Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité4 février 2019
|Sept personnes grièvement blessées au Nord Ouest du pays

Burundi - Rdc - Sécurité2 février 2019
|Les combats des Burundais en Rdc de plus en plus confirmés

Burundi - Rdc - Sécurité 1er février 2019
| Quatre corps de militaires burundais tués en Rdc rejetés par la rivière Rusizi

Burundi – Justice 31 janvier 2019
|L’étau judiciaire se resserre autour des membres de l’opposition !

Burundi - Sécurité30 janvier 2019
|Des tris nourris inquiètent la population de Gihanga

Burundi - Rdc - Sécurité29 janvier 2019
|La province de Rumonge suspend provisoirement les voyages vers la Rdc

Burundi - Sécurité28 janvier 2019
|Un dimanche pas tendre dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité26 janvier 2019
|Quand des rumeurs se propagent dans un laps de temps

Burundi - Sécurité 25 janvier 2019
|Des crépitements d’arme lourde entendus en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité24 janvier 2019
|L’immeuble de Lumitel, agence de Kayanza, réduit en cendres

Burundi – Sécurité 23 janvier 2019
|Le ministre de la défense remercie les forces de sécurité et les jeunes ...

Burundi - Sécurité 22 janvier 2019
|Un réfugié burundais vivant au Kenya tué

Burundi - Sécurité - Environnement21 janvier 2019
|Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

Burundi - Kenya - Rwanda - Sécurité 19 janvier 2019
|Le passeport biométrique des réfugiés burundais vivant au Rwanda remis en cause au Kenya

Burundi - Sécurité 18 janvier 2019
|Deux personnes tuées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité17 janvier 2019
|Une personne tuée à l’Est de la capitale

Burundi - Sécurité 16 janvier 2019
|Cibitoke : Un membre de l’opposition sérieusement tabassé par la police

Burundi - Sécurité 15 janvier 2019
|Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Burundi - Sécurité 14 janvier 2019
|Le marché de Matana dévasté par un incendie

Burundi - Tanzanie - Sécurité12 janvier 2019
|Peur-panique dans les camps des réfugiés basés en Tanzanie

Burundi - Sécurité11 janvier 2019
|Une vision différente de la mouvance présidentielle !

Burundi - Sécurité10 janvier 2019
|Le gouverneur de la province de Rumonge échappe de justesse à un attentant à la grenade

Burundi - Sécurité9 janvier 2019
|La police met la main sur 6 voleurs présumés de véhicules

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

27 juillet 2018

Gitega, le 27 juillet 2018 (Net Press) . Il s’appelle Jean Sibomana, il est médecin à l’hôpital de Mutaho, dans la province de Gitega, au Centre du pays. Selon des informations dignes de foi, cet homme a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi 27 juillet 2018 par la police pour viol d’une garde-malade à cet établissement.

Selon les mêmes informations, ce médecin a été intercepté vers 22 heures alors qu’il se trouvait à son poste d’attache. Il semblerait que la fille, qui ne voulait pas laisser tomber l’affaire, a porté plainte contre Jean Sibomana, ce que la police a pris au sérieux. Pour le moment, ce médecin est entre les mains de la police pour des enquêtes.

Sur le même chapitre de la sécurité, un cadavre d’un jeune homme du nom d’Elvis Ishimwe, âgé de 24 ans, a été retrouvé dans un bistrot d’une buvette située dans un camp militaire dénommé DCA (Défense contre avion) de la zone Ngagara, dans la soirée de ce jeudi 26 juillet vers 20 heures passées de 45 minutes.

Des informations concordantes indiquent que ce jeune homme était un élève au lycée de Ngagara, ancienne Ecole normale de l’Etat. Dans la soirée, il avait fait savoir à ses amis avec qui ils étaient dans une fête qu’il rentrait chez lui. Selon les mêmes informations, les enquêtes ont commencé pour élucider les circonstances de sa mort. Mais en attendant, son corps se trouve à l’hôpital Roi Khaled de Kamenge.

Burundi - Politique - Opinion

" Je n’attends rien d’Arusha ", se confie un interlocuteur de Net Press

Bujumbura, le 27 juillet 2018 (Net Press) . C’est la conclusion d’un lecteur de Net Press qui ne comprend pas pourquoi l’on continue à mettre en avant les pourparlers d’Arusha dans le cadre du 5ème round. Pour lui, ceci est un rendez-vous de plus car l’on ne voit pas exactement ce que vont chercher les Burundais dans ce dialogue.

Il estime que le Burundi est doté d’une nouvelle constitution de 2018 obtenue par forcing et qui enterre sans autre forme de procès l’accord d’Arusha. Pour le moment, il y a donc deux constitutions en vigueur, l’une reconnue par le pouvoir en place et une autre reconnue par l’opposition.

Par ailleurs, l’attention des politiciens, surtout ceux qui sont au pouvoir, est tournée vers les élections de 2020 alors que le pays est confronté à plusieurs difficultés et que les mêmes hommes qui jouent la politique ne savent pas où commencer pour les résoudre. C’est notamment l’insécurité aussi bien physique qu’alimentaire dans le pays, le chômage, la pauvreté extrême des populations, la corruption, bref, tout un tas de problèmes qu’il faut résoudre avant de penser aux élections, estime-t-il.

Quant à Arusha, l’on s’attend à des discussions stériles des hommes politiques qui ne portent pas l’intérêt du peuple dans leur cœur et ils vont se tendre des pièges pour qu’il y ait d’autres séances de dialogue pour prolonger le temps et s’approcher des élections de 2020. Et dans ces conditions, c’est le Cndd-Fdd qui aura gagné car sa vision de la vie politique a toujours été liée aux élections, en témoigne même les élections de 2015 qui se sont déroulées dans un contexte de contestations mais qui a quand même maintenu le système de gouvernance actuel, a-t-il conclu.

Burundi - Justice - Sécurité

Térence Mushano de nouveau convoqué au service national des renseignements

Bujumbura, le 27 juillet 2018 (Net Press) . Après sa comparution du 25 juillet 2018 au service national des renseignements, Térence Mushano, syndicaliste de la Sobugea, a été sommé d’y retourner le lendemain car l’interrogatoire devrait se poursuivre. Comme la veille, il s’est présenté à l’heure indiquée.

Au moment où le premier jour, les questions tournaient autour de son récent séjour au pays de Paul Kagame, hier, les accusations avaient totalement changé. L’interrogatoire a tourné autour d’un complot, avec deux autres personnes, visant à éliminer le directeur général de la Sobugea ainsi que celui de l’aviation civile.

Là aussi, il s’est défendu et dans l’après-midi, il a encore une fois été autorisé de rentrer chez lui. Cette fois-là, aucune date de convocation de la nouvelle convocation ne lui a été donnée, ce qui fait croire au personnel syndical de la Sobugea qu’il est tracassé suite à leurs activités syndicales, mais il n’entend pas abandonner ses revendications.

Burundi - Education

Vers le passage de l’examen d’Etat dans les écoles secondaires

Bujumbura, le 27 juillet 2018 (Net Press) . Le ministère ayant l’éducation dans ses attributions vient d’annoncer que le passage de l’examen d’Etat permettant l’accès à l’université, que l’on appelle communément " Exétat ", aura lieu du 7 au 10 août 2018. Selon des informations émanant de ce ministère, 64.000 élèves provenant de 1007 écoles sont attendus pour passer ce test.

Il est demandé aux élèves de se présenter avec des uniformes des écoles qu’ils fréquentaient et sans aucun signe distinctif comme par exemple les vernis ou les cheveux travaillés par exemple chez les filles. L’on apprend que ce test d’Etat se passera dans 79 endroits aménagés pour cette activité.

Burundi - Education

La Voix de l’Enseignant de nouveau dans les kiosques

Bujumbura, le 27 juillet 2018 (Net Press) . A tout seigneur tout honneur, le test d’Etat est à la une de cet hebdomadaire qui estime que le dé est lancé. Selon notre confrère, pas de cheveux défrisés, pas de tresses, pas de mèches, pas de boucles d’oreilles, pas de vernis à ongles avec uniforme propre ! C’est l’élève candidat auquel s’attend la ministre Janvière Ndirahisha à l’examen d’Etat prévu du 7 au 10 aout 2018. 64 mille candidats provenant de 1007 écoles sont attendus dans 79 centres de passation.

Concernant la sécurité, la Voix de l’Enseignant trouve que la fraude des documents et titres scolaires est un facteur d’insécurité ! Dans sa réunion du 20 juillet 2018, la fraude du concours national observée dans certaines localités du pays a été mentionnée par le conseil national de sécurité comme facteur d’insécurité.

A la même date, lorsqu’elle présentait le bilan semestriel, la ministre de l’éducation a promis de sévir contre les auteurs et les complices des tricheries. L’opinion publique est sceptique quant à la concrétisation de cette promesse du moment où les dénonciateurs et ceux qui sont contre ces tricheries sont menacés de mort par les responsables scolaires et administratifs.

Cette même opinion fait allusion à l’enseignant de Kajeke qui a dénoncé la tricherie du concours national à Mitakataka et les enseignants du Lycée communal de Mishiha qui se sont opposés à l’octroi illégalement du diplôme à une élève de cette école qui avait boycotté les examens de fin d’année.

Sur un autre point, les enseignants trouvent que l’harmonisation des frais scolaires comporte des disparités. L’ordonnance fixant les frais scolaires dans les écoles publiques et privées n’a pas harmonisé les frais à payer mais a plutôt créé des inégalités dans le payement .Les parents pensent qu’il n y a pas de l’équité.

Notre confrère se réjouit tout de même de l’encadrement des élèves pendant les vacances. Des gens de bonnes initiatives occupent utilement les enfants en vacances. C’est dans l’optique de changer d’activités après un trimestre de lecture des notes, la présentation des devoirs, des interrogations et des examens. Ça aide comme divertissements mais aussi à découvrir des talents. Il s’agit des activités sportives organisées à l’intention des élèves en vacances dans les clubs des jeux ou à l’Eglise pour renforcer la morale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte