Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Vingt-cinq personnes tuées et 7 blessées dans une attaque armée

12 mai 2018

Cibitoke, le 12 mai 2018 (Net Press) . Vingt-cinq personnes ont été tuées et 7 autres ont été blessées dans la nuit de ce vendredi 11 mai 2018 à Ruhagarika, en commune Buganda, dans la province de Cibitoke par des éléments non encore identifiés, apprend-on de sources concordantes.

Des sources sur place indiquent que vers 22 heures de ce vendredi, un groupe d’hommes armés de fusils et de machettes ont fait irruption dans les ménages de la Transversale 2, sur la colline Ruhagarika. Ils ont mis le feux aux maisons de cette circonscription avant de tuer à la machette. Nous apprenons également que d’autres habitants de cette entité administrattive ont été brulés vifs.

Et selon les témoins sur place, les auteurs se sont repliés en République Démocratique du Congo voisine, une information sur ces assassinats qui est confirmée par des sources officielles.

Et dans la même foulée, le ministre de la sécurité publique, Alain Guillaume Bunyoni, s’est rendu sur les lieux et au cours de son allocution, il a déclaré que le Burundi entretient de bonnes relations avec son voisin de l’Ouest et que des contacts sont en cours pour traquer les auteurs. Pour lui, on ne peut pas aller combattre des groupes terroristes en Somalie, laissant des groupes semblables se la couler douce aux portes de notre pays.

Burundi - Politique - Elections

Vers un rendez-vous référendaire sans observateurs internationaux

Bujumbura, le 12 mai 2018 (Net Press) . Dans une conférence de presse, le porte-parole de la commission électorale indépendante (Ceni), Prosper Ntahorwamiye, a indiqué que le référendum constitutionnel de ce 17 mai 2018 sera fait « sans observateurs internationaux « .

Et dans la même foulée, le chargé de communication à la communauté est africaine, Owora Richard Othieno, « Le secrétariat de la Communauté de l’Afrique de l’Est n’enverra pas de mission d’observation pour l’élection référendaire du 17 mai au Burundi "C’est une situation qui n’avait pas été prévue", a ajouté Owora Richard. En février dernier, sur la Radio Allemande DW, le président de la Commission Africaine avait indiqué que l’Union Africaine n’enverra pas d’observateurs au Burundi "tant que les règles du jeu ne soient très claires".

Burundi - Usa – Politique

Les Etats Unis d’Amérique toujours préoccupés par la situation au Burundi

New York, le 12 mai 2018 (Net Press) . Du haut de la tribune des Nations unies, les Etats Unis d’Amérique ont indiqué être toujours préoccupés par la situation qui prévaut au Burundi, surtout à l’approche de la retouche de la constitution, marquée par le musèlement des medias. Ce pays a invité les Nations Unies à suivre de près la situation sociopolitique et sécuritaire toujours préoccupantes au Burundi, surtout à la veille du referendum de la constitution.

Et dans la même foulée, le président de la Commission de l’ Union africaine, à travers une correspondance adressée au président ougandais et médiateur burundais, Yoweri Kaguta Museveni, avec copies aux garants de l’ Accords d’Arusha, trouve que "l’achèvement du dialogue inclusif inter-burundais avant la tenue du référendum constitutionnel est d’une importance primordiale"

L’ambassadeur du Burundi, aux Nations unies, Albert Shingiro, dit « Qu’ils surveillent plutôt leur pays ! A tous les acteurs exogènes de mauvaise foi qui se mêlent dans notre cuisine interne, nous leur opposerons la vérité, la bravoure, l’unité, la résilience, la cohésion et le patriotisme".

Burundi - Russie - Sport

Les couleurs de la nation nettement mieux défendues par les anciens enfants de la rue

Moscou, 12 mai 2018 (Net Press) . Les anciens enfants de la rue, organisés en une équipe de football, ont gagné face à l’équipe de l’Indonésie, dans leur première rencontre de ce championnat des anciens enfants de la rue qui est organisé dans le pays de Vladimir Poutine. Selon des informations en provenance de ce pays, l’équipe burundaise a gagné par un score très honorable de 2 buts à zéro.

A la mi-temps, le score était de un but à zéro en faveur du Burundi et un deuxième a été marqué dans la deuxième partie. Rappelons que le mois prochain de juin 2018, il sera organisé, dans le même pays, la coupe du monde. Nous apprenons par ailleurs qu’un Burundais a eu l’honneur d’être désigné parmi les arbitres de cette grande rencontre sportive.

Dans l’organisation New Generation dont le patron a accompagné l’équipe, l’on fait savoir que c’est une bonne occasion pour les Burundais de rencontrer les autres jeunes de la rue pour discuter des difficultés que rencontrent les enfants de la rue.

Burundi - Congo Brazzaville - Politique - Justice

Congo-Brazzaville : le général Mokoko, premier dignitaire lourdement condamné

Brazzaville, le 12 mai 2018 (Net Press) . Principal opposant au président congolais Denis Sassou Nguesso, le général Mokoko, 71 ans, a été condamné vendredi à 20 ans de prison par la justice à Brazzaville, où selon des analystes, une guerre de succession au chef de l’État se mène déjà en coulisses.

Ex-chef d’état-major et ex-conseiller du président Sassou, Jean-Marie Michel Mokoko, en détention depuis juin 2016, a été reconnu coupable d’ »atteinte à la sécurité de l’État » par la cour criminelle de Brazzaville. Il dispose de trois jours pour se pourvoir en cassation. C’était le premier d’une série de trois procès d’ex-dignitaires non sans lien, selon des observateurs, avec la succession de Sassou Ngesso, 74 ans dont près de 35 à la tête du Congo-Brazzaville. Sept autres « complices » du général Mokoko, dont six Français, jugés par contumace, ont été condamnés à la même peine, selon la cour.

« Prisonniers politiques »

Pendant le procès, une vingtaine d’activistes de mouvements citoyens ont été arrêtés pour avoir placardé des affiches demandant la libération des « prisonniers politiques ». Sans faire directement allusion au procès, l’épiscopat avait souligné jeudi le besoin d’ »une justice équitable et indépendante » et demandé de « libérer toutes les personnes en prison à la suite des contentieux politiques », dans un long message sévère sur l’état général du pays.

Candidat à l’élection présidentielle de mars 2016, le général Mokoko avait refusé de reconnaître la réélection contestée du président Sassou, et avait appelé à la désobéissance civile. Il était également poursuivi pour détention d’armes et trouble à l’ordre public. « Au 21ème siècle, on ne peut pas envisager de prendre le pouvoir par les armes avec l’aide des mercenaires étrangers », a déclaré l’un des avocats de l’État congolais, un Français inscrit au barreau de Brazzaville, Me Gérard Deviller.

« Règlement de comptes politiques »

Fidèles à leur ligne de défense, ni le général, ni ses avocats ne se sont exprimés vendredi. Le général Mokoko, qui a qualifié son procès de « règlement de comptes politiques », a invoqué une immunité qu’il affirme tenir de son statut de « dignitaire de la République ». Pendant le procès, le procureur a présenté des scellés supposés contenir les preuves, à savoir des armes et une vidéo datant de 2007 où le général Mokoko semble ourdir un coup d’État avec d’autres interlocuteurs.

Après le général Mokoko, un autre officier, le général Norbert Dabira, doit être jugé le 15 mai pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». La cour jugera par la suite Jean-Martin Mbemba, ex-ministre d’État, également pour atteinte à la sécurité intérieure de l’État. Un autre candidat à la présidentielle, André Okombi Salissa, est détenu pour les mêmes motifs depuis janvier 2017. La date de son procès n’est pas connue.

Guerre de succession en coulisses

Réélu pour un mandat de cinq ans en 2016, le président Sassou Nguesso avait obtenu par référendum en 2015 une modification de la Constitution pour pouvoir se représenter et rester au pouvoir. Des analystes affirment qu’une guerre de succession a déjà commencé dans les coulisses du pouvoir, de la famille du président, et du Parti congolais du travail (PCT). Depuis quelques semaines, un des fils du président, Denis Christel, dit Kiki, se montre très actif, sans que l’on sache si c’est avec ou sans l’accord de son père ou du PCT, selon un observateur de la vie locale.
Le 2 mai, Denis Christel Sassou Nguesso a lancé l’initiative « le Congo que nous voulons demain » avec des jeunes, après avoir publié un livre « Ce que je crois » dans lequel il développe sa vision d’un pays débarrassé de la corruption.

« Une purge »

« Aujourd’hui, on est en train de vivre la ‘refondation’ du PCT. C’est une purge que Sassou est en train de faire pour laisser la voie libre à la succession de son fils », avance le défenseur des droits de l’homme et observateur politique Roch Euloge Nzobo.

« Mokoko, Okombi et autres sont en train de payer pour des raisons politiques. Nous sommes dans une guerre succession de pouvoir, alors il faut écarter ceux qui gênent coûte que coûte », affirme Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme. Si les tensions politiques restent latentes, le petit État pétrolier tentent de sortir d’une crise économique bien réelle qui se traduit par une dette plus lourde que le PIB. Le Fonds monétaire international (FMI) a envisagé la signature prochaine d’un accord de relance économique soumis à des « exigences de gouvernance » : en clair, la fin de la corruption.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi