Coopec au Burundi, qui, selon les témoins, « ne s’était pas préparé pour intenter ce procès" a demandé à l’audience de lui donner un peu de temps pour se pencher sur ce dossier.

Jackson Tuyisabe, le responsable du marché de Kinama nouvellement réhabilité ainsi que les membres du comité de gestion, accusés de percevoir des pots de vin dans l’attribution des stands dans ce marché, sont entre les mains de la police depuis ce mardi 9 janvier 2018. Selon nos sources, beaucoup d’irrégularités ont été relevées par les commerçants lors de l’affichage des listes provisoires des bénéficiaires des stands.

Depuis le mois de juillet dernier, le maire de la ville de Bujumbura avait annoncé que la réhabilitation des 6 marchés de la capitale touchait à sa fin. Leurs anciens occupants s’indignaient du retard enregistré dans la reprise des activités dans ces infrastructures. Ces marchés ont été réhabilités sur financement de l’Union Européenne.

M. Tuyisabe est beaucoup plus connu dans les manifestations anti-Union Européenne et l’opposition que le pouvoir organisait depuis le lendemain du coup d’État manqué de 2015. Il était maître de cérémonies. Il donnait le ton aux marcheurs avec les chants et déclarations comme, "Nkurunziza a pris le pouvoir. Il ne le quittera pas avant le retour de Jésus Christ".

Burundi - Ukraine - Sécurité

Le Burundi parmi les suspects en Ukraine :

Kiev, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou qui a annexé la région de Crimée suivi par le gel de coopération entre la Russie et ce pays de l’Europe de l’Est, des soupçons de certains ressortissants des pays noirs pèsent chez les services de renseignement de ce pays. Ces pays sont surveillés à l’entrée comme à la sortie et parmi ces pays, l’on note malheureusement le Burundi.

Une opinion qui a appris cette information regrette que le Burundi bascule vers les pays jugés dangereux par Kiev depuis la crise qu’il traverse depuis avril 2015.Certains autres estiment que ce comportement des Ukrainiens serait dicté par la bonne collaboration entre Moscou et Bujumbura.

Burundi - Politique

Toujours des polémiques autour de la campagne d’explication du projet de loi

Rumonge, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Le président de la chambre basse du parlement burundais, Pascal Nyabenda, au cours de sa visite en province de Rumonge (au Sud du pays), a affirmé que « il n’est pas encore temps d’entamer la campagne de voter oui ou non, nous sommes venus pour vous expliquer le contenu de certains articles de la loi fondamentale à réviser. A un moment opportun, nous reviendrons sous une autre casquette pour lancer la campagne". D’autre part, le secrétaire permanant au sein du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique et porte parole de ce ministère, Térence Nthiraja, qui était parmi la délégation, a invite la population de Rumonge à voter « oui" au projet de la révision de la constitution prévue au mois de mai 2018.

Dans notre édition d’hier, nous avions noté la réaction de Me Donatien Niyonsaba, qui se réfère à l’article 219 de la loi électorale qui stipule que toute personne qui fait la campagne avant le décret du président de la République signé 16 jours avant la passation des élections et dans quarante huit heures, avant les élections et lors de prestation de service est passible d’une amande de huit cent mille à 4 millions de nos francs.

Il indiquait qu’il est formellement interdit d’utiliser les moyens de l’Etat pour faire cette campagne. Maitre Niyonsaba a ajouté que la Ceni ou toute autre personne jouissant de l’intérêt à la bonne passation des élections référendaires, présidentielles, législatives, sénatoriales, a le pouvoir de s’autosaisir .

Le vice président du Sahwanya –Frodebu, Léonce Ngendakumana, n’y va pas de quatre chemins et indique que les membres de la Ceni devraient remettre le tablier car lors d’une conférence de presse animée par le porte-parole de cette commission, il avait indiqué que « la Ceni est incompétente pour interdire le pouvoir de faire la campagne de voter oui à la retouche de la constitution , avant d’ajouter que c’est un signe éloquent que la commission est au coté de l’exécutif.

Burundi - Economie

Un client d’une banque se plaint de la lenteur de son service

Bujumbura, le 10 janvier 2018 (Net Press) . Il s’agit d’un homme du nom de Nixon Habonimana, président d’une association qui s’occupe de la sécurité dans les routes. Il dit que son agenda est souvent très chargé qu’il ne se permet pas de passer beaucoup de temps en dehors de son bureau.

Ce matin, il était très furieux de voir qu’il vient de passer une heure de temps devant un des guichets de la banque Bcb, devant un préposé qui comptait manuellement une grosse somme d’argent pour un client alors que dans d’autres banques, il y a des machines qui s’en occupent. Il semble ne pas comprendre cette situation car cette banque est parmi les premières à s’installer au Burundi, avec une expertise solide tirée des administrateurs belges qui y ont travaillé pendant très longtemps.

Burundi - Médias

Revue annuelle de la presse, le mois de mai 2017

1er mai 2017

Une délégation de la facilitation attendue à Bujumbura. Une délégation de la facilitation tanzanienne était attendue à Bujumbura à partir du 3 mai 2017. Elle devait s’entretienir avec plusieurs catégories de personnes jusqu’en date du 5 mai 2017. Selon des informations concordantes, ils devraient rencontrer la société civile, les confessions religieuses et des politiciens qui n’avaient pas fait le déplacement d’Arusha lors de la dernière session pour le dialogue. Il semble que la même délégation envisageait également de rencontrer la société civile de la diaspora pour bien préparer la nouvelle rencontre sous la facilitation de l’ancien président tanzanien Benjamin William Mkapa. Cependant, certains politiciens ne voient pas l’opportunité d’une telle visite au Burundi car tous les yeux sont braqués sur le sommet des chefs d’Etat qui devrait se tenir soit le 10 soit le 20 mai à Dar-es-Salam.

2 mai 2017

"L’octroi de l’emploi est gangrené par le favoritisme et la corruption," dixit un syndicaliste. Lors de la célébration de la fête du travail, en présence du président Pierre Nkurunziza dans la province de Makamba, le vice-président de la confédération syndicale du Burundi (Cosybu), Célestin Nsavyimana, a indiqué que l’octroi de l’emploi est gangrené par le favoritisme et la corruption et a invité le gouvernement burundais à décourager ce comportement. Célestin Nsavyimana a indiqué que le gouvernement devrait mettre en place des politiques à l’octroi de l’emploi accompagnées par le traçage des routes, l’augmentation du nombre de centrales hydroélectriques, le développement du secteur agricole et industriel. Le président Pierre Nkurunziza a procédé à la remise des prix pour des personnes qui se sont distinguées dans plusieurs secteurs de la vie nationale, en l’occurrence la fille qui garde ses enfants, le ministre de la sécurité publique, un journaliste de la radio-télévision nationale du Burundi, la commune de Gihanga de la province de Bubanza. Il a par la suite annoncé le lancement d’un programme en faveur de l’emploi des jeunes qui aura pour finalité à fournir aux jeunes des formations professionnelles. Sur plus de 2.400 jeunes inscrits à l’office burundais de l’emploi, environ 220 ont obtenu de l’emploi dans les différentes sociétés publiques ou privées, affirme le président Nkurunziza. En partenariat avec la banque mondiale, le président Nkurunziza a annoncé officiellement que plus de 48 000 familles éparpilleés dans 4 provinces les plus démunies vont bénéficier d’une allocation de 20.000 francs burundais par mois pour une période de deux ans.

3 mai 2017

Les restes du roi Mwambutsa resteront bel et bien à Meyrin. Le jugement est tombé la veille, le tribunal fédéral a confirmé le premier verdict de la justice genevoise, qui avait arbitré un litige entre les proches de ce défunt, une cause gagnée en octobre de l’année dernière par la nièce du roi Mwambutsa IV Bangiricenge, Esther Kamatari, qui s’opposait becs et ongles contre son transfert à Bujumbura. En effet, en 2012 lors du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Burundi, le régime de Bujumbura a tenté de rapatrier les restes du roi Mwambutsa IV afin de les rapatrier et de les enterrer de nouveau avec dignité et une tombe à cet effet avait été déjà préparée dans la province de Muramvya où se trouvait sa maison. Alors que le corps était déjà exhumé de la tombe de Meyrin, une grave bataille judiciaire fut engagée entre les proches de Mwambutsa IV, surtout entre Mme Rosa Paula Iribagiza, sa fille, membre du parti Cndd-Fdd et favorable au rapatriement des restes et Esther Kamatari, sa nièce, opposée à son transfert.

Si la deuxième avançait l’argument de son testament - il avait mentionné son intention de ne pas être enterré au Burundi - que la justice suisse a certainement consulté, sa fille mettait en avant des raisons politiques car elle affirmait que le roi appartenait à tous les Burundais et non à une partie de sa famille. Non contents du premier jugement, les favorables au transfert ont interjeté appel devant le tribunal fédéral qui vient de trancher définitivement sur cette affaire. L’ex-roi devra reposer en paix au cimetière de Meyrin, conformément à ses dernières volontés, ce qui met fin à plus de 4 ans de bataille judiciaire. Rappelons que le roi Mwambutsa IV avait été renversé par son fils Ntare V Ndizeye en 1966 et s’était exilé en Suisse où il est mort 11 ans plus tard, en 1977.

4 mai 2017

Ce qu’on savait moins sur Bagaza. Lors de la commémoration sur le 1er anniversaire de la mort de l’ancien président de la République et fondateur du parti pour le redressement national, Parena, le président de ce parti, Zénon Nimubona, a animé une conférence de presse ce jeudi le 4 mai 2017. Il a annoncé que feu le colonel Jean-Baptiste Bagaza, en pleine crise de 1994, à la surprise de tout le monde, a été le premier homme politique à plaider que feu président Melchior Ndadaye soit proclamé « héro de la démocratie". Il avait demandé aux anciens compagnons de lutte de Ndadaye de sortir de leur cachette pour calmer la situation et arrêter les massacres des populations civiles par le célèbre mot « Timba". Zénon Nimubona affirme que feu le président Bagaza, suite à l’impasse dans les négociations d’Arusha alors que la guerre faisait rage avec une rébellion « Hutu « contestant le pouvoir « Tutsi" a empêché qu’on tourne en rond et a proposé a partir de la capitale ougandaise, avec le Dr Jean Minani, alors leader de l’opposition Hutu en exil, la reconnaissance politique des ethnies et le partage du pouvoir comme conséquence logique. Ce principe a été accueilli avec beaucoup de soulagement par tous les négociateurs d’Arusha et il constitue l’un des chapitres les plus importants de ce qu’on appelle désormais les « accords d’Arusha » que tout le monde salue le rôle primordial qu’ils jouent ou sont sensés de jouer dans la stabilisation du pays .

5 mai 2017

Un homme tué à Kamenge. Une personne aide-chauffeur à l’arrêt bus de la gare du nord, située dans la zone de Kamenge au Nord de la capitale a été tuée hier dans la soirée et une enfant blessée. La personne en question s’appelle Claude Bararufise tandis que l’enfant est connue sous le nom de Nadine Tumberayezu. C’était lors d’une attaque armée à la cinquième avenue du quartier Mirango I, à côté de l’alimentation se trouvant non loin de la rivière Nyabagere. Les criminels n’ont pas été identifiés car ils ont eu le temps de prendre le large et la police ne sait pas non plus les mobiles de cet assassinat. Pour rappel, la zone Kamenge devient de plus en plus la cible des attaques armées car, rien que la semaine dernière, une personne a été tuée dans une attaque similaire. Quelques jours plus tôt, c’était une attaque à la grenade contre un véhicule qui avait à son bord 5 personnes. Le propriétaire de la voiture, un avocat, avait été grièvement blessé et avait trouvé la mort par après à l’hôpital, succombant à ses blessures.

6 mai 2017

Le vice-président chinois attendu à Bujumbura. Selon des informations concordantes, le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao, est attendu dans la capitale burundaise. En effet, ce responsable sera en périple africain du 6 au 12 mai et devrait visiter trois pays à savoir le Burundi, le Tchad et le Sénégal. L’on ne connaît pas encore son agenda mais l’on se dit qu’il devra rencontrer les autorités burundaises, à commencer par la première d’entre elles, Pierre Nkurunziza ainsi que d’autres responsables au niveau du parti au pouvoir. L’on se rappelle que cette visite intervient quelques jours seulement après une visite des autorités chinoises au parti Cndd-Fdd et une aide de plus de 5.000 tonnes de riz à la population burundaise frappée par la famine. La Chine intervient dans plusieurs domaines de développement au Burundi, notamment dans le secteur de la construction. Ce pays vient de construire un palais présidentiel à Gasenyi dans la commune de Mutimbuzi dans Bujumbura rural. Il doit avoir également beaucoup d’avantages dans ce pays qu’il soutient aussi bien sur le plan national qu’international, notamment aux Nations Unies où la Chine s’oppose à toute initiative tendant à prendre des sanctions contre le Burundi.

8 mai 2017

Pour avoir autorisé la vente du café au Rwanda, il est emprisonné. Romain Ndagabwa, l’administrateur de la commune de Busiga dans la province de Ngozi au Nord du Burundi, a été admis dans l’une des "universités" du délit située sur la colline Kinyami, en commune et province de Ngozi. Il lui est reproché d’avoir autorisé la vente du café n’importe où, y compris chez le voisin du Nord.

9 mai 2017

Nomination d’un nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. Par décret numéro 100/82 du 5 mai 2017, Dr. Christine Nina Niyonsavye a été désignée ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. C’est la deuxième personne qui vient de bénéficier de ce titre après la désignation de Willy Nyamitwe, conseiller principal à la présidence chargé de la communication. L’on signalera que cette dame était jusqu’ici directrice de l’hôpital prince Régent Charles de Bujumbura, situé dans la zone de Buyenzi, l’un des grands hôpitaux que compte ce pays. Rappelons cependant qu’à un certain moment, cette institution sanitaire a été vilipendée par un haut responsable de l’administration citadine, qui avait déclaré ouvertement par voie de presse qu’il ne peut pas se faire soigner à cet hôpital.

10 mai 2017

Un artiste burundais décidé à développer sa commune. Il s’appelle Carton Ntirampeba beaucoup plus connu sous le sobriquet d’Américain ou de Rasta pour ses dreadlocks à la Bob Marley, son idole jamaïcain. Il vient de réfectionner une route qui mène chez lui baptisée "Kukabaganwa" par des travaux communautaires à la Pierre Nkurunziza. L’on notera que cette route avait été abîmée par des eaux de pluies et que des flaques d’eau couvraient le gros de cette route, ce qui avait poussé les gens de Bukeye a rebaptiser cette ruelle en lui donnant le nom de "Kukibiziba". L’artiste a composé une chanson invitant les Burundais à travailler d’arrache-pieds et d’oublier leur passé douloureux. Dans son clip, des images du président de la République, de la première dame Denise Nkurunziza et d’autres hautes autorités en pleins travaux communautaires, sans oublier le président de l’assemblée nationale. Les travaux de réfection de cette route ont débuté le 11 mai 2016 et prendront fin officiellement demain 11 mai 2017, cette date rappelant, pour la plupart des jeunes, le décès du chanteur jamaïcain Bob Marley dont la musique avait bouleversé, spécialement le reggae, le monde entier du fait que les messages qu’il véhiculait sont toujours d’actualité. Il est décédé alors qu’il allait lancer un autre style de musique, le Ska. A cette occasion, il a invité plusieurs personnalités pour présenter officiellement la route réaménagée. En date du 1er mai 2017, il a chanté pour le premier vice-président de l’assemblée nationale, Agathon Rwasa, qui s’était joint aux populations de cette région pour commémorer cette journée. Il lui a remis une copie d’un cd de cette chanson qu’il présentera également demain. Signalons enfin que Carton Ntirampeba ou Américain a connu la prison pendant 10 ans fermes et du fond de Mpimba, il a composé un album intitulé "Intimba y’umunyororo" ou le chagrin d’un détenu.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014