Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Du référendum aux polémiques

19 mai 2018

Bujumbura, le 19 mai 2018 (Net Press) . Au lendemain du référendum sur la constitution, les résultats provisoires commencent à tomber et montrent que le oui a remporté un peu partout dans le pays. Pratiquement, l’on attend que le président de la Ceni, Pierre-Claver Ndayicariye, confirme officiellement cette tendance, ce qui l’a déjà fait à demi-mot, puisqu’il s’est déjà félicité du bon déroulement du référendum dans tout le pays.

Mais la Ceni vient de rencontrer son premier couac avec l’opposition intérieure regroupée au sein de la coalition Amizero y’Abarundi. Son président, le député Agathon Rwasa, a indiqué noir sur blanc qu’il ne reconnaît pas les résultats avancés par la Ceni car très truffés de contre-vérités. D’une part, les mandataires de cette coalition ont été empêchés de participer au comptage des voix alors qu’ils en avaient le droit. En outre, ils ont été maltraités par des Imbonerakure voire emprisonnés pour ne pas remplir leur mission en ce moment précis.

Agathon Rwasa demande que le référendum soit réorganisé avec un maximum de transparence. Il estime que même les fonds ne sont pas très nombreux pour qu’ils servent de prétexte. Il est convaincu qu’il y a des endroits où le non a gagné et que l’équipe de la Ceni a changé en oui pour faire échec à la coalition.

Mais une certaine opinion trouve que la coalition a du temps à perdre. En effet, depuis l’annonce de ce référendum, l’on sentait l’entrain du parti au pouvoir à l’organiser et selon la même opinion, il n’entendait pas le faire pour perdre. Plus le temps avançait, plus l’on constatait qu’aucun effort n’a été ménagé pour la réussite de la retouche de la constitution. Dernièrement, l’on nous a fait savoir qu’il n’y aura pas d’observateurs de la communauté internationale, un signe qui ne trompe pas que la défaite de 2014 ne pouvait pas se reproduire.

Il renvient donc à cette coalition de prendre acte ou de changer de tactique pour l’avenir car pour le moment, dans le camp de la majorité présidentielle, comme cette occasion en or se présente, il ne peut pas le laisser tomber dans le seul intérêt d’Agathon Rwasa et de ses fidèles car en politique, tous les coups sont permis, l’essentiel était d’arriver à son objectif.

Burundi - Comesa

Et si les dés avaient été jetés depuis longtemps !

Lusaka, le 19 mai 2018 (Net Press) . Selon des informations concordantes en provenance du siège du marché commun des pays de l’Afrique australe et de l’Est, Comesa, le 20ème sommet qui devait être abrité par le Burundi n’aura plus lieu dans ce pays, mais bel et bien à son siège situé à Lusaka en Zambie au mois de juillet 2018.

Mais si théoriquement le changement du lieu du sommet n’est qu’un banale fait divers, celui du Burundi pourrait être suivi d’un calcul bien fait et dont l’objectif était celui de renforcer l’isolement du Burundi sur l’échiquier international. Tout remonte à la fin de l’année 2017 quand le secrétaire général du Comesa, Sindiso Ngwenya, en visite au Burundi, informe que le pays doit abriter le 20ème sommet du marché commun mais qu’il a des infrastructures insuffisantes pour cette activité. Il faisait appel au manque d’hôtels, de connexion internet, etc. Il avait invité le Burundi à corriger ce qui doit l’être pour accueillir ce grand sommet.

Au début de cette année, le même secrétaire général est revenu et cette fois-là, il a confirmé en bonne et due forme que le Burundi est prêt à abriter ce sommet. Mêmes les dates du mois d’avril ont été arrêtées à la satisfaction des autorités burundaises qui voyaient en cela une forme de reconnaissance internationale malgré les sanctions de l’Union européenne.

La satisfaction durera le temps d’une rosée car l’on apprendra avec amertume que cette rencontre n’aura pas finalement lieu car les dates coïncident avec celle de la tenue du Commonwealth. La plupart des pays du Comesa sont également membres de ceux qui utilisent la langue anglaise, donc devaient répondre à l’invitation de Londres au détriment de celle de Bujumbura.

Le Burundi a été obligé d’ajourner de nouveau son tour au mois de juin 2018 mais là, sans plus de conviction ni de garantie. C’est à ce moment qu’une opinion a vu une éventuelle immixtion de l’Union européenne qui était en plein bras de fer avec le Burundi depuis 2016, sur l’Accord de Cotonou. L’information qui vient de se lire sur le site du Comesa nous apprend que le sommet aura lieu au siège du Comesa en Zambie, au mois de juillet de cette année, sans plus de commentaire ni d’explication.

Sans toutefois défendre ceci ou cela, mais il y a lieu de croire que cette rencontre, dont une partie est certainement financée par l’Union européenne, ne pouvait pas se tenir au Burundi sans que ce pays ne change en rien des exigences de l’Union. Là où deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui en pâtit, dit-on. Même dans ce qui nous concerne, c’est la population qui souffre du bras de fer entre le gouvernement du Burundi et l’Union européenne, mais jusque quand ?

Burundi - Economie

L’économie burundaise de temps en temps insaisissable

Bujumbura, le 19 mai 2018 (Net Press) . Selon des informations recueillies dans plusieurs marchés du pays, les produits de première nécessité ont vu leurs prix monter de façon exponentielle, que ce soit à Bujumbura la capitale, à Rumonge, à Bubanza et à Ngozi au Nord du pays.

Des commerçants qui vendent ces produits déclarent qu’ils s’approvisionnent à un prix élevé mais ils ne convainquent pas d’autant plus que sur le marché des devises, l’on voit une légère amélioration. C’est ce qui a fait dire à beaucoup de consommateurs que les prix pratiqués sont artificiels et déconnectés des réalités du pays même s’ils n’excluent pas non plus la mauvaise pluviométrie de cette année 2018.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte