Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

20 octobre 2018

Cibitoke, le 20 octobre 2018 (Net Press) . Dans la nuit de vendredi à samedi 20 octobre 2018, une position militaire de la localité de Nyamitanga, dans la commune de Buganda de la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays, a été attaquée par des hommes armés en provenance de la République démocratique du Congo, voisine du Burundi.

La position se trouvait sur un centre de santé de Nyamitanga, à la transversale 3. Des crépitements d’armes lourdes ont été entendus et le populations affirment qu’elles ont passé une nuit blanche. Les assaillants ont volé des médicaments de ce centre et une mosquée a été endommagée par des projectiles.

Selon des informations concordantes, les assaillants, qui tiraient à l’arme lourde, auraient fait 4 militaires tués et 6 blessés. Du côté du ministère de la défense, c’est plutôt l’inverse car une arme des assaillants a été récupérée et deux militaires ont été blessés, des informations qui constituent ni plus ni moins un combat médiatique entre les deux parties.

S’exprimant sur les médias locaux, notamment sur la radio Isanganiro, le porte-parole du ministère de la défense, le colonel Floribert Biyereke, parle de bandits armés qui avaient l’intention de voler dans cette localité. Mais il n’y a pas longtemps, le porte-parole du ministère de la sécurité, Pierre Nkurikiye, montrait à la télévision une personne qui affirme qu’il y a une rébellion basée dans la République démocratique du Congo et qui appartient à Alexis Sinduhije, président du parti d’opposition Msd.

Dans ces conditions, il est difficile de discerner un bandit d’un rebelle d’autant plus que les deux informations ont été fournies par des porte-parole officiellement reconnus par le gouvernement de Bujumbura. Mais le constat est qu’il y a fréquence d’attaques armées dans cette province en provenance de la Rdc et qui ciblent les hommes et non les biens, ce n’est pas l’attaque de Ruhagarika dans la même province, au mois de mai dernier, qui viendrait contrarier cette assertion.

Burundi - Politique

Le Frodebu se retire du Cnared - Giriteka, nouvelle chicane politique à l’opposition ?

Bujumbura, le 20 octobre 2018 (Net Press). Depuis le 18 octobre 2018, le parti Frodebu ne fait plus partie de la plateforme de l’opposition en exil basée en Belgique, du moins officiellement. Le nouveau président de cette formation politique fait savoir que son parti veut être libre d’agissements, libre d’enseigner ses valeurs sans tiraillements à gauche à droite. Il faut que tous ceux qui se disent héritiers de Ndadaye sachent que le Frodebu est ouvert.

L’on comprend mal pourquoi le nouveau président retire sa formation politique de la plateforme de l’opposition radicale, trois mois seulement après son élection à la tête du parti de Melchior Ndadaye. En effet, en date du 9 juillet 2018, il est élu nouveau président du Frodebu en remplacement de Frédéric Bamvuginyumvira.

A propos du Cnared, il avait expliqué que le congrès a réaffirmé que le parti va continuer à collaborer avec toutes les organisations nationales et internationales qu’elles soient politiques ou de la société civile qui adhèrent à l’idéal démocratique et à la stratégie de dialogue dans le cadre de trouver des solutions aux problèmes qui sont dans le pays.

Une semaine plus tard, le 16 juillet 2018, il avait confié à notre confrère Iwacu qu’il veut un dialogue plus sérieux comme à l’époque de Mandela. Plus loin lors de cette interview, il avait affirmé sans tergiversation que "le Frodebu reste membre du Cnared, la plateforme de l’opposition en exil. Il en avait appelé au dialogue inclusif pour mieux préparer les élections de 2020".

La question est de savoir alors pourquoi trois mois plus tard, il se retire de cette coalition des partis politiques de l’opposition. Soit, il veut un positionnement par rapport aux élections de 2020, soit il est déçu des tristes réalités qui existeraient au sein du Cnared Giriteka ou alors il aurait l’intention de s’approcher du parti au pouvoir à l’image de l’Uprona d’Abel Gashatsi, de l’Upd Zigamibanga d’Abdoul Kassim et du Fnl de Jacques Bigirimana.

Au cas où cette troisième hypothèse serait la bonne, ce serait une victoire du Cndd-Fdd car le Frodebu, après l’Uprona, regorge des intellectuels qui pourraient être efficaces au sein de l’appareil administratif, l’intelligentsia étant jusqu’à présent une épine dans le pied du parti de l’Aigle.

Burundi - Politique

Le Cndd – Fdd pointe du doigt la Belgique d’être derrière les maux que traverse le Burundi

Bujumbura, le 20 octobre 2018 (Net Press) . A l’occasion de la commémoration du 25ème anniversaire de l’assassinat du président Melchior Ndadaye, le parti au pouvoir, Cndd-Fdd, a sorti un communiqué lu par le secrétaire général de ce parti, le général Evariste Ndayishimiye, qui pointe du doigt le royaume de Belgique dans les maux que traverse le pays depuis 1925.

Le général Evariste Ndayishimiye affirme que le royaume de Belgique est derrière le coup d’Etat de 1993 où le président élu démocratiquement Melchior Ndadaye a été tué le 21 octobre 1993, après 3 mois au pouvoir, suivi de l’élimination systématique des habitants de Kamenge.

Ce même communiqué dit que son assassinat est similaire à celui du héros de l’indépendance du Burundi, le prince Louis Rwagasore, toujours commandité et exécuté par l’ancienne puissance coloniale, suivi de l’assassinat des hautes personnalités du pays, en l’occurrence le roi Charles Ndizeye, le premier ministre Pierre Ngendandumwe, le président Cyprien Ntaryamira, le massacre à grande échelle des Hutu en 1972 par le président putschiste et tombeur de la monarchie burundaise.

Le général Evariste Ndayishimiye pointe du doigt Bruxelles d’être derrière les divisions ethniques depuis 1925, où l’ethnie hutu a été écartée sur la scène politique et ajoute que le royaume de Belgique a soutenu les différents régimes putschistes, en l’occurrence le pouvoir de Pierre Buyoya qui a planifié le massacre des Hutu dans les commune de Ntega et Marangara au nord du pays et toujours téléguidé à partir de l’autre voisin de l’Hexagone. Il a ajouté que le bureau de la facilitation donne la parole à l’ancien président Buyoya alors qu’elle connait les crimes qu’il a commis, ce tombeur du président Sylvestre Ntibantunganya.

Le général Evariste s’en prend au Royaume de Belgique qui héberge les putschistes du 13 mai 2015, ce qui, à ses yeux, est un signe éloquent que Bruxelles a longuement soutenu les putschistes qui ont été derrière les différents crimes que le Burundi a traversé. Il estime que le seul chemin d’arriver au pouvoir est " la voix du peuple qui s’exprime à travers les élections démocratiques "

Le général Ndayishimiye invite la justice burundaise à donner la lumière sur l’assassinat du président Melchior Ndadaye, couplé d’indemnisation des familles éprouvées et du pays en général, et de poursuivre en justice les auteurs du coup d’état manqué du 13 mai 2015 qui ont fui vers la Belgique.

Et dans la même foulée, des membres du gouvernement de Melchior Ndadaye de l’époque, les familles des autorités assassinées durant la nuit du 21 octobre 1993 demandent une reconnaissance nationale et qu’un hommage leur soit rendu avec le héros de la démocratie, ou l’ancien président Sylvestre Ntibantunganya demande qu’une route, un aéroport ou une autre structure d’envergure nationale porte le nom du héros de la démocratie.

Jacqueline Karibwami, la veuve de Pontien Karibwami, président de l’assemblée nationale de l’époque, demande au parlement burundais d’adopter un statut légal de reconnaissance de ces personnes assassinées en même temps que Melchior Ndadaye et ajoute « Nos époux ont aussi payé de leur vie l’instauration de la démocratie, il n’est pas normal qu’ils soient oubliés ». L’ancien président Ntibantunganya dit que ces héros étaient accompagnés par de grandes personnalités qui méritent aussi qu’on leur rende hommage.

Burundi - Droits de l’Homme

Début de semaine de réflexion et d’information sur le génocide

Bujumbura, le 20 octobre 2018 (Net Press) . Habituellement, en date du 21 octobre de chaque année, les membres de l’association de lutte contre le génocide Ac-Génocide Cirirmoso, ouvrent une semaine de réflexion et d’information sur le génocide. Au cours de cette période, les activités sont inaugurées par le dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes de Kibimba, où ont été enterrés des élèves et des populations tutsi à l’école secondaire de Kibimba et des environs, une centaine au total.

Ce sont généralement des parents des victimes qui déposent ces gerbes de fleurs, ainsi que des associations de lutte contre le génocide. Cette association a toujours sollicité la présence d’une délégation gouvernementale mais elle a toujours abouti à une fin de non-recevoir par tous les régimes qui se sont succédé depuis ce 21 octobre 1993. La raison est très simple, le Frodebu était accusé d’avoir commis ce génocide, il était tout à fait normal qu’il ne participe pas à la reconnaissance de ce crime des crimes.

Les membres de l’association Ac Génocide, dont certains ont pris le chemin de la diaspora, ont introduit ces crimes devant les instances de l’Onu qui ont tiré des conclusions qu’il y a eu des actes de génocide commis par le Frodebu, y compris au niveau des communes. Une commission qui a mené des enquêtes proposait d’aller plus loin, de créer un tribunal spécial pour le Burundi, à l’instar de celui du Rwanda.

Les politiciens du Burundi qui craignaient d’être poursuivis ont tout fait pour lutter contre la création de ce tribunal et ont proposé des négociations à la place du tribunal. C’est dans ce contexte que l’association Ac-Génocide a décidé d’organiser des activités de mémoire les 21 de chaque mois et une semaine d’intenses activités au mois d’octobre, du 21 au 27 octobre.

Pour le moment, la fréquence n’est plus de rigueur, probablement par manque d’animateurs car plusieurs d’entre eux ont fui le pays. Pour la semaine de ce 21, la rédaction a contacté quelques membres de cette association pour avoir des informations au sujet de cette semaine mais en vain.

Burundi - Usa - Elections

"Elections de mi-mandat aux Etats-Unis : une Russe poursuivie pour ingérence", dixit Rfi

Washington, le 20 octobre 2018 (Net Press) . Pour la première fois, des poursuites pénales ont été engagées contre une ressortissante russe aux Etats-Unis. Elena Khoussainova est accusée de conspiration en vue de s’immiscer dans le système politique américain. La plainte intervient à moins de trois semaines des élections de mi-mandat.

Selon le département de la Justice, Elena Khoussianova était la directrice financière d’un projet monté en association avec les autorités russes pour semer la discorde au sein de l’électorat, notamment à travers des messages sur les réseaux sociaux. La même technique avait été employée par Moscou lors de la campagne présidentielle de 2016.

Les Russes « créent la confusion »

« Les Russes créent la confusion, exacerbent les tensions existantes, explique James Andrew Lewis, du Centre pour les études stratégiques et internationales à Washington. Il y a beaucoup de tensions au sein de la société américaine, autour des races, de la pauvreté, de la santé. Il y a beaucoup de sujets que les Russes exploitent pour rendre les gens encore plus en colère, pour les énerver, et ils sont relativement efficaces ».

Après l’annonce des poursuites engagées contre Elena Khoussianova, le directeur du FBI a lancé un appel à la vigilance adressé à tous les Américains. « Nos adversaires étrangers continuent d’interférer dans notre démocratie, a déclaré James Comey. Ils cherchent à briser notre confiance dans notre système politique ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte