Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

30 juillet 2018

Gitega, le 30 juillet 2018 (Net Press) . Le centre-ville de Gitega, au quartier de Shatanya, des coups de feu ont été d’arme automatique ont été entendus dans la nuit de ce dimanche 29 juillet, selon plusieurs sources. Des informations policières indiquent qu’un élément de ce corps qui avait pris un verre de trop a tiré plusieurs balles dans l’air avant d’être désarmé par ses collègues. Il a été conduit manu militari au cachot du commissariat de la police de Gitega .

Des sources de Gitega affirment que le fameux policier, quand il est en état d’ébriété, se comporte mal même envers ses camarades et son entourages qui ne comprennent comment ses supérieurs hiérarchiques ne prennent pas de mesures qui s’imposent pour décourager un tel comportement.

Par ailleurs, au moins trois personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière dans différentes localités. Parmi les victimes, figure un jeune garçon de 7 ans tué à Rutana. Un groupe rebelle a également attaqué la zone Buringa où se trouve une position de l’armée burundaise.

De jeunes Imbonerakure sont cités dans trois cas de torture, dont un couple dans la province de Ruyigi. Dans ce dernier cas, un chef de colline est soupçonné comme étant le chef du groupe qui a agressé le couple.

Burundi - Tanzanie - Politique

La Tanzanie devient un pays controversé, selon des analystes

Dar-Es-Salaam, le 30 juillet 2018 (Net Press) . Les analystes de la géopolitique de la région indiquent que la Tanzanie affiche un comportement qui risque de la compromettre. En effet, alors qu’elle constitue un terrain de dialogue entre différents protagonistes burundais, elle cherche en même temps à chasser les réfugiés burundais basés dans ce pays, arguant que la paix est totale dans leur pays d’origine.

Pour les mêmes analystes, non seulement la convention de Genève sur les réfugiés est bafouée car une personne vivant des circonstances pareilles ne peuvent pas rentrer tant qu’elles ne sentent pas que leur sécurité est garantie. Mais également, un tel comportement peut empêcher des opposants, comme les membres du Cnared Giriteka ou autres de la société civile, de se présenter dans ce pays, de peur d’être extradés vers Bujumbura contre leur volonté.

Burundi - Elections - Opinion

"Désormais, le financement des élections 2020 devient obligatoire", clame une opinion

Bujumbura, le 30 juillet 2018 (Net Press) . Une large majorité des habitants de la zone urbaine de Ngagara se lamentent que le financement des élections 2020 a pris une allure obligatoire. Ces témoins de Ngagara indiquent que pour avoir des documents administratifs, l’individu doit brandir un reçu de 2000 francs représentant le financement aux élections de 2020.

L’on saura que le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, dans plusieurs sorties médiatique, avait juré sur tous les toits que le financement des élections de 2020 n’est pas obligatoire.
.
Et dans la même foulée, lors de la commémoration de la journée dédiée a la solidarité nationale, la ligue des jeunes affiliés au parti présidentiel (Imbonerakure ) en commune urbaine de Muha, ont intimé l’ordre de donner des vivres accompagnés d’une somme gravitant oscillant entre 5000 et 20.000 francs burundais, officiellement pour assister à des personnes en situation vulnérable.

Ce qui a étonné plus d’un, selon quelques habitants de cette commune joints par la rédaction, c’est que ceux qui n’auront pas contribué n’auront pas leur droit d’acquérir des papiers administratifs dans cette commune. Ils déplorent que ces Imbonerakure font des campagnes d’intimidation à l’endroit des membres de l’opposition qu’ils accusent avoir voté non à la retouche de la constitution et qui sont considérés comme des ennemis de la nation

Burundi - Zimbabwe - Elections

Le Zimbambwe organise un premier scrutin électoral sans Robert Mugabe

Harare, le 30 juillet 2018 (Net Press) . C’est depuis ce matin que les Zimbabwéens ont été appelés à élire leur président, leurs députés et conseillers municipaux, les premiers scrutins depuis la chute de l’ancien président Robert Mugabe. Pour rappel, ce dernier a été sommé de démissionner l’an dernier, au mois de novembre, sur intervention de l’armée et fut remplacé par son vice-président qu’il venait de chasser sans manière suite aux pressions de son épouse, Grace, l’actuel chef de l’Etat, Emmerson Mnangagwa.

Pour la première fois donc depuis 37 ans, Robert Mugabe ne figure pas sur les bulletins de vote. Selon des informations en provenance de la capitale zimbabwéenne, 23 candidats sont en lice mais les poids lourds sont Emmerson Mnangagwa, président sortant et Nelson Chamisa, le leader de l’opposition.

Même si Emmerson Mnangagwa se fait élire sous les couleurs de la Zanu PF, un parti fondé par Robert Mugabe, ce dernier a décidé de ne pas voter pour lui, ce qui peut faire basculer les choses, surtout que les deux candidats sont au coude à coude dans les sondages. Nelson Chamisa, 40 ans, se présente comme un candidat de la rupture avec le passé au moment où l’actuel chef de l’Etat veut lutter contre la corruption, relancer l’économie et ouvrir le pays aux investisseurs.

Le gros des analystes trouvent cependant qu’aussi longtemps que les thuriféraires du régime Robert Mugabe - qui ont été responsables de la violence et de fraudes lors des scrutins précédents - sont impliqués dans cette élection, ils gagneront quoi qu’il arrive et en cas de besoin, ils la voleront.

Burundi - Usa - Médias

"Le patron du « New York Times » met Trump en garde sur sa rhétorique anti-presse", selon Rfi

New York, le 30 juillet 2018 (Net Press) . Les relations entre Donald Trump et la presse continuent de s’envenimer. Dans une série de tweets publiés sur son compte dimanche 29 juillet, le président américain s’est lancé dans une longue tirade sur son sujet favori : les fake news. Il révèle avoir rencontré le patron du New York Times pour aborder la couverture médiatique de son mandat lors d’un entretien entre les deux hommes qui aurait dû rester confidentiel. Ce dernier lui a donc vigoureusement répondu hier dans un communiqué envoyé à l’ensemble des agences de presse. Le patron du plus grand quotidien américain met en garde le président sur la dangerosité de ses propos anti-presse.

La rencontre qui a eu lieu le 20 juillet dernier n’aurait jamais dû être rendue publique, mais c’est le président américain lui-même, qui dénonce pourtant régulièrement les fuites dont son administration est victime, qui a publié l’information sur son compte twitter, accusant une nouvelle fois la presse d’être biaisée.

Dans un communiqué au ton cinglant, le patron du New York Times assure avoir accepté le principe de cette rencontre avec le président pour l’avertir du danger de sa rhétorique anti-presse. Non seulement, le terme de fake news est faux et nuisible, écrit-il, mais il affirme avoir surtout dénoncé l’assimilation des journalistes à des « ennemis du peuple ». Des propos dangereux aux Etats-Unis mais aussi à l’étranger où certains régimes les utilisent pour justifier la répression des journalistes.

Mais Donald Trump n’a semble-t-il pas saisi la portée de ce message. Il s’est emparé à nouveau de twitter pour attaquer les médias qui « mettent des vies en danger, et pas seulement celles de journalistes (...) en révélant des délibérations internes de son administration », écrit-il et en publiant des articles à 90 % mensongers sur ses réalisations à la tête du pays.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte