Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

26 octobre 2018

Cibitoke, le 26 octobre 2018 (Net Press) . Deux Rwandais et un membre de la coalition Amizero y’Abarundi, Callixte Mpozenzi, Juvénal Mundane, tous Rwandais, ainsi que Fabien Ngerageze, membre de la coalition pilotée par Agathon Rwasa, ont été arrêtés dans l’après-midi de ce jeudi 25 octobre sur la colline Rusenda, en commune de Bukinanyana de la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays.

Des sources sur place indiquent que ces trois personnes ont été arrêtées par le responsable du service national des renseignements de cette entité et ils sont tous accusés de collaborer avec le groupe rebelle en provenance du Rwanda. Les mêmes sources ajoutent qu’ils ont été ligotés avant d’être transportés manu militari vers Kayanza et craignent une éventuelle mise à mort quelque part dans le parc national de la Kibira.

Les voisins des détenus indiquent que les deux Rwandais venaient de passer plus de 30 ans sur cette colline et qu’ils cohabitaient pacifiquement avec leur entourage. Ils demandent leur libération sans d’autres formes de conditions

Burundi - Politique

Echec du dialogue inter burundais, l’heure est au bilan

Arusha, le 26 octobre 2018 (Net Press) . Lors de l’ouverture du 5ème round du dialogue inter burundais qui devait se tenir à Arusha, le facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa, a avoué son échec du fait qu’il n’a pas su rassembler tous les protagonistes autour d’une table des négociations.

Malgré cet échec, l’ancien président tanzanien entend remettre le rapport d’activités au sommet des chefs d’Etat de l’Eac qui est prévu pour le mois de novembre prochain. Rappelons que le facilitateur avait tenté de rendre le tablier au cours du 4ème round du dialogue inter burundais, mais il en avait été dissuadé par les chefs d’Etat de la sous-région.

Pour certains donc, les chefs d’Etat de la sous-région n’ont apporté aucun soutien à la facilitation, pointant du doigt surtout le médiateur principal, l’Ougandais Yoweri Museveni, qui est mal placé pour donner des leçons en matière de démocratie. Malgré tout, pour des gens qui ont participé à ce dernier round "Mkapaén", ils vont donner des propositions aux questions posées par la facilitation pour que les chefs d’Etat se prononcent le moment venu.

L’on rappellera aussi que le gouvernement du Burundi, la formation politique Cndd-Fdd, les partis satellites et les organisations de la société civile proches du pouvoir n’ont pas jugé bon de faire le déplacement d’Arusha. Cette absence est également interprétée différemment selon les sensibilités politiques des uns et des autres. Alors que les proches de la majorité trouvent que l’absence du gouvernement à cette séance ne coûte rien au pays, ceux qui sont proches de l’opposition estiment quant à eux que c’est une grande perte pour le pays dont la population n’aspire qu’à la paix.

Burundi - Justice

Condamné pour avoir violé une handicapée mentale

Rutana, le 26 octobre 2018 (Net Press) . Le tribunal de grande instance de la province de Rutana, au Sud-Est du pays, au cours d’une séance de flagrance, a condamné ce 25 octobre à 25 ans de servitude pénale principale un policier, agent de la police chef, Apc Ildephonse Ngendakumana ainsi qu’à une amende de 200.000 de nos francs.

Selon des informations en provenance de ce tribunal, ce policier a été reconnu coupable d’avoir violé une handicapée mentale de la localité. Au cas où il ne paierait pas ce montant, il verrait sa peine augmentée de 6 mois en lieu et place du dédommagement qu’il n’aura pas voulu verser.

Burundi - Culte

Une célébration pleine des révélations !

Bujumbura, le 26 octobre 2018 (Net Press) . Les "Cnddfddistes" ont célébré ce jeudi 25 octobre la journée de la prière dans tout le pays et qui sera désormais faite tous les derniers jeudi du mois. Selon ceux qui étaient sur place, la célébration était pleine de révélations par les orateurs du jour.

Devant le parterre des hautes personnalités du pays, le pasteur Venant Nahimana de l’église du Rocher a haussé le ton, indiquant que cette journée n’a pas été choisie d’une façon fortuite. Pour lui, tout a commencé au début des années 2000, en 2002 plus précisément, lorsque ce parti de l’Aigle avait organisé une croisade en province de Makamba. Une large majorité de des Bagumyabanga avaient pris part à ces cérémonies et que depuis cette année, les membres du parti au pouvoir se sont inspirés que le pouvoir est une émanation divine. Cette disposition a été intégrée dans le règlement d’ordre intérieur lors du congrès de Buye, commune Mwumba, en province de Ngozi en 2017.

Pasteur Venant Nahimana a relaté qu’après l’assassinat du président Melchior Ndadaye en 1993, une large majorité de la population de la zone Kamenge a été persécutée. N’eut été l’intervention divine, les "Cnddfddistes" n’auraient pas été dans les arènes du pouvoir. Il a conseillé aux Bagumyabanga de ne pas trahir la promesse du Tout Puissant qui a donné le pouvoir à cette formation politique par la livraison des secrets des Bagumyabanga aux ennemis du pays.

Il a témoigné qu’il y a des Bagumyabanga qui sont dans des casquettes des" Cnddfdistes" mais qui livrent des informations visant à ternir l’image du parti de l’Aigle. En dépit de ce manquement, le pays appartient aux Bagumyabanga qui constituent un legs de Dieu et que seul le Tout Puissant créateur de l’univers a un dernier mot sur cette formation politique qui a été victime de toutes sortes d’intempéries depuis son maquis à l’accession à la magistrature suprême jusqu’à ce jour.

Pasteur Venant Nahimana a conseillé aux Bagumyabanga de ne pas être emmené dans les brimes de la corruption, de l’orgueil, du vagabondage sexuel au risque d’attirer la colère de Dieu le Tout Puissant qui peut décider autrement. Il a fait un clin d’œil que si cette formation politique d’un moment à l’autre bascule à l’encontre du contrat du Tout Puissant entre les Bagumyabanga, la fin du règne du parti de l’Aigle s’en suivra.

De son côté, le secrétaire général du parti Cndd –Fdd, le général Evariste Ndayishimiye a indiqué que tout "Cnddfddiste" devrait être caractérisé par l’humilité et qu’il y en a qui, à l’approche du rendez-vous de 2020, font couler beaucoup d’encre et de salive. A ceux-là, il a conseillé de garder l’humilité pour être choisis par le parti en fonction de leur charisme exceptionnel.

Quand le général tranquillise !

Le général Evariste Ndayishimiye a tranquillisé que cette année, la récolte a été bonne et que la population mange à sa faim avant d’ajouter que même les fonctionnaires de l’Etat habitués à faire des revendications salariales se la coulent douce. Le général Evariste Ndayishimiye a conclu que le Burundi n’a plus besoin de devises en provenance de l’extérieur car selon lui, il suffit d’exporter les récoltes pour s’en procurer.

Burundi - Ue - Politique

L’Union Européenne renouvelle les sanctions jusqu’au 31 octobre 2019

Bruxelles, le 26 octobre 2018 (Net Press) . Le 25 Octobre 2018, le Conseil a renouvelé jusqu’au 31 octobre 2019 les mesures restrictives prises à l’encontre du Burundi. Ces mesures consistent en une interdiction de pénétrer sur les territoires de l’Union européenne et en un gel des avoirs qui concernent quatre personnes dont les activités ont été considérées comme compromettant la démocratie ou faisant obstacle à la recherche d’une solution politique à la crise burundaise. Il s’agit notamment d’actes de violence, de répression ou d’incitation à la violence, ainsi que d’actes constituant des atteintes graves aux droits de l’homme.

Le Conseil a estimé que l’absence de progrès en ce qui concerne les quatre personnes faisant l’objet de mesures restrictives justifiait la prolongation des sanctions.

L’UE reste vivement préoccupée par la situation des droits humains au Burundi qui nuit à toute initiative de réconciliation, de paix et de justice. Elle relève en particulier, la persistance d’exécutions extrajudiciaires et d’arrestations arbitraires. Depuis le début de la crise au Burundi, l’UE a affirmé que seul un dialogue débouchant sur un consensus, dans le respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation de 2000 et de la Constitution du Burundi, permettra de trouver une solution politique durable dans l’intérêt de la sécurité et de la démocratie pour tous les Burundais.

Les noms des personnes concernées et les motifs de leur inscription sur la liste figurent à l’annexe de la décision du 1er octobre 2015, qui a été publiée au Journal officiel. Les actes légaux de ce jour ont été adoptés par procédure écrite.

Burundi - France - Génocide

Médiapart publie une vidéo qui accable l’armée française

Paris, le 26 octobre 2018 (Net Press) . C’est le constat du site de la radio mondiale à qui nous devons cette information. Le site d’investigation Mediapart a rendu publique jeudi 25 octobre une vidéo filmée par des militaires français durant les massacres de Bisesero et issue des archives audiovisuelles du ministère de la Défense. Il dénonce la « passivité » de l’armée française alors que plus d’un millier de Tutsis ont été méthodiquement assassinés par les milices hutues lors de cet épisode très sombre du génocide rwandais entre le 27 et le 30 juin 1994.

La scène filmée montre le patron des opérations spéciales françaises au Rwanda, le colonel Jacques Rosier, recevoir de l’un de ses subordonnés des informations sur les violences en cours dans les collines de Bisesero. « Hier, on était dans je ne sais pas quel patelin. Il y a eu des battues toute la journée dans les collines, des maisons qui flambaient de partout », rapporte-t-il. « Hum... Hum... », réagit à peine le colonel Rosier.

L’informateur va encore plus loin. Il affirme que les militaires français ont probablement eu pour guide un génocidaire hutu. « Quand on est tombés sur une bande de Tutsis qui fuyaient dans les collines et qu’ils l’ont reconnu, poursuit le sergent-chef, j’ai cru qu’ils allaient le lapider ».

En face de lui, le patron des opérations spéciales françaises se contente d’un « ouais ». Une attitude révélatrice, selon Mediapart, de la « passivité » de l’armée française lors des massacres de Bisesero. D’après le site d’investigation, la scène a été filmée le 28 juin 1994. De son côté, la hiérarchie militaire a toujours affirmé n’avoir eu connaissance de la situation à Bisesero que le 30 juin 1994.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte