Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité11 mai 2018
|Les milieux des droits de l’homme dressent un bilan du mois d’avril

Burundi - Sécurité10 mai 2018
|Attention aux parents des enfants en bas âge, du commerce "florissant"...

Burundi - Rdc - Sécurité - Santé 9 mai 2018
|L’épidémie d’Ebola signalée au nord-ouest du Burundi, à la frontière avec la Rdc

Burundi - Sécurité 8 mai 2018
|La femme du journaliste Antoine Kaburahe échappe à un attentant en Belgique.

Burundi - Sécurité 7 mai 2018
|L’ancien administrateur de la commune Buyenzi arrêté

Burundi - Politique - Sécurité5 mai 2018
|Des militants de la coalition Amizero y’Abarundi continuent d’être arrêtés

Burundi - Justice - Sécurité4 mai 2018
|Deux prévenus accusés de lancement de grenade condamnés à perpétuité

Burundi - Politique - Sécurité3 mai 2018
|Un militant de la coalition enlevé ce matin à Kanyosha

Burundi - Sécurité 2 mai 2018
|Une attaque armée fait un mort et cinq blessés en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité1er mai 2018
|Situation sécuritaire alambiquée la semaine dernière

Burundi - Sécurité - Justice30 avril 2018
|Une rwandaise désignée persona non grata au Burundi sous les verrous

Burundi - Sécurité - Justice28 avril 2018
|"Burundi : lourde condamnation pour Germain Rukuki", dixit RFI

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2018
|"La camion abîmé à Ngozi n’appartient pas au Pam", dixit cette agence onusienne

Burundi - Sécurité26 avril 2018
|Des personnes trouvent la mort dans un accident grave de roulage

Burundi - Politique25 avril 2018
|Premier conseil des ministres du nouveau gouvernement

Burundi - Sécurité24 avril 2018
|Assassinat d’une jeune fille à la veille de son mariage

Burundi - Sécurité23 avril 2018
|Une femme proche d’Agathon Rwasa ligotée et battue

Burundi - Sécurité21 avril 2018
|Un détenu fauché alors qu’il tentait de s’évader

Burundi - Sécurité21 avril 2018
|Un détenu fauché alors qu’il tentait de s’évader

Burundi - Sécurité 20 avril 2018
|Axel enlevé par le service national de renseignement

Burundi - Sécurité 19 avril 2018
|Un enfant de la rue été tué à Gitega

Burundi - Sécurité18 avril 2018
|Le ministère de la sécurité donne son bilan trimestriel de l’année 2018

Burundi - Sécurité17 avril 2018
|Attaque armée dans la commune de Gihanga, des morts et des blessés

Burundi - Sécurité 16 avril 2018
|Le directeur commercial de la Buceco reste introuvable

Burundi –Sécurité14 avril 2018
|Trois enfants tués, d’autres blessés par les eaux de la rivière Gasenyi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le ministère de la sécurité donne son bilan trimestriel de l’année 2018

18 avril 2018

Bujumbura, le 18 avril 2018 (Net Press) . Le ministre de la sécurité publique, Alain Guillaume Bunyoni, a animé une conférence de presse dans le but de communiquer les réalisations de son ministère ces trois derniers mois. Il a fait savoir qu’au cours de cette période, 5.346 fouilles-perquisition ont été organisées à travers tout le pays. Comme résultat, 37 fusils, 112 grenades, 14 chargeurs de fusil de type Kalachnikov, 4 chargeurs de fusil de type R4, 2.500 balles et 3 mines anti-char et anti-personnelles ont été saisis.

En outre, la police a ouvert des enquêtes sur 4.890 dossiers dont 3.797 ont été déjà traités tandis que plus de 1.000 autres sont toujours en cours d’enquêtes. Pendant ces trois mois, la police a versé 155.200 litres de boissons prohibées, a saisi 392,5 kilos, 6.336 tiges de drogues saisis et 413 autres branches de drogues détruites.

Dans le secteur de la sécurité routière, 2.773 fouilles dans les rues ont eu lieu et une amende de 479.014.000 francs burundais a été perçue aux chauffeurs qui avaient contrevenu le code de la route. Il espère que lors de ce deuxième trimestre, la police fournira plus d’effort pour lutter définitivement contre l’insécurité et le terrorisme.

Dans cette conférence de presse, le ministre de la sécurité publique n’a rien dit sur le comportement de certains policiers qui, sans risque de se tromper, versent dans la corruption et le rançon des populations, surtout des chauffeurs des voitures de transport rémunérés.

Sur un tout autre chapitre, le lac Tanganyika, connu comme le plus profond du monde après le lac Baïkal, ne regorge plus des amphibies suite à sa pollution. Des corps sans vie y sont régulièrement retrouvés comme cala été le cas il y a trois semaines.

Plus récemment, un corps sans vie non identifié et en extrême décomposition a été trouvé flottant sur le lac Tanganyika dans la soirée de ce mardi 17 avril dans les environs du Bureau intégré des nations unies au Burundi (Binub). Les autorités administratives et policières de la zone Ngagara, en commune urbaine de Ntahangwa, ont enlevé le corps et l’ont transporté vers l’une des morgues des hôpitaux de Bujumbura. L’on saura que plus de 15 hippopotame ont été tués à cause de la pollution du lac Tanganyika.

Des jeunes qui n’ont pas fui le pays ayant participé aux manifestations anti troisième mandnt du président Pierre Nkurunziza sont dans le peur bleue. Claver Niyongabo a été arrêté dans la matinée de ce mardi 17 avril à son domicile situé sur la colline de Gakaranka, commune Mugamba, province Bururi, par des militaires du camp Mujejuru. Il a été conduit manu militari au cachot de la police de Mugamba en province de Bururi (Sud du pays). Des habitants de cette circonscription craignent que des arrestations en cascade vont se poursuivre.

Burundi - Politique

Le Burundi et ses partenaires extérieurs : deux regards dans deux directions différentes !

Bujumbura, le 18 avril 2018 (Net Press) . Deux organisations internationales, l’Union africaine et les Nations unies ont fait part dernièrement de leur inquiétude suite à une décision qu’avait prise Bujumbura de suspendre sa participation au dialogue inter burundais dirigé par Benjamin Mkapa.

Le gouvernement du Burundi a tenu a démentir ce 17 avril 2018, indiquant qu’il n’a jamais déclaré vouloir tourner le dos au dialogue inter burundais, étant donné que ce dernier a été et restera son cheval de bataille pour résoudre tout différend entre les fils et les filles du pays, évoquant qu’il s’agit d’une tradition, d’une culture séculaire et millénaire chez le peuple burundais.

Le gouvernement indique qu’il maintient sa confiance au facilitateur et au médiateur principal, respectivement le Tanzanien Benjamin Mkapa et l’Ougandais Yoweri Museveni. Se référant aux conclusions du dernier round du dialogue tenu en décembre 2017 à Arusha, le gouvernement a salué l’esprit constructif qui a caractérisé les participants à cette session et se réjouit des conclusions qui en sont sorties, le facilitateur ayant dégagé des points de convergence de loin les plus nombreux que ceux de divergence.

Déjà à ce niveau, il y en a d’autres qui trouvent que le dialogue a été un échec cuisant car la montagne a accouché d’une souris. Par ailleurs, le gouvernement avait demandé le rapatriement du dialogue pour laisser le temps suffisant aux différents partenaires politiques de se préparer aux élections de 2020, un souhait exprimé par le facilitateur lui-même lors de la clôture du dernier sommet des chefs d’Etat de la sous-région qui avait eu lieu en février 2018 en Ouganda.

Par ailleurs, le gouvernement déclare respecter l’accord d’Arusha car il reste la fondation qui a servi à la construction révisée proposé au référendum très prochainement sur demande insistante du peuple burundais lors des séances de dialogue intérieur. Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement, rappelle par ailleurs que le premier et principal garant de l’accord d’Arusha est et reste le peuple burundais puisque même la constitution sous révision qui se réfère à cet accord a dû suivre la même voie du processus référendaire avant d’être adoptée et promulguée en 2005.

Enfin, le gouvernement est disposé et reste en contact avec le facilitateur pour en discuter et fixer une échéance consensuelle qui ne perturbe pas le calendrier des activités d’envergure nationale déjà programmées. Il demande à la communauté internationale d’accompagner le peuple burundais dans le processus des élections de 2020 dont il garantit un climat apaisé, mais dans le respect de sa souveraineté.

A voir le démenti du gouvernement, il est à se demander si sa déclaration ne met pas plus de flou dans la position de Bujumbura d’autant plus qu’elle se réfère au dialogue interne, au respect de l’accord d’Arusha à travers une constitution révisée et à sa souveraineté qui lui est si chère. L’on a l’impression que les deux parties engagent un dialogue de sourds.

Burundi - Justice

Vers la fouille et perquisition pendant la nuit

Bujumbura, le 18 avril 2018 (Net Press) . Répondant aux questions orales de ce mercredi matin, la ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée-Laurentine Kanyana, dit que le projet de loi prévoit la perquisition de nuit, mais avec un mandat délivré par l’officier du ministère public.

La ministre Kanyana, dans ses exposés de motif, affirme que la criminalité a atteint son degré de paroxysme et ajoute : « "Notre pays est confronté à des formes de criminalité particulièrement graves comme le terrorisme, le trafic humain, la détention illégale d’armes à feu, la consommation des stupéfiants et infractions à caractère sexuel, etc "

La ministre Kanyana poursuit que dans la lutte contre ces fléaux qui menacent le Burundi, Bujumbura prévoit d’adopter des stratégies novatrices tendant à développer des procédures spéciales dérogatoires au droit commun ".

Burundi - Etats-Unis d’Amérique - Nécrologie

« La Première Grand-Mère » de l’Amérique décédée

Washington, le 18 avril 2018 (Net Press) . L’épouse de George H.W. Bush, Barbara Bush, est décédée mardi à l’âge de 92 ans, a annoncé dans un communiqué un porte-parole de l’ancien président.

Ex-première dame des États-Unis et épouse de George H.W. Bush, Barbara Bush est décédée mardi à l’âge de 92 ans. C’est le porte-parole de l’ancien chef d’État qui l’a annoncé par un communiqué publié sur Twitter dans la soirée de mardi (mercredi heure française). Mariée pendant 73 ans avec George H.W. Bush, elle était mère de six enfants, dont le président George W. Bush, et grand-mère de 17 petits-enfants.

Considérée par une large majorité des hommes politiques du pays de Donald Trump comme « la grand-mère de l’Amérique « , Barbara Bush âgée de 92 ans, a décidé de ne pas poursuivre son traitement médical et va se concentrer à la place sur des soins palliatifs », avait-il précisé, évoquant une santé « déclinante ».

L’ancienne candidate démocrate à la présidence Hillary Clinton, qui lui avait succédé à la Maison-Blanche dans le rôle de Première dame, a ainsi salué lundi « le sens du service à son pays que laisse en héritage Barbara Bush ».

Burundi - Zimbabwe - Politique

Le Zimbabwe se rapproche de nouveau du Commonwealth

Harare, le 18 avril 2018 (Net Press) . Après la chute du président Robert Mugabe, le Zimbabwe va participer au sommet du Commonwealth qui va se tenir en Grande Bretagne, quinze ans après avoir été suspendu du Commonwealth.

Selon le journal Zimbabwéen "The Standard", le pays d’Emmerson Mnangagwa avait été chassé du Commonwealth après les présidentiels de 2003 qui ont été émaillées de violences et des accusations de fraude.

Selon ce journal, Harare fait un signe de revenir sur la scène internationale alors que dans le passé, le président Robert Mugabe avait fustigé cette organisation, l’accusant d’imposer le néo colonialisme

Un signal diplomatique

Le nouveau président Emmerson Mnangagwa a d’ailleurs promis d’améliorer les relations internationales et de développer les investissements étrangers au Zimbabwe. Il faut dire qu’il fait face à une croissance faible, un taux de chômage important et à des attentes élevées de la part de la population.

Difficile de dire si un retour du pays dans le Commonwealth va l’aider. Selon les analystes politiques, il s’agit surtout d’envoyer un message. Faire partie du Commonwealth signale que le Zimbabwe est prêt à adhérer aux règles de l’organisation qui imposent de respecter l’Etat de droit, des élections libres et les droits de l’homme.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014