Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité3 juillet 2018
|Une mort subite d’un prêtre d’origine congolaise inquiète...

Burundi - Sécurité2 juillet 2018
|Un garçonnet de 4 ans retrouvé mort chez ses parents

Burundi - Sécurité30 juin 2018
|Les collègues d’Amissi Hakizimana localisent son emplacement

Burundi - Sécurité29 juin 2018
|Peur panique à la Sobugea

Burundi - Sécurité - Enseignement28 juin 2018
|De l’enseignement précaire à l’insécurité

Burundi - Sécurité27 juin 2018
|Un cadre de la Dpae Muyinga tué

Burundi - Sécurité 26 juin 2018
|Une explosion de grenade sur le boulevard du peuple Murundi

Burundi - Sécurité25 juin 2018
|Insécurité sous toutes ses formes un peu partout au pays

Burundi - Sécurité - Justice23 juin 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de crimes économiques

Burundi - Politique - Santé22 juin 2018
|La santé du président de la République de plus en plus sur les lèvres de la population

Burundi - Sécurité21 juin 2018
|La police appréhende de jeunes Congolais pour observation de leur culture

Burundi - Education - Sécurité20 juin 2018
|Arrestation d’un enseignant accusé de tentative d’assassinat

Burundi - Sécurité 19 juin 2018
|Une pendaison qui suscite des inquiétudes !

Burundi - Sécurité18 juin 2018
|Deux enfants enlevés puis retrouvés à Kayanza

Burundi - Sécurité16 juin 2018
|Les populations de la zone Ngagara se plaignent

Burundi - Sécurité 15 juin 2018
|L’opposition séquestrée sous une autre facette !

Burundi - Sécurité 14 juin 2018
| Une personne tuée lors d’une attaque à la grenade en commune Murwi

Burundi - Sécurité 13 juin 2018
|Un mardi peu tendre !

Burundi –Sécurité 12 juin 2018
|Des disparitions mystérieuses signalées un peu partout

Burundi –Sécurité 11 juin 2018
|Deux personnes tuées, vingt autres blessées suite à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 juin 2018
|Les Batwa arrêtés avant qu’ils ne se fassent justice

Burundi - Sécurité 8 juin 2018
|Une personne tuée à Ngagara

Burundi - Politique7 juin 2018
|Le président de la République promulgue la nouvelle constitution

Burundi - Sécurité 6 juin 2018
|Une personne enlevée et porté disparu à Ngozi

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une pluie torrentielle occasionne seize maisons détruites dans Mutimbuzi

20 janvier 2018

Bujumbura, le 20 janvier 2018 (Net Press) . Selon le porte-parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, une pluie torrentielle qui s’est abattue hier sur la commune Mutimbuzi de la province de Bujumbura rural a occasionné seize maisons détruites. Pierre Nkurikiye affirme que la police burundaise a enregistré 7 maisons détruites dans les localités de Kinyinya 1 et Kinyinya 2 et deux maisons détruites dans Kinyinya trois maisons détruites et un poteau de la Régideso tombé dans la circonscription de Kajaga. Pierre Nkurikiye dit qu’en zone Buterere, en commune urbaine de Ntahangwa, cinq maisons ont été détruites.

Burundi - Education - Sécurité

Des élèves obligés de fuir l’avancée de la rivière Ntahangwa

Bujumbura, le 20 janvier 2018 (Net Press) . Ce sont les écoliers de l’école primaire du jardin public située à Nyakabiga, tout près du lycée Sos, sur la route baptisée "de la mort", au bord de la rivière Ntahangwa. Suite à l’action dévastatrice de cette rivière, certains bâtiments de cette école sont au bord de la destruction.

Les responsables de l’école, devant cette menace imminente, ont préféré faire fuir leurs enfants vers les locaux du lycée Scheppers situés dans la même zone de Nyakabiga, à la 6ème avenue du quartier Nyakabiga II. Les parents des écoliers risquent gros de toucher dans leur porte-monnaie pour financer la réparation de l’école.

Sur un autre chapitre, des sources d’information de Muyinga indiquent depuis que le ministère de l’enseignement a autorisé le recrutement des enseignants selon les besoins dans chaque province, au début du 2ème trimestre, le parti au pouvoir gère les recrutements dans cette province. Selon nos sources, chaque personne qui veut être recrutée doit l’informer à la permanence du parti au pouvoir après avoir déposé son dossier à la direction communale de l’enseignement. "On doit informer le secrétaire communal du parti ! C’est lui qui a le dernier mot !", apprend-t-on d’un jeune récemment recruté. "Des places sont disponibles mais on ne veut pas nous recruter !", signale un jeune diplômé en chômage depuis trois ans. Il estime être victime de ne pas appartenir au parti aux affaires. "Des jeunes sont écartés des emplois dans le secteur de la santé pour le même mobile", ajoute un jeune qualifié en soins infirmiers. Un ancien dignitaire sous couvert d’anonymat, indique que c’est la confusion entre postes techniques et postes politiques. Des jeunes chômeurs se font ainsi recruter au sein du parti présidentiel dans l’espoir d’échapper à cette discrimination. Mais le temps d’observation est aussi long, regrette un nouveau militant.

Burundi - Education

Le journal "La voix de l’Enseignant" s’exprime de nouveau

Bujumbura, le 20 janvier 2018 (Net Press) . Ce journal craint que certains enseignants n’auront plus leurs salaires. En effet, une liste de 15 enseignants vient d’être adressée au ministre de la fonction publique pour suspendre leurs traitements. Ils sont accusés de refuser les nouvelles réaffectations. Pourtant, certains parmi ceux-là ont été redéployés injustement pour le simple fait qu’ils étaient des représentants syndicaux qui ne font que réclamer, donc qui dérangent. Heureusement, poursuit le journal, la ministre de l’éducation vient de recevoir les représentants syndicaux nationaux pour statuer sur le cas et surtout, elle a eu la même compréhension avec ses hôtes.

Sur un autre angle, la formation à distance en cours est contrecarrée par des missions de service. Les groupes de bénéficiaires d’une formation à distance en cours sous l’initiative de la coopération française n’observe pas la régularité requise par une formation à distance. Ils justifient leur irrégularité par les missions de service qui leurs ont confiées. Explication que les formateurs trouvent non fondées.

Par ailleurs, les résultats des élèves du post-fondamental ont été en général moins bons. Aux deux premières semaines du mois de janvier, des conseils pédagogiques ont été organisés dans certaines écoles de la mairie de Bujumbura en vue d’évaluer les résultats du premier trimestre. Au Lycée Scheppers de Nyakabiga, les enseignants touchent du doigt la réforme.

Concernant les frais de fonctionnement, certains directeurs des écoles les jugent insuffisants. En effet, ceux-ci sont devenus insuffisants aussi bien au primaire qu’au secondaire compte tenu des élèves qui payent le minerval. Les écoles éprouvent des difficultés à se procurer du matériel comme les craies, les papiers, à payer les factures d’eau et électricité, etc. Le gouvernement donne 500 francs burundais par élève et par an pour l’école fondamentale. Les responsables scolaires souhaitent que la somme soit revue à la hausse.

La question des élections de 2020 ne cesse de revenir dans les soucis des enseignants. Un groupe de députés dénonce l’inconstitutionnalité de la contribution aux élections. Le groupe parlementaire « Amizero y’Abarundi » dénonce le caractère irrégulier des contributions aux élections. La contribution est trop forte pour eux. Il fallait un dialogue pour fixer un montant raisonnable. Les élections concernent également les enseignants. Les enseignants n’ont pas d’intendance, ils n’ont pas de quota carburant, ils n’ont pas de frais de mission, comme les autres fonctionnaires. Cette ordonnance est contre la loi comme démontré par ces parlementaires. Le ministre de la fonction publique vient de clarifier, par une note de service n°540/124/CAB/2018 du 18 janvier 2018, les modalités de contributions des fonctionnaires aux élections de 2020 d’après l’ordonnance conjointe n°530/540/1772 du 11 décembre 2017 des ministres de l’intérieur et de celui des finances. C’est à partir du salaire de base que les cotisations seront déduites.

Burundi - Rwanda - Confessions Religieuses

L’église catholique à l’encadrement des refugiés de Mahama

Bugesera, le 20 janvier 2018 (Net Press) . L’église catholique rwandaise a organisé un tournoi de sport pour sensibiliser les jeunes contre la consommation des stupéfiants et la lutte contre la pandémie du Vih Sida baptisé "tournoi de la paix". Ces prélats de l’église catholique rwandaise affirment qu’ils ont voulu donner le message aux jeunes adolescents du camps de Mahama, souvent victimes de consommation de l’alcool et d’abus sexuel qui hypothèquent leur avenir.

Les parents qui étaient présents affirment avoir apprécié les conseils prodigués par le clergé rwandais. "Nous sommes ravis du message de l’Eglise Catholique. Elle nous a aidé à donner des conseils forts à nos enfants. Le message était vraiment bien préparé à une catégorie bien ciblée. Tous les concernés étaient là, ceux du secondaire et du primaire", confie une maman du camp de Mahama. Le responsable des réfugiés quant à lui a appelé les enfants à regagner massivement l’école ce lundi pour préparer leur avenir. À la fin des matchs, différents prix ont été décernés aux équipes qui se sont démarquées.

Burundi - Culture

Umudiho music academy décerne les certificats a ses lauréat

Bujumbura, le 20 janvier 2018 (Net Press) . L’école de musique (Umudiho music academy) a remis ce 20 janvier 2018 les certificats aux 27 lauréats qui viennent de terminer la phase preliminaire de la musique. Le directeur de cette école, le chanteur Appolinaire Habonimana, dit qu’une large opinion considère que la musique est jouée par des voyous qui consomment des stupéfiants, raison pour laquelle la société rejette ce métier. Il ajoute qu’en dehors de l’apprentissage de la musique, Umudiho music academy enseigneàa ses étudiants les valeurs de l’homme.

Appolinaire Habonimana conseille aux autres artistes de n’est pas faire de la musique pour générer des revenus mais d’inculquer dans la société les bonnes valeurs avant de lancer un appel vibrant au gouvernement burundais de promouvoir la musique par la protection des droits d’auteurs, un secteur-clé au développement de l’artiste et du pays.

Burundi - Rwanda - Economie

Automobile : Volkswagen investit 20 millions de dollars au Rwanda

Kigali, le 20 janvier 2018 (Net Press) . Le constructeur automobile allemand Volkswagen investit 20 millions de dollars pour une usine d’assemblage et des services de partage de véhicules. Le constructeur automobile allemand a annoncé jeudi 18 janvier la création d’une usine d’assemblage au Rwanda, dont la capacité de production augmentera de façon progressive de plusieurs centaines de véhicules à la mi-2018 à 5 000 véhicules par an.

Les véhicules Volkswagen assemblés au Rwanda – les modèles Passat et Polo initialement, puis peut-être à terme le SUV Teramont – seront destinés au marché domestique. Volkswagen prévoit de lancer conjointement plusieurs services de partage de véhicules, avec la start-up rwandaise Awesomity Lab, à la fois dans les domaines de l’autopartage, du covoiturage et de la VTC.

Dans le cadre de cette première phase, 20 millions de dollars (16,3 millions d’euros) seront investis par Volkswagen. Un protocole d’accord a été conclu avec CFAO qui réalisera les opérations de production et de distribution, important y compris d’autres modèles Volkswagen non produits dans le pays.

Rectificatif.

La rédaction voudrait porter à la connaissance de son lectorat que c’est aujourd’hui 20 janvier 2018 que le président américain, Donald Trump, fête son premier anniversaire en tant que locataire de la Maison Blanche. Ce n’est pas le 18 janvier comme semble le mentionner notre publication du 19 janvier. La rédaction présente ses sincères excuses auprès de son aimable clientèle.

Burundi - Médias

Revue annuelle de la presse, le mois d’août 2017

1er Août 2017

"Le Comesa a été induit en erreur", clame la présidence de la République ! Le porte-parole du président de la République Pierre Nkurunziza, Jean Claude Karerwa, clame haut et fort que le secrétariat général du common market of east and south Africa, Comesa, qui a déclaré que le Burundi n’est pas capable d’accueillir le sommet du marché commun de l’Afrique orientale et australe, faute de moyens logistiques, a été induit en erreur par les ennemis du pays. Jean Claude Karerwa estime que le Burundi regorge de beaucoup d’Hôtels équipés des suites présidentielles, capables d’accueillir les chefs d’Etats au sommet. Karerwa affirme que Bujumbura dispose de plus d’une quarantaine de véhicules luxueux capables de transporter les éminents invités. Une large opinion dit que le porte-parole du président dit la vérité et rien que la vérité car le Burundi est le pays le plus pauvre de la planète mais qui regorge des véhicules tellement luxueux que pendant les heures de pointe, en file indienne, sont dans l’embouteillage avant d’affirmer que le Burundi regorge de nombreux hôtels luxueux, en témoigne l’hôtel club du Lac Tanganyika, l’hôtel le Panoramique, l’Hôtel Bel Air qui a été hautement apprécié par le président ougandais Yoweli Kaguta Museveni lors de son séjour sur Bujumbura. La même source conclut que le gel des aides directes de l’Union Européenne serait derrière cette interdiction.

2 août 2017

La partie gouvernementale et le Cnred se seraient quittés sans compromis. Il est pour le moment difficile de savoir les véritables questions abordées par les "négociateurs burundais" de Helsinki en Finlande, car toutes les balises ont été prises pour que rien ne filtre de cette rencontre. Malgré cela, les premières informations commencent à se faire entendre de la part de quelques indiscrets et indiquent qu’il s’agit d’une 3ème rencontre du genre. En effet, les représentants du gouvernement croyaient qu’ils allaient faire une promenade de santé et qu’ils allaient obtenir du Cnared un accord pour que ces politiciens rentrent au Burundi. Cela devrait permettre au régime de Bujumbura de montrer à la face du monde qu’il y a une avancée significative dans la résolution interne du conflit burundais. De cette manière, il y aurait également moyen pour Bujumbura de convaincre facilement la communauté internationale, l’Onu, l’Union européenne, l’Union africaine, la communauté est-africaine, etc ; pour qu’elle lève les sanctions qu’elle a prise contre le régime actuel. Mais cela n’a pas été facile car la délégation du Cnared, à travers l’Uprona et le Msd, auraient manifesté plusieurs inquiétudes et posé plusieurs conditions avant leur retour. Il s’agissait notamment du démantèlement de la milice Imbonerakure, de la création du tribunal spécial pour le Burundi, de la traduction en justice de certains dignitaires burundais, du partage des postes au sein du sénat, de l’assemblée nationale et du gouvernement, de la restructuration du corps de défense et de sécurité, etc, ce que les représentants du gouvernement auraient catégoriquement refusé. Les deux parties auraient dont décidé de surseoir à leur rencontre et aucun autre calendrier n’a été fixé.

3 août 2017

Un feu se déclare dans la réserve naturelle de la Rukoko. Selon des informations en provenance de la réserve naturelle de la Rukoko, un feu s’y est déclaré depuis hier et s’est étendu jusque dans le cimetière de Mpanda, toujours dans la commune de Gihanga de la province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Cette réserve de la Rukoko, qui fait frontière avec la République démocratique du Congo, est très convoitée pour diverses raisons, bonnes ou mauvaises, raison pour laquelle les militaires la surveillent de très près car mêmes des rebelles peuvent attaquer des positions militaires ou policières et s’y retranchent. C’est pourquoi jusqu’à présent, l’on ne sait pas dire si l’incendie est d’origine criminelle ou accidentelle.

Toujours dans le cadre de la sécurité, il y a un anniversaire de deux ans après l’attaque à l’arme automatique du président de l’Aprodh, Pierre-Claver Mbonimpa. A cette occasion, il a sorti lui-même un communiqué que la rédaction livre entièrement à son lectorat.

"En mémoire des victimes du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza

"Deux ans viennent de s’écouler, après que j’ai échappé de justesse à mon assassinat. C’était le 03 Août 2015 à 18h du soir, lorsqu’un bourreau du gouvernement de Pierre Nkurunziza a tiré quatre balles sur moi, mais Dieu aidant, une seule m’a touché. C’est pourquoi j’appelle encore une fois toute personne soucieuse du respect des droits de la personne humaine, toute personne éprise du respect de la légalité et de l’établissement d’un Etat de droit au Burundi d’allumer une bougie, ce jeudi 03 Août à partir de 18 h, en mémoire des personnes tuées, torturées, des femmes violées par ceux qui étaient censés les protéger, des prisonniers, des réfugiés, des rescapés, des disparus, de ceux qui vivent dans la peur au Burundi et qui ne savent pas à quel saint se vouer, ainsi que ceux qui croupissent dans la pauvreté sans nom à cause du troisième mandat de Pierre Nkurunziza. "Après l’orage, le beau temps."

4 août 2017

La coopération technique belge appuie la formation pédagogique de plus de 10.000 enseignants. Pour la deuxième année consécutive, de nouvelles orientations pédagogiques et didactiques, telle la pédagogie de l’intégration qui vise à placer l’élève au centre des apprentissages, se mettent en place dans les écoles du cycles post-fondamental. A travers un communiqué de presse, la coopération technique belge informe sur ses objectifs à atteindre en appuyant ce programme, sur l’effectif des enseignants à former, sur le coût de telles formations tout en informant que cette activité est réalisée dans le cadre du soutien de la coopération belge à la population burundaise dans le secteur de l’éducation.

5 août 2017

La Chine de plus en plus dans l’œil du cyclone. Depuis plus deux ans que le Burundi est plongé dans une crise multisectorielle due au 3ème mandat controversé de Pierre Nkurunziza, la Chine n’a cessé de soutenir le régime en place, aussi bien dans le pays que dans des fora internationaux, si bien que les réunions de l’Onu par exemple sur le Burundi n’aboutissent jamais à rien suite à l’opposition de l’Empire du Milieu. C’est ce qui a poussé certains milieux de l’opposition de s’attaquer aux forces qui soutiennent le régime de Bujumbura, à commencer par la Chine. Ainsi, le Cnared attire l’attention des pays, organisations et institutions financières internationales qui concluent des engagements avec Bujumbura. Pour lui, ces derniers sont nuls et de nul effet. En outre, ces financements sont à l’origine des crimes de toutes natures commises par le pouvoir en place. Ces messages sont adressés particulièrement à la banque nationale chinoise qui aurait accordé un crédit de plusieurs milliards de dollars au pouvoir de Pierre Nkurunziza, un crédit remboursable sur 20 ans. L’on se rappelle qu’il y a peu, le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao, arrivait dans notre pays en date du 10 mai 2017 pour une visite de 3 jours dans notre pays. Il avait affirmé son soutien sans faille au Burundi et ce, sans contrepartie, ce qui avait indigné les milieux de l’opposition, voire de l’Occident. Mais ceux qui connaissent bien le peuple chinois, il ne fait rien pour rien, il a certainement des intérêts qu’il défend et que la population burundaise ne voit pas dans l’immédiat. Ce pourrait être l’exploitation du sous sol burundais ou autres constructions des routes et infrastructures comme on en voit tous les jours.

7 août 2017

Bujumbura rejette le rapport du conseil de sécurité. Le secrétaire général du gouvernement, Philippe Nzobonariba, à travers un communiqué rendu public ce samedi dernier, 5 août 2017, rapporte que le gouvernement burundais s’en prend du rapport du conseil de sécurité tenu en date du 2 août 2017. Philippe Nzobonariba regrette que le conseil de sécurité des Nations Unies continue de croire aux rapports biaisés et savamment manipulés par les ennemis du pays, faisant état des actes de tortures, de disparitions forcées et d’exécutions extrajudiciaires. Comme le conseil de sécurité l’exige, Nzobonariba rejette en bloc l’idée de collaborer avec la commission d’enquête sur le Burundi créée par la résolution A/Hcr/33/24 du conseil des droits de l’homme. Nzobonariba dit que le gouvernement a rejeté ce rapport parce que son contenu était mensonger et politiquement manipulé par les ennemis du pays et que la mise en place de cette commission n’a pas été convenue avec Bujumbura. Concernant la non-application par le gouvernement de la Résolution 2303 du conseil de sécurité (déploiement de 228 policiers au Burundi), le gouvernement burundais dit que la Résolution a été prise en violation des règles élémentaires régissant cette famille universelle et surtout de la souveraineté de son territoire.

8 août 2017

Karusi, et si l’état-civil pourrait avoir exagéré ! Il s’agit d’une histoire à en rire ou à en pleurer selon les sensibilités de chacun. En effet, un homme et sa fiancée se sont présentés vendredi 4 août 2017 à la commune de Buhiga pour célébrer leur mariage. Pour jurer leur amour et fidélité, ils devaient tenir le drapeau national dans la main. Les fiancés, qui sont également des fidèles de l’église des Témoins de Jéhovah, ont refusé de s’exécuter, arguant que dans leur religion, il est strictement interdit de toucher au drapeau du pays. Non seulement ils n’ont pas célébré leur mariage, mais ils ont été directement conduits dans les cachots de la commune. Ils viennent de passer plus de trois jours dans les cachots et selon des informations recueillies sur place, ils risquent une peine de deux mois à cinq ans et une amende conformément au code pénal burundais. Selon une certaine opinion, l’état-civil a exagéré car il aurait tout simplement arrêté de célébrer le mariage et non aller jusqu’à emprisonner des fiancés.

9 août 2017

La situation du Burundi préoccupe les Pays –Bas. En visite au Burundi du 5 au 9 août 2017, l’envoyée spéciale des Pays–Bas dans la région des grands lacs, Kadja Lasseur, s’inquiète de la situation socio-politico – humanitaire qui prévaut au Burundi depuis l’éclatement de la crise multisectorielle de 2015. Kadja Lasseur affirme que l’objectif de sa visite au Burundi était de se rendre compte de la situation sur terrain au Burundi et dit que malgré une légère amélioration de la situation sécuritaire, cette dernière reste fragile. Elle appelle à l’amélioration des conditions sécuritaires. Kadja Lasseur affirme qu’au cours de sa visite à l’intérieur du pays dans les provinces de Rumonge et de Makamba, elle a déploré avec horreur la précarité que vit la population due aux catastrophes naturelles et les effets de la crise que traverse le Burundi depuis deux ans. La même source indique que le royaume de Pays Bas reste au chevet du Burundi en appuyant les domaines agricoles, la santé de la reproduction, l’institution de l’Ombudsman de la République du Burundi, la paix et justice à hauteur de 4o millions d’euros. Pour sortir de l’impasse que traverse le Burundi, Kadja Lasseur lance un appel vibrant au gouvernement burundais de pouvoir faciliter la reprise des pourparlers et améliorer la situation sécuritaire dans le pays.

10 août 2017

La fille de feu lieutenant général Adolphe Nshimirimana dans l’humanitaire. Inès Nshimirimana, la fille de feu Adolphe Nshimirimana, ancien patron du service national des renseignements assassiné le 2 août 2015 dans sa Kamenge natale, a procédé ce mercredi à la remise du matériel scolaire à plus ou moins 200 jeunes des zones Kamenge et Musaga, enfants des démobilisés. Selon des sources d’information concordantes, Inès Nshimirimana indique qu’une telle action est un legs de feu son père qui a connu lui aussi une vie difficile dans sa jeunesse. Elle dit également qu’elle s’intéresse beaucoup à la jeunesse, surtout celle qui fréquente l’école. Coïncidence ou pas, les zones de Kamenge et Musaga apparaissent comme des antipodes du fait que la première est supposée être un soutien sans condition du gouvernement Nkurunziza alors que la seconde était une opposition farouche à sa réélection pour un troisième mandat controversé. Malgré cela, l’opinion a accueilli ce geste avec satisfaction car elle trouve que les jeunes d’aujourd’hui ont tendance à transcender les barrières psychologiques, ethniques, religieuses, de genre ou régionales, qui ont toujours habité leurs parents jusque très récemment. Elle encourage donc une telle initiative et demande qu’Inès Nshimirimana soit soutenue pour qu’elle aille toujours de l’avant.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI