Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

28 mai 2018

Muyinga, le 28 mai 2018 (Net Press) . Un homme, de concert avec sa nouvelle concubine, a tué ses deux enfants, en commune Butihinda, dans la province de Muyinga, pour entrer en union avec cette dernière sans gêne. Le tribunal de grande instance siégeant en matière criminelle a requis une peine lourde, une condamnation à perpétuité à l’endroit de ces deux délinquants.

Des sources de Muyinga indiquent que les deux corps sans vie, en extrême décomposition, ont été trouvés superposés dans la brousse dans la localité de Kamaramagambo de la même province. Elles ajoutent que la concubine, en guise du nouveau mariage, a ordonné à cet homme de tuer tous ses enfants, une injonction exaucée avant de tourner au vinaigre pour le nouveau couple.

La population de Muyinga indignée par ce comportement parle du retour de la peine de mort pour réprimer les barbaries du genre qui s’observent dans presque tous les coins du pays et qui ne sauraient pas être réprimés par une simple condamnation à perpétuité.

Et dans la même foulée, Nicodème Nyandwi, âgé de 55 ans, a été tué sur la colline Rushimabarimyi, zone Ruziba, commune Mugina en province de Cibitoke au Nord Ouest du pays, par sa femme ce jeudi 24 mai 2018 qui l’accusait de vouloir se marier avec une autre femme.

Selon les témoins, pour commettre ce crime, l’auteure a payé une somme de cent mille francs. L’on apprend que la population de cette entité en colère a failli se faire justice, n’eût été l’intervention musclée de la police qui a tiré en l’air pour disperser la foule. Le criminel présumé et la femme ont été arrêtés et sont incarcérés au cachot du commissariat de la police de Cibitoke.

Signalons enfin que dans la province de Bururi, un homme du nom de Jean Marie Ntiranyibagira a été tué à coups de machettes ce dimanche 27 mai 2018. La police soupçonne sa femme et son fils qui sont entre les mains de la police pour d’éventuelles enquêtes sur cet assassinat.

Burundi - Politique

Le Cnared décidé à faire face à la retouche de la constitution

Bruxelles, le 28 mai 2018 (Net Press) . Réunis pendant trois jours à Bruxelles, les membres de cette plateforme d’opposition contre le régime de Bujumbura, décide de se restructurer pour mieux protéger les accords d’Arusha. Pour cette coalition, le changement de la constitution de 2005 est tout simplement un coup de force et le Cnared entend mettre en place des stratégies pour faire face à ce mouvement ’bujumburais".

Signalons que les plus radicaux jugent le Cnared de coalition chargée de produire un océan de discours avec un désert d’actes concrets. Il y en a qui vont plus loin et qui affirment sans ambages que le Cnared est un "truc machin" de Pierre Buyoya, - ancien président de la République - paraphrasant ainsi le général de Gaulle de France qualifiant l’Onu.

Burundi - Confessions Religieuses

Information ou intox ?

Rumonge, le 28 mai 2018 (Net Press) . Une information qui circule sur les réseaux sociaux depuis hier est mise en cause, certains n’hésitant même pas à la qualifier d’intox à l’endroit de l’église catholique. En effet, selon cette information, " un prélat de l’église catholique, au cours de son homélie à la succursale de Muhuzu, paroisse Minago, a juré sur tous les toits qu’il n’entend plus donner des sacrements aux membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir Imbonerakure aussi longtemps que les membres de l’opposition traqués pendant la campagne référendaire ne sont pas relâchés ".

Selon la même source d’information, au cours de la 1ère messe dominicale, ce prête projette que « la moitié des offrandes sera donnée aux détenus « et invite les chrétiens à ne pas " avoir peur du parti au pouvoir Cndd-Fdd car il subira le même sort que les partis Uprona et Sahwanya Frodebu ".

De son coté, ce prélat indique que le parti au pouvoir a mal interprété son homélie pour lui attirer des ennuis. Pour une certaine opinion, c’est une intoxication car tout prêtre sait très bien que cela n’est pas une position officielle de l’église catholique. En outre, parmi les Imbonerakure, il y a de fervents chrétiens, d’où aucun prélat ne peut s’arroger le droit d’enseigner aux fidèles des choses pareilles.

Enfin, la mission de l’église est de redresser les cœurs fragilisés par le péché, d’où ces jeunes intéressent au plus haut point l’église catholique, contrairement à ce qui se dit à travers ces réseaux sociaux. Pour conclure, aucun prêtre qui a encore toutes ses facultés ne peut enseigner des choses pareilles.

Burundi - Droits de l’Homme

Les milieux des droits de l’homme s’expriment...

Bujumbura, le 28 mai 2018 (Net Press) . Les milieux des droits de l’homme indiquent qu’au moins huit personnes ont été assassinées la semaine dernière. Parmi les victimes, figurent trois hommes exécutés dans la forêt de la Kibira. Ils ont été retrouvés ligotés et leurs corps en décomposition. Un agent de la police a aussi été abattu par son supérieur, un officier en charge de la police des frontières à Bubanza. La victime avait pourtant averti le Commissariat de son ressort des menaces de mort sur sa personne

Au moins sept cas de détentions arbitraires sont relevés, dont trois commis illégalement par des membres des Imbonerakure. Un cas de disparition forcée est également rapporté dans la province Rutana durant cette semaine.

Burundi - Environnement

Le Burundi célèbre la journée des oiseaux migrateurs

Bujumbura, le 28 mai 2018 (Net Press) . Ce samedi, l’association burundaise de l’oiseau migrateur a célébré la journée internationale des oiseaux migrateurs sous le thème « unissons nos voix pour la protection des oiseaux". Les cérémonies ont eu lieu en zone Gatumba de la commune Mutimbuzi, dans Bujumbura rural.

Le représentant légal de cette association, Arsène Manirambona, a dit que cette journée intervient au moment où les oiseaux migrateurs rencontrent beaucoup de difficultés, notamment les effets de changement climatique. Il a ajouté que les oiseaux migrateurs restent la source de développement et source de vie car ils contribuent énormément à gonfler le trésor public à travers l’afflux massif des touristes pour venir visiter ces oiseaux.

Arsène Manirambona indique que ces oiseaux quittent l’Europe pendant l’hiver suite au climat rude pour venir s’approprier en vivres au Burundi et affirme que l’afflux massif de ces oiseaux a sensiblement diminué et surtout dans les provinces du nord à cause de l’activité de l’homme. Il a invité tous les secteurs de la vie nationale à protéger l’environnement, spécialement les oiseaux migrateurs, source de revenus du pays .

Arsène Manirambona dit que le monde regorge de plus de dix mille espèces d’oiseaux, dont sept cent vivant au Burundi et invite la communauté burundaise de sauvegarder ces oiseaux, source de richesse et qui redorent l’image du pays dans le concert des nations.

Burundi - France - Sécurité - Immigration

"Après avoir sauvé un enfant, Mamoudou Gassama va être « naturalisé »", dixit Rfi

Paris, le 28 mai 2018 (Net Press) . Le jeune Malien qui a sauvé un enfant samedi à Paris, Mamoudou Gassama, va être naturalisé français, lui a annoncé Emmanuel Macron lors d’un entretien à l’Elysée. Ce sans-papiers de 22 ans devrait également intégrer le service civique des sapeurs-pompiers.

Dans son tête-à-tête avec Mamoudou Gassama, Emmanuel Macron a été très clair. « Tous les papiers [de Mamoudou Gassama] vont être régularisés », a assuré le chef de l’Etat lors de l’échange diffusé sur sa page Facebook.

Une décision justifiée par « un acte exceptionnel », a souligné le président français. Samedi dernier, le jeune Malien sans-papiers a en effet escaladé à mains nues la façade d’un immeuble du 18e arrondissement pour sauver un enfant suspendu dans le vide, agrippé à un balcon du 4e étage. Un acte de bravoure immortalisé dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux.

« On a entendu des gens crier, on entendait les voitures klaxonner, j’ai couru j’ai traversé la route pour aller le sauver, et Dieu merci je l’ai sauvé », a dit Mamoudou Gassama au début de son entretien avec Emmanuel Macron. « Je n’ai pas réfléchi ». Les pompiers ont confirmé l’incident. Le père de l’enfant a pour sa part été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête confiée à la brigade de protection des mineurs.

« Un exemple pour des millions de gens »

« Vous êtes devenu un exemple car des millions de gens vous ont vu, c’est donc normal que la nation soit reconnaissante », a ajouté Emmanuel Macron, qui lui a également proposé d’entamer les démarches en vue d’une naturalisation, ce que Mamoudou Gassama a accepté.

Depuis dimanche, les appels à régulariser Mamoudou Gassama s’étaient multipliés. A l’instar de l’adjoint au Logement de la mairie de Paris Ian Brossat ou du député La France insoumise Eric Coquerel, l’association SOS Racisme avait demandé au ministre de l’Intérieur de « régulariser la situation de M. Gassama, qui a su faire preuve d’un courage aussi rare qu’admirable ». Plusieurs pétitions en ce sens avaient été également mises en ligne sur la plateforme

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi