Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

27 octobre 2018

Gitega, le 27 octobre 2018 (Net Press) . Il s’appelait Cédric Bigirimana, il fréquentait l’école fondamentale de Bihanga dans la province de Gitega, au centre du pays. Il a été mortellement tabassé par son maître, Matthieu Mbarushimana, qui l’accusait de bavarder en classe. C’était vendredi le 19 octobre dernier.

Selon des informations en provenance de cette école, suite à ces coups violents, l’écolier a vu sa colonne vertébrale cassée et la mort s’en est suivie quelques jours plus tard, ce jeudi 25 octobre dans l’après-midi. L’enseignant se trouve entre les mains de la police dans cette localité. Quant aux parents du défunt, ils demandent une punition exemplaire à l’endroit de cet homme ainsi qu’un retrait de la qualité d’éducateur à Matthieu Mbarushimana.

Burundi - Politique

Arusha se poursuit malgré tout

Arusha, le 27 octobre 2018 (Net Press) . L’on apprend qu’Arusha poursuit son bonhomme de chemin malgré l’absence remarquable du gouvernement burundais, du parti politique dont il est issu ainsi que des formations politiques satellites, sans oublier les organisations de la société civile qui lui sont proches.

L’on apprend que dans la journée de ce vendredi 26 octobre, la facilitation a demandé aux participants - opposition uniquement de l’intérieur et de l’extérieur - de préparer une feuille de route de ce qui pourrait se faire pour que le pays sorte de la crise actuelle et qu’il puisse organiser des élections crédibles et apaisées de 2020.

Selon la facilitation, ceux qui sont présents devraient s’entendre sur deux feuilles de route, la première préparée par des politiciens de l’intérieur du pays, qui a été signée en 2018 dans la province de Kayanza au Nord du pays. La deuxième a été signée à Entebbe en Ouganda au mois de septembre dernier par l’opposition burundaise vivant en exil.

Ils ont eu 48 heures pour mettre en commun les résultats de leurs réflexions et d’après des informations proches de la facilitation, ce qui sera convenu sur ces deux textes sera soumis au sommet des chefs d’Etat de la communauté est-africaine qui est prévu au mois de novembre qui pointe à l’horizon.

Burundi - Justice - Anniversaire

Le Burundi fête son premier anniversaire de retrait de la Cpi

Bujumbura, le 27 octobre 2018 (Net Press) . C’était en date du 27 octobre 2017 quand une marche-manifestation grandiose a eu lieu dans tout le pays, avec des chansons des populations en liesse, scandant qu’elles venaient de dire adieu à la cour pénale internationale. L’on rappellera que le Burundi a été le tout premier pays à se retirer de cette cour pénale, ce qui avait fait croire aux analystes que Pierre Nkurunziza venait de défier la justice internationale et de renforcer son emprise.

Les uns après les autres, rapports et témoignages dressent depuis 2015 un bilan étourdissant de la répression contre l’opposition et du système de terreur qui s’enracine au Burundi. En vain. Pendant ce temps, le président Pierre Nkurunziza assoit son pouvoir. Trois événements quasi simultanés confirment ce constat : une constitution à sa main, le principal mouvement rebelle armé décapité et la porte claquée au nez de la Cour pénale internationale (CPI), dont le pays est, vendredi 27 octobre 2017, le premier à se retirer.

Malgré cela, la Cpi continue à mener ses enquêtes contre la volonté de Bujumbura et parfois, se montre de plus en plus menaçante quand il s’agit de dévoiler quelques unes des informations à sa disposition, notamment celles rapportées par les différents avocats qui défendent les familles victimes de la répression des autorités politiques depuis 2015.

Pour le moment, l’on sent qu’il y a des tirs croisés sur Bujumbura, en provenance de la commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi, de la Cpi, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de l’Onu même si le gouvernement essaie de s’en défendre. Mais le plus compliqué pour lui est que toutes ces parties qui tirent à boulets rouges sur Bujumbura ont une même lecture de la situation politico-sécuritaire de ce pays, malgré des démentis et des interventions des messagers du gouvernement à travers le monde.

Burundi - Gabon - Santé

"Le président gabonais Ali Bongo hospitalisé en Arabie saoudite", dixit Rfi

Riyad, le 27 octobre 2018 (Net Press) . Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a été hospitalisé à Riyad, selon l’agence de presse officielle saoudienne. La SPA n’apporte aucune précision sur les causes de l’hospitalisation.

Silence radio à Libreville, où les autorités n’ont pour l’instant pas officiellement communiqué sur ce sujet. Selon un porte-parole de la présidence gabonaise cité par l’AFP, ce n’est « rien de grave ». Le président Bongo, qui est âgé de 59 ans, serait simplement fatigué.

L’ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis assure que le président souffre d’« épuisement ». C’est du moins ce que rapporte une journaliste du Washington Post sur son compte Twitter.

Le président Bongo était censé participer mercredi à un forum économique à Riyad, mais n’a pas été aperçu à la Future Investment Initiative. Les organisateurs n’ont pas donné les raisons de son absence.

L’agence de presse saoudienne SPA précise toutefois que le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman a rendu visite jeudi soir à Ali Bongo à l’hôpital pour s’enquérir de son état de santé. Le président Bongo n’a pas assisté non plus, vendredi, à Ndjamena, au sommet extraordinaire de la Cemac, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.

Burundi - Usa - Politique

Cesar Sayoc, un pro-Trump arrêté dans l’affaire des colis suspects

Washington, le 27 octobre 2018 (Net Press) . Un suspect a été arrêté vendredi 26 octobre par la police fédérale américaine dans l’enquête sur les treize colis suspects adressés à des personnalités anti-Trump.

Le suspect arrêté vendredi dans l’affaire des colis suspects a été inculpé de cinq chefs d’accusation, a indiqué lors d’un point presse le ministre américain de la Justice Jeff Sessions. Il risque jusqu’à 48 ans de prison. Lors de cette même conférence de presse, le chef du FBI Christopher Wray a précisé que 13 engins explosifs avaient été envoyés à travers les Etats-Unis. « Il pourrait encore y avoir d’autres paquets », a-t-il prévenu.

L’homme interpellé s’appelle Cesar Sayoc. Ses empreintes ont été retrouvées sur au moins un des colis. Agé de 56 ans, il était déjà connu des services de police pour avoir notamment en 2002 menacé d’activer un engin explosif. Une camionnette blanche qui pourrait être la sienne a également été saisie. Ses vitres étaient entièrement recouvertes de photos et d’autocollants à l’effigie de Donald Trump, mais aussi montrant une cible placée sur Hillary Clinton ou Barack Obama, ou encore insultant la chaîne d’information CNN. « Il est trop tôt pour parler des motivations du suspect », a cependant prévenu le directeur du FBI.

Même s’il était souvent confus et décousu, c’est pour l’heure ses interventions sur les réseaux sociaux qui dessinent le portrait de Cesar Sayoc. Il dit avoir fait des études vétérinaires, mais l’université indique qu’il a seulement postulé ; il prétend travailler dans le domaine du spectacle mais ses activités restent encore floues, tout comme ses origines. Il fait notamment souvent référence à une tribu amérindienne. Ce qui apparaît surtout en étudiant ses messages et les photos postées, c’est qu’il se présentait comme un fervent supporteur de Donald Trump, qu’il était allé voir en meeting. Mais aussi qu’il était obsédé par quelques-uns des adversaires du président, puisqu’il avait évoqué la plupart des personnalités ciblées cette semaine.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte