Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 avril 2018
|Les "Zebiyistes" font encore parler d’eux

Burundi - Sécurité 11 avril 2018
|Un militaire se suicide après avoir commis un viol

Burundi - Sécurité10 avril 2018
|Un homme met fin à sa vie dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité9 avril 2018
|La colline de Rugari de nouveau victime d’une explosion de grenade

Burundi - Sécurité7 avril 2018
|La pluie torrentielle tue trois enfants à Mwaro

Burundi - Sécurité6 avril 2018
|L’insécurité augmente d’un cran dans plusieurs régions du pays

Burundi - Sécurité5 avril 2018
|Trois enfants meurent électrocutés

Burundi - Sécurité4 avril 2018
|Une explosion de grenade fait cinq blessés au Nord de la capitale

Burundi - Séciurité3 avril 2018
|De la guerre des idées à la violence physique

Burundi - Sécurité2 avril 2018
|Un weekend pascal peu tendre dans plusieurs localités du pays

Burundi - Sécurité31 mars 2018
|Admis à l’hôpital pour bastonnade de sa marâtre

Burundi - Tanzanie - Sécurité Routière30 mars 2018
|Décédés alors qu’ils rentraient de l’exil

Burundi - Sécurité - Justice29 mars 2018
|Fallait-il le convoquer ou le kidnapper ?

Burundi - Sécurité28 mars 2018
|Des armes saisies dans la capitale

Burundi - Sécurité 27 mars 2018
|Deux opposants politiques arrêtés à Gitega

Burundi - Sécurité 26 mars 2018
|Hussein Radjabu à la tête du Forebu

Burundi - Sécurité24 mars 2018
|Une grenade fait deux blessés dans la zone de Kinama

Burundi - Sécurité Routière23 mars 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité22 mars 2018
|Un homme trouve la mort dans la zone de Cibitoke

Burundi - Media - Justice21 mars 2018
|Une couverture médiatique du « guide éternel » mal tournée !

Burundi - Sécurité20 mars 2018
|Qu’est ce qui pourrait être derrière les pillages dans la régie nationale des Postes ?

Burundi - Sécurité 19 mars 2018
|Une personne tuée après sa sortie de la prison

Burundi - Sécurité17 mars 2018
|La police annonce la fin de l’opération de secours lors d’un accident de Buterere

Burundi - Sécurité 16 mars 2018
|Des glissements de terrain qui posent problème au pays de Ntare Rugamba

Burundi - Sécurité 15 mars 2018
|Un militaire porté disparu à Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne tuée après sa sortie de la prison

19 mars 2018

Cankuzo, le 19 mars 2018 (Net Preess) . Simon Bizimana qui avait refusé de se faire enrôler par force au referendum de la constitution. Pour cela, il a été torturé et emprisonné depuis la mi-février dernière par la police présidentielle de Cankuzo. Il a rendu son âme samedi le 17 mars 2018 après avoir été relâché.

Le porte-parole du ministère de la sécurité, Pierre Nkurikiye, parle de ce décès en affirmant que Simon Bizimana a été victime du paludisme dont il souffrait lorsqu’il était encore détenu. Mais des témoins indiquent que Pierre Nkurikiye à publié une attestation médicale avec un résultat négatif.

Par ailleurs, au moins onze personnes ont été arrêtées au cours de la période, dont neuf jeunes gens dans la province Kirundo qui se rendaient au Rwanda pour du travail selon leurs proches. C’était la semaine dernière comme le révèlent les activistes des droits de l’homme. En outre, cinq autres personnes ont été victimes d’agressions de la part de membres des Imbonerakure.

Seul un des agresseurs parmi les présumés a été arrêté et écroué pour s’en être pris à un magistrat à Bururi. Un militaire en activité a été enlevé en plein centre de la province Ngozi, et les proches n’ont aucune nouvelle de lui. Les milieux des droits de l’homme craignent pour la sécurité de ce membre des forces de défense issu des anciennes forces arméesbBurundaises.

Burundi - Politique

Le président Nkurunziza fixe le rendez-vous de la retouche de la constitution

Bujumbura, le 19 mars 2018 (Net Press) . Un décret signé ce dimanche 18 mars 2018 par le président de la République, Pierre Nkurunziza, fixe le rendez –vous du referendum de la constitution en date du 17 mai 2018. Ce décret stipule que « Tous les citoyens burundais remplissant les conditions requises par la loi, résidant au Burundi ou à l’étranger, sont appelés à participer au référendum constitutionnel qui se tiendra le 17 mai 2018 ».

Le décret précise que les partis ou individus souhaitant participer à la campagne pour ou contre la réforme constitutionnelle doivent s’inscrire auprès de la commission électorale nationale indépendante (Ceni), entre le 23 mars et le 6 avril.

L’ opposition crie à la politique de deux poids deux mesures.

L’opposition dénonce la politique de deux poids deux mesures au moment où il s’observe une vague d’arrestations des opposants indexés par le pouvoir de faire campagne du non à la retouche de la constitution et au moment où les hauts gradés du pouvoir, avec des moyens logistiques de l’Etat, n’hésitaient pas ces derniers jours à sensibiliser la population en faveur du "oui".

L’on se rappellera que l’Ombudsman de la République du Burundi, Edouard Nduwimana, lors de sa rencontre avec la population urbaine dans les enceintes du Lycée Shweppers de Nyakabiga, s’était adressé aux participants de ne pas lui faire honte en votant " Non " à la retouche de la constitution.

Le secrétaire permanent du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Terence Ntahiraja, en compagnie d’une délégation conduite par le président de la chambre basse du parlement, Pascal Nyabenda, avait invité la population de Rumonge à voter "oui" au referendum de la constitution.

L’opposition dénonce l’enterrement de l’accord d’Arusha signé en 2000, qui avait pourttant mis fin à la guerre civile déclenchée en 1993 après la mort de Melchior Ndadaye et qui a pris fin en 2006, occasionnant la mort de 300.000 individus. L’opposition a également dénoncé des enrôlements forcés d’électeurs pour faire face, selon elle, « au peu d’engouement » de la population pour ce référendum. La Ceni avait indiqué le 20 février que plus de 5 millions de Burundais s’étaient inscrits sur les listes électorales pour le référendum et pour les élections générales de 2020.

L’annonce en avril 2015 de la candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat avait plongé le Burundi dans une crise politique et sécuritaire qui a fait depuis au moins mille deux cent morts et plus de quatre cents mille déplacés, éparpillés dans les pays voisins, d’autres en Occident et sur laquelle la Cour pénale internationale a ouvert une enquête. L’on rappellera enfin que Bujumbura a toujours contesté ces effectifs sans donner les siens pour comparaison.

Burundi - Politique

Des personnes non identifiées règlent leurs comptes à Tatien Sibomana

Bujumbura, le 19 mars 2018 (Net Press) . Des personnes non encore identifiées viennent de tirer à boulets rouges sur Tatien Sibomana via les réseaux sociaux. Pour ces personnes, cet homme a toujours affiché un comportement d’opposant politique alors qu’il est un serviteur zélé du régime de Pierre Nkurunziza.

Elles affirment que Tatien Sibomana est un traitre qui a été découvert car il vient de verser 20 millions de nos francs pour la contribution aux élections de 2020. Tatien Sibomana prétend qu’il est membre de l’Uprona non reconnu par le gouvernement, donc un opposant qui opte pour la lutte du dedans. Pour les mêmes critiques, il vient d’emboîter le pas à Agathon Rwasa qui cherchait, dans les mêmes conditions, à lutter du dedans pou avoir le poste de premier vice-président de l’assemblée nationale et quelques places au gouvernement.

Les deux hommes, selon toujours les mêmes critiques, sont restés à Bujumbura et décidés dire toujours du négatif sur le régime en place alors qu’ils l’informent régulièrement de l’organisation, des forces et des faiblesses de l’opposition. Dans tout cela, Tatien Sibomana chercherait à remplacer Gaston Sindimwo à la tête de la première vice-présidence. Autant de commentaires mêlés mêmes d’insultes - que nous avons omises - à son endroit pour avoir posé cet acte.

La rédaction a contacté Tatien Sibomana à ce sujet. Il est au courant de ces diatribes et affirme que ce sont des gens de mauvaise foi. Car, lui, en tant que secrétaire exécutif permanent de l’association des assureurs du Burundi, ASSUR, quoi de plus normal qu’il verse de l’argent au nom de l’association ?

Tous les directeurs généraux si pas des administrateurs directeurs généraux se sont réunis en assemblée générale et ont décidé ainsi. Après avoir autorisé et signé ce chèque, serait-ce Tatien Sibomana qui refuserait de le verser ? S’interroge-t-il. Ces personnes pouvaient être au moins honnêtes et reconnaître que ce n’est pas son argent, trouve-t-il. Ce sont des spéculateurs qui cherchent autre chose, probablement salir son nom, en tant que politicien, conclut-il.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome produit son rapport annuel d’activités 2017

Bujumbura, le 19 mars 2018 (Net Press) . Ce rapport de 79 pages contient deux parties. La première concerne les réalisations de cet observatoire dans plusieurs domaines, dont la sensibilisation, l’information et la formation. Dans cette partie, l’on parle également de la contribution à la recherche de la paix au Burundi ainsi que du traitement des dossiers de corruption, de mauvaise gouvernance par les pouvoirs publics.

Quant à la deuxième partie, l’on y évoque l’impact des activités de l’Olucome sur la société burundaise, notamment sur les plans politique, économique, social, sanitaire, culturel ainsi que certaines contraintes rencontrées au cours de cette année écoulée.

Ce rapport contient vers la fin des recommandations générales et celles spécifiques, notamment à l’endroit de la population, du gouvernement du Burundi, du parlement, des politiciens de l’opposition burundaise, de la communauté internationale, de la justice, des médias ainsi que de la société civile dans sa diversité..

Burundi - Russie –Politique

Un score brejnévien réapparait en Russie

Moscou, le 19 mars 2018 (Net Press) . Leonid Brejnev (1906 - 1982) est un homme politique soviétique d’origine ukrainienne, secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique, et donc principal dirigeant de l’Urss de 1964 à 1982. Il fut en outre président du Præsidium du Soviet suprême (fonction honorifique de chef de l’État) à deux reprises, de 1960 à 1964 et de 1977 à 1982., souvent à la tête du pays par une écrasante majorité russe gravitant autour de 97 %, d’où l’expression de score brejnévien.

Aujourd’hui, 36 ans plus tard, l’homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a été largement réélu pour un quatrième mandat sans surprise dimanche avec 76,67 %. C’est le meilleur score jamais obtenu par M. Poutine en 18 ans de règne. De leur côté, l’opposition et la société civile invoquent des fraudes et d’irrégularités.

Cette écrasante victoire intervient au moment où le chef de la diplomatie anglaise, Boris Johnson, l’indexe comme étant derrière l’assassinat à Londres, d’un ex-espion russe, Serguei Skripal.

Le candidat du parti communiste, Pavel Groudinine, arrive en deuxième position du scrutin avec 12 % des voix et son résultat était scruté comme l’un des indicateurs du mécontentement social tandis que la journaliste et candidate libérale, Ksenia Sobtchak, est quant à elle créditée de 1.5 % des suffrages exprimés Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny – déclaré inéligible par la commission électorale –, a immédiatement commenté les premières estimations, promettant de « continuer » la lutte et fustigeant les « marionettes » qui ont participé au scrutin, en désignant les autres candidats à la présidence.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014