Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité5 novembre 2018
|Un bandit tué lors d’une intervention des agents de sécurité.

Burundi – Sécurité3 novembre 2018
|Des militaires burundais et des rebelles tués en république démocratique du Congo

Burundi –Sécurité2 novembre 2018
|Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

Burundi - Sécurité1er novembre 2018
|L’administratrice de Busoni échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité31 octobre 2018
|"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

Burundi - Sécurité30 octobre 2018
|La police met la main sur des outils de pêche prohibés

Burundi - Sécurité - Politique29 octobre 2018
|Les membres de l’opposition craignent le pire...

Burundi - Sécurité27 octobre 2018
|Un écolier meurt suite aux coups de bâton de son maître

Burundi - Sécurité 26 octobre 2018
|Deux Rwandais et un membre de l’opposition arrêtés par le Service national des renseignements

Burundi - Sécurité 25 octobre 2018
|Des arrestations après le meurtre d’un motard à Gitega

Burundi - Sécurité24 octobre 2018
|Accident mortel dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité23 octobre 2018
|Un agent du service des renseignements tire à balles réelles sur les orpailleurs

Burundi - Sécurité22 octobre 2018
|Un proche d’Agathon Rwasa arrêté à Nyamitanga

Burundi - Sécurité20 octobre 2018
|Une position militaire attaquée dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 19 octobre 2018
|Pierre-Célestin Ndikumana dans le collimateur des services secrets

Burundi - Sécurité 18 octobre 2018
|Une mauvaise cohabitation qui inquiète !

Burundi - Sécurité17 octobre 2018
|Une disparition mystérieuse dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité16 octobre 2018
|Un corps trouvé sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité15 octobre 2018
|Condamnation d’un présumé assassin de son père

Burundi - Sécurité 13 octobre 2018
| Une découverte d’un homme tué à Muramvya

Burundi - Sécurité12 octobre 2018
|Cinq personnes tuées lors d’un accident de roulage

Burundi - Tanzanie - Sécurité 11 octobre 2018
|Encore des réfugiés tués au pays de John Pombe Magufuli !

Burundi - Sécurité10 octobre 2018
|Un corps sans vie découvert dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 9 octobre 2018
|Cinquante huit élèves empoisonnés par leur camarade de classe

Burundi - Sécurité Routière8 octobre 2018
|Les voitures de type Probox mal cotées ce weekend

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Politique

Les membres de l’opposition craignent le pire...

29 octobre 2018

Arusha, le 29 octobre 2018 (Net Press) . Selon des informations en provenance d’Arusha où se tient le 5ème round du dialogue inter burundais et ce, sans le gouvernement et sa mouvance, les travaux devraient prendre fin aujourd’hui au terme de la mise en place d’un document convenu entre les participants sur la résolution de la crise de ce pays.

D’après des informations que l’on obtient de temps en temps, l’on apprend que ledit document sera remis au facilitateur au matin de ce 29 octobre. Selon toujours des informations concordantes, les élections de 2020 ne seraient pas une priorité pour ces membres de l’opposition, ce qui semble être un premier couac entre la facilitation et les occupants de l’hôtel de Ngurdoto.

Pour rappel, lors du "devoir à domicile" donné par la facilitation aux participants, il était question de se pencher sur les deux feuilles de route, l’une de Kayanza pour les opposants intérieurs et l’autre d’Entebbe pour ceux de la diaspora, mais également étudier les modalités pratiques pour des élections crédibles de l’an 2020. Pour eux, le climat actuel ne sera pas encore apaisé lors de ces échéances électorales.

Clôturant les travaux de cette rencontre, le facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa, a remercié les participants pour la qualité du travail abattu. Il s’est dit confiant que ceux qui l’ont mandaté pourront trouver une solution à la crise burundaise qui n’a que trop duré.

Il a glissé des mots comme quoi il est fatigué et qu’il n’a pas eu de soutien de la part des chefs d’Etat de la région. Il a demandé à l’Onu et à l’Union africaine de suivre de près la question du Burundi car, pour lui, elle mérite une réunion spéciale pour qu’il y ait une paix durable dans le pays.

Par ailleurs, il y a une crainte généralisée de voir que le pays peut virer vers une éventuelle guerre civile suite à l’absence du gouvernement à ces assises d’Arusha. Du côté de Bujumbura, outre les explications fournies sur son absence, il n’y a jusqu’à présent aucune réaction sur cette crainte des Burundais se trouvant à Arusha. Cependant, il y en a qui espèrent toujours que le Burundi n’ira pas jusqu’à une violence armée

Du côté des droits de l’homme, les défenseurs de ces derniers estiment qu’au moins cinq personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière. Parmi les victimes, figurent deux hommes exécutés et jetés en forêt à Cibitoke. Ils ont été retrouvés ligotés et décapités. Un jeune élève roué de coups violents par son enseignant à Gitega ainsi qu’un présumé voleur tué et découpé en morceaux par des membres des Imbonerakure à Ruyigi.

Un membre de l’opposition enlevé par des Imbonerakure en complicité avec le responsable du service national des renseignements de Cankuzo risque l’exécution. La victime est portée disparue depuis une semaine. L’on relève également des victimes d’arrestations et de détentions arbitraires et abusives : une quinzaine de cas répertoriés dont deux militants du parti d’opposition FNL des fidèles du député Agathon Rwasa.

Burundi - Politique

Quand des politiciens ne savent pas mesurer leurs propos

Muramvya, le 29 octobre 2018 (Net Press) . Il s’appelle David Niyoncungu, il était à un certain moment secrétaire général du parti Sahwanya Frodebu Nyakuri, une formation politique proche du pouvoir. Il y a 8 mois, il avait fui le pays, après avoir été chassé de son poste et il avait gagné l’Ouganda pendant tout ce temps.

Mais dans l’entre-temps, il a fait des déclarations fracassantes sur plusieurs médias, allant jusqu’à promettre le renversement du régime en place. Contre toute attente, il est entré en contact avec la radio Isanganiro vers la fin de cette semaine, informant qu’il allait rentrer ce dimanche 28 octobre pour préparer les élections de 2020. Il a précisé qu’il rentre en tant que politicien car il était parti en tant que tel et qu’il avait pris seul cette décision.

L’on apprend qu’il est effectivement rentré mais qu’il a été intercepté au niveau de la province de Muramvya où il se trouve emprisonné dans le commissariat de police. Selon des informations dignes de foi, des enquêtes sur cette personne sont en cours et ce, en fonction de ce qu’il a déclaré quand il était en exil. Selon la police, rien ne dit qu’il rentre pour préparer les élections comme il l’a déclaré.

Cet homme avait dans un premier temps divorcé d’avec la tendance du Dr. Jean Minani mais plus tard, lorsqu’il était déjà en exil, il avait reconnu Jean Minani comme le véritable président de cette tendance du parti. Nombre d’observateurs ne comprennent pas comment il avait décidé, dans un laps de temps, de changer d’avis sans consulter personne.

Burundi - Humanitaire

Le responsable d’une Ong étrangère désigné persona non grata au Burundi

Bujumbura, le 29 octobre 2018 (Net Press) . Il s’appelle Bogdan Vanden Berghe, il était jusqu’ici représentant de l’Ong belge 11.11.11 qui collaborait avec des Ongs burundaises comme l’Oag, la Parcem, l’Opa, la Reja et Biraturaba. Il lui a été signifié qu’il avait 24 heures pour quitter le pays alors qu’il venait d’arriver à l’aéroport international de Bujumbura, en provenance du Rwanda. Ainsi, le gouvernement venait de démontrer ses muscles à cette Ong qui se comporte "comme elle veut" dans un pays souverain.

Après la décision, il a déclaré que son organisation non gouvernementale venait de travailler au Burundi pendant plus de 20 ans. Il a poursuivi en déclarant qu’elle travaillait pour la promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance et des droits de l’homme dans ce pays. En conclusion, il a indiqué que les conséquences fâcheuses d’une telle décision frappent beaucoup plus les populations burundaises que les Ongs étrangères.

Signalons que la brouille entre le gouvernement de Bujumbura et les Ongs étrangères remonte au 1er octobre 2018, quand le gouvernement a décidé que les Ongs étrangères devaient remplir certaines conditions pour rouvrir les portes et travailler dans notre pays et ce, jusqu’au mois de décembre de cette année. Depuis, les deux parties n’ont pas encore accordé leurs violons au grand dam des populations qui étaient assistées par ces organisations.

Burundi - Trafic Aérien

La compagnie Brussels Airlines suspend son vol sur Bujumbura

Bujumbura, le 29 octobre 2018 (Net Press) . Les passagers de Brussels Airlines ont été sidérés de voir que l’avion n’allait pas se poser sur la piste de Bujumbura alors qu’ils s’apprêtaient à monter à bord à Bruxelles, la capitale belge. Selon des informations concordantes, même ceux qui étaient déjà en avion ont été priés de sortir de l’appareil volant, sans aucune explication.

Selon une source indépendante, l’on aurait informé que l’avion ne peut pas se rendre à Bujumbura car la société chargée d’assistance technique au sol est en grève, une explication qui n’a pas du tout convaincu d’autant plus que ceux qui allaient en Ouganda sont restés dans l’avion alors que normalement, ils doivent transiter sur Bujumbura.

Pour en savoir d’avantage, la rédaction a contacté la société Sobugea pour savoir si elle est en grève, mais en vain. Mais par questions posées ici et là, elle a fini par savoir qu’il n’y a pas grève pour le moment au sein de cette société qui, il y a quelques semaines, ne faisait pas bon ménage avec le patronat.

La rédaction a en outre contacté la compagnie Brussels Airlines qui a confirmé la suspension du vol de ce dimanche. Selon des explications fournies, il n’y avait pas grève comme on dit, mais un appareil servant à décharger les bagages des passagers était en panne jusqu’assez tard, ce qui a poussé les autorités de la compagnie à décider que l’avion se dirige tout droit vers Kampala, sans passer par Bujumbura.

Burundi - Usa - Sécurité

"La tuerie de Pittsburgh relance l’éternel débat sur le port d’armes", selon Rfi

Harrisburg, le 29 octobre 2018 (Net Press) . A chaque nouvelle tuerie aux Etats Unis la question revient au-devant de la scène. Faut-il ou non interdire le port d’arme ? Le maire de Pittsburgh, dans l’Etat de Pennsylvanie, où a eu lieu une attaque contre une synagogue samedi, interpelle d’ailleurs Donald Trump à ce sujet. Mais il y a peu d’espoir de changement.

C’est un éternel recommencement. Une tuerie endeuille l’Amérique et divise sa société dans la foulée : d’un côté, les militants pour un meilleur contrôle du port d’arme, et de l’autre ceux qui brandissent le deuxième amendement. La Constitution américaine est claire : porter une arme est un droit fondamental.

Dans ce combat entre pro et anti-armes, à la fin ce sont toujours les mêmes qui remportent la bataille. Les pro-armes sont puissants, leur lobby, la NRA, pourrait presque gouverner l’Amérique. Tout débat sur la question de la régulation des armes est bloqué. Nombre d’élus républicains ont prêté allégeance à cette association qui soutient également l’actuel président américain.

Pour la NRA, il n’y a qu’un seul moyen de lutter contre les armes, c’est de s’armer davantage. A chaque nouvelle tuerie dans des écoles ou dans une synagogue comme samedi à Pittsburgh, ce sont les mêmes phrases qui reviennent, Donald Trump propose des gardes armés pour protéger les lieux de culte ou les établissements scolaires.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte