Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2018
|Un homme tué au Nord Est du pays

Burundi - Sécurité9 juillet 2018
|Un étudiant accusé de collaborer avec le Rwanda enlevé et porté disparu

Burundi - Sécurité7 juillet 2018
|Une personne tuée lors d’une attaque armée dans un bistrot

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

22 mai 2018

Bubanza, le 22 mai 2018 (Net Press) . Au cours d’une réunion de sécurité que le gouverneur de la province de Bubanza a tenue ce matin au chef-lieu de cette entité provinciale, il a fait savoir que contrairement aux rumeurs de la semaine passée, il n’y a eu aucune infiltration dans cette province. Cependant, la même autorité, en compagnie des chargés de la sécurité, ont recommandé aux populations de la vigilance.

Au centre du pays, dans la province de Karuzi, les familles des Batwa étaient surexcitées ce dimanche et pour cause, les leurs qui sont tués par des voisins en toute impunité. Selon des informations en provenance de cette entité administrative, au moins 7 Batwa ont trouvé la mort ces derniers jours, dont le dernier a été abattu en date du jeudi 17 mai.

Les familles de cette ethnie ont alors refusé que cette personne soit inhumée avant que l’auteur de cet assassinat ne soit identifié. Les autorités de la commune de Buhiga ont vu les Batwa les assaillir et elles ont été obligées d’engager un dialogue avec quelques uns de leurs représentants. Sans trop de détails sur les discussions, l’on apprend que la personne a été inhumée avec dignité ce dimanche 20 mai 2018.

Au Nord du pays, dans la province de Muyinga, un motard a été retrouvé mort dans la soirée de ce lundi 21 mai, dans la quartier de Gasenyi, au centre-ville de cette province. Selon ses collègues, ses ravisseurs lui ont volé sa moto et après des recherches opérées par quelques éléments de la police, l’engin a été retrouvé au quartier Mukoni, non loin du crime.

Sur le même chapitre d’insécurité, le secrétaire-général adjoint de l’organisation pour le développement de l’archidiocèse de Gitega, l’abbé Caritos Niyoyitungiye, a été retrouvé mort dans son bureau. Les religieux de Gitega privilégient la piste d’un éventuel suicide.

Burundi - Politique

Les résultats du référendum continuent à susciter des polémiques

Bujumbura, le 22 mai 2018 (Net Press) . Depuis que la Ceni a proclamé les résultats provisoires du référendum du 17 mai 2018, des réactions ont été enregistrées directement après, surtout dans les rangs de la mouvance présidentielle. Rappelons que le oui au niveau national a remporté à 73,18% alors que le nom a eu seulement 19,6% des voix exprimées.

Le président de la commission électorale nationale indépendante, Pierre-Claver Ndayicariye, lors de la présentation de son discours, avait une voie rauque, fixant son regard aux participants comme s’il voulait leur intimer l’ordre de faire ceci ou cela. Il a expliqué que la moindre critique au référendum reviendrait à constater qu’il a été organisé avec succès avant de faire comprendre à l’assistance que la Ceni est la seule institution chargée de fournir les résultats provisoire, ce qui à la limite est un secret de polichinelle.

Les associations de la société civile proches du parti au pouvoir ainsi que les partis politiques satellites ont tous approuvé l’organisation et les résultats de ce référendum, se contentant de féliciter la Ceni et les Burundais en général, ceux qui ont voté oui tout comme ceux qui ont voté non, sans toutefois expliquer dans leurs déclarations la plus-value de ce nouveau texte de loi.

De son côté, l’opposition s’est montrée indignée car plusieurs manquements ont été observés, notamment l’absence des délégués de l’opposition lors du comptage des urnes après le vote ainsi que l’intimidation des opposants. Ces inquiétudes sont également partagées par les Etats-Unis au Burundi qui parlent également des irrégularités du scrutin, du manque de transparence ainsi que de l’absence des observateurs des Indépendants.

Dans une déclaration rendue publique ce lundi 21 mai, la Maison Blanche, par le biais du porte-parole du Département d’Etat, Heather Nauert, dit que le vote de la nouvelle constitution va à l’encontre des principes du partage de pouvoir et des accords d’Arusha.

Heather Nauert indique que la nouvelle constitution est émaillée de beaucoup d’irrégularités, en témoignent le manque de transparence dans le déroulement du scrutin caractérisé par l’absence d’observateurs internationaux et à l’approche du rendez-vous du 17 mai 2018, la fermeture des medias, le harcèlement et l’intimidation des opposants du président Pierre Nkurunziza.

La Maison Blanche affirme sa ferme préoccupation sur la retouche de la loi élémentaire qu’elle considère comme « modification des mandats présidentiels et déplore le musellement de la presse, des arrestations arbitraires, condamnation d’une peine lourde contre les défenseurs des droits de la personne humaine, ce qui cause la réduction de l’espace politique et civique".

Burundi - Politique

L’union interparlementaire panafricaine se tient dans nos murs

Bujumbura, le 22 mai 2018 (Net Press) . Le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a ouvert au Centre d’Enseignement des Métiers de Kigobe, les activités marquant la 40ème conférence de l’union interparlementaire qui va durer 2 jours. Gaston Sindimwo parle que la tenue de cette réunion sur le sol burundais est un signe éloquent que le pays a recouvert la paix et la tranquillité.

Devant le parterre des hautes personnalités, en l’occurrence les présidents de deux chambres du parlement burundais, une délégation des 26 pays africains sur 40 ont fait le déplacement de Bujumbura. Ils étaient sous la conduite du secrétaire exécutif de l’union interparlementaire. Gaston Sindimwo affirme que la paix et la tranquillité règnent sur le Burundi, en témoigne que des hautes délégations ont foulé le sol burundais, le président gabonais Ali Bongo, le représentant du Haut-commissariat pour les réfugiés. C’est aussi le processus de la retouche de la constitution où le peuple burundais s’est levé comme un seul homme en faveur de l’amendement de la constitution qui répond aux normes de la souveraineté du pays.

Gaston Sindimwo affirme que la prochaine tenue du sommet du Comesa en date du 1er au 10 juin 2018 au Burundi est un autre signe que le pays a recouvert la paix et la tranquillité, - les participants se sont regardés dans les yeux avant d’échanger par des murmures - , et pour contourner les sanctions économiques qu’il qualifie « injuste », la population, de concert avec le gouvernement, construit à grande échelle des infrastructures publiques. Gaston Sindimwo a affirmé enfin que la majorité des pays africains soutiennent le Burundi dans la crise qu’il traverse.

Burundi - Chili - Confessions Religieuses

" On en parle à Santiago : L’église chilienne dans la tourmente", Dixit Les Echos.fr

Santiago, le 22 mai 2018 (Net Press) . Membres de la conférence des évêques du Chili, Luis Fernando Ramos Perez et Juan Ignacio Gonzalez ont rencontré les journalistes au Vatican vendredi après la démission de 34 évêques chiliens. Après un scandale de pédophilie, les évêques chiliens démissionnent en bloc.

« Nous voulons demander pardon pour la douleur causée aux victimes, au pape, au peuple de Dieu et à notre pays pour les graves erreurs et omissions que nous avons commises ». C’est ainsi que les 34 évêques chiliens ont annoncé, lors d’une conférence de presse vendredi, avoir donné leur démission au pape François. La décision, première de ce type en plus de 200 ans d’histoire de l’Eglise catholique, fait suite à l’un des pires scandales de pédophilie que le Chili a connus.

En cause : l’omerta de l’évêque Juan Barros, qui aurait protégé le prêtre Fernando Karadima, pourtant reconnu coupable d’abus sexuels par l’Eglise catholique. Lors d’un déplacement tendu au Chili en début d’année, le pape avait apporté son soutien à Juan Barros, affirmant qu’il « n’existait aucune preuve contre lui ». François avait dû rapidement faire évoluer sa position, devant le tollé que ces propos avaient provoqué au Chili.

Des discussions glaciales

Après avoir décidé de l’ouverture d’une enquête, le souverain pontife avait invité tous les évêques du pays au Vatican la semaine dernière, pour trois jours de discussions dans un climat rapporté comme extrêmement froid par la presse chilienne.

« Pour la dignité, la justice et la vérité : que les évêques s’en aillent tous. Délinquants. Ils n’ont pas su protéger les plus faibles, les ont exposés à des abus et ont ensuite empêché que justice se fasse. Ils méritent de partir pour cela », a déclaré, sur Twitter, José Andrés Murillo, l’une des victimes du prêtre Karadima, à l’annonce de cette démission collective.

Dans une interview pour la BBC, Juan Carlos Cruz, autre victime de Fernando Karadima, salue cette décision mais estime qu’elle n’est pas suffisante : « Au-delà des instances dirigeantes, il faut qu’il y ait une intervention dans les séminaires et les diocèses pour que les choses commencent à changer », a-t-il déclaré.

12 prêtres suspendus

De nouveaux faits semblent lui donner raison : ce dimanche, 12 prêtres ont été suspendus de leurs fonctions dans la ville de Rancagua, au sud de Santiago, pour « conduite inappropriée ». Certains de ces hommes sont soupçonnés d’avoir engagé des conversations sexuelles avec des mineurs sur Internet. Alejandro Goic, l’évêque du diocèse de Rancagua, qui fait partie des démissionnaires annoncés au Vatican, a reconnu « ne pas avoir agi avec la souplesse adéquate » lorsque l’affaire lui a été révélée pour la première fois, en 2017. Il a dit « souffrir et avoir honte de cette situation difficile ».

Révélé par le reportage d’une chaîne de télévision chilienne, ce nouveau cas d’abus sexuels secoue l’opinion publique, dans un pays où la religion catholique est déjà en nette perte de vitesse.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI