Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 12 mai 2018
|Vingt-cinq personnes tuées et 7 blessées dans une attaque armée

Burundi - Sécurité11 mai 2018
|Les milieux des droits de l’homme dressent un bilan du mois d’avril

Burundi - Sécurité10 mai 2018
|Attention aux parents des enfants en bas âge, du commerce "florissant"...

Burundi - Rdc - Sécurité - Santé 9 mai 2018
|L’épidémie d’Ebola signalée au nord-ouest du Burundi, à la frontière avec la Rdc

Burundi - Sécurité 8 mai 2018
|La femme du journaliste Antoine Kaburahe échappe à un attentant en Belgique.

Burundi - Sécurité 7 mai 2018
|L’ancien administrateur de la commune Buyenzi arrêté

Burundi - Politique - Sécurité5 mai 2018
|Des militants de la coalition Amizero y’Abarundi continuent d’être arrêtés

Burundi - Justice - Sécurité4 mai 2018
|Deux prévenus accusés de lancement de grenade condamnés à perpétuité

Burundi - Politique - Sécurité3 mai 2018
|Un militant de la coalition enlevé ce matin à Kanyosha

Burundi - Sécurité 2 mai 2018
|Une attaque armée fait un mort et cinq blessés en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité1er mai 2018
|Situation sécuritaire alambiquée la semaine dernière

Burundi - Sécurité - Justice30 avril 2018
|Une rwandaise désignée persona non grata au Burundi sous les verrous

Burundi - Sécurité - Justice28 avril 2018
|"Burundi : lourde condamnation pour Germain Rukuki", dixit RFI

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2018
|"La camion abîmé à Ngozi n’appartient pas au Pam", dixit cette agence onusienne

Burundi - Sécurité26 avril 2018
|Des personnes trouvent la mort dans un accident grave de roulage

Burundi - Politique25 avril 2018
|Premier conseil des ministres du nouveau gouvernement

Burundi - Sécurité24 avril 2018
|Assassinat d’une jeune fille à la veille de son mariage

Burundi - Sécurité23 avril 2018
|Une femme proche d’Agathon Rwasa ligotée et battue

Burundi - Sécurité21 avril 2018
|Un détenu fauché alors qu’il tentait de s’évader

Burundi - Sécurité21 avril 2018
|Un détenu fauché alors qu’il tentait de s’évader

Burundi - Sécurité 20 avril 2018
|Axel enlevé par le service national de renseignement

Burundi - Sécurité 19 avril 2018
|Un enfant de la rue été tué à Gitega

Burundi - Sécurité18 avril 2018
|Le ministère de la sécurité donne son bilan trimestriel de l’année 2018

Burundi - Sécurité17 avril 2018
|Attaque armée dans la commune de Gihanga, des morts et des blessés

Burundi - Sécurité 16 avril 2018
|Le directeur commercial de la Buceco reste introuvable

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Les "Zebiyistes" font encore parler d’eux

12 avril 2018

Bubanza, le 12 avril 2018 (Net Press) . Dans l’après-midi d’hier, une trentaine de "Zebiyistes" ont été arrêtés dans la commune de Musigati, en province de Bubanza. Selon des informations qui nous parviennent de cette entité, la police les aurait arrêtés car ils avaient l’intention de se rendre à Businde, dans la province de Kayanza. Selon les mêmes informations, les captifs ont nié cette explication de la police, arguant qu’ils allaient voir leurs amis dans cette même commune.

Pour rappel, Businde est le quartier général de la demoiselle Zebiya qui dit avoir régulièrement des apparitions de la Vierge Marie. Dans un premier temps, elle entraînait des foules de gens à cet endroit et il n’était pas rare de voir que des familles entières se disloquent à cause de cette personne pour le moins bizarre.

L’Eglise catholique du Burundi, au regard de son influence de plus en plus accrue sur une population désabusée, a vivement réagi et sa colère est tombée dans l’oreille attentive du gouvernement qui n’a ménagé aucun effort pour déloger cette demoiselle. C’est ainsi que Businde fut détruit, mais également devint un endroit inaccessible pour les fidèles de Zebiya. Plus tard, la police a tiré à balles réelles sur les "Zebiyistes" qui étaient devenus ingérables, ce qui avait poussé le ministre de l’intérieur de l’époque, Edouard Nduwimana, à déclarer que Businde venait d’avoir ses martyrs.

C’est à ce moment qu’elle a commencé à vivre l’’errance, passant la nuit d’un domicile à un autre, chez ses fidèles dans la mairie de Bujumbura, raison pour laquelle la police n’a jamais mis la main sur elle. La situation restera comme cela jusqu’en 2015 quand les "Zebiyistes" ont décidé de s’enfuir vers Kamanyola en République démocratique du Congo. Ils afficheront un comportement peu recommandable et le Hcr a jugé bon de couper toute assistance à ce groupe de personnes.

Plus tard, ils se rendront au Rwanda, évoquant la crainte pour leur sécurité en Rd Congo, mais là aussi ils ont manifesté le même comportement qu’en République démocratique du Congo. Aru Rwanda, ils ont fait en tout et pour tout trois semaines avant d’être renvoyés au Burundi. Voilà que même de retour, ils n’ont pas en tout cas changé, au nom de leurs croyances !

Par ailleurs, 27 personnes ont été tuées ou disparues au cours du mois de mars au moment où 29 autres ont été victimes d’arrestations arbitraires et de détentions illégales pendant la même période. Les milieux des droits de l’homme ont recensé 16 cas d’atteinte à l’intégrité physique ainsi qu’un cas de viol.

Enfin, deux personnes indexées de sorciers ont été tuées. Il s’agit de Marguerite Habonimana, âgée de 70 ans qui a été tuée ce mardi soir 10 avril et son corps a été découvert dans un champs de manioc, en commune de Gihanga, à la transversale 5, en province de Bubanza. Selon nos sources, elle aurait été tuée par les jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure ) qui l’indexaient comme sorcière.

Et dans la même foulée, Thaddée Nzokwizwanimana, âgé de 60 ans, a été battu par les jeunes du parti présidentiel (Imbonerakure) avant d’être transmis au cachot de la commune de Rugombo en province de Cibitoke au nord-ouest du pays. Il succombera dans cet établissement pénitentiaire.

Burundi - Gabon - Coopération

Le président gabonais attendu à Bujumbura

Bujumbura, le 12 avril 2018 (Net Press). Selon des sources de la présidence de la République, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, est attendu à Bujumbura ce vendredi 13 avril 2018 pour une visite de travail de deux jours. Selon les mêmes informations, son avion atterrira à Bujumbura vers 11 heures.

Ali Bongo Ondimba, qui est en même temps président de la communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale, Ceaac, s’entretiendra avec son homologue burundais, Pierre Nkurunziza, au cours de cette visite. C’est le troisième président africain à entrer en contact avec les hautes autorités burundaises, après John Pombe Magufuli à Ngara en Tanzanie et le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra à l’aéroport international de Bujumbura.

Comme on peut s’y attendre - il ne peut pas en être autrement -, les politiciens burundais ont de visions différentes sur cette visite. Le camp du pouvoir voit en cette visite un succès diplomatique, une reconnaissance de la communauté africaine tout au moins au moment où à l’opposition, le président Ali Bongo vient pour exercer une pression sur Bujumbura pour qu’il accepte de s’asseoir avec l’opposition au cours d’un dialogue externe. Mais Bujumbura a déjà fait savoir qu’il ne répondra pas à l’invitation du facilitateur avant le référendum du 17 mai 2018

Fils de l’ancien président Omar Bongo, il est né à Brazzaville, au Congo Brazza, le 9 février 1959, ce qui fait que ses frères et sœurs ne le reconnaissent pas. Pour eux d’abord, ce dernier est Congolais et non Gabonais. C’est ce qui fait que ses victoires électorales de 2009 et de 2016 ont toujours été contestées par l’opposition.

Burundi - Médias

Le groupe de presse "Iwacu" sanctionné encore une fois

Bujumbura, le 12 avril 2018 (Net Press) . La décision est tombée dans l’après-midi de ce 11 avril, le conseil national de la communication, Cnc, a interdit la rubrique "Commentaires" pour une période de trois mois. Le président dudit conseil, Ramadhan Karenga explique que cette décision est motive par le fait que les commentaires contenus dans le journal Iwacu ne respectent pas la déontologie journalistique, sans autre précision.

Contacté par la rédaction, le rédacteur en chef du groupe de presse Iwacu, Léandre Sikuyavuga a indiqué que le groupe a engagé deux journalistes pour bien analyser le contenu de cette rubrique. Et depuis, il n’avait plus eu de difficultés avec le Cnc car les journalistes étaient à la hauteur de leur tâche.

Une opinion également contactée par la rédaction estime que ce n’est pas le contenu de la rubrique Commentaires qui pose problème. C’est plutôt la période électorale du référendum qui approche à grands pas et qui pousse les autorités du Cnc à accroître la censure des journaux.

L’on se souviendra que c’est la deuxième fois que cette rubrique du groupe de presse Iwacu est interdite par le même conseil national de la communication. Cette sanction avait été prise en 2013 et les mêmes motifs étaient avancés, sans convaincre du tout les journalistes de ce médium qui jugeaient exagérées les sanctions du Cnc par rapport à la faute incriminée.

Burundi - Belgique - Festival

L’ambassade de Belgique organise un festival "Buja sans Tabou"

Bujumbura, le 12 avril 2018 (Net Press) . C’est hier soir que l’ambassadeur de Belgique au Burundi, Bernard Quintin, a organisé une réception quelque peu spéciale selon ses propres termes, suite au lancement du festival "Buja sans Tabou", organisé du 12 au 15 avril 2018. Selon le même ambassadeur, le festival se déroulera dans plusieurs localités du pays, aussi bien à Bujumbura qu’à l’intérieur du pays.

"La charité bien ordonnée commence par soi-même", dit-on dans la langue de Molière. Une démonstration de spectacle, un avant-goût si l’on puisse dire, a été faite à la résidence même de l’ambassadeur Quintin, où les invités assistaient à cette scène de cinq jeunes, 4 garçons et une jeune fille, leurs verres à la main.

C’est la troisième édition du festival "Buja sans tabou" et parmi les jeunes, il y avait ceux des pays voisins comme la République démocratique du Congo. Avant que le festival ne commence, une formation de 10 jours a eu lieu et les formateurs venaient de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe.

Burundi - Algérie – Sécurité

L’Algérie en deuil national après le crach d’un avion qui a fait 275 morts

Alger, le 12 avril 2018 (Net Press) . Le crash de l’avion militaire, mercredi matin après son décollage de la base militaire de Boufarik, près de Blida, a fait 257 morts. C’est la pire catastrophe aérienne qui a touché le pays, et la 4e la plus meurtrière au monde. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi 11 avril.

Un avion militaire de type Iliouchine 76 s’est écrasé mercredi matin, à 7h50 (6h50 GMT), peu après son décollage dans le périmètre de la base aérienne de Boufarik (Blida), en Algérie. Les médias algériens faisaient état d’une centaine de personnes – des militaires – à bord. Mais un premier bilan officiel, à 11h20 (GMT), fait désormais état de 257 morts, les 10 membres de l’équipage et les passagers, « dont la plupart sont des personnels de l’Armée nationale populaire ainsi que des membres de leurs familles », selon le ministère algérien de la Défense, cité par l’AFP.

Pas d’hypothèse avancée

Selon un photographe de l’AFP présent sur place vers 12h GMT, les flammes qui ont ravagé l’épave de l’avion sont désormais maîtrisées. Des dizaines de camions de pompiers et des centaines d’ambulances sont également sur place, et toute la zone est bouclée par les forces de sécurité. Les journalistes sont désormais tenus à distance.

Aucune hypothèse sur les causes du crash n’a pour l’instant été avancée par les autorités. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi. Il a également « ordonné » que soit récitée en mémoire des victimes la Prière de l’absent vendredi, après la grande prière musulmane hebdomadaire, selon un communiqué de la présidence relayé par l’agence de presse APS.

Selon des vidéos d’amateurs diffusées dans les minutes qui ont suivi, une fumée noire épaisse se dégageait de l’appareil en feu. La vidéo suivante a été filmée par des utilisateurs de l’autoroute reliant Alger à Blida, près de laquelle l’avion s’est écrasé.

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

L’avion devait faire la liaison Boufarik-Tindouf-Béchar. Tindouf, ville du sud-ouest de l’Algérie située à 1 800 km de la capitale, est notamment le siège de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée en 1976 par les indépendantistes du Front Polisario.

Selon la radio algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, a interrompu sa visite dans la deuxième région militaire d’Oran pour se rendre sur les lieux. Il a ordonné la mise en place « immédiate d’une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident », selon le ministère de la Défense.

La dernière catastrophe aérienne impliquant un vol algérien remonte au 24 juillet 2014 lorsqu’un vol d’Air Algérie reliant Ouagadougou à Alger – affrété par la compagnie espagnole Swiftair – s’était écrasé dans le nord du Mali avec 110 passagers à bord, dont 54 Français, 23 Burkinabès, des Libanais, des Algériens et six membres d’équipage espagnol.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014