Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne tuée à Ngagara

8 juin 2018

Bujumbura, le 8 juin 2018 (Net Press) . Un chauffeur de taxi, Vincent Barishakarike, né en 1970, fils d’Antoine Kizehe et d’Elizabeth Ntezahorirwa, originaire de la colline Mugozi, en commune Bururi et province Bururi, a été tué dans la soirée de ce jeudi vers 20h00 par des hommes armés qui passaient pour ses clients au boulevard Buconyori tout près de la buvette connue sous le nom de « Songa », non loin de l’hôtel Ozone Diplomatique, au quartier IV de la zone Ngagara, dans la commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale.

Selon des sources sur place, des éléments non encore identifiés ont tiré sur lui pour tenter de lui voler sa voiture de type Probox, et il est mort quelques temps après à l’hôpital. Cet ancien chauffeur à la présidence de la République avant d’opter pour le maquis pour être démobilisé ensuite en 2005, se débrouillait comme chauffeur de taxi pour gagner sa vie. Les mêmes sources d’information précisent qu’il était à l’aise avec tout le monde, d’où l’on ne comprend pas les motifs de son assassinat.

Sur un autre chapitre, dans la soirée de ce jeudi 7 juin 2018, une bonne partie du dortoir, côté garçons, de l’école technique de Bubanza a pris feu. Le porte-parole du ministère de la sécurité publique et la prévention des catastrophes, Pierre Nkurikiye, indique que la mauvaise installation des fils électriques serait à l’origine de cet incendie et ajoute que plusieurs matelas ont pris feu et qu’aucun dégât humain n’a pas été signalé.

Du côté des confessions religieuses, les 79 musulmans traqués vendredi dernier, le 1er juin, pour avoir prié dans un endroit non reconnu par la loi sont enfin libres depuis ce jeudi. Un seul musulman qui n’a pas de pièce d’identité reste incarcéré. Des sources sur place indiquent que ces musulmans ont signé un acte d’engagement de ne plus mener des prières dans des endroits non reconnus par la loi.

Burundi - Politique

Le discours du président interprété différemment

Bujumbura, le 8 juin 2018 (Net Press) . Si le discours du président de la République a été suivi à la loupe, c’est beaucoup plus l’aspect qui concernait le mandat qui a focalisé le plus d’attention, aussi bien chez les populations, les hommes politiques que chez les étrangers qui s’intéressent à l’évolution politique et sécuritaire du Burundi.

L’opposition en exil dit que « l’ annonce de ne pas se présenter aux élections de 2020 est un piège et qu’en 2015, ce sont les militants qui l’on obligé de se présenter disait –il ! Pour elle, cette pseudo obligation reviendra en 2020 "

L’ancien vice-président de la République en exil en Belgique souligne que « le retrait du président Pierre Nkurunziza de la course de 2020 est un petit détail de l’histoire du Burundi. La question de fond reste la mise en place d’un système de gouvernance, le respect de l’Etat de droit et de la démocratie et la mise en place d’un leadership intègre .

L’opposant Tatien Sibomana de la coalition Amizero y’Abarundi met des doutes sur ces révélations du président Nkurunziza et ajoute qu’en 2015, il a été proposé à la candidature quelques mois avant la course présidentielle.

Quelques sujets de la capitale considèrent que son départ en 2020 est une vaste blague pour endormir l’opinion, d’autres considères que le président Nkurunziza ne sera pas loin des décideurs politiques et ajoutent qu’il a l’ambition de devenir le premier ministre pour revenir à la Poutine.

De son côté, le vice premier ministre et ministre des affaires étrangères belges, Didiers Reynders, salue l’annonce par le président Nkurunziza de ne pas se représenter au rendez vous de 2020 et demande de respecter le principe de l’alternance démocratique tout en plaidant pour la reprise du dialogue avec les vrais visages de l’opposition burundaise.

Pour d’autres enfin, rien n’empêchera la président Nkurunziza de se représenter en 2020 compte tenu de ce qu’il a dit. Et de déclarer qu’il ne peut pas fabriquer une constitution taillée sur mesure pour quelqu’un d’autre. De toutes les façons, un scepticisme est affiché par l’opinion, une façon de démontrer que le discours des officiels ne rassure plus les populations.

Burundi - Trafic Humain

La Fenadeb au secours des filles

Bogota, le 8 juin 2018 (Net Press) . Le représentant de la fédération des associations chargées du droit de l’enfant au Burundi, Fenadeb, Jacques Nshimirimana, vient de participer à la réunion internationale sur la protection des enfants en tourisme, a profité de cette occasion pour demander aux participants à la réunion de plaider auprès de leurs pays pour que la communauté internationale soutienne le Burundi dans la lutte contre le trafic des filles. Signalons que cette réunion a eu lieu à Bogota en Colombie en dates des 6 et 7 juin 2018.

Burundi - Rdc - Politique

Le président Angolais João Lourenço demande au président Kabila de respecter les accords de la Saint Sylvestre

Paris, le 8 juin 2018 (Net Press) . Le président angolais, au cours de sa visite en France, demande au président congolais Joseph Kabila de respecter les accords de la Saint Sylvestre 2016 et d’organiser des élections crédibles sans Joseph Kabila et sous l’égide de la communauté de développement d’Afrique australe (SADC), de la Conférence internationale sur la région des grands lacs (CIRGL), de la Ceeac, de l’UA, de l’UE et de la Francophonie, a -t-il déclaré devant la presse française.

Et au moment ou nous mettons sous presse, nous apprenons que le président angolais devait se rendre à Bruxelles pour y évoquer notamment le dossier congolais avec les autorités belges. Quant à la présence simultanée de Paul Kagame dans la même ville, elle serait une pure coïncidence : la délégation angolaise n’en avait pas été informée. Les deux dirigeants vont-ils se rencontrer ? « Tout est envisageable », dit-on côté angolais. « Ce serait souhaitable », confie le chef de l’État rwandais à Jeune Afrique.

Dès son retour au pays, Lourenço espère faire rapidement venir Joseph Kabila à Luanda – comme ce fut le cas lors d’un sommet extraordinaire de la SADC, en avril. Tous deux sont d’accord sur le principe d’une rencontre. Leurs ministres des affaires étrangères, Manuel Domingos Augusto et Léonard She Okitundu, se concertent régulièrement par téléphone pour en fixer les moindres détails. Le leader angolais espérerait convaincre son voisin d’annoncer officiellement son retrait.

« Une fêlure au sein de la SADC »

Pourtant, dans l’entourage de Kabila, des voix s’élèvent pour réclamer la déprogrammation de cette rencontre. Pis, une frange de l’exécutif congolais voit dans ces démarches des autorités angolaises la volonté de court-circuiter le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, président de la SADC.

« La fêlure que l’on observe au sein de cette organisation est due à la course au leadership régional dans laquelle s’est lancé l’Angola, qui a pris position sans consulter le Tanzanien John Magufuli ni le Zambien Edgar Lungu. Cela traduit l’intention de briser la discipline de l’organisation », s’emporte une source gouvernementale.

« Le président Lourenço ne fait que prendre ses responsabilités, en tant que président de la “troïka” politique de défense et de sécurité de la SADC », relativise-t-on côté angolais.

Qu’en pense Joseph Kabila ? « Le président ne partage pas ces considérations alarmistes, tempère Barnabé Kikaya Bin Karubi, son conseiller diplomatique, de passage à Lomé. Il ne pense pas que João Lourenço puisse tenir des propos inamicaux à son égard. » « Nous n’avons aucun problème avec Joseph Kabila, avec qui nous parlons en permanence », assure de son côté un membre de la délégation angolaise.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi