Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Justice

"Burundi : lourde condamnation pour Germain Rukuki", dixit RFI

28 avril 2018

Ngozi, le 28 avril 2018 (Net Press) . Au Burundi, l’activiste Germain Rukuki a été condamné jeudi 26 avril à 32 ans de prison par un tribunal de Bujumbura, selon la société civile, notamment pour « avoir participé à un mouvement insurrectionnel dans le but de changer le régime constitutionnel » ou encore d’« avoir participé dans l’assassinat de policiers et militaires à partir du 13 mai 2015 », date d’une tentative de putsch au plus fort de la contestation du 3e mandat du président Pierre Nkurunziza. La société civile estime elle qu’il paie pour tous les rapports qui ont mis en exergue les graves crimes qui se poursuivent dans ce pays.

Pour Florent Geel, le directeur Afrique de la FIDH, les pressions sur la société civile sont multiples. « La condamnation de Germain Rukuki, trois ans après le déclenchement le 25 avril 2015, de manifestations contre le 3ème mandat de Pierre Nkurunziza, représente un sinistre anniversaire et illustre clairement la volonté des autorités de faire taire à tout prix les défenseurs des droits humains au Burundi », explique à RFI ce spécialiste de l’Afrique.

Une condamnation très révélatrice de la situation actuelle selon lui. « ... La plupart des défenseurs des droits de l’Homme ont dû fuir très tôt le pays pour, justement, éviter ce type de condamnation ou tout simplement pour éviter cinq balles dans la peau, puisque ça a été des tentatives, aussi, d’assassinat à l’encontre de certains.

D’autres ont disparu puisque, par exemple, la trésorière de notre organisation, membre de la Ligue Iteka, Marie-Claudette Kwizera, qui a été enlevée le 13 décembre 2015 par des agents du Snr - le Service national de renseignement -, n’a toujours pas réapparu. Donc, elle est toujours portée disparue, comme des centaines d’autres Burundais et Burundaises ».

Défendre les droits de l’homme actuellement au Burundi, c’est une mission à haut risque conclut Florent Geel. « Hier et aujourd’hui, en tout cas c’est ça être défenseurs des droits de l’Homme, sous la présidence de Pierre Nkurunziza : c’est être condamné à l’exil, être condamné à disparaître, être condamné à 32 ans de prison ».

Burundi - Somalie - Sport

Le président somalien bientôt dans nos murs

Bujumbura, le 28 avril 2018 (Net Press) . Mohamed Abdullahi Mohamed, président de la Somalie, est attendu à Bujumbura ce 29 avril 2018 pour une visite officielle de deux jours jusqu’au 30 avril. Les autorités du ministère des relations extérieures et de la coopération internationale ont demandé à celles chargées de la sécurité de prendre des dispositions nécessaires relatives à sa sécurité pendant son séjour au Burundi.

Selon des informations en provenance du ministère des relations extérieures et de la coopération internationale, le président Mohamed Abdullahi Mohamed viendra assister au match de football qui opposera en finale du Cecafa des moins de 17 ans son pays la Somalie à la Tanzanie. Signalons que cette compétition sportive se déroulera sur le stade Ngoma de la province de Gitega.

.Burundi - Anniversaire

29 avril, une date qui divise les Burundais

Bujumbura, le 28 avril 2018 (Net Press) . Si les Burundais de tous les horizons socioprofessionnels pouvaient un jour s’asseoir autour d’une même table pour harmoniser leurs points de vue sur la tragédie de 1972, nul doute que ce serait un pas de plus dans la bonne direction car jusqu’à présent, chacun comprend 1972 à sa manière ou alors suivant l’histoire qu’il a gardée de son ghetto à la fois ethnique et familial.

Pour revenir sur cette date, au moment où le Burundi se souvient des 46 ans passés après cette tragédie, le 29 avril 1972, le collectif de survivants et victimes du génocide contre les Hutu en 1972 est actif aussi bien au Burundi qu’à l’étranger pour convaincre l’opinion internationale et nationale que ce génocide est tout à fait réel. Ainsi, en 2014, en collaboration avec le centre canadien pour la justice internationale, il a organisé la tenue d’une première conférence internationale sur le premier génocide commis dans le silence en Afrique des Grands Lacs animée par le professeur René Lemarchand.

Pour ce collectif, en ce moment, le régime du capitaine Michel Micombero, en collaboration avec Arthémon Simbananiye, alors seul ministre plénipotentiaire après la révocation du reste du gouvernement, a organisé les arrestations, l’exécution et la disparition des hommes et des femmes de tous âges, dont l’unique crime était d’être né de l’ethnie hutu.

Un autre courant parle plutôt du génocide des Tutsi en 1972. Pour cette opinion, en date des 29 et 30 avril 1972, aucun Hutu n’est inquiété par l’insécurité dont on parle. Par ailleurs, le courant du génocide contre les Hutu n’explique pas la cause immédiate de ces assassinats des Hutu à cette époque-là tout comme il ne peut pas prouver les accusations portées contre Arthémon Simbananiye. Il n’informe pas non plus sur l’intention d’introduire la "République du Soleil" dont le symbole était déjà sur la pièce de 1 Fbu et dont l’image se trouvait sur certains portails de la capitale.

Autant donc de signaux qui attestent que les théoriciens du génocide contre les Hutu prennent un raccourci dans la défense de cette hypothèse. Le courant inverse pense que le génocide se prépare, s’enseigne, s’exécute et se nie ou alors se met sur le dos des victimes, d’où une analyse minutieuse de cet aspect devrait se faire par des Burundais de toutes les ethnies, sous l’assistance de la communauté internationale d’autant plus que les Burundais ont déjà prouvé qu’ils ne sont pas capables de se mettre au-dessus de la mêlée pour résoudre leurs crises.

Burundi - Environnement

La rivière Kajeke fâchée contre la plaine de l’Imbo

Bujumbura, le 28 avril 2018 (Net Press) . C’est dans l’après-midi de ce samedi que la rivière Kajeke de la commune Mpanda a montré de quel bois elle se chauffe. En effet, une pluie torrentielle s’est abattue dans les hauteurs surplombant la ville de Bujumbura et les eaux de ruissellement se sont dirigées vers cette rivière qui a quitté son lit naturel, causant des dégâts dans la région.

Ainsi, certains parmi ceux qui devaient voyager via l’aéroport international de Bujumbura ont dû rebrousser chemin car les eaux avaient submergé la route menant vers cet endroit et certains véhicules, de peur de noyer, n’ont pas voulu prendre le risque de foncer dans les eaux qui se déversaient à une très grande vitesse. Seuls les véhicules de type Jeeps ou des camionnettes pouvaient traverser cette zone sans risques.

Burundi - Médias

Le président de la République s’adresse directement aux responsables des médias

Muramvya, le 28 avril 2018 (Net Press) . Le président de la République Pierre Nkurunziza s’est rendu hier en province de Muramvya où des journalistes, les porte-parole des différentes institutions administratives ainsi que les délégués du ministère chargé de la communication étaient en retraire de deux jours, du 27 au 28 avril 2018. L’on retiendra que lors de cette retraire, le comportement des médias lors du référendum de mai 2018 et des élections de 2020 a été évoqué.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi