Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Burundi - Sécurité 6 octobre 2018
|Une bonne initiative mais ….., clament les habitants de la zone Cibitoke !

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Deux frères jumeaux disparus dans la zone Kanyosha

16 février 2018

Bujumbura, le 16 février 2018 (Net Press) . Deux frères jumeaux, Evariste Bukuru et Eric Butoyi ont été arrêtés dimanche 11 février à Muyira de la zone Kanyosha vers 11 heures. Non seulement leur famille ne connaît pas les mobiles de cette arrestation, mais aussi elle ne sait pas où ils se trouvent.

Par hasard, la même famille est parvenue à découvrir l’emplacement de l’un des jumeaux, Evariste Bukuru. Il se trouve dans les cachots de la zone Kanyosha, mais son frère reste introuvable, après avoir été emporté par une jeep pickup de couleur blanche, comme l’affirment les témoins.

Le chef de zone Kanyosha indique qu’il n’est pas au courant de cette disparition car personne ne lui en a parlé. De son côté, sa famille voudrait que si jamais ils sont coupables, qu’ils soient traduits devant la justice ou alors s’ils sont innocents, qu’ils soient relâchés immédiatement pour qu’ils rejoignent les leurs.

Burundi - Négociations

Le Burundi à l’agenda du prochain sommet des chefs d’Etat de l’Eac

Kampala, le 16 février 2018 (Net Press) . Selon des informations en provenance de la médiation, le sommet des pays de la communauté est-africaine est prévu du 21 au 23 février 2018 à Kampala en Ouganda. A l’agenda, des questions d’infrastructures de développement, de santé dans la communauté mais également et surtout la crise burundaise, selon les sources proches de la médiation.

Il est également prévu que le facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin William Mkapa, aura enfin une bonne occasion d’exposes sur son rapport au sommet des chefs d’Etat, a souligné le secrétaire général de l’Eac, Libérat Mpfumukeko, avant d’ajouter qu’il avait tant souhaité la tenue de ce sommet.

Le dernier round du dialogue inter-burundais de sortie de crise avait été tenu en décembre dernier et s’était soldé par un échec, les différents délégués n’ayant pas pu trouver un consensus. Mkapa s’était contenté de relever les points de divergence qu’il promettait de présenter au sommet des Chefs d’Etat.

D’après toujours Libérat Mpfumukeko, ce sera l’occasion pour le facilitateur de revenir sur cette 4ème session. La suite du dialogue sera déterminé par les chefs d’Etat. La semaine dernière, Benjamin Mkapa avait rencontré le médiateur principal, Yoweri Museveni, le président ougandais et président en exercice de l’Eac sur le même sujet. Tous les pays de la communauté ont déjà confirmé leur participation au sommet mais du côté de Bujumbura, nul ne sait encore si le président Pierre Nkurunziza fera le déplacement ou s’il se fera représenter comme le fait ces derniers temps.

Burundi - Référendum

Des Burundais dénoncent un « enrôlement forcé », dixit Rfi

Bujumbura, le 16 février 2018 (Net Press). Selon ce médium, au Burundi, l’enrôlement des électeurs bat son plein en vue d’un référendum constitutionnel contesté et prévu en mai prochain mais aussi des élections générales de 2020. A mi-parcours de cette période qui s’étend du 8 au 17 févier, la commission électorale nationale indépendante (Ceni) s’est dit satisfaite. Elle assurait ce 14 février que 58% des électeurs attendus s’étaient déjà fait inscrire. Mais l’opposition, des témoins et les quelques médias indépendants encore actifs au Burundi dénoncent des « enrôlement forcés » à travers tout le pays et une pression accrue sur la population à l’approche de la fin de la période prévue pour l’enrôlement des électeurs.

Au Burundi, des médias et des témoins dénoncent des cas, toujours plus nombreux, où des Imbonerakure, des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir que l’ONU qualifie de « milice », ferment une école ou un marché en exigeant de tous ceux qui ont 16 ans révolus d’aller se faire inscrire sur les listes électorales.

D’autres témoignages font état de menaces proférés par l’administration de ne pas donner aux paysans de l’engrais qu’ils ont pourtant payé de leur poche ou encore de soins médicaux s’ils ne se sont pas fait enregistrer.

Impossible, par exemple, ce 14 février de rentrer dans Bubanza sans montrer patte blanche, selon un habitant de cette ville du nord-ouest du pays. « Depuis l’aube, tous les passants étaient obligés de s’arrêter à des barrages où il y avait des Imbonerakure et des policiers, raconte-t-il. Personne ne pouvait passer sans montrer son récépissé d’enrôlement. Les Imbonerakure vous obligeaient dans ce cas à rebrousser chemin et à aller d’abord vous faire enregistrer avant de vaquer à toute autre occupation ».

« Bavure »

L’opposition burundaise dénonce « un enrôlement forcé » qui viole les lois du pays. Mais du côté du pouvoir, on proteste de sa bonne foi, même si on reconnaît ne pas être à l’abri d’une « bavure ». « Pour tout ce qui se passe aujourd’hui, on pointe du doigt les Imbonerakure, déclare le premier vice-président, Gaston Sindimwo. Je ne veux pas être le porte-parole de ces groupes mais certains peuvent être tentés d’abuser du pouvoir de cette association pour commettre quelques bavures. Mais au niveau du gouvernement, nous mettons en avant la sensibilisation ». Enfin, prévient le responsable burundais, ceux qui ne s’enrôlent pas aujourd’hui ne pourront pas voter aux élections générales de 2020.

Burundi - Sécurité

La police réagit face au comportement des administratifs qui enrôlent par force les électeurs

Bujumbura, le 16 février 2018 (Net Press) . Le porte-parole de la police nationale, Pierre Nkurukiye, lors d’un point de presse, dit que le comportement des administratifs qui enrôlent par force les électeurs à la prochaine retouche de la constitution violent la loi.

Sur la question de savoir si la police nationale est soumise aux injonctions du parti aux affaires, Pierre Nkurikiye s’en prend à ces propos, avant d’ajouter que la police burundaise reste professionnelle, intervient dans des opérations de maintien de la paix, de garantir la paix et la sécurité des citoyens sur toute l’étendue du pays à travers la police de proximité.

Répondant à la question de savoir pourquoi un criminel qui est souvent traqué par la police est parfois relâché sans délais, Pierre Nkurikiye affirme que ce manquement est malheureusement observable, mais souligne que le juge qui est coupable est poursuivi par la justice.

Signalons que cet avant-midi, un reporter de Net Press s’est rendu au bureau de la commune Mukaza, en mairie de Bujumbura. Il a voulu savoir s’il n’y aura pas de prolongement de la période d’enrôlement au regard de la population qui cherche encore les cartes nationales d’identité.

" Non", a répondu sèchement un responsable. "Les Burundais ont la mauvaise habitude de réagir à la dernière minute. Je viens de la commune Muha, les populations sont pleines en train de chercher les cartes nationales d’identité alors que la date limite d’inscription est ce 17 février. Il faut que les retardataires soient punis. Par ailleurs, nous avons déjà atteint l’effectif voulu pour ce référendum".

A la question de savoir les effectifs déjà enregistrés, le même responsable a répondu avec promptitude : plus de 4 millions et 100 milles personnes à travers tout le pays.

Burundi - Education

Une mobilisation intense des élèves pour les élections à venir

Bujumbura, le 16 février 2018 (Net Press) . Depuis le début des enrôlements pour le référendum constitutionnel et les élections de 2020, les administratifs à la base et les autorités scolaires s’agitent pour inscrire plus d’élèves possibles. Des enseignants se demandent pourquoi ? Il y a eu d’autres rendez-vous électoraux au Burundi, pourquoi ceux de 2018 et 2020 mobilisent le secteur de l’éducation ? On a déjà perdu beaucoup de semaines de cours par manque de manuels scolaires, mais les directions scolaires n’hésitent pas à renvoyer les élèves pour qu’ils s’accommodent avec l’enrôlement des électeurs mais aussi perdent encore du temps pour avoir de la matière. Pour les fonctionnaires, l’enrôlement se fait après les heures de service. Pourquoi pas eux ?

Concernant la contribution aux élections de 2020, les enseignants indiquent qu’ils s’en acquittent par intimidation. Pour eux, c’est avec la mort dans l’âme que les enseignants donnent la contribution aux élections qui s’ajoute à celle retenue sur leurs salaires. Même si les responsables scolaires disent que cette contribution est volontaire, ils s’exécutent pour se prévenir contre les représailles éventuelles. Ils prennent cette précaution dans la mesure où les listes de ceux qui n’ont pas touché dans leurs poches sont dressées au niveau de chaque école.

Parlant des réformes au ministère de l’éducation, la ministre Janvière Ndirahisha informe que les finalistes de cette année ne bénéficieront pas de cooptation. Elle a fait une descente-surprise dans certaines écoles de la municipalité de Bujumbura. L’essentiel de son message est la non cooptation des résultats à l’examen d’Etat à la fin de cette année. Aussi, seuls les résultats à cet examen seront considérés dans la qualification des lauréats.

Malgré cela, il y a mécontentement des élèves des élèves de l’école « Kibenga Shine School » contre la hausse du minerval. Les élèves de l’école Kibenga Shine School sont en grève depuis le début de la semaine. Ils sont contre la majoration du minerval. Ils proposent que l’augmentation de 10 mille francs burundais soit un consensus de tous les parents et non une décision de l’école. L’école chercherait de l’argent pour motiver les enseignants.

Burundi - Rdc - Rwanda - Sécurité

Les militaires congolais et rwandais se rentrent dedans

Rutchuru, le 16 février 2018 (Net Press) . Au début de cette semaine, mardi le 13 février 2018, les forces armées rwandaises et celles de la République démocratique du Congo se sont rentrées dedans dans la région de Bikenge, dans le parc des Virunga dans le territoire de Rutschuru.

Les deux parties s’accusent mutuellement d’agression et de violation du territoire dans ces affrorntements qui ont fait trois morts, du côté des Fardc. Les Congolais indiquent que l’armée rwandaise a pénétré jusqu’à une distance variant entre 150 et 400 mètres à l’intérieur de la République démocratique du Congo. Comme les deux parties ne s’entendent pas, il a été demandé aux forces de la sous-région de diligenter une enquête indépendante et bien fouillée sur ces affrontements, en désignant même l’agresseur dans ces circonstances.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité