Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Les populations de la zone Musaga se plaignent..

26 septembre 2018

Bujumbura, le 26 septembre 2018 (Net Press) . Les populations de la zone Musaga se plaignent du comportement des militaires, ceux qu’on appelle communément les bérets verts, qui patrouillent les soirs, armés de bâtons, avec lesquels ils frappent ceux qui fréquentent encore les buvettes vers 22 heures alors qu’il n’y a pas de couvre feu.

Des fois, les mêmes habitants de Musaga résistent et indiquent qu’il n’y a pas d’insécurité et que par conséquent, ce sont les militaires, dont la mission est de protéger les populations et leurs biens, qui sont en train de perturber l’ordre. Des fois, les habitants de cette entité, selon toujours nos interlocuteurs, donnent à boire et dans ces conditions, le bistrot peut rester ouvert jusqu’au delà de minuit.

La rédaction a tenté de contacter les responsables de ces militaires pour avoir leur avis mais ils ont répondu que ce n’est pas nécessaire d’autant plus que les accusations de la population ne sont pas fondées, sans plus de détails.

Burundi - Médias

Censure des radios et des hommes, jusque dans le camp du Cndd-Fdd

Bujumbura, le 26 septembre 2018 (Net Press) . En partenariat avec une Ong hollandaise, La Benevolensjia, les radios Isanganiro et Rema Fm avaient organisé hier une synergie portant sur le 5ème round de dialogue inter burundais. Les invités étaient l’assistant du ministre de l’intérieur Terence Ntahiraja et le vice-président du Frodebu, Léonce Ngendakumana. L’émission était déjà en cours quand des policiers ont fait irruption dans le studio de la radio Isanganiro et ont ordonné la suspension de l’émission en direct.

Selon les témoins, quatre policiers et un homme en tenue civile se sont précipitamment introduits à la radio Isanganiro ont demandé à l’assistant du ministre de l’intérieur, Terence Ntahiraja, de quitter le studio et qu’on suspende l’émission. L’assistant du ministre s’est excusé avant de quitter le studio et a ajouté que le même type d’émission avait été suspendu sur Rema FM quelques minutes après le début du programme.

Selon une opinion qui s’est dégagée de cette action policière, d’abord cette décision devait être prise par le conseil national de la communication et non la police. En outre, la censure médiatique revient à la surface et frappe principalement le camp du parti au pouvoir. En effet, il y a quelques années, l’on ne pensait une seule minute que l’assistant du ministre de l’intérieur, "cnddfddiste" pur dur, pourrait être retiré du micro alors qu’il ne dit que du bien de sa formation politique et de son gouvernement.

En outre, qui aurait pu imaginer qu’un jour, la radio Rema pouvait recevoir une visite inattendue qui l’empêche de poursuivre un programme commencé depuis quelques minutes. Ceux qui avancent cette hypothèse rappellent qu’il y a peu, le président du conseil national de la communication, Nestor Bankumukunzi, a été censuré lors des informations en français à la télévision nationale.

En effet, il y a quelques semaines, des journalistes de la radio culture avaient été maltraités par des policiers lors de leur reportage. Le porte-parole de la police avait alors livré une information tendant à défendre l’action des policiers, contrée par une réaction musclée du président du Cnc à l’endroit des policiers. C’est ainsi que la réaction a passé en kirundi à la télévision nationale mais censurée en français.

Burundi – Ouganda - Politique

Manifestation des dissensions internes à l’opposition lors des assises d’Entebbe !

Entebbe, le 26 septembre 2018 (Net Press) . Sous la houlette du président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, Entebbe a accueilli l’opposition interne et externe, constituée principalement d’une haute délégation de la plateforme de l’opposition burundaise pour préparer le 5ème round des négociations. Il était question de parler d’une candidature unique pour l’opposition aux élections de 2020 selon un participant. C’est à ce moment que des dissensions internes à l’opposition se sont observent, certains groupes ne s’étant pas sentis représentés à Entebbe.

Selon des sources sur place, il y avait une large représentation de l’opposition dans ces assises d’Entebbe, l’acteur politique Agathon Rwasa était représenté par son porte-parole, Aimé Magera, le Msd par Pancrace Cimpaye. Des Upronistes y étaient aussi comme Dr Yves Sahinguvu, Charles Nditije, Bonaventure Gasutwa et Evariste Ngayimpenda. Le Frodebu était aussi représenté.

Au terme de cette rencontre, l’opposition devrait signer un accord commun qui vise à respecter les accords d’Arusha signés en 2000, le strict respect des valeurs démocratiques et la bonne gouvernance, un document qui doit être présenté lors de la tenue du 5ème round des négociations à Arusha prévu au mois d’octobre.

Allait-elle tenir le même langage jusqu’au bout ?

Une source sous couvert d’anonymat, il y avait des questions sur lesquelles l’opposition risque de ne pas s’entendre, comme le candidat unique aux élections de 2020, qui ne fait pas unanimité mêmes dans les partis politiques formant la plateforme. Si des uns penchent pour Agathon Rwasa, les autres ne veulent pas entendre parler de lui, d’où les membres de l’opposition risquent de partir pour cette guerre préélectorale en ordre dispersé.

Déjà des rumeurs indiquent qu’il y a parmi les réfugiés regroupés au sein du Cnared - Giriteka - l’on fait tout cependant pour ne pas dévoiler leurs noms - qui envisagent sérieusement de rentrer avec l’appel des autorités de Bujumbura, ce qui fait croire à une infiltration du parti au pouvoir à Bujumbura. Une information avait fait par le passé d’une haine cordiale entre certains membres de cette plateforme.

Burundi - Angola - Justice

Angola : l’arrestation du fils de dos Santos, un signal contre la corruption ?

Luanda, le 26 septembre 2018 (Net Press) . Accusé d’avoir détourné 500 millions de dollars, mais aussi de blanchiment d’argent et d’escroquerie alors qu’il était en charge de la gestion d’un fonds étatique, Jose Filomeno dos Santos a été placé en détention provisoire lundi 24 septembre. C’est le premier membre de la famille de l’ancien président à être arrêté dans une affaire de corruption. Jamais encore dans l’histoire du pays un membre de la famille d’un président n’avait été placé en détention.

A Luanda, tout le monde s’accorde à le dire : mettre le fils d’un ancien président derrière les verrous, même de façon préventive, est un signal extrêmement fort. Et avant tout, celui que la justice a reçu le feu vert pour s’attaquer aux plus puissants du pays.

A la veille du premier anniversaire de son élection, pour João Lourenço, c’est aussi l’occasion de gagner quelques points de popularité et montrer qu’il tient promesse. A savoir lutter contre la corruption. Mais moraliser la vie publique angolaise est un chantier immense qui va prendre des années.

Le cas de Jose Filomeno dos Santos en est le parfait exemple. Inculpé en mars dernier pour avoir effectué un virement de 500 millions de dollars du fonds souverain vers un compte en Angleterre dans un premier temps, le fils dos Santos était resté libre, placé sous contrôle judiciaire uniquement.

Mais au fil de l’instruction, de nouvelles preuves d’actes de corruption se sont accumulées : blanchiment d’argent, escroquerie, perception d’avantages et autres délits. Autant d’éléments qui ont permis au procureur général de passer à l’étape supérieure : la détention préventive.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte