Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 mars 2019
|Une journée internationale pas tendre pour les membres du Cnl

Burundi - Sécurité8 mars 2019
|Des maisons s’effondrent suite à un ravin au sud de la capitale économique

Burundi - Sécurité7 mars 2019
|Vers la fin du feuilleton des 600 militaires burundais restés en Somalie

Burundi - Sécurité6 mars 2019
|Une attaque armée fait une personne blessée dans la capitale politique

Burundi - Sécurité5 mars 2019
| Deux corps sans vie découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité4 mars 2019
|Un policier tire à bout portant faisant trois morts dans un bistrot de Gatumba

Burundi - Sécurité 2 mars 2019
|Encore des nouveaux corps sans vie signalés sur le lac Rweru

Burundi - Sécurité Routière1er mars 2019
|Un élève tué lors d’un accident de roulage !

Burundi - Somalie - Sécurité28 février 2019
|Des militaires burundais en Somalie entre le marteau et l’enclume

Burundi - Sécurité27 février 2019
|Un cadre de l’Etat arrêté par le service national des renseignements

Burundi - Sécurité26 février 2019
|Un sexagénaire tué dans le Sud Est du pays

Burundi - Sécurité 25 février 2019
|Cinq personnes sans vie repêchées flottant sur le lac Rweru

Burundi – Sécurité 23 février 2019
|La police de Kayanza lance un cri d’alarme !

Burundi - Sécurité22 février 2019
|Des policiers appréhendés pour torture d’un homme d’âge avancé

Burundi - Sécurité21 février 2019
|Un père tue son fils dans une bagarre

Burundi - Sécurité 20 février 2019
|Deux membres du parti Cnl interpellés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 19 février 2019
|Un quadragénaire tué à la machette en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité18 février 2019
|Des armes saisies ce weekend par la police

Burundi - Sécurité16 février 2019
|Quand des policiers deviennent sources d’insécurité !

Burundi - Sécurité15 février 2019
|Un homme passe de vie à trépas dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 14 février 2019
|Une attaque à main armée en zone Ngagara !

Burundi - Sécurité 13 février 2019
|Le ministère de la sécurité publique dresse un bilan des accidents de roulage !

Burundi - Tanzanie –Sécurité 12 février 2019
| Quand les mineurs du sud du pays sont vendus aux enchères en Tanzanie !

Burundi - Sécurité11 février 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité9 février 2019
|Le ciel de plus en plus fâché contre le Burundi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

16 octobre 2018

Makamba, le 16 octobre 2018 (Net Press) . C’est hier 15 octobre qu’un corps sans vie a été retrouvé dans la commune de Kibago, en province de Makamba, au Sud du pays. Selon les premières informations à notre disposition, Serges Sifa, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était pendu sur un arbre au moyen d’une corde.

Les sources policières privilégient l’hypothèse du suicide car il venait de perdre le 10ème de ses 14 enfants. Des informations concordantes indiquent que le père et l’enfant, tous défunts, devraient être enterrés aujourd’hui, 16 octobre 2018.

Sur le plan des droits de l’homme, des allégations de violations et des violations des droits de l’homme ont été enregistrées la semaine dernière et l’on apprend qu’au moins 14 personnes ont été tuées, 1 personne enlevée, 13 autres torturées, 9 arrêtées arbitrairement et 1 victime de violations basées sur le genre. Parmi les victimes, figurent 2 femmes tuées, 1 femme enlevée, 1 femme torturée et 1 femme arrêtée.

Des agents de l’administration et des forces de l’ordre sont pointés du doigt comme étant les auteurs présumés de la plupart de ces violations des droits humains. L’on relève des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime du Président Pierre Nkurunziza. Le phénomène de cadavres retrouvés et les effectifs des personnes tuées par des gens non identifiés tendent à s’accroitre. Le phénomène de personnes tuées suite aux conflits fonciers s’intensifie aussi dans le pays.

Burundi - Belgique - Diplomatie

La Belgique réagit aux accusations de Bujumbura

Bruxelles, le 16 octobre 2018 (Net Press) . Après l’accusation ouverte du gouvernement de Bujumbura à l’endroit du royaume de Belgique à propos de l’assassinat du prince Louis Rwagasore, ce dernier a réagi sur un ton modéré et diplomatique, contrairement à ce que nombre d’observateurs s’attendaient.

En effet, la Belgique s’est dite ouverte au réexamen « sans tabous » de cette période, « y compris les faits les plus tragiques ». Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a cependant mis en garde contre toute « instrumentalisation » de l’histoire, « y compris les faits les plus tragiques ».

L’on saura que Bujumbura a rappelé son ambassadeur pour consultations depuis trois mois. Il n’a pas encore regagné son poste d’attache depuis. L’on ne doit pas perdre de vue non plus que le Burundi accuse la Belgique d’être à l’origine des sanctions prises par l’Union européenne à partir de l’année 2016.

Une opinion de la capitale a accueilli positivement la réaction de l’ancienne puissance coloniale et juge que c’est une bonne leçon de diplomatie à l’endroit du gouvernement burundais. Elle saisit cette occasion pour inviter le Burundi à coopérer pleinement avec la commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi afin que la vérité soit connue aussi bien à Bruxelles qu’à Bujumbura.

Burundi - Justice

Un agent de la Bgf, agence Makamba, entre les mains de la police

Makamba, le 16 octobre 2018 (Net Press) . Des sources concordantes indiquent que Gervais Sindayihebura, agent de la banque de gestion et de financement (Bgf), agence Makamba, a été arrêté vendredi 12 octobre 2018 par le service national des renseignements, sur mandat du procureur de la république dans cette province.

Il a été automatiquement conduit au cachot du commissariat provincial de Makamba. Des sources sur place affirment qu’il est soupçonné « d’espionnage » mais qu’il n’a pas encore été entendu par le parquet de Makamba depuis son arrestation.

Sur le même chapitre de la justice, au Sud du pays, trois juges du tribunal de résidence de Nyanza–Lac, en province de Makamba, en l’occurrence Emmanuel Niyongabo, Spynat Nsabiyaremye et Silas Nibasumba, sont toujours dans les murs de la prison centrale de Bururi alors que la cour d’appel locale les a acquittés il y a une semaine.

Des sources sur place proches de la justice font savoir que le parquet général près la cour d’appel de Bururi s’y est opposé et a décidé de les maintenir en prison. Elles ajoutent que c’est une violation flagrante de la loi. C’est la seconde fois en moins de trois mois que ce parquet général refuse de se conformer aux décisions des juges du tribunal de la cour d’appel.

Pour témoignage, un magistrat du tribunal de grande instance de Bururi, qui était détenu pendant une semaine, a été gardé en prison suite à ce comportement du parquet général de la cour d’appel qui s’était également opposé à son élargissement.

Burundi - Education

Ministère de l’éducation, incroyable mais vrai !

Bujumbura, le 16 octobre 2018 (Net Press) . La directrice générale de l’enseignement fondamental et post-fondamental vient de publier un chiffre alarmant de plus de 3.700 cas d’abandons scolaires liés à la grossesse non désiré depuis 2015. C’était lors de la célébration de la journée internationale dédiée à l’éducation de la jeune fille, le 11 octobre dernier. Elle appelle tous les acteurs intervenant dans ce secteur à conjuguer leurs efforts pour sauver la jeune fille burundaise contre le phénomène de grossesses non désirées.

Ce haut cadre de ce ministère a fait savoir que 3.742 cas de jeunes filles qui ont abandonné l’école pour cause de grossesses non désirées ont été signalés durant l’année scolaire 2015-2016.

Parmi elles, 2 286 cas ont été enregistrés dans le cycle fondamental (de la 1ere à la 9ème année), une situation qui inquiète beaucoup le ministère qui affirme que beaucoup de jeunes filles sont des enfants qui deviennent mères précocement, ajoute ce cadre du ministère.

Selon l’enquête menée par ce ministère, un classement de quatre provinces qui viennent en tête sur ces cas précis d’abandons scolaires des jeunes filles victimes de grossesses non désirées a été publié.

La première place est occupée par la province de Gitega, suivie par celle de Kayanza. La circonscription provinciale de Rumonge occupe la troisième place et enregistre depuis l’année 2015 plus de 450 cas d’abandons scolaires dus aux grossesses non désirées, dont les trois communes qui viennent en tête lors de ce classement sont Rumonge, Buyengero et Burambi. Juste après, c’est la province de Bururi qui vient dans ce classement du ministère ayant l’éducation dans ses attributions.

Ledit ministère regrette que les auteurs de ces grossesses ne soient pas identifiés. « S’ils sont identifiés, ils ne sont pas poursuivis par la justice comme il se doit ». L’impunité dont jouissent les auteurs ne fait qu’encourager le phénomène qui est un lourd fardeau pour les familles et le pays, a-t-il conclu.

Burundi - France - Politique

"Remaniement ministériel : le nouveau gouvernement d’Edouard Philippe", dixit Rfi

Paris, le 16 octobre 2018 (Net Press) . Après deux semaines d’attente, le nouveau gouvernement d’Edouard Philippe a finalement été annoncé. Pas d’annonce sur le perron de l’Elysée, mais un communiqué qui déroule la liste des nouveaux ministres : Christophe Castaner est nommé ministre de l’Intérieur, Franck Riester devient ministre de la Culture. Didier Guillaume remplace Stéphane Travert au ministère de l’Agriculture. Jacqueline Gourault est nommée à la tête du ministère des Territoires. Marc Fesneau prend la place laissée vacante par Christophe Castaner aux relations avec le Parlement.

Il aura fallu attendre deux semaines pour connaître la composition du nouveau gouvernement, après la démission de Gérard Collomb du ministère de l’Intérieur. La nouvelle équipe est donc incarnée par Christophe Castaner qui prend le poste. C’est un proche du président de la République. L’ancien maire de Forlcaquier de 52 ans en rêvait. Il va devenir le premier flic de France, poste-clé du gouvernement.

Pour le reste des nouveaux postes, le chef de l’Etat a voulu élargir son équipe en piochant un peu à droite et à gauche. Il nomme un ex-membre des Républicains au ministère de la Culture, Franck Riester, un ami d’Edouard Philippe, président du parti UDI-Agir et donc « Macron compatible ». Et un ancien socialiste arrive au ministère de l’Agriculture, Didier Guillaume. L’ex-sénateur PS avait pourtant annoncé en janvier qu’il quittait la vie politique.

Les alliés centristes sont eux récompensés : Jacqueline Gourault est promue ministre en charge de la Cohésion des Territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Marc Fesneau, pilier du Modem, est chargé lui des Relations avec le Parlement en remplacement de Christophe Castaner.

Burundi - Cameroun – Politique

Paul Biya, vainqueur du ...7ème mandat !

Yaoundé, le 16 octobre 2018 (Net Press) . Le président camerounais sortant Paul Biya, lors des présidentielles, arrive en tête du décompte effectué par la commission nationale de recensement avec 71,28 % des voix, l’opposition conteste et avance que les élections présidentielles camerounaises ont été truquées. Cependant, il est prévu ce 16 octobre un examen des recours postélectoraux devant le Conseil constitutionnel.

Selon les chiffres de la commission nationale de recensement des votes, ces derniers, issus du décompte des voix exprimées sur l’ensemble du territoire camerounais et dans la diaspora, donnent vainqueur le président sortant avec 71,28 % des voix, contre 14,23 % pour Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et 6,28 % pour Cabral Libii, challenger de l’Union nationale pour l’intégration vers la solidarité. En d’autres termes, la victoire de Paul Biya à la présidentielle du 7 octobre dernier serait sans appel sur ses sept concurrents.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte