Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Rwanda - Sécurité

"Le Burundi prêt à se défendre contre l’ennemi", dixit le ministre de l’intérieur

7 août 2018

Kayanza, le 7 août 2018 (Net Press) . Après que le gouverneur de Kayanza, Anicet Ndayizeye, eut fait part aux participants d’un atelier qu’en date du 13 juillet 2018, un avion militaire rwandais a fait une mission de reconnaissance sur les positions militaires basées à 4 kilomètres de la frontière burundo-rwandaise (Net Press du 3 août 2018), le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, a fait savoir que le Burundi est prêt à combattre l’ennemi qui tenterait de troubler sa sécurité intérieure.

En effet, le gouvernement du Burundi accuse Kigali d’avoir survolé son territoire avec un avion militaire jusqu’à 4 kilomètres. Pour le ministre Barandagiye, le Burundi et son peuple ont toujours défendu le territoire national. Ce n’est pas la première fois que cela se passe, allusion faite aux incursions de Kayanza en 2015.

Le secrétaire général du Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye, a fait savoir que le Burundi a déjà porté plainte dans les instances de la communauté de l’Afrique de l’Est, Eac et de Cirgl, portant sur l’agression du pays par celui de Paul Kagame. Il déplore le fait que ces deux communautés ne font rien pour résoudre ce problème.

L’information de ce survol du territoire burundais a été révélée deux semaines après les faits. Le ministre de l’intérieur pense que les Burundais sont des hommes patients, la preuve étant que les militaires burundais n’ont pas riposté. Cependant, il a reconnu qu’il y a des questions qui regardent beaucoup plus les forces de l’ordre que les civils.

Ce serait d’ailleurs la raison pour laquelle le Burundi pose des conditions pour qu’il y ait médiation entre les deux pays menée par la conférence internationale de la région des grands lacs, Cirgl, comme l’a dit à la radio Isanganiro le porte-parole du ministère des relations extérieures, Bernard Ntahiraja.

Burundi - Sécurité

Des éléments des forces de l’ordre auraient été tués

Bubanza, le 7 août 2018 (Net Press) . Au Nord-Ouest du Burundi, l’on parle de trois militaires tués dans une embuscade. En effet, des sources sous couvert d’anonymat indiquent que trois militaires à bord d’un pickup de l’armée ont été tués et cinq autres blessés ce dimanche 5 août vers 23hoo sur la route Bujumbura- Cibitoke, en commune Gihanga, transversales 5 et 6, en province de Bubanza.

Des sources sur place indiquent qu’avant cette attaque, des crépitements d’armes avaient été entendus et que les populations, dans la peur-panique, n’ont pas passé la nuit dans leurs domiciles respectifs. Ces éléments non encore identifiés se sont volatilisés dans la réserve naturelle de la Rukoko.

Par ailleurs, au moins 10 personnes ont tuées, dont 1 cadavre retrouvé au moment où 2 autres ont été enlevées la semaine dernière. Les mêmes informations précisent que 8 autres ont été torturées, 34 arrêtées arbitrairement et 2 cas de violences basées sur le genre. L’on relève également des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime du Président Pierre Nkurunziza. Des cas de violences basées sur le genre sont également relevés tout comme des contributions forcées pour les élections de 2020.

Burundi - Justice

Confirmation de la détention de Clément Nkurunziza par le juge d’appel

Ngozi, le 7 août 2018 (Net Press) . En pleines vacances judiciaires, la cour d’appel de Bujumbura siégeant en matière pénale, vient de confirmer la détention de Clément Nkurunziza, ancien président du comité exécutif de l’association des Etudiants de Rumuri, Asser, à l’université du Burundi.

L’on saura que Clément Nkurunziza est accusé d’être le planificateur du massacre des étudiants hutu au mois de juin 1995. Il avait terminé ses études à l’université du Burundi avant de les poursuivre doctorales en Inde au degré de doctorat. Il était parti par après aux Etats-Unis où il a vécu une dizaine d’années avant d’être extradé sur Bujumbura en date du 22 mars 2018. Après un internement de quelques deux semaines au service national des renseignements, il a été transféré à la prison de Ngozi vers le 6 avril dernier.

L’on saura que plusieurs voix, des partis politiques de l’opposition, tout comme de la société civile en exil, ont tenté de raisonner l’administration américaine pour abandonner le projet de le livrer à Bujumbura, ce fut peine perdue. A l’aéroport international de Bujumbura, à son arrivée dans l’après-midi, il a été arrêté par la police en présence d’un personnel de l’ambassade des Etats-Unis au Burundi. D’après des informations non encore confirmées, il semblerait que cette ambassade suit de près l’évolution de son dossier judiciaire.

Burundi - Travail

Les employés de la Lumitel observent un mouvement de grève

Bujumbura, le 7 août 2018 (Net Press) . Selon les employés contactés par la rédaction, ils revendiquent l’accès aux contrats à durée indéterminée, à la prime d’ancienneté, à l’indemnité des risques ainsi qu’au bulletin de paie. Ils s’insurgent contre « les mutations des employés jugés dangereux qui peuvent soulever un mouvement de grève et ajoutent que la notation annuelle a été remplacée par la notation mensuelle. En clair, ils n’entendent pas arrêter ce mouvement de grève tant que l’employeur ne se sera pas penché sur cette affaire.

Ce matin, malgré que les agents de Lumitel étaient au service, tout le monde constatait qu’il y a un malaise car tout le monde portait des habits noirs, ce qui a attiré l’attention des curieux. Selon ceux contactés par la rédaction, les dirigeants de la société Viettel mettent en congé forcé les employeurs qui sont sur le point de signer des contrats à durée indéterminée. Quelques jours après, ils ramènent le même agent qui refait le même travail mais comme stagiaire. Selon les mêmes informations, cet accoutrement en habit noir s’est remarqué à travers tout le pays où cette société est implantée.

Burundi - Administration

Vers une obligation dans la contribution aux élections de 2020

Bujumbura, le 7 août 2018 (Net Press) . Contrairement à la solidarité nationale qui n’est pas obligatoire, la contribution aux élections de 2020 commence à prévoir des sanctions pour les "récalcitrants". L’on apprend que l’octroi des papiers administratifs est désormais conditionné par le payement de la contribution auxdites élections.

Des réactions ont toujours fusé de partout, surtout dans les organisations de lutte contre la corruption, l’Olucome et la Parcem, qui ont toujours dénoncé les irrégularités qui émaillent cette contribution. En effet, si l’on comprend que tout le monde doit contribuer, il est par contre, comme le disent toujours ces organisations, incompréhensible qu’une personne contribue trois ou quatre fois pour les mêmes élections.

L’on donne le cas d’un ou d’une fonctionnaire avec des enfants de plus de 18 ans, qui voit des retraits sur son salaire, qui cotise pour le ménage et pour les enfants de plus de 18 ans. Cela crée des grincements de dents car la pauvreté extrême qui frappe les familles semble être le cadet des soucis des décideurs de ce pays, entend-on ici et là chez les fonctionnaires qui touchent des salaires de misère, ne leur permettant plus de joindre les deux bouts du mois.

Burundi - Côte d’Ivoire – Justice

Le chef d’Etat ivoirien amnistie 800 détenus et pas n’importe qui

Abidjan, le 7 juin 2018 (Net Press) . Le chef d’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, dans un décret signé ce lundi 6 août, a amnistié 800 détenus et parmi eux, l’ancienne première dame du pays, Simone Gbagbo, poursuivie pour des crimes en rapport avec la crise postélectorale de 2010-2011, mais aussi pour des infractions contre la sûreté de l’État commises après son investiture, le 21 mai 2011.

« Sur les 800, environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leur condamnation pénale effacée », a précisé Alassane Dramane Ouattara (ADO), qui a insisté sur le fait qu’une soixantaine de militaires ayant commis des crimes de sang ne sont pas concernés par la mesure.

Simone Gbagbo, Soul to Soul et Lida Kouassi amnistiés

Parmi les personnes concernées par l’amnistie, figurent l’ancienne première dame, Simone Gbagbo, les ex-ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, ou encore Souleymane Kamaraté Koné alias Soul to Soul, le collaborateur de Guillaume Soro. « Ils seront libérés prochainement », a expliqué le chef de l’État.

Les observateurs de la politique ivoirienne trouvent que le président, à l’occasion de la fête nationale d’indépendance de ce pays, a tendu la main à l’opposition, en centrant son discours sur la réconciliation entre les fils et filles de la Côte d’Ivoire. Selon des informations obtenues après son discours, Simone Gbagbo, qui était condamnée pour 20 ans, s’est félicitée de cette mesure et a indiqué qu’elle est contente de retrouver sa maison et sa famille après 7 ans d’absence.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi