Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Burundi -Sécurité15 août 2018
|Une explosion de grenade fait un mort au Nord du pays

Burundi - Justice - Sécurité 14 août 2018
|Accusé de fournir des informations qui ternissent l’image du pays, il écope de 20 ans prison

Archives

 

 

 



Burundi - Elections

Les populations toujours devant les communes pour demander des cartes d’identité

17 février 2018

Bujumbura, le 17 février 2018 (Net Press) . Les préposés des différentes communes n’ont pas eu droit au repos ce samedi 17 février. Malgré la position radicale de la Ceni de ne pas accorder un délai supplémentaire pour les inscriptions, plusieurs files étaient perceptibles devant les bureaux des différentes communes de la mairie de Bujumbura. L’objectif était de pouvoir se procurer d’une carte nationale d’identité pour élire au mois de mai 2018 et en l’an 2020.

Les personnes contactées par la rédaction ont indiqué qu’elles doivent absolument avoir une carte pour élire comme les autres car cela est un devoir civique. Mais elles étaient presque découragées au regard des foules qui avaient afflué aux bureaux des communes pour chercher ce document.

Une autre catégorie de gens indiquait qu’elle avait peur de la gestion d’après l’enrôlement. Certaines personnes estiment qu’elles n’auront plus droit à certains avantages comme cela commence à se faire sentir dans certaines contrées et trouvent qu’elles ont intérêt à faire comme les autres, juste pour sauver leur peau. Apparemment, malgré les assurances de l’administration que l’enrôlement est volontaire, ces personnes restent sceptiques.

Un observateur qui était sur place devant l’un de ces bureaux s’est posé la question de savoir comment vivaient toutes ces personnes sans cartes nationales d’identité. Pour lui, même la police a été quelque peu défaillante car c’est pratiquement la moitié de la population urbaine qui n’a pas ce document, ce qui est une source certaine d’insécurité dans la capitale, a-t-il conclu.

Burundi - Justice

Vers le désengorgement des prisons

Ngozi, le 17 février 2018 (Net Press) . Dans le cadre de la mise en application de la grâce présidentielle concernant plus ou moins 2000 détenus à la Saint-Sylvestre 2017, la ministre de la justice a procédé ce vendredi 16 février 2018, au lancement de cette libération des détenus graciés par le président Nkurunziza.

Ce lancement a eu lieu dans la province de Ngozi où la ministre a fait libérer 490 détenus, 430 hommes et 60 femmes. L’on rappellera que Ngozi est la seule province qui regorge de deux prisons, une particularité qu’elle partageait auparavant avec la province de Bururi avant que Rumonge ne devienne à son tour une entité provinciale et administrative à part entière.

Pour rappel, ceux qui sont concernés par cette grâce sont les détenus condamnés pour plus de 5 ans, des femmes enceintes et celles qui allaitent, les handicapés, ceux qui ont déjà purgé la moitié de leurs peines, etc. Evidemment, l’on doit également tenir compte de la nature de leurs infractions ainsi que de leur comportement dans les différentes prisons.

Une large opinion soutient cette mesure mais demande aux autorités de protéger les personnes libérées car, de par le passé, elles étaient soit tuées par vengeance ou alors portées disparues aussitôt après leur libération.

Burundi - Election

L’Ombudsman verse sa contribution à la banque pour les élections de 2020

Ngozi, le 17 février 2018 (Net Press) . Edouard Nduwimana, Ombudsman du pays, était hier matin à la banque centrale du Burundi, antenne de Ngozi, pour donner sa contribution aux élections de 2020. Selon des informations proches de cette banque, Edouard Nduwimana a contribué à concurrence de 3.000.000 de nos francs.

Il vient d’emboiter le pas à plusieurs autres autorités de ce pays, dont des membres du gouvernement, des hautes personnalités, mais également d’un enfant de neuf ans qui fréquente la 5ème année primaire dans la province de Ngozi. Selon des observateurs, ce mouvement avait tendance à décélérer ces derniers temps pour des raisons qu’ils ignorent.

Burundi - Culture

Quand des artistes s’amusent à dire n’importe quoi

Kigali, le 17 février 2018 (Net Press) . Il s’agit d’un Rwandais qui a évolué en Jamaïque aux côtés du roi du Reggae, Bob Marley. Il s’appelle Jean Baptiste Gatari, connu sous le sobriquet de Natty Dread. Dans ses déclarations, il a fait savoir qu’il y a un petit groupe de personnes qui veulent effacer le reggae mais que cela n’est pas possible car Jésus Christ est lui-même un Rasta et qu’il chante le reggae.

Il poursuit en indiquant que les mots que l’on chante dans ce type de musique sont tellement forts que les esprits mauvais n’ont d’autre choix que de fuir. Il fait savoir que le style reggae occupe toujours une place de choix dans la musique même si les gens commencent à s’en méfier, les journaux ne publient plus sur le reggae, voire même les Dj. Il trouve cependant que la musique reggae est la seule que Dieu soutient, elle restera vivante même si Babylone veut la tuer.

De leurs vivants, les grandes stars du reggae considéraient Babylone comme des ennemis de la paix, des riches hommes oppresseurs de Noirs et qui sont prêts même à détruire le monde pour leur sécurité. Toutes ces catégories d’hommes méchants étaient placées dans un monde de Blancs, à l’époque de la colonisation et les premières années des indépendances en Afrique.

Il ne faut pas perdre de vue que ces grandes figures chantaient des réalités qu’elles vivaient. L’on saura que Bob Marley est né le 6 février 1945, en pleine deuxième guerre mondiale ( 1er septembre 1939 - 2 septembre 1945), à une dizaine d’années des premières indépendances en Afrique. Serait-il ce que veut dire Natty Dread en démontrant que Babylone veut tuer le style reggae ?

Burundi - Usa - Justice

13 Russes inculpés pour ingérence dans l’élection présidentielle

Washington, le 17 février 2018 (Net Press) . La justice américaine a inculpé treize Russes et trois entités russes pour ingérence dans les élections et le processus politique américain, selon un communiqué de vendredi le 16 février du procureur spécial chargé de ce dossier, Robert Mueller.

Sur Facebook, Instagram et Twitter, derrière des centaines de milliers de faux comptes, des publicités payées sous de fausses identités, ils se faisaient passer pour des citoyens américains pour dénigrer certains candidats comme Hillary Clinton et en promouvoir d’autres pro-russes comme Donald Trump,.

Parfois, ils allaient jusqu’à organiser de fausses manifestations le même jour, au même endroit, une pour et une contre Donald Trump. Avec pour objectif, selon la justice américaine, de diviser et attiser les tensions sur les sujets les plus polémiques : immigration, islam, racisme et minorités. « Les accusés auraient mené ce qu’ils appellent une guerre de l’information contre les Etats-Unis », explique Rod Rosenstein en conférence de presse.

Le procureur général adjoint du ministère de la Justice chargé de superviser l’enquête russe menée par le procureur spécial Robert Mueller, a rendu public ce vendredi l’acte d’inculpation de 37 pages contre les 13 « conspirateurs russes accusés de promouvoir la discorde aux Etats-Unis en sapant la confiance du public dans la démocratie ».

Un budget de plusieurs millions de dollars

Les treize Russes sont accusés de complot en vue de tromper les Etats-Unis, trois d’entre eux sont accusés également de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d’identité, précise le communiqué. Ce complot visait « à s’ingérer dans les processus politique et électoral américain, dont l’élection présidentielle de 2016 », selon le document rendu public par le ministère de la Justice.

Selon l’acte d’accusation, des centaines de personnes ont participé à cette déstabilisation pour un budget de plusieurs millions de dollar. Leur campagne était dirigée depuis la Russie via une entreprise financée par Evgueni Prighozine, un proche de Vladimir Poutine. Ce groupe avait « pour objectif stratégique de semer la discorde dans le système politique américain » et a, à partir de la mi-2016, soutenu la campagne de Donald Trump. Il aurait notamment contacté « à leur insu » des membres de l’équipe du président américain.

L’équipe de Robert Mueller cherche à établir si la Russie a interféré dans l’élection présidentielle pour aider Donald Trump à battre Hillary Clinton, s’il y a eu collusion de l’équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie et si Trump a tenté de faire obstacle aux investigations.

Une équipe de campagne dans la tourmente

Trois membres de l’équipe de campagne de Donald Trump, dont son ex-directeur Paul Manafort, ont été mis en accusation et l’ancien conseiller du président à la sécurité nationale Michael Flynn a reconnu avoir menti au FBI et accepté de coopérer avec la justice.
Les principaux services de renseignement américains ont déjà dénoncé l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016, VIA des campagnes sur les réseaux sociaux et le piratage d’informations provenant du camp démocrate.

Le président Trump a réaffirmé que sa campagne n’avait rien d’illégal et a rejeté toute collusion entre son équipe de campagne et la Russie, alors que Moscou dément régulièrement les accusations américaines et a rapidement qualifié « d’absurde » l’inculpation de ses treize ressortissants par la justice américaine.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi