Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

"La paix est totale dans la capitale", dixit le maire de la ville

31 octobre 2018

Bujumbura, le 31 octobre 2018 (Net Press) . Ce mercredi matin, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, entouré de ses proches collaborateurs, a procédé à une réunion de sécurité. Au terme de cette rencontre, les participants se sont rendu compte que la sécurité est totale dans toutes les circonscriptions de la mairie de Bujumbura.

Cependant, il y a des comportements qui sont à l’origine de quelques troubles dans cette ville, comme la présence des boissons prohibées par la loi burundaise. Les autorités de la mairie promettent de s’en occuper pour que la vente de tels produits soit totalement éradiquée dans la ville dont elles ont la charge de gérer au quotidien.

Burundi - Economie

La Brb annule une décision qu’elle avait prisé deux ans auparavant

Bujumbura, le 31 octobre 2018 (Net Press) . La banque de la République du Burundi vient d’annuler une décision interdisant aux associations d’ouvrir des bureaux de change. Dans un communiqué rendu public ce 29 octobre 2018, le gouverneur de la Brb, Jean Ciza, a annoncé que les opérateurs économiques qui le désirent sont désormais libres de créer leurs bureaux de change sur les frontières du Burundi.

Cependant, poursuit le gouverneur Ciza, les mêmes opérateurs économiques qui ouvrent des guichets sur les frontières ne sont pas autorisés de déménager leurs travaux aux chefs-lieux des provinces ou alors en mairie de Bujumbura. Par ailleurs, cette activité doit respecter la loi en la matière, a prévenu le gouverneur de la banque centrale. Signalons pour terminer que cette décision d’interdiction de création des bureaux de change sur les frontières avait été prise en 2016.

Burundi - Politique

L’Olucome sort une note d’analyse...

Bujumbura, le 31 octobre 2018 (Net Press) . A travers un communiqué de ce 31 octobre 2018, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, a dressé une note d’analyse du dialogue inter burundais externe non concluant et interminable face à "l’empiration" de la situation socio-économique de la population au profit des seules autorités burundaises actuelles.

Au cours de ce communiqué de 8 pages, l’Olucome revient sur les efforts déployés par la communauté internationale pour le relèvement de l’économie burundaise depuis la signature de l’accord d’Arusha en 2000 qui n’ont abouti à rien suite aux dirigeants politiques corrompus et aux intérêts égoïstes.

L’Olucome revient sur la dette intérieure actuelle qui devient inéluctablement une bombe à retardement pour l’économie burundaise en situation de fragilité. Il évoque également la crise politique qui est à l’origine de l’aggravation de la pauvreté ainsi qu’un taux de change bicéphale, à la fois officiel et officieux.

Cet observatoire revient sur les efforts et les moyens énormes consentis pour la résolution de la crise de 2015 ainsi que les hypothèses par rapport à la résolution de la crise burundaise. Face à ces 6 points développés par l’Olucome, ce dernier émet des recommandations, notamment aux Nations unies, à l’union européenne, à l’Union africaine et à la communauté de l’Afrique de l’Est.

A tous ces ensembles, il demande de prendre toutes les mesures qui s’imposent afin de contraindre les protagonistes dans le conflit burundais à prendre part aux pourparlers externes en vue de sauver le peuple burundais. Il demande également de prendre des sanctions pour la partie qui refuserait le dialogue, seul moyen de résolution pacifique de la crise.

Il recommande en outre de suivre de près la situation des violations des droits socioéconomiques que le gouvernement commet et contribuer pour trouver des solutions durables. Il souhaite en plus que ces ensembles se réunissent en tant que garants de l’accord d’Arusha pour analyser la situation actuelle des pourparlers inter burundais non concluants et interminables vis-à-vis de la démission du facilitateur Benjamin Mkapa et de la pauvreté externe qu’endure la population burundaise.

Aux chefs d’Etat de la communauté de l’Afrique de l’Est, l’Olucome recommande de se réunir dans les meilleurs délais dans un sommet extraordinaire en vue d’adopter des mesures et des stratégies adéquates de convaincre le gouvernement et d’autres protagonistes dans la crise actuelle à s’asseoir pour aboutir à un accord additionnel à l’accord d’Arusha.

Au gouvernement du Burundi, il demande de se soucier de la misère de sa population en participant dans les pourparlers inter burundais externes afin de ne pas sacrifier les intérêts de 12 millions de sa population au profit des intérêts égoïstes d’une poignée d’individus. Aux politiciens de l’opposition, l’Olucome demande de participer activement dans les pourparlers comme un seul homme visionnaire chaque fois qu’ils sont invités par la médiation en vue de trouver des solutions durables aux problèmes éco-socio-politiques et sécuritaires qui hantent le pays.

Burundi - Education

L’éducation dans la province de Rutana en passe d’être un danger public !

Rutana, le 31 octobre 2018 (Net Press) . Il ne s’agit pas de toute la province de Rutana, mais de deux localités de cette province, Gatanga de la direction communale de l’éducation de Gitanga et de Nyabikenke. Les enseignants du collège communal de Gatanga prennent du plaisir à engrosser les élèves, voir des écolières qu’ils sont censés éduquer pour qu’elles préparent leur avenir comme les autres filles du pays.

De sources concordantes, deux enseignants, du nom Nduwimana Muhubiri et d’Eric Niyungeko, sont auteurs de grossesses de deux enfants filles de l’école de Nyabikenke. Au moment où la nouvelle commençait à se répandre, les deux enseignants ont été mutés vers le collège communal de Gatanga, sans autre forme de punition. Arrivés à cette nouvelle école, ils ont réédité le même "exploit" et les garçons de ce collège communal ont commencé à manifester contre ces accointances bizarres entre les enseignants et les filles.

Trouvant que le scandale allait se faire connaître comme à Nyakenke, les enseignants et leurs complices ont laissé de côté les doyens et chefs de classe et ont chassé des élèves soupçonnés ou accusés à tort d’être des meneurs d’un mouvement de subversion. C’est dans ce contexte qu’un certain Sédéchias Irankunda a été chassé définitivement de l’école en 2017.

Son père, Léonidas Niyonkuru, basé à Bujumbura, s’est rendu sur place à l’école de son fils pour s’enquérir de la situation, s’est retrouvé dans les cachots de la police judiciaire de Rutana au mois d’août 2018 avant de se retrouver transféré dans la prison centrale de Rutana. Il ne sera relâché qu’au mois de septembre par l’officier du ministère public, Eric Eustache Nsabimana, du tribunal de grande instance de cette province.

La rédaction a contacté ce matin le responsable du collège communal de Gatanga à ce sujet. Il a répondu à notre appel que cela est un mensonge pur et simple et qu’il n’est au courant de rien. Il a précisé que les enseignants n’engrossent pas les élèves et que c’est lui qui rédige les rapports à envoyer notamment au directeur communal de l’enseignement. Il a juré la main sur le cœur que cela n’existe pas à cette école.

La rédaction a contacté ensuite le directeur communal de l’enseignement mais le téléphone ne répondait pas. Elle a essayé de joindre les deux enseignants auteurs des grossesses mais leurs téléphones ne répondaient pas non plus. Par contre, le chef de zone Nyakuguma a indiqué qu’il est au courant de cet incident et que même un parent a été emprisonné injustement alors qu’il venait de voir le cas de son enfant renvoyé injustement là aussi.

La rédaction a contacté la ministre de l’éducation, Mme Janvière Ndirahisha, à ce sujet. D’emblée, elle a indiqué qu’elle ne connaît pas le dossier d’emprisonnement de ce parent. Sinon, en tant que ministre, si un tel cas se présente à l’intérieur du pays, elle doit se servir de ses collaborateurs qui sont sur place pour qu’ils mènent des enquêtes.

Concernant le cas des enseignants qui engrossent les élèves, ce sont des cas qui sont nombreux dans ce pays, avec toutes sortes de complicités entre enseignants et parfois de mèche avec les parents. Ce sont des cas compliqués. Elle peut avoir un rapport qui fait état de 10 abandons scolaires suite aux grossesses non désirées mais quand des députés descendent sur terrain, elle se rend compte que l’effectif est nettement supérieur à celui présenté dans les rapports. Elle demande aux journalistes de rapporter toujours des cas pareils pour qu’ils puissent un jour s’arrêter, a-t-elle conclu. Signalons que quand elle s’entretenait avec la rédaction au téléphone sur ce cas de Gatanga, elle semblait prendre note de ce que cette dernière lui disait, afin de poursuivre elle-même l’affaire, une attitude positive à l’endroit de l’actif de la ministre Ndirahisha

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte