Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité4 février 2019
|Sept personnes grièvement blessées au Nord Ouest du pays

Burundi - Rdc - Sécurité2 février 2019
|Les combats des Burundais en Rdc de plus en plus confirmés

Burundi - Rdc - Sécurité 1er février 2019
| Quatre corps de militaires burundais tués en Rdc rejetés par la rivière Rusizi

Burundi – Justice 31 janvier 2019
|L’étau judiciaire se resserre autour des membres de l’opposition !

Burundi - Sécurité30 janvier 2019
|Des tris nourris inquiètent la population de Gihanga

Burundi - Rdc - Sécurité29 janvier 2019
|La province de Rumonge suspend provisoirement les voyages vers la Rdc

Burundi - Sécurité28 janvier 2019
|Un dimanche pas tendre dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité26 janvier 2019
|Quand des rumeurs se propagent dans un laps de temps

Burundi - Sécurité 25 janvier 2019
|Des crépitements d’arme lourde entendus en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité24 janvier 2019
|L’immeuble de Lumitel, agence de Kayanza, réduit en cendres

Burundi – Sécurité 23 janvier 2019
|Le ministre de la défense remercie les forces de sécurité et les jeunes ...

Burundi - Sécurité 22 janvier 2019
|Un réfugié burundais vivant au Kenya tué

Burundi - Sécurité - Environnement21 janvier 2019
|Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

Burundi - Kenya - Rwanda - Sécurité 19 janvier 2019
|Le passeport biométrique des réfugiés burundais vivant au Rwanda remis en cause au Kenya

Burundi - Sécurité 18 janvier 2019
|Deux personnes tuées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité17 janvier 2019
|Une personne tuée à l’Est de la capitale

Burundi - Sécurité 16 janvier 2019
|Cibitoke : Un membre de l’opposition sérieusement tabassé par la police

Burundi - Sécurité 15 janvier 2019
|Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Burundi - Sécurité 14 janvier 2019
|Le marché de Matana dévasté par un incendie

Burundi - Tanzanie - Sécurité12 janvier 2019
|Peur-panique dans les camps des réfugiés basés en Tanzanie

Burundi - Sécurité11 janvier 2019
|Une vision différente de la mouvance présidentielle !

Burundi - Sécurité10 janvier 2019
|Le gouverneur de la province de Rumonge échappe de justesse à un attentant à la grenade

Burundi - Sécurité9 janvier 2019
|La police met la main sur 6 voleurs présumés de véhicules

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Pas de manifestation pour ce samedi 24 février

24 février 2018

Bujumbura, le 24 février 2018 (Net Press) . Selon des sources d’information concordantes, rien n’est prévu comme manifestation pour ce samedi 24 février 2018. Les autorités de Bujumbura attendent certainement les résultats du sommet de Kampala qui a pris fin hier et qui s’est prononcé sur la situation politico-sécuritaire et humanitaire au Burundi.

Des analystes indiquent que si une manifestation n’a pas eu lieu, c’est que le regard de Bujumbura est tourné justement vers Kampala où se tient ce sommet très important pour le pays. Sinon, la semaine qui suit, il ne serait pas étonnant de voir que le pouvoir se met dans la rue pour soit, dénoncer le rapport de l’Ocha, soit pour dénoncer ou remercier Kampala, en fonction de la déception ou de la satisfaction du régime en place.

L’on apprend que le sommet des chefs d’Etat, auquel se sont absentés les présidents Pierre Nkurunziza et Paul Kagame du Rwanda, a reconduit le facilitateur dans sa mission, ce qui a choqué l’opposition radicale du Cnared. L’on apprend également qu’en marge du sommet, le premier vice président de la République, Gaston Sindimwo, a rencontré son homologue ougandais qui lui a "intimé" l’ordre de respecter l’accord d’Arusha d’août 2000.

Burundi - Sécurité

L’armée sur le qui-vive contre les rumeurs !

Bujumbura, le 24 février 2018 (Net Press) . Des informations en provenance d’un peu partout indiquent que le commandement de l’armée burundaise serait sur le point de se diviser en plusieurs lambeaux pour diluer l’armée burundaise qui présentait le visage d’unité contre toutes formes d’agressions.

Lle porte-parole de l’armée burundaise, le colonel Gaspard Baratuza, contacté par la rédaction, dit que dans le but de se doter d’une’armée burundaise professionnelle se conformant au standard international, le commandement régional militaire va se transformer en quatre divisions régionales en l’occurrence Bujumbura, Muyinga, Gitega et Makamba.

Le colonel Gaspard Baratuza s’inscrit en faux contre certaines rumeurs que la nouvelle restructuration vise à diviser l’armée burundaise et affirme que le commandement de l’armée burundaise est bâti sur le bureau du chef d’état-major de l’armée, constitué par l’armée de terre, de l’air et de l’eau. Il affirme en outre que les quatre divisions qui seront implantées viennent se conformer aux normes des pays de la communauté est africaine pour se doter d’une armée plus professionnelle et moderne.

Le colonel Baratuza dément également les informations du journal rwandais en ligne www.bwiza.com qui stipulent que le chef d’état-major général de l’armée burundaise, le général Prime Niyongabo et le général Kayumba Nyamwasa, cet ancien proche du président rwandais Paul Kagame, tombé en disgrâce dans l’armée rwandaise pour son implication présumée dans le renversement de l’homme fort de Kigali, entretiendraient des liens étroits pour attaquer le Rwanda en vue de chasser du pouvoir le président rwandais.

Le colonel Baratuza affirme que les deux militaires ne se connaissent pas pour planifier cette attaque contre le Rwanda avant d’ajouter que le Burundi n’a pas d’intérêt à attaquer le Rwanda, mentionnant en conclusion que c’est plutôt le pays de Paul Kagame qui a attaqué dernièrement le Burundi dans un passé récent.

Burundi – Sécurité

Bujumbura demande au système des Nations d’aider seulement dans le développement !

Bujumbura, le 24 février 2018 (Net Press) . Apres que le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires concernant le plan de réponse humanitaire pour le Burundi 2018, Ocha, eut précisé que le Burundi est sous le seuil d’insuffisance alimentaire, le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, s’inscrit en faux contre ce rapport. Il indique que le Burundi se porte bien par rapport à l’année 2017 et plaide pour que les système des Nations unies aide uniquement dans le domaine du développement .

Philippe Nzobonariba dit que le chiffre avancé par le système des Nations unies en rapport avec des personnes en extrême nécessité alimentaire est faux et déplore que ce n’est pas pour la première fois , et affirme que la situation du Burundi est meilleur par rapport à celle de 2017. Il affirme que cela est dû aux efforts consentis par le gouvernement dans le secteur agricole, dans le domaine de la santé, d’accueil et d’insertion des réfugiés rapatriés.

Pour lui, les résultats sont sans équivoque et estime que cet investissement porte ses fruits sur le plan d’autosuffisance alimentaire grâce à la politique de subvention des engrais chimiques, à la gratuité des soins de santé chez les femmes enceintes, sans oublier l’esprit de solidarité nationale par l’assistance des personnes nécessiteuses en cas de catastrophe naturelle.

Philippe Nzobanariba invite les responsables du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires d’entrer en contact avec les ministères sectoriels directement concernés par les questions humanitaires et tous les autres responsables susceptibles d’y contribuer pour l’élaboration d’un rapport consensuel et fiable qui va guider une collaboration efficace dans l’intérêt des objectifs commun avec l’Ocha.

Philippe Nzobonariba jure sur tous les toits que le Burundi n’est pas sous le seuil de la crise alimentaire et demande aux partenaires économiques du Burundi d’aider dans le domaine du développement

Burundi - Politique

La Parcem s’exprime sur l’organisation du référendum

Bujumbura, le 24 février 2018 (Net Press) . Le président de l’Ong Parcem, Faustin Ndikumana, a animé hier une conférence de presse qui était exclusivement centré sur l’organisation du référendum du mois de mai 2018. Il s’est dit préoccupé par le comportement de certains politiciens ainsi que les discours qui risquent d’être porteurs de l’insécurité dans le pays au fur et à mesure que les échéances approchent.

Concernant la campagne du oui ou du nom, le président de la Parcem précise que tant que la période n’est pas encore n’est pas encore annoncée, c’est tout le monde qui doit respecter la consigne. Au passage, il a rappelé que ce sont l’administration et les forces de défense et de sécurité qui sont chargées de protéger les populations, qu’elles soient partisanes du oui ou du non.

Il a trouvé par ailleurs que la Cnidh, la justice et l’assemblée nationale ne devraient pas garder le silence au moment où il y a des gens qui dérapent. Il a invité le gouvernement et les politiciens d’engager régulièrement un dialogue autour de ce qui doit être changé dans la constitution dans l’intérêt de la Nation. La Parcem demande enfin aux jeunes de transcender les clivages émanant des politiciens.

Burundi - Politique

"Quand la retouche de la constitution broie ses propres enfants", estime une opinion

Bujumbura, le 24 février 2018 (Net Press) . Une opinion sous couvert d’anonymat dit que le prochain amendement de la constitution écarte la mouvance présidentielle. Selon cette opinion, l’amendement de la constitution repousse les personnalités ayant les doubles nationalités à la course présidentielle. Or, au sein de la formation politique Cndd-Fdd au pouvoir, nombreux haut gradés de la République sont détenteurs de doubles nationalités et certains parmi eux avaient l’ambition de briguer un jour le plus haut sommet de l’Etat.

La même source indique qu’il y a des personnalités politiques issues du parti de l’Aigle qui voient de mauvais œil la retouche de la constitution car cette dernière favorise que le président Nkurunziza reste à la tête du pays jusqu’en 2034 et estime que ces personnalités avaient l’ambition de gouter sur le gâteau national le mieux garni.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte