Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

19 octobre 2018

Bujumbura, le 19 octobre 2018 (Net Press) . Il s’appelle Pierre Célestin Ndikumana, il est élu de la coalition Amizero y’Abarundi dans la circonscription de Bujumbura rural, dans la commune de Nyabiraba. Il est pour le moment dans le collimateur des services secrets burundais qui l’accusent d’avoir planifié l’assassinat de ses confrères (Justine Niyongabo et Hilaire Ntahomvukiye, conjoints). Le député évoque un plan taillé de toutes pièces visant à ternir son image et pour être inquiété devant la justice.

C’était donc dans l’après-midi de ce jeudi 18 octobre 2018 quand le service national des renseignements a montré au public trois personnes qui étaient, selon la même source, à la solde du député Pierre-Célestin Ndikumana pour assassiner ses deux confrères qui forment un couple .

Le député Pierre-Célestin Ndikumana fait savoir qu’il était au courant de ce plan visant à le discréditer depuis une semaine et ajoute qu’il avait reconnu un prénommé Elysée qui a été son domestique entre 2014 et 2015. " Dernièrement, il m’a appelé avec un numéro du service national des renseignements. Je lui ai seulement signifié que le plan qu’il jouait était connu d’avance.", a fait savoir M. Ndikumana

Le député clame haut et fort qu’il n’a pas d’intérêt à assassiner ses confrères et fait savoir qu’il n’a aucun problème avec le couple des députés. "Je ne connais la députée Justine Niyongabo que de par son visage car elle n’intervient pas dans les débats. Son mari Hilaire Ntahomvukiye est mon ancien professeur d’université envers qui je dois un grand respect".

S’exprimant sur les tracts qui parlent de l’élimination des hautes autorités dont le président de la République et d’autres personnalités, le député de la coalition fidèle à Agathon Rwasa fait savoir que c’est un mensonge grossier visant à l’écarter de la vie politique avant de poursuivre que pour accéder au pouvoir, il n’y a qu’une voie, " le peuple s’exprime en faveur de vous ", lâche-t-il. De son côté, il accuse certains éléments de la police et du service national des renseignement, d’être derrière cette affaire et leur demande de ne pas se mêler de la politique.

Il demande au porte-parole de la sécurité de se ressaisir pour donner des informations véridiques. Pour lui, comment peut-on organiser un coup d’Etat contre les institutions, le chef de l’Etat et des deux adjoints, de hauts dignitaires de ce pays en collaborant avec trois domestiques ? Pour lui, cela est une insulte pour tout le pays, invitant du coup Pierre Nkurikiye à changer le fusil d’épaule pour remplir correctement sa mission de porte-parole. Il termine en indiquant que malgré les tracasseries, il ne cède pas à la peur car le jour du décès d’un homme n’est pas déterminé par un autre homme, mais uniquement par le Bon Dieu.

Burundi - Droits de l’Homme

La société civile en exil demande des pressions sur le gouvernement burundais

Washington, le 19 octobre 2018 (Net Press) . Armel Niyongere, président de l’Acat-Burundi, une organisation radiée par Bujumbura, a reçu le 10 octobre, au pays de Donald Trump, par Mark S Dieker, directeur Afrique chargé de la démocratie et des droits de l’homme, au département d’Etat.

Il avait fait le déplacement de Washington pour assister à une table ronde sur la nouvelle loi encadrant les Ong au Burundi. Il a profité de cette occasion pour appeler les Etats-Unis à faire pression sur le gouvernement burundais pour qu’il accepte de discuter avec l’opposition en exil.

Burundi - Média

Quand les pouvoirs publics assimilent les medias privés aux « ennemis de la nation » !

Bujumbura, le 19 octobre 2018 (Net Press) . Nombreux journalistes de la presse privée contactés par la rédaction disent que les pouvoirs publics ont tendance à assimiler les medias privés à des " ennemies de la nation ". Selon nos confrères qui n’ont pas révélé leurs identités, il arrive souvent que les hauts gradés de la République, surpris par des questions des journalistes de la presse privée, raccrochent leurs téléphones et coupent leur conversations par des injures : " Vous travaillez de mèche avec les radios en exil au pays de Paul Kagame".

Pourtant, quand il est temps de parler de la presse en général, les mêmes personnes n’hésitent pas à crier haut et fort que la liberté de la presse est une réalité dans notre pays, que les journalistes sont des chiens de garde de la société tout en les empêchant d’analyser des problèmes qui la gangrènent. Pourtant, du choc des idées jaillit la lumière, dit-on dans la langue de Molière, les journalistes sont justement là pour mettre en relief toutes les tendances dégagées par une société où ils habitent afin de créer une harmonie et une équité.

Selon nos confrères journaliste de la presse privée, le pouvoir publics devraient comprendre que la presse, même privée, a une mission publique, donc une amie de la nation car elle dénonce sans parti pris ce qui ne va pas, tout en faisant la promotion de ce qui est positif pour que les pouvoirs publics puissent corriger et ajuster la gestion de la chose publique a en fonction des desiderata de la population.

Burundi - Usa - Sécurité

Le Burundi parmi les 10 pays où il faut prendre des précautions pour s’y rendre

Washington, le 19 octobre 2018 (Net Press) . Selon le département d’Etat américain, il est des pays où l’on doit prendre le maximum de précaution pour s’y rendre. Il faut d’abord considérer la politique du pays à visiter, sa situation sécuritaire, le système de santé du pays, les conséquences des catastrophes, sont quelques uns des critères qu’il faut prendre en considération pour visiter de tels pays ou alors abandonner toute idée de visite.

Parmi ces pays ; il y a le Burundi aux côtés d’autres comme la République démocratique du Congo, l’Irak, la Centrafrique, la Somalie, le Sud Soudan, la Libye, l’Afghanistan, le Yémen et la Syrie. Le rapport ne dit rien sur la situation économique de ces pays, probablement que parmi eux, il y en a qui sont très riches. C’est la raison pour laquelle l’on a considéré d’autres critères.

Burundi - Rwanda - Administration

Le gouvernement rwandais change de visage

Kigali, le 19 octobre 2018 (Net Press) . C’est hier que Kigali a porté à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale le nouveau gouvernement. Cela était prévisible car l’un de ses membres, Louise Mushikiwabo, avait été désignée la semaine passée à la tête de l’organisation internationale de la Francophonie. Au total donc, six nouveau ministres ont fait leur entrée dans le nouveau gouvernement de Kigali, dont le Dr. Richard Sezibera, qui a remplacé l’ancienne patronne de la diplomatie.

Burundi - Cameroun – Politique

Après les présidentielles camerounaises, l’opposition de plus en plus inquiétée

Yaoundé, le 19 octobre 2018 (Net Press) . Selon le journal en ligne Jeune Afrique, le domicile de l’opposant John Fru Ndi, parti d’opposition au Cameroun, le Social Democratic Front (SDF), a été incendié et sa sœur kidnappée ce mercredi par des séparatistes anglophones, la maison de l’opposant incendiée, a annoncé jeudi un de ses avocats alors que l’examen de la requête d’annulation de la présidentielle du 7 octobre par son parti est en cours d’examen au conseil constitutionnel.

Mais d’après Francis Sama, John Fru Ndi est assimilé à un « traître » par les combattants séparatistes qui luttent pour la création d’un État anglophone indépendant, car il est partisan d’un retour au fédéralisme abandonné en 1972. John FruNdi et son parti - principale force d’opposition à Paul Biya aux derniers scrutins présidentiels – se sont toujours dits opposés à la partition du Cameroun.

Les séparatistes ont appelé au boycott de la présidentielle au Cameroun anglophone, mais le SDF a décidé d’y participer, avec pour candidat Joshua Osih. Selon nos sources, samedi, 13 octobre, des forces de l’ordre et de sécurité « ont tiré à balle réelle sur le chauffeur (de John Fru Ndi, dans le Nord-Ouest anglophone) alors qu’il rentrait chez lui après avoir déposé le président national à son domicile », selon un communiqué du SDF, précisant que la victime était « hors de danger ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte