Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

12 septembre 2018

Bujumbura, le 12 septembre 2018 (Net Press) . Selon un analyste, les conflits fonciers qui persistent sur tout le territoire burundais deviennent les principales causes de décès. En effet, une large majorité des familles qui vivent dans des lopins de terres suite à l’exiguïté causée par une surpopulation fulgurante et incontrôlable, assistent impuissantes à des morts liées aux revendications foncières. En outre, ces dernières restent à la une des médias, ce qui traduit une insécurité grandissante à travers les populations qui, en toute sincérité, partagent la misère, d’où des conflits insensés et permanents.

Selon nos sources, à la une des journaux par voie de presse, l’on ne cesse de compter le morts suite aux conflits fonciers. Les mêmes informations ajoutent que suite à cette situation problématique, une large majorité des jeunes fuient l’agriculture qui n’est plus rentable pour faire le domestique, le taxi - moto ou le taxi-vélo pour la survie de leurs familles restées au village. A ce titre, l’on souhaiterait que le gouvernement burundais prenne des mesures adéquates pour créer une banque qui puisse assister les agriculteurs et la jeunesse.

Et dans la même foulée, selon des sources administratives, les conflits fonciers ont tourné vers l’irréparable à l’est du pays dans la localité de Gitwenge, en province de Cankuzo. Une famille a été presque entièrement décimée. Lazard Ntibagirirwa, âgé de plus de 50 ans et son fils Thierry Niyonizeye (14 ans, élève de la 9ème année), ont été tués dans l’après-midi de ce lundi 10 septembre. L’épouse de M. Ntibagirirwa a été admise à l’hôpital et se trouve dans un état critique.

Un refugié burundais victime était en 2ème année à l’Institut de Kaseke, à 5 km du camp de Mulongwe, a été assassiné ce mardi par des éléments non encore connus. Le responsable local du camp de Mulongwe en Rdc déclare que le corps sans vie a été découvert par ceux qui se rendaient à l’hôpital de Katalukulu. Il ajoute que la victime aurait été violée avant son assassinat. Les réfugiés burundais lancent un cri d’alarme au Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) et autres organisations caritatives de les aider pour qu’ils accèdent aux services dont ils ont besoin comme les hôpitaux, les écoles et les marchés sans faire de longues distances. "Tous ces services sont à plus de 4 km du camp de Mulongwe alors qu’il y a des bandes de malfaiteurs ou des groupes armés sur le chemin", précisent les réfugiés.

Par ailleurs, au moins 5 personnes ont été tuées la semaine dernière, au moment où l’on enregistre 1 cas d’enlèvement et/ou de disparition forcée. L’on fait état de 6 personnes torturées ainsi que 2 arrêtées arbitrairement, sans oublier 1 cas de violations basées sur le genre.

Des jeunes de la ligue du parti au pouvoir, les Imbonerakure, des policiers, des militaires ainsi que des administratifs son soupçonnés d’être auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Burundi - Tanzanie - Dialogue

Michel Kafando achève son séjour d’une semaine dans notre pays

Bujumbura, le 12 septembre 2018 (Net Press) . L’ancien président de la transition burkinabé, Michel Kafando et actuel envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies au Burundi, vient de boucler sa visite de travail dans notre pays. Pendant ce séjour qui a duré une semaine, il s’est entretenu avec les groupes les plus variés qui s’intéressent à l’évolution de la situation politico-sécuritaire au Burundi.

C’est ainsi qu’il a rencontré les membres du gouvernement, des partis politiques tant de la mouvance que de l’opposition, de la société civile, les membres de la coalition Amizero y’Abarundi, des groupes de défense des femmes ainsi que des représentants de la communauté internationale.

Avec le gouvernement, il a évoqué la possibilité pour ce dernier de participer au dialogue inter burundais à la prochaine session. Il a par ailleurs abordé la question de la participation des femmes à la prochaine session de dialogue avant de rencontrer le secrétaire exécutif de la Cirgl ainsi que le représentant spécial du président de la commission de l’Union africaine, les ambassadeurs accrédités au Burundi et les agences des Nations Unies. Il n’a pas manqué d’aborder les questions liées aux aspects politiques et au développement socioéconomique de ce pays.

Après sa visite au Burundi, il a quitté Bujumbura ce matin à destination de la Tanzanie où il doit rencontrer le facilitateur dans le dialogue inter burundais, le Tanzanien Benjamin William Mkapa qui, selon une certaine opinion, n’a pas fait preuve de compétence dans les sessions antérieures déjà organisées sous ses auspices.

Burundi - Politique.

Quand Bujumbura tente de valider malgré lui le rapport !

Bujumbura, le 12 septembre 2018 (Net Press) . Selon un politologue sous couvert d’anonymat, le gouvernement burundais tente de valider le rapport de la commission des Nations Unies d’enquête des droits de l’homme sur le Burundi. Pour rappel, ce rapport fait état de la violation des droits de l’homme, de disparitions mystérieuses, de tortures, de tueries et pointe du doigt la jeunesse du parti au pouvoir (Imbonerakure), le service secret burundais comme étant les auteurs de ces violations. Pour la première fois on s’en souvient, ce rapport est allé plus loin en révélant que le président Pierre Nkurunziza en sait quelques chose.

Ce dernier a été mal accueilli par Bujumbura et il a été vivement critiqué par la mouvance présidentielle et le parti au pouvoir, le Cndd –Fdd et le parlement réunis. Ce politologue dit que le gouvernement burundais, via les deux chambres du parlement, ont sérieusement condamné, au cours d’une réunion extraordinaire tenue ce mardi 11 septembre, le rapport de la commission d’enquête sur le Burundi publié au début de ce mois. Selon lui, Bujumbura aurait validé ce rapport sans le savoir.

Le député Fabien Banciryanino de l’Uprona non reconnu par le gouvernement clame haut et fort que le rapport est fondé. Il s’interroge de savoir comment les membres du parlement bicaméral osent dire que le Burundi est en paix alors que dans la commune de Gihanga, en province de Bubanza, une circonscription où le président du parlement burundais, Pascal Nyabenda, est natif, les Imbonerakure imposent un couvre-feu à la population et que personne n’est autorisé de sortir à partir de 20 heures.

"Des habitants sont souvent frappés ou contraints de payer des amendes. Est-ce normal ? ", a-t-il demandé au ministre de l’Intérieur. Selon ce politologue, même le président de la chambre basse du parlement, Pascal Nyabenda, natif de la province de Bubanza, n’a pas nié les faits. Ce dernier a rétorqué que le rapport a été confectionné de mèche avec le député Fabien Banciryanino.

Ce politologue dit que les révélations de ce député sont venues valider le rapport où il cite les cas d’assassinats et de disparation qui existent encore au Burundi. La différence par rapport aux périodes précédentes est qu’actuellement, les cadavres sont dissimulés.et témoigne qu’une personne a même arrêté à Bugendana en province de Gitega, il y a quelques jours, et porte disparu.

La même source dit que le ministre de relations extérieures, Ezechiel Nibigira, à travers une lettre écrite ce mardi le 11 septembre 2018 aux membres de cette commission, en l’occurrence Doudou Diène de nationalité sénégalaise, Lucy Asuagbor de nationalité camerounaise et Françoise Hampson, de nationalité anglaise, stipule que le gouvernement burundais a appris avec déception et regrets le contenu du rapport diffamatoire et mensonger que ces membres ont rendu public en date du 5 septembre 2018 et que le Burundi ignore les visées et les non dits derrière ledit rapport qui est contraire à la réalité du pays.

Du coup, le ministre a pris la décision de déclarer les membres de cette commission de persona non grata sur le territoire burundais. Ce qui démontre que le Burundi valide les déclaration de Genève en voulant cacher la réalité du pays, conclut le politologue.

Burundi - Administration - Environnement

Le sénat approuve le projet de stabulation et interdiction de la divagation des animaux domestiques

Bujumbura, le 12 septembre 2018 (Net Press) . La chambre haute du parlement burundais vient d’approuver le projet de stabulation et d’interdiction de la divagation des animaux domestiques et de la basse cour au Burundi. Quelques sénateurs ont soulevé des inquiétudes selon lesquelles les éleveurs ne seront pas à mesure d’adopter ce nouveau système d’élevage.

Le Ministre de l’agriculture et de l’élevage et de l’environnement, Deo Guide Rurema, dit que ce système a connu un grande succès dans les provinces de Kayanza et de Ngozi et que les autres provinces vont suivre cet exemple.

Burundi – Administration

Deux nouveaux visages au sein de la Cnidh !

Bujumbura, le 12 septembre 2018 (Net Press) . Selon des sources concordantes, après le vote secret de ce lundi 10 septembre 2018 à l’assemblée nationale, Gilbert Becko Njangwa et l’ambassadeur Rose Ntawe viennent d’intégrer la commission nationale indépendante des droits de l’homme (Cnidh), respectivement à 86 et 87 voix.

L’on saura que les membres sortants étaient en lisse, il s’agit de Gamaliel Nkurunziza, qui a obtenu 2 voix, d’Audace Ndikunkiko 22 voix, de Joséphine Niyonzima, une voix et de Chantal Niyonkuru, 22 voix.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte