Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

10 septembre 2018

Makamba, le 10 septembre 2018 (Net Press) . Des sources sur place parlent d’échanges de tirs dans la soirée de ce samedi 8 septembre, entre la police burundaise et des éléments non encore identifiés, dans les environs de la colline Bigina à la frontière tanzano-burundaise, dans la province de Makamba.

Des témoins affirment qu’après ces échanges de tirs, ces éléments ont pris le large vers la Tanzanie et que la police est parvenue à saisir une moto dont la plaque d’immatriculation est de ce pays voisin, en plus d’un fusil de type Kalachnikov et un vélo, selon toujours des sources sur place à Makamba.

le prénommé Pontien, un commerçant de vaches, est mort ce vendredi 7 septembre à l’hôpital de Kibuye après avoir été blessé par un coup de couteau par les trois voleurs sur la colline Kivoma, dans la commune Gitanga en province de Rutana. Des présumés auteurs du crime ont été interpellés. Ils sont gardés au cachot du commissariat communal de Rutana pour enquêtes.

Rutana observe une interpellation massive du personnel du lycée de Rutana, accusé du vol des ordinateurs de l’établissement. Deux secrétaires et un bibliothécaire ont été arrêtés ce vendredi 7 septembre puis transférés menu militari au cachot du commissariat provincial de la police de Rutana. L’on saura que le directeur, le préfet des études, un secrétaire et deux sentinelles avaient été arrêtés après le vol de 15 ordinateurs, suivi du limogeage du directeur et du préfet des études.

Par ailleurs, l’on apprend qu’au moins cinq personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière, dont un jeune homme tabassé à mort par des Imbonerakure. Ces derniers ont tenté de cacher le corps de la victime, qui n’a été découvert que onze jours après l’assassinat. Deux autres victimes n’ont jamais été identifiées. Les autorités administratives locales et la police ont ordonné l’enterrement de ces victimes dans une précipitation pour éviter une éventuelle identification. L’on apprend également le cas d’un assassinat d’un agent de police par des militaires, alors que les policiers tentaient d’empêcher les militaires de mener des arrestations illégales.

Burundi - Confessions Religieuses

Spécial Mgr. Joachim Ruhuna

Gitega, le 10 septembre 2018 (Net Press) . Hier dimanche, 22 ans jour pour jour venaient de s’écouler après l’assassinat de Mgr. Joachim Ruhuna dans la province de Gitega dont il était l’archevêque. Alors qu’il rentrait du séminaire moyen de Burasira, il est tombé dans une embuscade alors qu’il était en compagnie de deux sœurs qui ont également trouvé la mort dans cette embuscade. L’église catholique lui a rendu un vibrant hommage.

L’église catholique et les amis de feu l’archevêque Mgr. Joachim Ruhuna ont commémoré ce dimanche le 22ème anniversaire de son assassinat à la cathédrale Christ Roi de Mushasha. Rappelons qu’il a été tué le 9 septembre 1996 prés de la rivière Mubarazi, autour de la paroisse de Gitongo, dans la commune Mutaho en province de Gitega.

Un de ses amis qui l’a longtemps côtoyé témoigne que feu l’archevêque Mgr. Joachim Ruhuna s’est investi au retour de la paix en 1993 dans un pays meurtri par la crise occasionnée par l’assassinat du président Ndadaye

Une des plus grandes grâces de ma vie fut mon amitié avec Mgr. Joachim Ruhuna, l’archevêque de Gitega (Burundi), qui a été assassiné le 9 septembre dernier. Je l’avais rencontré la première fois en 1975 quand il était encore évêque du nouveau diocèse de Ruygi. Peu après, nous nous rencontrions presque chaque année en Belgique, à Rome ou au Burundi. Chaque fois, j’avais l’impression de simplement continuer le dialogue avec lui au point où notre précédent dialogue d’il y a un an avait abouti. Sa capacité d’écoute m’a toujours profondément frappé.

Mgr. Joachim Ruhuna, un "Chrétien"

Joachim Ruhuna était d’abord un « chrétien ». Sa seule passion était de vivre l’Evangile dans sa radicalité. Il avait une grande estime pour ses parents qui étaient pour lui les exemples d’une vie chrétienne authentique. Son père avait été un des premiers catéchistes du Burundi, responsable pour une communauté de 5 000 chrétiens. Un soir, Joachim me dit : « D’abord je suis devenu prêtre, peu après évêque et maintenant je désire devenir... un chrétien ! » Il n’y avait rien de clérical dans ses paroles et dans son comportement.

La clé de son travail pastoral était très simple : construire la communauté chrétienne grâce à la collaboration de toutes les vocations et de tous les charismes afin que tous soient un comme Jésus et son Père (cf. Jean 17, 21). Il regrettait fortement l’individualisme de certains ouvriers apostoliques. C’est pourquoi il avait créé une communauté de prêtres diocésains, « Prêtres du bon Pasteur et du Cénacle », dans la perspective d’un apostolat plus communautaire. Il désirait que ces prêtres aient l’expérience du travail manuel. Dans ce sens, il a toujours pris à cœur la collégialité effective et affective dans la conférence épiscopale du Burundi, de sorte que cette unité entre les évêques hutus et tutsis devenait exemplaire pour les autres Eglises locales en Afrique.

Serviteur, prophète de la paix et de l’unité

Joachim Ruhuna était surtout le serviteur et le prophète de la paix et de l’unité. Malgré l’opposition des classes dirigeantes, il a voulu que son successeur comme évêque de Ruygi, au moment où lui-même est devenu archevêque de Gitega, soit un Hutu qui d’ailleurs a toujours travaillé dans la perspective pastorale de Mgr Ruhuna.

Lors des événements de fin 1993, au Burundi, j’ai demandé à Joachim Ruhuna s’il désirait ma visite à ce moment. Sa réponse fut : « Viens ! » Avec lui, j’ai alors visité les paroisses de son diocèse. Sa parole était toujours en appel à la paix. Malgré le fait que sa sœur et six autres membres de sa famille aient été tués par des gens de l’autre ethnie, il reçut un groupe de 2 000 personnes des deux ethnies dans un petit camp de réfugiés dans les jardins de sa résidence et des autres bâtiments de l’évêché. Il y était attentif aux témoignages de toutes ces familles qui voulaient raconter à leur archevêque ce qu’elles avaient vécu pendant ces semaines de grande souffrance. Ensemble, nous avons eu des échanges inoubliables avec des groupes de jeunes sur leurs expériences dans ce conflit et sur leurs espoirs dans un monde nouveau.

Malgré la douceur de son caractère et même une certaine timidité, Mgr Ruhuna témoignait d’un courage peu ordinaire. Pendant les difficultés d’octobre 1993, après le coup d’Etat contre le président du pays, Joachim Ruhuna fut un jour menacé par une grande foule. Après de longs palabres, il entonna un chant marial. Après quelques strophes, la foule commença à chanter avec lui et le climat devint plus positif. Pendant les funérailles des victimes de Bugendana (23 juillet 1996), Mgr Ruhuna, s’adressant aux meurtriers, proclama dans son homélie : « Vos crimes sont un scandale contre l’humanité. Déposez vos armes. C’est le prix que vous devez payer pour la paix. Aussi vous-même, vous désirez la paix. Permettez aux autres de vivre en paix. Cherchons ensemble comment construire une nouvelle société dans l’harmonie et dans l’unité. » Les derniers mois de sa vie, il répétait souvent : « Si le Seigneur demande ma vie afin que les Burundais vivent en paix, je suis prêt à donner ma vie immédiatement et avec joie. »

Le grand secret de ce témoignage de Mgr Ruhuna était son amour pour Jésus. Chaque soir, il priait dans sa chapelle jusque tard dans la nuit. Sa vie de prière était nourrie par la Bible, surtout par la lecture des grands prophètes et des Actes des apôtres et par la méditation des Evangiles, surtout de l’Evangile de saint Jean.

Hommage à Gitega, mais également à Cankuzo

Presqu’au même moment, l’on parlait de l’illustre disparu dans la province de Cankuzo, où Mgr. Blaise Nzeyimana, évêque du diocèse de Ruyigi, présidait la messe en compagnie de l’archevêque émérite Mgr. Evariste Ngoyagoye et d’un délégué du diocèse de Bubanza. En effet, la commission Justice et Paix de l’Eglise catholique vient de confectionner son rapport qui a été présenté dans la paroisse de Cankuzo, dans le diocèse de Ruyigi dont le premier évêque est justement Mgr. Joachim Ruhuna avant de devenir archevêque de Gitega.

Sur le même chapitre des confessions religieuses, l’on notera que les paroisses Cathédrale Regina Mundi et Regina Pacis de Kinindo ont eu l’honneur d’accueillir deux personnalités de l’hiérarchie catholique de ce pays. Si la cathédrale Regina Mundi a vu l’archevêque Mgr. Gervais Banshimiyubusa officier la messe de 10 heures, Kinindo était tout aussi joyeux d’accueillir Mgr. Jean Louis Nahimana, président de la commission vérité et réconciliation.

Les deux paroisses ont eu droit à deux homélies présentés avec brio des deux côtés. Le premier se demandant pourquoi chrétiens ne parviennent pas à s’entendre alors qu’ils se réclament tous de Dieu, aussi bien dans les églises que dans les croisades. Quant au deuxième, il a insisté sur le premier amour avec Dieu que les chrétiens doivent garder jalousement.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte