Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Routière 5 octobre 2018
| L’entourage du Restaurant Sama Café échappe de justesse à un accident mortel

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un weekend pascal peu tendre dans plusieurs localités du pays

2 avril 2018

Bujumbura, le 2 avril 2018 (Net Press) . Six véhicules et trois motos tricycles appelées communément "Tukutuku" ont été abîmés ce dimanche 1er avril 2018 dans la soirée dans la zone de Kamenge, sur la route menant vers la zone voisine de Kinama, suite à un accident de roulage.

Selon des informations dignes de foi, tout a été causé par l’état d’ébriété d’un chauffeur de taxi et qui a cogné une moto tricycle à la première avenue, entre le quartier Heha et Kavumu, dans la zone de Kamenge. Après avoir heurté la moto, le chauffeur en question a refusé d’arrêter la voiture et il a augmenté de vitesse dans le but de se sauver. C’est dans cette circonstance qu’il a bousculé d’autres voitures sur la 11ème avenue de la zone Kamenge, causant d’autres accidents entre elles-mêmes. Deux personnes ont été évacuées à l’hôpital mais les informations recueillies sur place indiquent que leurs jours ne sont pas en danger

Au sud de la capitale, un policier a tiré hier sur une personne de ménage qui a été blessée. En effet, selon des sources policières, ce groom, de la localité de Musama V, dans la zone de Kanyosha, du nom de Chadrack Niyokwizigira, frappait sérieusement un autre citoyen du nom de Mohamed Maulidi et les populations environnantes ont fait appel à ce policier pour qu’il ramène de l’ordre. Arrivé sur place, ce policier a été agressé par le même domestique, ce qui a poussé le policier à entrer dans la logique d’autodéfense.

Cinq personnes, dont deux jeunes, deux adultes et une femme sont morts dans une noyade ce samedi 31 mars 2018 vers 15 heures 30 minutes. Ils tentaient de traverser la rivière Muzazi située dans la zone Muzinda de la commune Rugazi pour se rendre dans Mubimbi de Bujumbura rural. Selon des informations policières, les actes de sauvetage ont permis de trouver quatre corps sur cinq, celui d’un des jeunes ayant été perdu complètement.

L’insécurité c’est également ce véhicule de transport qui venait de la République démocratique du Congo qui est tombé dans un piège d’hommes armés non encore identifiés. Ce véhicule dont la plaque d’immatriculation est de la Rd Congo, a été attaqué vers 19 heures passées de quelques minutes à Gihanga, sur la route nationale n° 5. Une personne a été blessée mais le chauffeur est parvenu à arriver sur Bujumbura sans beaucoup de peine.

Au centre du pays, dans la province de Gitega, deux personnes ont trouvé la mort suite à une explosion de grenade lancée dans une buvette appartenant à un certain "Gafyiri". L’auteur de ce forfait n’a pas encore été identifié mais deux personnes suspectes ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes.

Toujours dans la province de Gitega, un motard du nom d’Audace Ndayisenga a été blessé par un policier dans le quartier de Magarama, en pleine ville. Selon des informations de la police, ce motard tentait de désarmer le policier qui venait d’arrêter sa moto vers 3 heures du matin.

Enfin, l’on apprend qu’au moins neuf personnes ont été arrêtées au cours de la semaine passée. Parmi elles, figurent des membres de l’opposition politique, un avocat du barreau de Bujumbura et un militaire en activité arrêtés à différents endroits par des agents du service national des renseignements. Des cas d’arrestation illégale par des membres de la milice imbonerakure sont aussi rapportés. Les milieux des droits de l’homme s’inquiètent également du dépassement des délais légaux de détention préventive de plusieurs personnes dans les cachots de police à Cibitoke, ainsi qu’à la prison de Rumonge.

Pour certaines victimes, les détentions préventives durent depuis plus de 6 mois alors que la loi exige quinze jours au maximum pour confirmer cette détention ou accorder une liberté provisoire.

Burundi - Rwanda - Réfugiés

Renvoi de 1600 "Zebiyistes" du Rwanda : cela était prévisible !

Kirundo, le 2 avril 2018 (Net Press) . Le voisin du Nord vient de montrer ses muscles aux "Zebiyistes" qui pensaient encore à tort que Kigali était l’équivalant de Kamanyola ou de Kinshasa. Ils savaient très bien que le régime de Kigali ne pouvait pas supporter un tel désordre, fut-il celui des fans de Zebiya Ngendakumana, celle-là même qui raconte à toute personne qui lui prête oreille qu’elle a régulièrement des apparitions de la Vierge Marie.

Au nom de leur foi, ces personnes ont refusé un enregistrement biométrique, ils ont refusé de manger des produits fabriqués à l’usine et plus grave, ils ont refusé de faire vacciner leurs enfants. Kigali a tenté de discuter sur ce comportement et ils se sont montrés intransigeants, d’où la colère du Rwanda.

En tout et pour tout, ils ont passé trois semaines dans le pays de Paul Kagame, du 7 mars au 1er avril 2018. Ils ont constaté que le Rwanda ne voulait pas badiner avec eux car la semaine dernière, il a emprisonné plus d’une trentaine d’entre eux du site de Gashora. Mais paradoxalement ; malgré leurs "croyances", ils tentaient de cacher leurs visages une fois sur la frontière avec le voisin du Nord, y avait-il à avoir honte de leurs croyances ? Une opinion trouve que certains parmi eux, en cachant leurs visages, ont constaté qu’ils ont été dupés par la fameuse Zebiya qui reste par ailleurs introuvable.

Burundi - Sécurité - Politique

"Crise au Burundi : la société civile en appelle à l’Union africaine’, dixit Rfi

Bujumbura, le 2 avril 2018 (Net Press) . A l’approche de la tenue en mai prochain du référendum au Burundi censé permettre à Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir, la société civile est de plus en plus inquiète. Ce référendum devrait finir d’enterrer l’accord d’Arusha qui était la pierre angulaire de la paix et de la réconciliation au Burundi, avec ce partage du pouvoir entre Hutus et Tutsis. Le référendum est rejeté par une majorité de représentants de l’opposition et de la société civile qui, pour l’essentiel, vivent en exil. Depuis deux ans, c’est la communauté des Etats d’Afrique de l’Est qui tentait d’instaurer un dialogue entre le président burundais et ses détracteurs, mais en vain. Pour la société civile, il est temps que l’Union africaine reprenne le dossier.

" Cela fait plus de deux ans que la communauté de l’Afrique de l’Est essaie de trouver une solution à la crise burundaise. Lorsque le facilitateur, le président tanzanien, présentait les résultats des négociations qui avaient eu lieu depuis deux ans, il a dit qu’il n’avait pas eu le soutien de ses chefs d’Etats. Donc, si le facilitateur avoue publiquement qu’il n’a pas le soutien des chefs d’Etats de la communauté de l’Afrique de l’Est, nous pensons qu’il est grand temps qu’on pense à une autre dimension beaucoup plus grande, celle de l’Union africaine, afin que l’Union africaine essaie de convaincre Nkurunziza et son régime que la meilleure solution à la crise burundaise est d’accepter de négocier avec ses opposants, sans aucune précondition ", selon Janvier Bigirimana.

Burundi - Environnement

L’environnement : le silence de Bujumbura

Bujumbura, le 2 avril 2018 (Net Press) . Suite à la construction anarchique au bord du lac Tanganyika ainsi que sa pollution, des hippopotames n’ayant pas où brouter sortent du lac. C’est dans ce contexte qu’un hippopotame a été perçu ce dimanche le 1er avril 2018 au centre-ville dans les environs de l’école primaire Stella Matutina. L’on apprend également que plusieurs autres broutent dans les ménages avoisinant le lac.

Des témoins indiquent que ces hippopotames sortent du lac pour s’approvisionner en pâtures dans les ménages et parfois loin du lac, ce qui constitue un danger public. Ils ajoutent que 4 autres ont été perçus dernièrement dans la localité de Buringa en commune de Gihanga en province de Bubanza. Un autre connu sous le sobriquet de Casimir a été abattu non loin de la Radiotélévision Nationale, à la recherche du pâturage .

Nombreux témoins indiquent que le ministère en charge de l’environnement, au regard du désordre que l’on remarque dans l’attribution des parcelles, surtout en mairie de Bujumbura, serait intéressé d’une manière ou d’une autre par les personnes désireuses d’acquérir ces parcelles de loin très intéressantes.

Burundi - Vatican - Anniversaire

Le Saint Pape Jean Paul II, 13 ans déjà !

Vatican, le 2 avril 2018 (Net Press) . Quelque part en Pologne le 18 mai 1920, naissait comme tout le monde Karol Józef Wojtyła. Très jeune, il perdit ses proches comme sa mère à l’âge de 9 ans, puis son frère aîné quelques années plus tard avant de perdre son père de militaire enfin.

Etudiant en Philosophie, il joue dans un groupe antinazi et entre au séminaire clandestin en 1942 puis ordonné prêtre en 1946 après des études à Rome et en France. Il est prêtre en Pologne communiste en 1948 et en 1958, il est le plus jeune polonais.

Il devint successivement évêque puis archevêque de Cracovie, cardinal et élu pape catholique le 16 octobre 1978 sous le nom de Jean Paul II, à l’âge de 58 ans. Il est appelé Saint Jean Paul II depuis sa canonisation en 2014. Il faudrait également signaler ici que pendant la deuxième grande guerre, Saint Jean Paul II a travaillé comme ouvrier dans la Pologne mise sous tutelle par l’Allemagne et plus tard par l’a Russie.

Pour certains, ce serait la grande raison qui a fait qu’au cours de sa papauté, il s’est toujours opposé à l’idéologie communiste et par son action, il a favorisé la chute du bloc de l’Est. Sa volonté de défendre la dignité humaine le conduit à promouvoir les droits de l’homme, d’où il a amélioré sensiblement les relations du catholicisme avec les Juifs, les Orthodoxes, les Anglicans et les Musulmans, en initiant notamment la première réunion internationale interreligieuse qui a vu la participation de 194 chefs de religion.
.
Saint Jean Paul II n’a pas rencontré que des facilités lors de sa papauté longue de 26 ans, 5 mois et 18 jours. L’on rappellera qu’en date du 13 mai 1981, un jeune qui cherchait à se faire connaître dans le monde entier, Mehmet Ali Ağca, membre de l’organisation islamiste et nationaliste turque des « Loups gris », a tiré sur le pape Jean Paul II.

Très rapidement, il fut évacué sur le centre hospitalier de Gemelli, à quelque 6 kilomètres de Vatican. Ce fut le tout premier pape qui a été soigné en dehors du Vatican. Dans la foulée, on lui transfusa du sang, qui serait à la base de la détérioration de sa santé. En effet, depuis, les journaux du monde entier ont livré une information que les milieux catholiques ne veulent pas entendre parler. Il semblerait que lors de la perfusion, les infirmières lui auraient injecté du sang infecté par un virus qui ressemble étrangement à celui du Sida. Il aurait d’ailleurs voulu démissionner suite à la dégradation de sa santé mais Vatican s’y est opposé. Cette chance reviendra à son successeur direct, l’allemand Joseph Ratzinger, dit Benoit XVI, qui a surpris le monde en démissionnant le février 2013. Sa mort a été annoncée le 2 avril 2005 peu après 21 heures.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi