Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Burundi - Sécurité 6 octobre 2018
|Une bonne initiative mais ….., clament les habitants de la zone Cibitoke !

Archives

 

 

 



Burundi - Tanzanie - Sécurité

Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

11 octobre 2018

Nduta, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Il ya deux mois jour pour jour, 7 réfugiés burundais du camp de déplacés de Nduta en Tanzanie, qui étaient à la recherche du bois de chauffage, ont été tués et porte disparus. Des témoignages du camp de Nduta en Tanzanie disent qu’un autre refugié burundais prénommé Hamissi a été tué vers 21 heures en zone 7 du même camp des réfugiés.

Nombreux témoignages disent que la victime a été appelée par deux individus non identifiés qui se trouvaient devant son domicile et l’ont tiré dessus et décapité. Ils ajoutent que des divergences planent sur les conditions de sa mort. Les uns affirment qu’il aurait été tué par les membres de la ligue des jeunes du parti Cndd-Fdd car leurs visages étaient tout nouveaux dans ce camps au moment où les autres disent qu’il aurait été tué par les réfugiés fâchés contre lui car, estiment-ils, il entretenait de bonnes relations avec la police tanzanienne qui malmenait les refugiés burundais vivant dans ce camp.

Sur un tout autre chapitre, les défenseurs des droits de l’homme font un monitoring pour le mois de septembre dernier. Pour eux, de nombreux cas de violations des droits de l’homme sont observés depuis que Pierre Nkurunziza a voulu se succéder à lui-même après deux mandats constitutionnels. Ils prennent à témoin la commission internationale d’enquête sur le Burundi, dont le mandat vient d’être renouvelé, qui constate elle aussi la persistance des principales violations des droits de l’homme en 2017 et en 2018.

Ils poursuivent que les victimes de ces violations sont en majorité des opposants réels ou supposés au gouvernement et ou au parti au pouvoir, Cndd-Fdd, des membres des partis d’opposition, en particulier le Fnl proche d’Agathon Rwasa, les sympathisants de groupes armés d’opposition, des Burundais qui tentent de fuir le pays et soupçonnés de rejoindre ces groupes rebelles, des journalistes et des membres d’organisation de la société civile.

Pour les mêmes défenseurs des droits de l’homme, les auteurs de ces violations sont des forces de l’ordre, des jeunes et des administratifs membres du parti au pouvoir, ce qui engendre l’impunité et qui devient un mode de gouvernance. Sinon, pour cette période, l’on enregistre 20 cas d’assassinats et de disparitions forcées, 21 cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, ainsi que 17 cas d’atteintes à l’intégrité physique dont 12 cas de torture, ont pu être répertoriés.

Burundi - Justice

Les présumés assassins du patron des Imbonerakure à Kayanza condamnés

Kayanza, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Trois présumés assassins de Daniel Ngendakumana et de son épouse Elisabeth Nikiza ont été condamnés à perpétuité ce 9 octobre par le tribunal de grande instance de Kayanza. Rappelons que lors de l’assassinat de ce couple, le mari, qui était le chef des Imbonerakure dans la province de Kayanza, a été décapité et que sa tête n’est pas encore retrouvée jusqu’à présent.

En plus de cette lourde peine, ils doivent également payer une amende de 20 millions de nos francs. Selon des informations concordantes, tous les suspects n’ont pas été jugés car la justice burundaise estime que d’autres co-auteurs de ce crime ont pris le large vers le voisin du Nord, une information ni confirmée ni infirmée par Kigali.

Une certaine opinion trouve que le pouvoir de Bujumbura est très sévère pour certains et très clément pour les autres. Quand il s’agit de ses proches qui commettent des bavures, ce n’est pas grave. L’on rappelle des Imbonerakure qui ont réclamé publiquement d’engrosser les filles de l’opposition pour qu’elles mettent au monde des Imbonerakure, le cas de Désiré Uwamahoro qui a volé de l’argent à un homme d’affaires étranger mais qui a eu comme punition une prison de trois mois, le cas de Melchiade Nzopfabarushe, qui a fait un mois de prison, etc. Mais quand il s’agit d’un membre proche du pouvoir qui est agressé, c’est la fin du monde, il faut punir pour décourager à jamais un tel comportement, une politique de deux poids deux mesures.

Burundi – Administration

Quand les Ongs internationales de plus en plus inquiétées

Muyinga, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Après la suspension des Ongs pendant 3 mois, trois agents de l’ONG Irc dont Valentin Kabandwa (Congolais), coordinateur de terrain Irc à Muyinga, Tharcisse Mushengezi, coordinateur national de protection des enfants et Delphine Musavyimana, officier senior protection des enfants, ont été arrêtés à Muyinga .

Des sources policières de Muyinga rapportent que les 3 agents étaient au service sans dérogation spéciale. Ils sont sous interrogatoire à la police judiciaire de la province de Muyinga’’, poursuivent-elles.

Burundi - Rwanda – Sécurité

Lancement officiel au Rwanda du passeport Biométrique pour les réfugiés

Kigali, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Le gouvernement rwandais, en collaboration avec l’office du haut commissariat pour les refugiés (Hcr), a lancé officiellement le passeport biométrique pour les refugiés burundais et congolais connu sous le nom de " titre de voyage". Le document a une validité de 5 ans. Il coûte 10 mille francs rwandais (12$). Le Hcr a indiqué qu’un stock de 20 mille pièces est déjà disponible, une initiative saluée par les refugiés burundais et congolais.

Les réfugiés burundais et congolais, disent que ce nouveau document leur permettra la libre circulation à travers le monde sauf dans leurs pays d’origine. L’on saura que le même document était délivré par Kigali mais sans pour autant être biométrique. Un bon nombre de pays comme le Kenya ne l’acceptait pas. Les services rwandais de l’immigration demandent aux détenteurs de l’ancien titre de faire le nécessaire pour récupérer le nouveau passeport.

Burundi - Société

Une démolition du mémorial du génocide de 1972 contre les Hutu bien accueilli mais …..

Gitega, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Le gouverneur de la province de Gitega, Venant Manirambona, a procédé ce mardi 9 octobre à la démolition du mémorial de génocide contre les Hutu érigé le 23 septembre 2018 par des inconnus se réclamant proches de l’association des rescapés de ce " génocide " sur la colline Nyambeho, commune Giheta en province de Gitega.

Cette décision a été bien accueillie par nombreux compatriotes qui demandaient qu’il y ait une construction qui rassemble tous les Burundais qui ont perdu les leurs lors des différentes crises qui ont endeuillé le pays. Et ils s’interrogent où était l’administration lors de sa construction alors que des voix criaient haut et fort pour arrêter sa construction qui réveille les démons des divisions ethniques, estiment nos sources.

Nombreux observateurs se demandent pourquoi l’association des rescapés du génocide contre les Hutu de 1972, dont la présidence est basée au Canada, a procédé au lancement officiel de la construction de ce monument en date du 30 avril 2017 sous la présence des hauts gradés de la police, du représentant provincial du parti Cndd –Fdd en province de Gitega, du président de dialogue national inter burundais, Monseigneur Justin Nzosaba ainsi que l’administration de Gitega.

Cette dernière n’a pas osé agir pour empêcher ce lancement officiel et nos sources estiment que sur les collines du Burundi, se trouvent des fosses commune où ont été enterrées les victimes des différentes crises qui ont endeuillé le Burundi. Elles ne comprennent pas donc les critères qui ont été arrêtés pour fixer Nyambeho comme symbole du génocide des Hutu de 1972.

Elles proposent que le gouvernement burundais puisse construire un monument unique rassembleur de tous les Burundais victimes des différentes crise et qui représenterait un signe d’unité et de la réconciliation nationale.

Burundi - Communication

Un démenti à la chambre haute du parlement burundais

Bujumbura, le 11 octobre 2018 (Net Press) . Le porte-parole du sénat burundais, Gabby Bugaga, dit que le président du sénat, Réverien Ndikuriyo, n’a pas interdit les gens d’utiliser les réseaux sociaux.

Gabby Bugaga affirme que le président du sénat conseille au public de s’atteler au travail plutôt que de s’occuper des informations des réseaux sociaux et ajoute que la fixation des prix ne rentre pas dans ses prérogatives, qu’il y a les services habilités pour le faire.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte