Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’ancien administrateur de la commune Buyenzi arrêté

7 mai 2018

Bujumbura, le 7 mai 2018 (Net Press) . Accusé de tenir plusieurs réunions illégales à son domicile, le septuagénaire Balthazar Nzeyimana, ancien administrateur de la commune Buyenzi en mairie de Bujumbura et ancien membre du mouvement pour la solidarité pour le développement (Msd), a été arrêté dans la soirée de ce dimanche 6 mai à son domicile situé à la 21eme avenue, dans la même zone, par le service national des renseignements ainsi que les membres de la ligue du parti au pouvoir (les Imbonerakure).

Sa famille rejette en bloc toutes ces accusations avant d’indiquer que quelques fidèles de l’église catholique de la paroisse Saint Augustin de Buyenzi s’y rencontrent entre 16h et 18 h pour des prières.

Dans le même chapitre, en pleine campagne de ce samedi de voter « oui » menée par le secrétaire général du parti au pouvoir, le général Evariste Ndayishimiye, les membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel (Imbonerakure) ont fermé toutes les routes menant vers le centre-ville de Makamba et sous l’œil complice de la police de Makamba, rapporte un témoin.

Selon la même source, ces Imbonerakure armés de gourdins entonnaient des chansons hostiles à l’opposition. Cependant, la police de Makamba ne nie pas ce qu’elle qualifie de « dérapage » avant d’indiquer que la balle se trouve dans le camp de la commission nationale électorale indépendante

Par ailleurs, au moins quatre militants du parti Fnl ont été violemment torturés, dont deux sur le point d’être tués dans un cimetière, n’eut été l’intervention de la police. Une dizaine d’autres militants de ce parti ont été arrêtés et tabassés dès le premier jour du lancement de la campagne référendaire par des Imbonerakure. Il y a crainte que de telles agressions ne s’accentuent, le Fnl et ses alliés politiques ayant choisi de faire la campagne pour le « non ».

Un cadre du parti au pouvoir Cndd Fdd a été condamné à trois ans de prison ferme pour atteinte à la sécurité intérieure, menaces de mort et propos haineux tenus lors d’une réunion à Kabezi. Cette condamnation ne devrait cependant pas concerner ce seul cadre, mais bien toutes les personnes qui tiennent des propos haineux, notamment à l’endroit des opposants. La justice burundaise devrait se saisir de tous les cas régulièrement dénoncés par la société civile et rapportés par les médias indépendants.

Au moment où nous mettons sous presse, nous venons d’apprendre qu’une personne a été décapitée dans la nuit de ce 6 mai dans la zone de Kinama, quartier Buhinyuza par des personnes non encore identifiées. Ceux qui ont vu le corps sans tête estiment que des mobiles politiques seraient derrière cet assassinat. Les sources policières contactées ne font pas de commentaires sur ce cas.

Burundi - Confessions Religieuses

De l’intronisation à l’œuvre ...

Bujumbura, le 7 mai 2018 (Net Press) . Le nouvel Archevêque de Bujumbura, Mgr. Gervais Banshimiyubusa, n’a pas de temps à perdre. Aussitôt les cérémonies d’intronisation du 5 mai terminées, il a décidé en toute discrétion de célébrer sa première messe à la fois dominicale et citadine en tant qu’Archevêque de Bujumbura, à la Paroisse Saint Michel.

Très pragmatique, il a expliqué aux fidèles qu’il ne sera pas question d’annoncer ses visites aux différentes paroisses pour au moins deux raisons. D’une part, quand il fait une telle annonce, il y a le protocole qui s’en mêle et qui rend les cérémonies trop lourdes alors que l’intention du prélat est de voir les chrétiens, ses fidèles.

En outre, a-t-il fait savoir, en cas d’annonces, il y a des non chrétiens, des curieux, qui se rendent à l’église pour voir à quoi ressemble le nouvel Archevêque, ce qui est contraire à la mission assignée au sacerdoce. Les chrétiens de la Paroisse Saint Michel étaient agréablement surpris de voir que la toute première visite du nouvel Archevêque leur était destinée.

Pour ceux qui sont spécialisés dans l’histoire de l’église catholique du Burundi, il semble que cette paroisse, construite en 1931, était la plus grande paroisse de la capitale Bujumbura, raison pour laquelle il y a une rue qui lui est attribuée, "Rue de la Mission", la mission étant un terme-ancêtre de la paroisse.

Elle a été détrônée dans cette position par la création de la Cathédrale Regina Mundi construite quelques 27 ans plus tard, en 1958, raison pour laquelle les cérémonies d’accueil s’y sont déroulées. Mais sinon, l’on se souviendra que le premier évêque de Bujumbura, Mgr. Michel Ntuyahaga, résidait à la Paroisse Saint Michel. L’on sait également que le prince Louis Rwagasore, avait assisté à la messe du matin à la Paroisse Saint Michel avant d’être assassiné le même jour, le vendredi 13 octobre 1961.

C’est probablement dans cette logique que Mgr. Gervais Banshimiyubusa a préféré démarrer sa mission apostolique de la capitale Bujumbura dans cette Paroisse des plus anciennes dans l’archidiocèse de Bujumbura, après Buhonga (1902) et Bukeye (1927).

Burundi – Politique

Le camp Rwasa demande à l’Union africaine et le monde occidental de prendre des sanctions contre le Burundi

Bujumbura, le 7 mai 2018 (Net Press) . Le front national pour la libération pro Rwasa, à travers un communiqué rendu public, reste préoccupé par la situation qui prévaut au Burundi qu’il qualifie d’« alarmante « . Il demande par conséquent à l’Union africaine, à l’Union européenne ainsi qu’aux Etats-Unis d’Amérique de mettre le Burundi sous l’embargo effectif.

A travers ce mémorandum, le porte-parole du Fnl non reconnu par Bujumbura, Aimé Magera, brosse la situation du Burundi préoccupante et surtout à la proche de la retouche de la constitution prévue le 17 mai 2018, caractérisée par des intimidations, des arrestations en cascades suivies par des emprisonnements arbitraires, d’exécutions extrajudiciaires ainsi que des disparitions forcées des membres et sympathisants Pro Rwasa. Il pointe du doigt le parti au pouvoir qu’il accuse ouvertement d’être derrière ces actes.

Aimé Magera affirme que derrière ces séquestrations, arrestations, tortures et assassinats, il y a des discours de haine lancés par les hautes autorités du pays, en témoignent des propos qui sèment la haine au sein de la classe politique burundaise qui ont été lancés par un haut gradé du parti au pouvoir, Melchiade Nzopfabarushe. Pour ce parti, son arrestation suivie de son emprisonnement est considérée comme une poudre jetée aux yeux qui n’aveugle personne, selon Aimé Magera. Il prend un exemple d’un colonel nommé Bangirinama, le meurtrier des militants Fnl en 2006, condamné à mort, caché en prison puis exfiltré en Tanzanie avant d’être rapatrié au Burundi où il jouit avec plénitude la liberté de mouvement.

Aimé Magera dit que les propos de Nzopfabarushe ne sont pas le rêve d’une seule personne, avant d’ajouter que des propos similaires ont été dits en commune Gashoho, dans Giteranyi en province de Muyinga au nord-est du pays où des discours qui sèment la violence ont été lancés, invitant les membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel de faire la violence aux opposants politiques.

Aimé Magera rappelle que le parti Fnl, durant les 38 ans, a fait de son cheval de bataille la lutte contre l’impunité, la discrimination et pour la justice sociale, socle du développement. Il a invité ses membres à voter « non « à la retouche de la constitution pour sauvegarder ces acquis et de rester serein et unis.

Face à l’intransigeance de Bujumbura pour garantir la paix et la tranquillité de ses citoyens, Aimé Magera demande au conseil de sécurité de revoir la résolution 2023 pour redéployer les 228 policiers et à l’Union africaine d’envoyer les forces de la Maprobu

Burundi - Media

La voix de l’Amérique condamne la décision du Cnc

Washington, le 7 mai 2018 (Net Press) . La voix de l’Amérique condamne la décision du conseil national de la communication de suspendre ses programmes et surtout à la proche d’une période délicate, le rendez –vous référendaire du 17 mai 2018. La voix de l’Amérique trouve que cette décision est intervenue au lendemain de la « journée mondiale de la liberté de la presse « et que cette mesure « prive les citoyens burundais des sources fiables d’information pendant une période critique qui a endeuillé le Burundi.

Amanda Bennett, sa directrice, souligne que la voix d’Amérique va continuer d’émettre en onde courte en Kirundi et en Kinyarwanda et sur internet en Fm sur les fréquences des pays voisins .

Burundi - Burkina Faso - Politique

Burkina Faso : Blaise Compaoré désigné fondateur et président d’honneur du CDP

Ouagadougou, le 7 mai 2018 (Net Press) . L’ancien président burkinabais, Blaise Compaoré, chassé au pouvoir par le mouvement Balai citoyen, aujourd’hui en cavale en Côte d’Ivoire, a été désigné ce dimanche fondateur et président d’honneur du congrès pour la démocratie et le développement (Cdp) lors du septième congres de ce parti à Ouagadougou. Eddie Constant Komboïgo, opposé à l’ex-ministre de la Justice, Boureima Badini, a été réélu à la tête du parti de justesse. Les militants du CDP entendent désormais entreprendre des démarches pour un retour officiel de l’ancien chef d’Etat au Burkina Faso.

Le président réélu du parti a appelé les militants « à conserver la cohésion de l’unité du CDP » et à « œuvrer inlassablement dans ce sens ». Ceci afin d’affronter les prochaines échéances électorales et de « reconquérir le pouvoir d’état ».

Blaise Compaoré va fixer les orientations du parti

Les militants du Congrès pour la démocratie et le progrès ont par ailleurs officiellement remis en selle l’ex-président Blaise Compaoré, à qui ils ont décerné les titres de fondateur et du président d’honneur du parti. A ce titre, il déterminera les grandes orientations du parti et validera le choix du candidat du parti aux différentes compétitions électorales et particulièrement à l’élection présidentielle.

Boubacar Bouda, membre du nouveau bureau politique explique que Blaise Compaoré pourra « être ultimement et utilement consulté quand viendront des moments critiques, sur le choix, par exemple, des principaux dirigeants du parti ». Par ailleurs, les congressistes « ont estimé qu’il est politiquement correct qu’à partir du moment où il a été l’un des inspirateurs de la création du parti, il en soit le garant, par rapport aux orientations politiques et stratégiques. Il devrait pouvoir être consulté quand il s’agira de choisir qui pourra être le candidat du parti ». Les participants à ce septième congres du CDP souhaitent que l’ex-président Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, revienne au Burkina Faso dans des conditions dignes.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte