Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

19 juillet 2018

Bujumbura, le 19 juillet 2018 (Net Press) . Le ministère de la sécurité publique et de gestion des catastrophes, à travers une conférence de presse animée ce 18 juillet, a fait savoir que la sécurité au cours de ce 2ème trimestre 2018 qui s’achève a été relativement bonne à travers tout le pays.

Cependant, le même ministère reconnaît qu’il y a eu quelques difficultés, notamment une soixantaine de cas d’assassinats liés aux conflits fonciers, les massacres de Ruhagarika dans la province de Cibitoke au Nord Ouest du pays, des cas de sorcellerie ici et là dans le pays, au moins 200 cas de vols qualifiés, des détentions illégales d’armes, de terrorisme et de suicide.

Le ministère chargé de la sécurité et de la gestion des catastrophes indique qu’il a efficacement combattu tous ces cas de vol, a procédé au désarmement de ceux qui possédaient illégalement des armes, mais entend surtout pour le troisième trimestre combattre sans état d’âme la consommation des boissons prohibées par la loi burundaise.

Burundi - Rwanda - Sécurité

Une vague d’arrestations des sans-papiers au Rwanda

Kigali, le 19 juillet 2018 (Net Press) . Des sources en provenance de Kigali parlent d’une vague d’arrestations ce mardi 17 juillet 2018 des réfugiés burundais sans papiers dans le camp de Mahama au nord du Rwanda.

Selon nos sources, un imposant dispositif de policiers lourdement armés ont fait irruption dans le camp des réfugiés de Mahama et y ont opéré une fouille-perquisition. D’après les mêmes sources d’informations, une centaine de réfugiés sans papiers y ont été arrêtés puis transportés vers une destination inconnue. Quelques sujets déclarent que la police aurait appris que parmi, eux figurent les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, envoyés par Bujumbura.

Un policier rwandais qui a requis l’anonymat a fait savoir que Kigali suspecte que parmi les réfugiés, figurent quelques éléments rebelles qui ont dernièrement attaqué le sud du Rwanda. Selon des témoignages, une large majorité des réfugiés burundais du camp de Mahama ont été surpris de voir qu’ils cohabitaient avec des centaines des réfugiés en situation irrégulière.

L’on saura que ce camp de Mahama héberge plus de 9000 réfugiés qui ont fui la crise de 2015 et au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que la sécurité policière a été renforcée autours du camp.

Burundi - Politique

L’Olucome contre des discours politiques séduisants

Bujumbura, le 19 juillet 2018 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, estime que " Le gouvernement burundais devrait mettre de côté les discours politiques séduisants et sentir la pauvreté extrême que vivent les familles burundaises afin de sauver les enfants malnutris ".

En effet, cet observatoire, se basant sur les enquêtes de l’institut des statistiques et des études économiques du Burundi, Isteebu, faites sur 46 districts sanitaires dans le pays, trouve que le taux de prévalence de la malnutrition des enfants de 0 à 59 mois a atteint 57 % d’enfants malnutris.

Par conséquent, déplore l’Olucome, des maladies en profitent pour décimer ces familles car elles ne peuvent pas satisfaire, ne fût-ce qu’un besoin fondamental qui est de se nourrir. Malgré cela, poursuit l’Olucome, les autorités s’arrogent le droit de divulguer des discours machiavéliques en ignorant les conditions dans lesquelles vit la population burundaise.

L’Olucome donne un exemple précis de l’assistant et porte-parole du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Térence Ntahiraja, qui s’exprimait sur les ondes de la radio mondiale en date du 12 juillet 2018 et qui affirmait : " Les Burundais mangent à leur faim, ils plantent, ils récoltent et mangent. Je vous dis qu’ils vivent dans les mêmes conditions que les autres pays ".

Pour cela, l’Olucome émet plusieurs recommandations à l’endroit du gouvernement, dont les trois saillantes sont de revenir à la raison et de favoriser l’investissement local et étranger en vue d’accroitre la production nationale, de dialoguer avec les partenaires historiques comme l’ Union européenne, le Fonds monétaire international, la banque mondiale, la banque africaine de développement et les pays amis du Burundi afin d’assainir le climat d’affaire.

Il recommande enfin de participer d’urgence et sans condition au dialogue inter burundais piloté par la communauté est-africaine. L’Olucome demande au facilitateur de convoquer la 5ème session des pourparlers inter burundais externes pour des solutions négociées aux problèmes politiques et économiques du pays.

L’on saura qu’il y a une entrevue qui est prévue entre le facilitateur Benjamin Mkapa et le médiateur principal, Kaguta Museveni, sur une éventuelle convocation de cette séance mais l’on ne connaît pas encore la date de la rencontre. Pourtant, les plus sceptiques trouvent que ce sera un round de plus car les pays comme l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya affichent très peu de volonté pour la résolution de la crise burundaise. Ils en veulent pour preuve que tous ces pays étaient absents au sommet de l’Union africaine à Nouakchott en Mauritanie, une rencontre de haut niveau qui devait se prononcer sur l’évolution de la situation politico-sécuritaire du Burundi.

Burundi - Justice

La cour d’appel de Ngozi condamne Donatien Barandereka

Ngozi, le 19 juillet 2018 (Net Press) . Donatien Barandereka est cet ancien commissaire provincial de police dans la province de Cankuzo, surnommé "Gikoko" qui a été arrêté en date du 10 mai 2018 et mis en prison dans la province de Ngozi, au Nord du pays. Il vient d’être condamné à 5 ans de prison ferme par la cour d’appel du parquet de Ngozi, qui semble confirmer le jugement du tribunal de grande instance.

Pour rappel, il a prêté son pistolet de service à un prénommé Emery, un jeune Imbonerakure originaire de Bukinanyana, dans la province de Cibitoke, mais qui œuvrait à Cankuzo au moment des faits. Avant que le commissaire ne soit arrêté, la police a intercepté à Ngozi un Imbonerakure armé qui était de passage dans cette province.

Après vérification du numéro d’identification de ce pistolet, la police a constaté qu’il appartenait au commissaire Barandereka. Dans cette province à cette époque, la population disait que cela est une preuve tangible que les Imbonerakure du Cndd-Fdd sont armés et demandait des sanctions sévères à l’endroit des deux personnes appréhendées.

A cette époque même, les " Cankuzois " allaient plus loin dans leurs accusations et pointaient du doigt l’ancien commissaire provincial comme étant impliqué dans l’assassinat de Simon Bizimana, ce jeune de cette entité administrative qui avait refusé de se faire enrôler au processus électoral à cause de ses convictions religieuses.

Burundi - Justice - Anniversaire

Une célébration mêlée de libérations !

Bujumbura, le 19 juillet 2018 (Net Press) . Le monde entier a célébré le 18 juillet 2018 la journée mondiale dédiée à l’ancien président sud-africain, Nelson Mandela. Cette journée a été fêtée chez nous à la prison centrale de Mpimba et a été rehaussée par la présence du premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo.

Ce dernier a profité de cette journée pour procéder à la libération de 48 détenus à la prison centrale de Mpimba, dont quatre femmes sexagénaires en plus de ceux qui avaient purgé leurs peines. Une autre catégorie des chançards sont ceux qui avaient bénéficié de la grâce présidentielle mais qui, pour l’une ou l’autre raison, étaient restés en prison.

Parmi ceux qui ont recouvert la liberté, figurent Dorothée Ntahomvukiye,79 ans, qui venait de passer 4 mois à la prison centrale de Mpimba, Anastasie Ntacoripfa, 64 ans, Gertrude Ntibarekewe, 66 ans, Anastasie Ntahomvukiye, 64 ans.

Signalons que Nelson Mandela, ancien président de l’Afrique du Sud, ancien médiateur dans le conflit burundo-burundais, icône mondiale du combat contre l’apartheid dans son pays et ancien prisonnier (27 ans de prison), a visité la prison de Mpimba en date du 12 juin 2000, deux mois et 16 jours avant la signature de l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation.

Il était en compagnie du ministre chargé des droits de l’homme à l’époque, Eugène Nindorera. Madiba avait demandé à visiter toute la prison, une surprise désagréable pour les autorités carcérales car elles voulaient lui cacher certains coins jugés humainement désagréables pour la vie des citoyens, fût-ils des détenus. Il semblerait d’ailleurs que les prisonniers, afin de piéger la direction, ont joué un rôle important pour que le Sud - Africain visite toute la prison.

D’après des informations dignes de foi que la rédaction a recueillies, le médiateur Nelson Mandela se serait posé la question de savoir si les Burundais savent si le Bon Dieu existe, s’ils croient vraiment en lui au regard des conditions dans lesquelles ils enferment les leurs. Plusieurs réformes ont été entamées à cet établissement pénitentiaire après cette visite.

Burundi - Société

La Régideso toujours sur les lèvres des citadins

Bujumbura, le 19 juillet 2018 (Net Press) . Depuis hier, des rumeurs persistantes parlent du limogeage de tous les chefs de service de cette entreprise commerciale publique, sans aucune explication évidemment de la part de ces informations qui peuvent être erronées ou pas, tout dépendant de l’émetteur de cette information.

En vérifiant l’information, la rédaction est tombée sur une autre qui est vérifiée et qui concerne toujours cette régie de distribution d’eau et d’électricité. En effet, des agents de cette Régideso viennent de passer deux jours et deux nuits dans les cachots de la police, puis deux jours et deux nuits à la prison centrale de Mpimba.

Pour le moment, l’on apprend qu’ils ont été relâchés pour qu’ils comparaissent en tant que prévenus libres. A l’origine, de l’escroquerie. Ces agents pratiquent de fausses installations dans les hôtels ou alors dans les hôpitaux privés et quelques jours plus tard, une autre équipe d’agents se rendent aux mêmes endroits et " découvrent " une tentative de fraude chez ces hôtels et ou hôpitaux. La dernière victime aurait été l’hôpital " Boumerec " de Bujumbura, situé à Kinindo Ouest.

Les savants qui " découvrent " la tentative de fraude se dirigent directement chez les gestionnaires de ces boîtes et menacent de porter à la connaissance de la police cette " tricherie " sans nom. Il y a certains responsables qui préfèrent alors acheter le silence de ces agents pour que ce soit un secret entre eux et la maison. C’est dans ce contexte que les quelques agents ont été appréhendés puis emprisonnés pendant un laps de temps.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi