Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 décembre 2018
|Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Archives

 

 

 



Burundi –Sécurité

Affrontement armé à l’Est de la République démocratique du Congo

2 novembre 2018

Bujumbura, le 2 novembre 2018 (Net Press) . Des sources en provenance de la Rd Congo parlent d’un groupe armé Burundais qui se serait rentré dedans avec des éléments armés non encore identifiés au moment des faits, hier jeudi dans la localité de Kigoma au Sud Kivu en République Démocratique du Congo. A partir de ce matin, certaines clarifications commencent à pointer à l’horizon, il s’agirait des éléments de l’armée régulière burundaise appuyés par les Mai Mai congolais qui se seraient lancés à la poursuite des soi-disant rebelles d’origine burundaise issus du mouvement Red – Tabara établis dans cette localité comme l’ont affirmé certains medias étrangers.

Ces affrontements ont été signalés aux environs de 18 heures dans la circonscription de Kiryama non loin du marché de Buzuke au Sud Kivu précisent nos sources sur place.

La population de Gasenyi indique avoir observé la traversée de l’autre côté de la Rusizi d’une cohorte de militaires burundais pendant la soirée de ce 31 octobre 2018. Ils s’étaient munis d’armes lourdes et de munitions, faisant croire à tout observateur que l’offensive est imminente pour tirer du Burundi l’épine dans le pied qui pique et pénètre tout en faisant monter la colère dans les rangs du gouvernement.

Et une source sur place qui n’a pas révélé son identité parle qu’une opération conjointe avec les deux armées congolo-burundaises en cours pour démanteler les groupes armés burundais qui ont établi la base-arrière au Congo.

Comme conséquence, les habitants de la province de Cibitoke, voisine du pays de Joseph Kabira, dorment à la belle étoile d’autres ont fui leurs domiciles suite à la montée croissante de l’insécurité depuis ces attaques et demandent au gouvernement burundais de les sécuriser.

Burundi – Droits de l’homme

Bujumbura, le 2 novembre 2018 (Net Press) . En matière des droits de l’homme, les activistes et défenseurs des droits de l’homme donnent le bilan de la situation mensuelle des droits de l’homme, pour le mois d’octobre 2018. Pour ces derniers, le mois passé, des allégations de violation des droits de l’homme ont été enregistrées comme suit. Au moins 46 personnes ont été tuées au moment où 6 autres ont été enlevées et/ou portées disparues au cours de la même période. En outre, 35 cas de tortures ont été enregistrés tandis que 25 personnes ont été arrêtées arbitrairement en plus de 5 victimes des violations basées sur le genre.

Parmi les victimes enregistrées, figurent 11 femmes et 2 mineurs tués, 1 femme enlevée et/ou portée disparue, 7 femmes torturées et 2 femmes arrêtées arbitrairement. L’on évoque aussi des contributions forcées de la population liées aux élections de 2020 et le rançonnement officiel de la population fait par des Imbonerakure, prétextant de sécuriser les biens du peuple burundais. Des cas isolés d’attaques armées, des armes retrouvées et des explosions de grenades ont été relevées dans différents coins du pays au cours de cette période.

Burundi –Sécurité

Des enfants et des femmes fuient vers la Tanzanie.

Bujumbura, le 2 novembre 2018 (Net Press) . Nombreux témoignages parlent des femmes et des enfants qui fuient vers la Tanzanie depuis le 1er novembre 2018 vers 20 heures à destination du camp des réfugiés burundais de Nduta.

Selon nos sources, l’office du haut-commissaire des droits de l’homme a déjà enregistré plus de 100 personnes regroupées en 25 ménages. Elles proviennent essentiellement de la commune de Cendajuru de la province de Cankuzo (Est du Burundi) et fuient la dégradation des conditions sécuritaires au Sud du pays, renchérissent nos sources .et ajoutent, qu’il y aurait même des enfants disparus lors du trajet et demandent à l’administration de la Tanzanie pour aider à les retrouver.

Burundi - Education

Le journal "La Voix de l’Enseignant" de nouveau dans les kiosques

Bujumbura, le 2 novembre 2018 (Net Press). L’hebdomadaire spécialisé dans l’éducation trouve que la loi relative à la lutte contre les violences basées sur le genre n’est pas vulgarisée dans les écoles. Il y a deux ans, une loi spécifique portant prévention, protection des victimes et répression des violences basées sur le genre était signée.

L’école, à travers les pratiques pédagogiques, les programmes, doit jouer son premier rôle dans la lutte contre les violences basées sur le genre. Des articles de cette loi concernent les établissements d’enseignement scolaires et académiques principalement. Malheureusement, la loi n’est pas suffisamment vulgarisée.

Notre confrère déplore cependant que le fouet reste omniprésent à l’école. Pour lui, le cas d’un enseignant qui frappe à mort son élève est un mal à éradiquer à tout prix. La pratique de bastonnade à l’école a été interdite par le ministère de l’éducation nationale. Mais faute de suivi, les enseignants, surtout ceux du primaire, continuent de faire sourde oreille en infligeant des châtiments corporels à leurs élèves.

Ces châtiments vont de la mise à genoux, des pincements des oreilles et des joues à des coups de bâton ou de pieds. Les élèves violentés sont souvent blessés et au pire des cas, la mort s’en suit. Le dernier cas d’une sanction qui a tourné au drame s’est produit à l’école fondamentale de Bihanga de la commune Gitega, où un élève de la 5ème année a succombé mercredi 24 octobre, suite aux coups lui assénés par son instituteur. Pour éviter de telles tragédies à l’école, une psychologue et conseillère au bureau d’études et des programmes de l’enseignement fondamental (BEPEF) recommande aux enseignants d’utiliser d’autres moyens pour sanctionner un élève à la place d’un bout de bois qui laisse des lésions graves aussi bien sur la peau que dans le psychique de l’enfant.

Enfin, notre confrère remarque que les délinquants gênent les enseignements dans les écoles non clôturées. Des écoles non clôturées de Bujumbura éprouvent des difficultés d’encadrement de leurs élèves. Les enseignements par conséquent en pâtissent. Un responsable de l’une de ces écoles demande l’intervention des parents. Soit ils contribuent à la construction de la clôture ou ils s’organisent pour la surveillance des alentours de l’école pour empêcher les vagabonds à y accéder. Ce que décrient les parents.

Burundi - France - Mali - Médias - Sécurité

"Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : la douleur de ne pas savoir", selon Rfi

Paris, le 2 novembre 2018 (Net Press) . Il y a cinq ans, le 2 novembre 2013, nos confrères de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, en mission à Kidal au nord du Mali, étaient enlevés et tués par leurs ravisseurs. Cinq ans après, la lumière n’a toujours pas été faite sur les circonstances précises de leur assassinat, ni sur le mobile précis de leur enlèvement. Une situation insupportable pour leurs proches

Malgré deux déclassifications partielles de documents classés secrets défense, et la visite du juge français à Bamako au début de l’année, les questions fondamentales demeurent. Et pour la mère de Ghislaine Dupont, Marie-Solange Poinsot, c’est toujours insupportable. Car cinq ans après, le souvenir est quotidien, les questions aussi.

« Du fait que je ne sais pas les tenants et les aboutissants de cet horrible assassinat, quelquefois, je me prends à penser qu’elle va rentrer. C’est vrai qu’on dit que ça fait cinq ans. Mais cinq ans pour moi, ça ne veut rien dire. Parce qu’une grosse partie de ma vie s’est arrêtée au 2 novembre. Et je ne compte pas les jours, je ne compte pas le temps. Je vois simplement que ça s’écoule, ça s’écoule et qu’on reste sur ces questions. Quand c’est arrivé, j’avais 83 ans. J’ai plus de 88, maintenant. Et j’en suis toujours à me dire "Gisou, à 13h, elle était toujours vivante et 1h30 après, elle ne l’était pas." C’est quelque chose d’horrible. Et je pense les pires choses et c’est ça qui me ronge. Et je voudrais vraiment savoir la vérité. »

Un deuil rendu impossible par toutes les zones d’ombres qui persistent. Et le temps qui passe ne change rien. La douleur d’Apolline Verlon, la fille de Claude Verlon, est toujours aussi vive.

« Cette année particulièrement, j’ai l’impression qu’une vague m’a attrapée et m’a ramenée au 2 novembre 2013 et tout ce chemin que j’ai dû parcourir jusqu’ici, c’était "peanuts". Enfin… plus le temps passe et plus cela nous éloigne d’eux. Et c’est difficile de faire son deuil, justement, quand on ne sait pas ce qui s’est passé. Vos amis, votre famille vous disent : "Allez, on tourne la page, il est avec toi. Il est là, il est présent, etc." Mais quand on ne sait pas ce qui s’est réellement passé, quand tout est possible, quand on peut tout imaginer, c’est hyper compliqué de refermer l’histoire. On a besoin d’une chute, on a besoin de mettre un point. Et pour l’instant ce n’est pas le cas. »

Pour les amis et collègues de Ghislaine Dupont et Claude Verlon aussi, le souvenir de ce 2 novembre 2013 est une blessure tenace. « Je pense que, comme tous ceux qui ont vécu ce drame, il y a un avant et un après et qu’il y a un bout de soi, on ne sait pas très bien où, qui est parti en même temps qu’eux. On n’est jamais plus exactement pareil après », explique Marie-Christine Saragosse. La présidente de France Médias Monde, dont fait partie RFI, estime « qu’il fallait, avec cette douleur, faire quelque chose ». Ainsi est née l’idée de créer une bourse qui récompenserait chaque année un journaliste et un technicien de reportage du continent africain.

« Quand on voit ces jeunes, quand on voit la fierté qu’ils ont à porter le nom qu’ils portent ! Mais ils savent bien que c’est la bourse Ghislaine Dupont-Claude Verlon. Ce ne sont pas des mots qui n’auraient pas de sens pour eux. Je trouve que c’est résilient. En fait, on se répare. Quand on assiste à cette cérémonie, quand on voit ces jeunes, on se dit qu’on a rendu notre douleur féconde. Et c’est peut-être ça le plus important. C’est de laisser le soleil rentrer dans les ténèbres, un peu, et c’est ça que je ressens. Il y a toujours des ténèbres, mais on a remis du soleil dedans. »

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte