Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi - Education

Une rentrée émaillée d’énormes défis !

11 septembre 2018

Bujumbura, le 11 septembre 2018 (Net Press) . La rentrée scolaire de ce lundi 10 septembre 2018 a été émaillée d’énorme défis, en témoigne que certaines écoles enregistrent un effectif effroyable de plus de 100 écoliers par classe, d’où certains sont assis sur des pierres en classe. C’est dans ce contexte que certains responsables scolaires exigent les cartes d’électeurs, de camps de travail, ainsi que les bancs-pupitres aux parents pour que leurs enfants soient inscrits, affirme un témoin sous couvert d’anonymat.

Selon nos sources, les responsables scolaires de la commune Giteranyi, en province de Muyinga au Nord du pays, exigeaient aux élèves de brandir l’attestation de participation au camps de travail ou alors la carte d’électeur pour être inscrit aux cours et pour avoir une place de redoublement ou le changement d’établissement.

Nombreux observateurs, y compris les parents, ont été étonnés de ce comportement de ces responsables scolaires, d’autant plus que ces derniers veulent politiser les milieux scolaires et ajoutent que la participation aux élections est un droit et non un devoir. Les mêmes témoins indiquent que les documents administratifs, les attestations de fréquentation scolaire et de non redoublement et de non redevabilité sont exigés pour changer l’établissement scolaire.

Et quand les responsables d’écoles outrepassent l’ordonnance du Ministre de l’éducation !

Des sources sous couvert d’anonymat affirment que quelques responsables de l’éducation de la province de Cibitoke au nord-ouest du pays exigent aux parents d’apporter des bancs pupitres pour que leurs enfants soient inscrits, ce qu’ils contestent car ils sont de fois si pas souvent en situation de précarité.

Burundi - Environnement

Quand les eaux bleues du lac Tanganyika virent vers la couleur verte !

Bujumbura, le 11 septembre 2018 (Net Press) . Il était vers 9 heures de ce lundi 10 septembre 2018 quand les eaux du lac Tanganyika ont changé subitement de couleur et ont viré vers le vert entre le port de Bujumbura et l’hôtel Tanganyika, a lâché Papy, le gestionnaire de Safi Beach .

Une large majorité des gens présents sur les lieux avancent l’hypothèse d’une éventuelle pollution des produits toxiques et des eaux usées en provenance des industries environnantes qui pourraient être l’origine de ce changement de couleur des eaux, d’autant plus qu’on était familier à un phénomène de turbidité du lac Tanganyika, c’est-à-dire une forte teneur de boue dans les eaux due à l’érosion des sols dans les bassins des affluents du lac comme les rivières Ntahangwa ou la Rusizi, Gikoma, Gasenyi, etc. Les plus croyants commencent à parler de signe annonciateur de l’apocalypse de la fin des temps. Entre-temps, la Regideso tranquillise, l’eau qu’elle est en train de servir en ville de Bujumbura est potable, bien traitée.

Le ministre de l’environnement, Déo-Guide Rurema, le directeur général de la Regideso, Simeon Habonimana ainsi que des responsables de la police nationale du Burundi sont arrivés sur les lieux. D’après certaines sources, le phénomène est tout à fait naturel. « Une forte concentration des algues dans les profondeurs du lac, un signe que le poisson sera abondant ces jours-ci. Selon cette source, « le phénomène est récurent à des distances éloignées de la côte ».

Le professeur à la faculté des sciences de l’Université du Burundi, Gaspard Ntakimazi, dit que « C’est un phénomène tout à fait naturel, récurent, arrivant à l’arrêt des vents à la fin de la saison sèche et une bonne nouvelle pour le Burundi. Il peut durer deux semaines ou au plus un mois ». Selon ce professeur, « c’est un phénomène connu depuis les années 40-46 dans le lac Tanganyika et les premières publications scientifiques remontent aux années 1950 ».

D’après toujours ce spécialiste en environnement, le phénomène est dit « upwelling » ou remontée d’eaux profondes. Il est dû aux alizées souffrant dans ce lac dont l’arrêt entraîne la remontée en surface des eaux des profondeurs contenant des sels minéraux, les nitrates notamment qui créent des conditions favorables à la multiplication de micro-organismes dont les algues favorables à la multiplication du poisson. Les poissons auront ainsi plus de nourriture et cela se traduit dans les captures de poissons en janvier février.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome s’exprime à la veille du 5ème round

Bujumbura, le 11 septembre 2018 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, estime que « L’Accord d’Arusha d’août 2000 a confirmé que l’insatisfaction des besoins fondamentaux des citoyens est la principale source des violences au Burundi ;de ce fait, les solutions trouvées dans ledit accord doivent rester le fondement de la démocratie, de la Gouvernance et de développement socio-économique au Burundi. »

Cet observatoire fait l’historique du dialogue inter burundais d’Arusha depuis l’éclatement de la crise politico-sécuritaire en 2015. La médiation a déjà organisé 4 sessions externes ponctuées de consultations séparées entre les différents protagonistes dans le conflit sans aucune session plénière entre les deux parties.

La 4ème session a vu tout de même une avancée, selon l’Olucome, car les deux parties, subdivisées en 4 groupes, ont pu dégager des points de convergence et de divergence, au nombre de 8. Mais au moment où les négociateurs étaient encore à Arusha, ils ont appris le lancement d’une façon unilatérale des activités relatives au référendum et une nouvelle constitution a été promulguée le 7 juin 2018.

Cet observatoire semble se plaindre du fait que le gouvernement vient de mettre en place, encore une fois sans consultation d’autres partenaires, une nouvelle commission électorale nationale indépendante approuvée par le parlement ainsi qu’une feuille de route pour les élections de 2020.

Cet observatoire procède à la comparaison de la situation économique actuelle par rapport à celle de l’année 2000, avec une insistance sur l’impact négatif de la crise d’avril 2015 sur la situation économique et sociale du pays, d’où l’appauvrissement. L’Olucome revient aussi sur les libertés publiques bafouées, allusion faite aux organisations de la société civile radiées, des médias détruites et fermées, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme emprisonnés et d’autres en exil.

Tout cela fait que le Burundi est classé parmi les pays les plus corrompus et les plus pauvres de la planète, consécutivement à la mauvaise gestion de la chose publique, d’où des recommandations aux politiciens burundais de l’opposition qui participent aux pourparlers externes, au gouvernement du Burundi, au parti au pouvoir et ses alliés, à la communauté de l’Afrique de l’Est, à la sous-région et à l communauté internationale ainsi qu’aux garants de l’accord d’Arusha.

Burundi - Confessions Religieuses

Journée inoubliable dans la vie de la Paroisse Saint Joseph de Ngagara

Bujumbura, le 11 septembre 2018 (Net Press) . La date du 8 septembre 2018 est importante dans la vie de la Paroisse Saint Joseph car c’est la double fête de la Naissance de la bienheureuse Vierge Marie et la remise de diplômes à 86 élèves de l’école Marie Reine de la Paix dans la Paroisse Saint Joseph de Ngagara.

L’ambiance et la joie étaient au rendez-vous. Journée de rencontre de l’école avec les familles. Les plus âgés de la famille et les plus jeunes sont venus voir de leurs propres yeux M ou Mlle y recevoir des mains de la Directrice le diplôme d’études secondaires. Très importante, l’occasion ! L’école, conjointement à la famille avait éduqué, instruit et formé.

L’Ecole Marie Reine de la Paix a vécu l’événement ce 8 septembre 2018, 86 élèves recevaient leurs diplômes. Etant donné qu’elle est au 1er plan dans la liste des écoles sous convention catholique, réalité qu’elle affiche fièrement. Ce jour-là était particulièrement heureux de révéler son plan de travail et son champ d’action en déployant comme une carte de mappemonde ce qui se vit à l’école. Elle vit, à commencer par la directrice, la philosophie de Muhorakeye, Rukerabantu est de mise. A la recherche tout d’abord de ce qui unit avant ce qui divise.

A quelques exceptions près, toutes les écoles, beaucoup de familles et leurs voisins connaissent ces moments de bonheur et de sérénité pendant la saison qui court à partir du mois de mai - le joli mois de mai - au mois de septembre ! Ici, on fête le diplôme, là un nouveau foyer. Aujourd’hui ici, c’est la levée de deuil définitive, là, on accepte X ou Y dans l’institution d’Ubushingantahe restauré, là on célèbre le jubilé d’argent (25 ans), d’or (50 ans) ou rarement, pour les plus vigoureux, de diamant (75 ans).

Heureux et souvenirs, heureuses rencontres. Rien de tel pour rassembler, ressouder et restaurer le tissu familial et même national et pourquoi pas. Merci au Lycée Reine de la Paix d’avoir rafraîchi des souvenirs si agréables et pleines de tant d’aménité ! Que nos jeunes grandissent dans ce climat et soient suivis d’autres générations à vous semblables, et aussi aspirantes à des temps meilleurs ! Merci ! Merci beaucoup, en avant pour d’autres conquêtes "Notre avenir est dans les mains de Dieux !"

Burundi - Usa - Justice

Les Etats-Unis s’en prennent violemment à la Cour pénale internationale

Washington, le 11 septembre 2018 (Net Press) . Par la voix du conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, les Etats-Unis se sont livrés à une attaque virulente contre la Cour pénale internationale (CPI), lundi 10 septembre. Ils ont menacé ses juges et procureurs de sanctions en cas de mise en cause d’Américains, d’Israël ou d’autres alliés de Washington.

John Bolton n’aime pas la CPI et le fait savoir, au nom « du président des Etats-Unis ». Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche accuse l’institution d’être « illégitime », mais aussi « inefficace, irresponsable et carrément dangereuse ».

« Si la Cour s’en prend à nous, à Israël ou à d’autres alliés des Américains, nous n’allons pas rester silencieux ». Alors que les Etats-Unis ne sont pas signataires du traité de Rome, l’ancien ambassadeur américain à l’ONU craint l’éventualité d’une enquête sur les crimes de guerre de soldats américains en Afghanistan, ou l’ouverture d’une enquête contre Israël. « A tout moment, la CPI pourrait annoncer l’ouverture d’une enquête formelle contre ces patriotes américains », a-t-il expliqué devant une organisation conservatrice américaine, en référence à la demande de Fatou Bensouda, en novembre 2017, d’ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés commis dans le cadre du conflit afghan, notamment par l’armée américaine.

Et John Bolton d’annoncer, volontiers menaçant, les sanctions que Washington pourrait prendre en retour : « Nous allons interdire à ces juges et procureurs l’entrée aux Etats-Unis. Nous allons prendre des sanctions contre leurs avoirs dans le système financier américain, et nous allons engager des poursuites contre eux dans notre système judiciaire ».

De toute façon, insiste-t-il, le gouvernement américain ne va « pas coopérer avec la CPI, pas lui fournir d’assistance, pas adhérer à la CPI ». Il va se contenter de « laisser la CPI mourir de sa belle mort » car, à ses yeux, « la CPI est déjà morte ».

CPI et Etats-Unis, la mésentente peu cordiale

La Cour, qui siège à La Haye, aux Pays-Bas, a répondu « agir strictement dans le cadre légal défini par le Statut de Rome », et être « attachée à l’exercice indépendant et impartial de son mandat ». Ses relations avec Washington ont toujours été tumultueuses. Les Etats-Unis ont toujours refusé d’y adhérer et ont tout fait, notamment par des accords bilatéraux avec de nombreux pays, pour éviter que des Américains puissent être visés par ses enquêtes.

John Bolton se montre dont cohérent tant avec l’attitude antérieure des Etats-Unis qu’avec le programme de Donald Trump quand il déclare que « l’objectif tacite, mais toujours central », des « plus fervents partisans » de la CPI « était de limiter l’action des Etats-Unis », en ciblant avant tout « ses dirigeants politiques ».

L’on saura, sur un autre chapitre intéressant le pays de l’Oncle, que ce pays se souvient d’une date noire dans la vie des Etats-Unis, le 11 septembre 2001, quand Oussama Ben Laden a orchestré des crimes abominables à New York, faisant plus de 3.000 morts, en plus du président des Etats-Unis à l’époque, George Bush, qui était ciblé mais qui n’était pas à la Maison Blanche au moment des faits.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte