Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité Routière

Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

23 mars 2018

Makamba, le 23 mars 2018 (Net Press) . Un minibus de type Hiace s’est renversé hier dans l’après-midi après avoir cogné les bords d’une route sur le mont Rukonwe, dans la commune Nyanza-Lac de llaq province de Makamba, au Sud du pays. Les informations en provenance de cette région font état d’un mort et de 17 blessés, dont le chauffeur. Ceux qui sont grièvement blessés ont été dépêchés vers Bujumbura au moment où d’autres sont soignés sur place à Makamba.

Le mont Rukonwe est connu comme un mont, long de 6 kilomètres, qui présente des virages très dangereux qui causent régulièrement des accidents de roulage, surtout les véhicules sont roulés par des chauffards sans expérience en matière de circulation routière. Les autres endroits souvent cités comme périlleux pour la circulation routière sont le mont Honga dans la province de Bururi, toujours au Sud du pays et un autre tournant de la province Rutana, Sud Est du pays, communément appelé "Mukamuna", de la province vers la plaine de Bukemba.

Burundi - République Centrafricaine - Coopération

Visite éclair du président centrafricain à Bujumbura

Bujumbura, le 23 mars 2018 (Net Press) . De retour du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l’Union africaine tenu à Kigali du 17 au 21 mars 2018, le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, a effectué une visite éclair à Bujumbura. Il s’est entretenu, vers 23 heures, avec le ministre des relations extérieures et de la coopération, Alain Aimé Nyamitwe, à l’aéroport international de Bujumbura, avant de poursuivre son voyage vers son pays.

Les deux parties indiquent qu’il n’était pas porteur d’un message du Rwanda, mais de son propre pays. Selon des informations concordantes, il tenait à exprimer sa haute appréciation du comportement des militaires burundais en mission de paix dans son pays, comme semble le confirmer le porte-parole du président de la République, Jean Claude Karerwa Ndenzako.

Burundi - Nations Unies - Sécurité

"Le Burundi n’a pas perdu de postes de commandement à la Minusca", dixit le nouveau porte-parole de l’armée

Bujumbura, le 23 mars 2018 (Net Press) . Dans son édition de ce 22 mars 2018, la rédaction avait fait part de la perte de 4 postes de commandement à la Minusca par le Burundi. Quelques temps après, le nouveau porte-parole de l’armée, le colonel Floribert Biyereke, a démenti l’information, arguant que les militaires burundais ont seulement changé de postes suivant leurs compétences et que personne ne va rentrer avant la fin de son mandat. Il semblait dire que dans de telles missions, si une personne échoue la conduite de la voiture, il est directement rapatrié dans son pays.

Plus les heures avançaient, plus l’information se précisait de plus en plus, l’ambassadeur du Burundi auprès de l’Onu, Albert Shingiro, a écrit au ministre des relations extérieures et de la coopération internationale, l’informant de cette décision de l’Onu et que le Burundi devait patienter pendant une année pour que ces postes lui reviennent.

Ce matin, la rédaction l’a encore contacté à ce sujet. Très ouvert, il a répondu à toutes les questions de la rédaction et il a maintenu sa position. Pour lui, il y a une correspondance qui avait été rédigée en date du 22 février 2018 qui évoquait des choses du genre et qui n’écartait pas le rapatriement des détenteurs de ces postes.

Mais la correspondance d’Albert Shingiro du 13 mars 2018, a persisté et signé le colonel Floribert Biyereke, ne contient rien de la sorte. Après avoir vérifié de nouveau son information, il a confirmé de nouveau que tous les 4 officiers supérieures rentreront après expiration de leurs mandats.

L’on signalera que de telles perturbations ont été observées même dans d’autres pays qui ont envoyé des contingents comme le Cameroun, la Mauritanie, le Congo Brazzaville, le Rwanda et le Burundi.

Sur le chapitre de la promotion administrative, l’on apprend que par décret présidentiel, l’ancien porte-parole de l’armée, puis du ministère de la défense et des anciens combattants, le colonel Gaspard Baratuza, a été désigné commandant de l’institut supérieur des cadres militaires, Iscam, l’équivalent de l’université pour les militaires finalistes des étudies secondaires.

L’on saura également que lorsqu’il était encore en Somalie, il aurait rendu un grand service à un Somalien qui, en guise de reconnaissance, a appelé son enfant Baratuza suivi d’un prénom somalien, une information qui aurait fait son bonhomme de chemin, jusque dans les plus hautes sphères de ce pays.

Burundi – Education

Le journal la Voix de l’Enseignant de nouveau disponible

Bujumbura, le 23 mars 2018 (Net Press) . Le confrère débute ses informations sur un constat. Cinq universités seulement sont autorisées à booster le master. Pourtant, l’université du Burundi avait annoncé ouvrir 20 masters au cours de l’année académique 2017-2018. Les lauréats des bac avaient présenté des examens d’entrée dans le cycle de master. Leurs noms sont connus. Ils n’attendaient que le début des enseignements. Mais voilà qu’une ordonnance tombe pour mettre fin aux différentes aspirations des étudiants, des universités et même des parents. Au niveau du ministère en charge de l’éducation, personne ne veut s’exprimer sur ce sujet, déplore ce journal. D’où est venue l’ordonnance qui contredit toutes les autres mesures ? Avec quel objectif ? Les cinq universités vont-elles contenir tous les effectifs ?Des filières supprimées pour quelles fins ? Pas de psychologie, pas de filières d’anglais ?

Et cela se fait au moment où la semaine de la francophonie fait face à un manque de pratique du français dans les écoles. La semaine de la francophonie a été lancée le 20 mars au campus Mutanga sur fond d’un constat de l’oubli de la pratique quotidienne du français dans les écoles. Les apprenants devraient être motivés pour qu’ils s’adonnent à la lecture et à la pratique du français. Le Burundi, de par sa position géopolitique, devrait être le vecteur du français.

Sur un autre sujet, l’on tend vers l’harmonisation du minerval et des frais scolaires dans les écoles privées. En vue de mettre fin aux lamentations des parents à propos de la hausse intempestive du minerval par les responsables des écoles privées, la ministre de l’éducation a soumis au conseil des ministres de ce mercredi 14 mars 2018 une ordonnance qui fixe le montant du minerval dans les écoles privées. Cette ordonnance qui attend l’adoption après les corrections formulées par le conseil des ministres rentrera en vigueur dès l’année prochaine. Les parents se réjouissent de cette décision et espèrent qu’elle freinera les velléités lucratives au détriment de la science de certaines écoles privées. Les directeurs des écoles privées quant à eux disent qu’ils n’ont pas été consultés avant l’élaboration de cette ordonnance. Ils attendent son contenu pour réagir.

Enfin, le journal constate que de vieilles infrastructures scolaires présentent un danger à la communauté. L’effondrement des latrines des écoles, signe de la mauvaise qualité ou de la vieillesse pourrait freiner le bon déroulement des enseignements causant des accidents et déroutant l’encadrement des élèves. Comme les directions scolaires n’ont pas de moyens de prévention, le gouvernement est interpellé.

Burundi - Usa - Politique

Donald Trump déstabilisé, déstabilise...

Washington, le 23 mars 2018 (Net Press) . L’avocat qui dirige l’équipe de conseil de Donald Trump dans l’affaire des ingérences russes vient de jeter l’éponge, d’après la Radio du Monde. John Dowd a annoncé sa démission ce jeudi 22 mars. L’avocat n’a pas précisé les raisons exactes de son départ mais a toujours plaidé pour que le président américain coopère dans le cadre de l’enquête menée par le procureur Mueller, alors que le milliardaire a au contraire durci le ton ces derniers jours.

« J’aime le président et je lui souhaite le meilleur » a déclaré John Dowd dans le bref communiqué qui annonce sa démission. L’avocat avait pris l’été dernier la tête de l’équipe qui conseille Donald Trump dans le cadre de l’enquête sur une éventuelle collusion entre son équipe de campagne et les russes.

Il souhaitait que Donald Trump s’abstienne de toute attaque contre le procureur spécial et plaidait pour que la Maison Blanche se plie à toutes ses requêtes, mais ces derniers jours, le président a durci le ton à l’égard de l’équipe de Robert Mueller. Dans une série de tweets, il l’a accusé de mener son enquête de manière partisane et évoqué une chasse aux sorcières.

John Dowd estimait par ailleurs qu’il était risqué pour Donald Trump d’être interrogé par les enquêteurs du Fbi, mais ce jeudi, le président a répété qu’il était prêt à affronter leurs questions directement. Selon le New York Times, c’est parce que Donald Trump n’a pas suivi ses recommandations que l’avocat démissionne. Son adjoint a sobrement fait savoir que son équipe continuerait de représenter le président et de coopérer pleinement avec l’équipe du procureur spécial.

Dans un autre contexte du départ des proches collaborateurs de Donald Trump, le président américain vient de remplacer à la sécurité nationale, le général McMaster par John Bolton, issu de l’aile conservatrice du parti républicain, fervent partisan du recours à la force sur la scène internationale. Cette annonce intervient dix jours après le limogeage brutal du secrétaire d’Etat Rex Tillerson.

Les rumeurs sur le départ du général McMaster couraient depuis plusieurs semaines à Washington. Donald Trump a déclaré sur Twitter que le général resterait toujours son « ami », mais le courant n’est jamais bien passé entre les deux hommes qui affichaient des divergences sur des dossiers clés comme l’Iran, la Corée du Nord ou les ingérences russes dans la campagne électorale.

John Bolton prendra ses fonctions le 9 avril. Il sera le troisième conseiller à la sécurité nationale du président en quatorze mois. Ancien ambassadeur des Etats-Unis à l’Onu, il risque d’orienter la politique étrangère américaine vers une stratégie plus belliqueuse. Commentateur sur la chaine Fox News, la télévision préférée du président, John Bolton s’est notamment prononcé pour des frappes préventives en Corée du Nord, le seul moyen selon lui d’empêcher que Pyongyang attaque les Etats-Unis.

Ses positions sur l’Iran sont encore plus radicales que celles du président : il prône un retrait de l’accord sur le nucléaire, la mise en place de nouvelles sanctions et a même suggéré qu’il fallait œuvrer pour renverser le régime en place à Téhéran. Sa nomination a suscité la consternation, voire de vives inquiétudes dans le camp démocrate. La position de conseiller à la sécurité nationale est un poste clé à la Maison Blanche, qui ne requiert aucune confirmation par le Sénat.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi