Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2018
|Un homme tué au Nord Est du pays

Burundi - Sécurité9 juillet 2018
|Un étudiant accusé de collaborer avec le Rwanda enlevé et porté disparu

Burundi - Sécurité7 juillet 2018
|Une personne tuée lors d’une attaque armée dans un bistrot

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

25 juillet 2018

Ruyigi, le 25 juillet 2018 (Net Press) . Fabiola Niyonzima, une femme âgée d’une trentaine d’années, a été attaquée à la machette sur la colline Nyamugari, commune Butaganzwa, en province de Ruyigi. Ses agresseurs n’ont pas réussi à lui couper la tête mais c’est son enfant, Jean de Dieu Iteriteka, qui a été gravement touché et il a succombé plus tard à ses blessures à l’hôpital de Ruyigi.

Selon nos sources, le présumé auteur, Nestor Ntirampeba, concubin de cette femme, a pris le large vers une destination inconnue et l’administration locale parle des conflits fonciers qui seraient derrière ce meurtre.

Par ailleurs, des milieux de défense des droits de l’homme reviennent sur les 32 ans de prison pour Germain Rukuki contre la libération de Melchiade Nzopfabarushe après deux mois de détention, ce qu’ils considèrent comme un déni du droit, une preuve de l’impunité garantie pour les membres du parti de l’Aigle.

Burundi - Confessions Religieuses - Sécurité

La paroisse de Kanyinya saccagée

Kirundo, le 25 juillet 2018 (Net Press). Selon des informations en provenance de la province de Kirundo, au Nord du pays, les fidèles de l’église catholique n’ont pas prié ce matin à la paroisse de Kanyinya au chef-lieu de la province. La cause, l’église a été saccagée dans la nuit de mardi à mercredi, il n’y avait pas de tabernacle et les hosties étaient éparpillés par terre au grand dam des chrétiens.

Les autorités paroissiales évoquent la profanation d’un lieu saint par des éléments non encore identifiés. Plus tard, le tabernacle a été retrouvé dans les champs de la paroisse et le curé a jugé bon d’organiser une neuvaine (prière pendant 9 jours) pour les malfaiteurs afin qu’ils puissent eux aussi changer.

Burundi - Justice - Sécurité

Un syndicaliste de la Sobugea convoqué au service national des renseignements

Bujumbura, le 25 juillet 2018 (Net Press) . Il s’appelle Térence Mushano, il travaille pour la société burundaise de gestion des entrepôts aéroportuaires, Sobugea, depuis juin 1994. Selon de informations disponibles à la rédaction, il a été convoqué pour ce 25 juillet 2018, probablement parce qu’il vient de rentrer du Rwanda.

Mais des informations dignes de foi montrent une invitation qu’il a eue de la part d’une Ong dénommée Aegis Trust sur financement de l’autorité suédoise de développement internationale, Asdi, pour une formation de courte durée. Elle devrait débuter les travaux le 16 juillet pour prendre fin le 20 du même mois.

Terence Mushano a demandé un congé à son service en date du 5 juillet, qui devait commencer le 12 juillet pour prendre fin le 23 courant et l’a obtenu en bonne et due forme. Il a déclaré que s’il ne s’agit pas d’une autre faute liée à son statut de syndicaliste, le départ pour le Rwanda a été le plus légal possible et qu’il n’en était pas inquiété.

Burundi - Angleterre - Sécurité

L’Angleterre interdit ses ressortissants de fréquenter certains milieux jugés dangereux

Londres, le 25 juillet 2018 (Net Press) . Après le vote de la retouche de la constitution au mois de mai dernier, la Grande Bretagne, par un communiqué rendu public ce lundi 23 juillet 2018, a interdit ses ressortissants de fréquenter certains milieux jugés dangereux. Les endroits cités par ce communiqué sont notamment la proximité de la frontière burundo-congolaise, la route nationale n° 5, Bujumbura–Cibitoke, Kayanza–Ndora en passant par le parc national de la Kibira, les quartiers contestataires du troisième mandant du président Pierre Nkurunziza, dont Musaga, Nyakabiga, Jabe, Ngagara, Bwiza, Bujumbura rural, Gatumba, la réserve naturelle de la Ruvubu ainsi que Mutakura. L’on saura que même les Etats-Unis avaient interdit à ses citoyens de fréquenter certains milieux jugés dangereux.

Dans un autre chapitre, des consultations secrètes, pilotées par une équipe des Nations-Unies, de l’Union africaine ainsi que de la médiation dans le conflit burundais sont en cours pour relancer le dialogue externe avec l’opposition burundaise qui était jusqu’aujourd’hui mort né.

Cependant, si le dialogue pourrait reprendre d’ici peu, les plus sceptiques indiquent déjà que c’est une perte de temps car rien n’indique que Bujumbura pourrait avoir changé d’avis, d’autant plus qu’il avait toujours juré de ne pas s’asseoir avec des gens qui ont tenté de renverser le pouvoir démocratiquement élu et qui, par conséquent, sont recherchés par la justice burundaise.

D’un autre côté, la médiation est-africaine ne serait pas favorable à cette démarche car elle voudrait poursuivre toute seule cet exercice car elle craint que son échec à réconcilier les Burundais soit mis en évidence, voici trois ans déjà. Une crainte qui n’est pas fondée car de mémoire d’homme, l’on ne peut pas concevoir Benjamin William Mkapa et Yoweri Kaguta Museveni avoir le statut de feu Nelson Mandela, lui aussi médiateur dans le conflit burundais qui a trouvé une issue le 28 août 2000 avec la signature de l’accord d’Arusha.

Burundi - Administration - Sécurité

Grogne au sein de l’armée burundaise !

Bujumbura, le 25 juillet 2018 (Net Press) . Quelques militaires issus de l’ancienne rébellion du Palipehutu-Fnl, sous couvert d’anonymat, contactés par la rédaction, grognent que lors de l’attribution des grades de commandement, le service militaire ne tenait pas compte du cursus académique.

Ces militaires disent qu’il y a deux poids deux mesures dans ce corps lors de l’attribution des grades de commandement et dans le rang de ces anciens partisans du Palipehutu-Fnl, un militaire issu de ce mouvement affirme qu’il l’a rejoint lorsqu’il était en première licence dans l’une des universités dont il n’a pas cité le nom. Il se plaint donc qu’il a hérité du grade de caporal-chef alors que son collègue issu de la rébellion du Cndd-Fdd, recruté au même moment et qui n’a pas même terminé le premier cycle de l’école secondaire, a gravi presque tous les échelons de commandement avant d’être gradé colonel.

La rédaction a cherché à en savoir davantage car ces militaires avancent que ce problème est connu dans les hautes sphères de l’armée. Ces dernières auraient intimé l’ordre à l’Etat major de l’armée burundaise pour régulariser ces militaires, ce qui n’a pas eu de suite dans l’administration.

Les mêmes militaires affirment que ce manquement est aussi connu par le ministre de la défense et des anciens combattants qui, selon nos sources, aurait conseillé à l’Etat major de régulariser ces cas sous peine que le trésor public pourrait en être victime au cas où le tribunal du travail serait saisi pour ces doléances qui sont actuellement lettre morte.

Un autre militaire sous couvert d’anonymat, qui avait réussi à l’examen d’Etat avant de regagner le rang du Palipehutu - Fnl, aile d’Agathon Rwasa, qui n’a obtenu que le grade de caporal-chef, lâche : " des fois, des conflits de compétence naissent lors du commandement pour ceux qui ne partagent pas le cursus académique " et ajoute : " comment un colonel issu du mouvement Cndd-Fdd qui n’a même pas mis le pied au cycle supérieur de l’école secondaire peut donner des injonctions au caporal chef qui a abandonné son cursus académique ? Un calvaire en somme, ajoute-t-il.

Ces mêmes militaires disent qu’ils ont opté pour le silence car ils misent les lendemains meilleurs sur d’éventuels départs pour les missions de maintien de la paix en Somalie ou en République centrafricaine. Ils ont cependant des inquiétudes car ils apprennent que l’Union européenne pourrait arrêter d’un moment à l’autre ces financements

De son côté, le porte parole de l’armée burundaise, le colonel Floribert Biyereke, contacté par la rédaction à ce sujet, dit que l’armée n’y est pour rien dans cette situation. D’après lui, l’armée burundaise considère la catégorie lors de l’intégration au sein de ce corps et non le cursus académique. Il a renchéri en affirmant que ces militaires ont été trahis par Agathon Rwasa, le chef rebelle du mouvement Palipehutu d’alors et que malheureusement pour eux, il n’y a pas eu une autre voie de recours.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI