Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une grenade fait deux blessés dans la zone de Kinama

24 mars 2018

Bujumbura, le 24 mars 2018 (Net Press) . Une grenade a explosé dans la nuit d’hier vers 21 heures dans la zone de Kinama, à la 6ème avenue, dans le quartier de Bubanza. Cette explosion a blessé deux personnes, un homme et une femme qui dialoguaient dans cette route au moment des faits.

Selon des informations recueillies sur place, l’auteur de ce forfait n’a pas encore été identifié et les deux blessés ont été évacués à l’hôpital de l’Ong "Médecins sans Frontières" situé dans le quartier de Kigobe, dans la capitale Bujumbura.

En matière de sécurité, il faudrait dire également que la police a main la main sur trois présumés voleurs dans des quartiers différents de la mairie de Bujumbura. Le premier, du nom de Célestin Habonimana, a été appréhendé vers minuit ce 23 mars 2018 dans la zone de Kinindo, tout près d’une station d’essence dénommée "Naomi". Il a été surpris en possession d’une machette.

Deux autres ont été arrêtés à Nyabugete en possession de radios, de matelas, des poignards et des plaques solaires. Selon des informations policières, ces voleurs avaient également des outils leur permettant d’ouvrir des portes des maisons où ils décident de saccager. Ils sont tous les trois dans les cachots de la police

Burundi - Elections

Le gouvernement insiste beaucoup sur la contribution de la population

Bujumbura, le 24 mars 2018 (Net Press) . Lors de l’émission publique des porte-parole des différentes institutions dans la province de Gitega ce vendredi 23 mars 2018, celui du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Thérence Ntahiraja, a fait savoir que chaque ménage, qu’il soit composé de paysans ou de fonctionnaires, a l’obligation de fournir une contribution pour les élections de 2020 à concurrence de 2.000 Fbu par an.

Pour les fonctionnaires, cette contribution s’ajoutera sur une autre forme de contribution, celle-là plus contraignante car elle est prélevée sur leurs salaires. Le porte-parole du ministère de l’intérieur a révélé que des reçus conçus à cette fin sont en train d’être fabriqués. L’on signalera que plusieurs institutions ou dignitaires de ce pays ont déjà versé des cotisations sur un compte ouvert dans les livres de la banque de la République du Burundi pour cette activité.

Mais au-delà de cette contribution qui ne fait pas l’unanimité entre les personnes concernées, il y a une question qui se pose et l’impression est que personne n’est disposé à y répondre. Si l’on a déjà appris qu’un montant de 2 milliards de francs a été déjà réuni, l’on ne comprend pas pourquoi les services concernés ne révèlent jamais les fonds nécessaires pour la préparation de ces élections de 2020.

Cette question a été posée à plusieurs reprises par des citoyens de divers horizons socioprofessionnels mais du côté du gouvernement, l’on se contente de dire qu’il y aura une réponse à cette question le moment venu, l’essentiel était de continuer à cotiser pour qu’il y ait des élections sans la moindre participation de la communauté internationale.

De toutes les manières, comme le disent souvent Parcem et Olucome, au niveau des budgets de 2016 à 2020, le volet "Elections de 2020" a toujours été prévu, sans que l’on dise l’argent dont le pays a besoin pour ces échéances électorales. C’est pour cela que les deux associations ont toujours réclamé la transparence dans la gestion de ces fonds que l’on collecte ici et là, des fois contre la loi en vigueur.

Burundi - Média

Va-t-on un jour rouvrir la radio Bonehsa Fm ?

Bujumbura, le 24 mars 2018 (Net Press) . La question ne manque pas d’intérêt au regard de la situation que traverse cette radio qui a cessé d’émettre il y a deux ans. En effet, d’après la porte-parole de la cour suprême ce 23 mars 2018, Agnès Bangiricenge, la radio Bonesha n’a pas pu avoir une attestation de non-poursuite délivrée par le parquet général pour qu’elle puisse émettre de nouveau.

En effet, lorsque le représentant légal de cette radio a saisi le conseil national de la communication pour la réouverture de cette station, ce dernier a trouvé qu’elle était en ordre si l’on considère la loi régissant la presse au Burundi. Néanmoins, le même conseil lui a suggéré de chercher une attestation de non-poursuite au parquet général, ce qui a été fait par le président de cette radio associative.

Le procureur général de la République, dans sa réponse du 8 mars 2018, a été on ne peut plus clair, l’attestation ne peut pas être délivrée d’autant plus qu’il y a encore des enquêtes qui sont toujours en cours concernant cette radio.

Pour une grande opinion, la radio Bonesha Fm, que certaines autorités mettent dans la même catégorie que la radio Rpa et la radio et télévision Renaissance, ne peut pas rouvrir ses portes, d’autant plus que les raisons de sa fermeture sont plus politiques que professionnelles. L’on se souviendra qu’en date du 13 mai 2015, lors de la tentative de putsch, les auteurs de cette initiative se sont adressées aux populations à partir de la radio Bonesha, juste après la radio publique africaine.

En outre, après la fermeture de la radio publique africaine, d’abord à Ngozi, puis à Bujumbura, la radio Bonesha Fm est devenue une alternative pour les opposants au régime en place. C’est pour cela que chaque fois qu’il y a des manifestations du pouvoir dans la capitale Bujumbura, les manifestants doivent à tout prix passer devant les décombres de cette radio pour huer et chanter l’hymne national.

Voilà donc les vrais mobiles qui devraient militer en défaveur de la réouverture de cette station, les enquêtes judiciaires n’étant qu’un alibi pour que les décideurs de cette fermeture prolongent coûte que coûte le temps de cette sanction.

Burundi - France - Politique

"Il n’y a que des mensonges dans ce qu’a dit Nicolas Sarkozy", affirme Mediapart

Paris, le 24 mars 2018 (Net Press). "Ce n’est pas parce que c’est un ancien président de la République qu’il détient plus la vérité que n’importe qui". Sur le plateau de "C l’hebdo", sur France 5, Fabrice Arfi, revient sur la défense de Nicolas Sarkozy lors de son passage au 20 heures de TF1. Le journaliste de Mediapart affirme que Nicolas Sarkozy a été informé de son interrogatoire dès le 8 février. Il a été mis en examen dans l’enquête sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007.

"Qu’est-ce qui pouvait justifier la garde à vue ?" s’est interrogé Nicolas Sarkozy dès le début de son intervention. Et d’ajouter : "Les policiers ont fait leur travail. Je ne suis pas au-dessus des lois, je ne suis pas en dessous non plus." Revenant sur son placement en garde à vue, mardi matin, il a déclaré ne pas avoir été mis au courant au préalable : "J’ai reçu un coup de téléphone à 8 heures du matin et l’on m’a dit que j’étais en garde à vue. Mediapart était au courant 10 minutes plus tard", a-t-il lancé.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi