Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Archives

 

 

 



Burundi - Somalie - Sécurité

Vers la fin de l’Amisom ?

14 novembre 2018

Mogadiscio, le 14 novembre 2018 (Net Press) . Selon des informations en provenance de Mogadiscio, la capitale somalienne, la mission de maintien de la paix en Somalie pourrait prendre fin au mois de février 2019. Rappelons que cette dernière était soutenue jusqu’à présent par l’Union africaine, l’union européenne et dans une moindre mesure l’Onu.

Selon les mêmes sources d’information, des pays fournisseurs de contingents en Somalie - Burundi - Kenya et l’Ouganda - estiment qu’il n’est pas encore temps que ce pays s’occupe de sa propre sécurité, un point de vue que ne partagent pas les bailleurs, convaincus que l’effort fourni dans ce sens est suffisant.

Selon une certaine opinion qui circule dans la capitale kenyane, ces trois Etats ne veulent pas dire publiquement qu’avec l’Amisom, leurs ressortissants gagnent beaucoup d’argent qu’ils font rentrer chez eux au retour de la mission. En outre, ces pays obtiennent eux aussi leurs dividendes, en plus de celles de leurs éléments dépêchés dans ce pays qui a connu près de 30 ans de guerre.

Selon un des journaux du Kenya, ces trois sous ensembles de la communauté de l’Afrique de l’Est seraient donc plus intéressés par les fonds tirés de cette mission, d’où l’intention manifeste de vouloir refuser cette échéance plus que voulue par les bailleurs et qui ne fait qu’avancer à grands pas.

Burundi - Trafic Humain

Arrestation de filles sur le point de se vendre chez des pétrodollars

Bujumbura, le 14 novembre 2018 (Net Press) . Il était vers 8 h 45 de ce matin lorsque quatre policiers qui ont vite attiré la curiosité de la rédaction, couraient à très grande vitesse pour arrêter quatre jeunes filles et un jeune garçon dans les enceintes de la police de l’air, des frontières et des étrangers, Pafe. Des informations sur place ont indiqué que ces 5 personnes s’apprêtaient à chercher les papiers de voyage afin que les filles soient vendues dans les monarchies pétrodollars.

Selon des sources policières sous couvert d’anonymat, la police de Ngagara avait été alertée vers 7h25 min que ces quatre jeunes filles, toutes originaires de Bujumbura rural, cherchaient discrètement les papiers de voyage à la Pafe afin de s’embarquer à destination des monarchies pétrodollars.

Les mêmes sources ont poursuivi qu’elles ont été arrêtées et conduites manu militari vers 9hoo au chef-lieu de la zone Ngagara où elles ont subi un interrogatoire avant d’être embarquées à destination de la police judiciaire (PJ) située en zone Bwiza, tout près de l’hôtel Albatros.

Selon un policier qui a requis l’anonymat, parle, il s’observe un mouvement anormal des jeunes filles en provenance de Bubanza, de Cibitoke, de Rumonge et de Bujumbura rural qui affluent massivement à la Pafe à la quête des papiers de voyage afin d’être vendues dans les monarchies pétrodollars par des commissionnaires kenyans et burundais.

Selon lui, ces jeunes filles sont dépistées à des maladies contagieuses et chroniques une fois arrivées aux pays du Golf, sont exploitées sexuellement avant de travailler presque vingt quatre heures sur vingt quatre heures. Il a ajouté qu’une large majorité de ces jeunes filles proviennent des familles aux revenus modestes ou qui ont abandonné, voire ou échoué à l’école fondamentale

Burundi - Justice

Un policier se fait condamner pour un pot-de-vin dérisoire

Gitega, le 14 novembre 2018 (Net Press) . Un policier du nom de Désiré Masabarakiza, a été condamné à 5 ans de prison ferme. Il a été reconnu coupable d’avoir reçu par force un pot-de-vin d’une somme de 30.000 Fbu de la part d’une commerçante. En plus de la prison, il doit restituer ce montant et ainsi payer une amende égale à la somme rançonnée.

Les informations à la disposition de la rédaction est que les faits remontent de janvier 2017 dans la localité de Nyamugari, commune et province de Gitega, au Centre du pays. Il avait obligé une commerçante de la place de lui verser un pot-de-vin, mais la femme avait refusé net contre les injonctions du policier.

C’est ainsi que ce dernier a décidé de la coffrer dans les cachots de cette entité, avec comme condition d’en sortir moyennant une somme de 25.000 Fbu. Au sortir de cette garde à vue, la pauvre femme a été obligée de rajouter un billet de 5.000 Fbu pour compléter ce montant et totaliser en tout et pour tout les 30.000 Fbu exigés.

Toujours au chapitre de la justice, nous apprenons qu’un magistrat du parquet de Mwaro, Nicaise Niyungeko, est depuis hier aux mains de la cour anti-corruption à Bujumbura pour délit de corruption. Selon informations très bien informées, une somme de 100.000 Fbu a été trouvée dans un tiroir de son bureau où il travaillait comme substitut général de la République près la cour d’appel de Bururi.

Une large opinion de la place penche vers l’hypothèse d’un piège tendu par la cour anti-corruption, en complicité avec un justiciable. Selon la même opinion, Nicaise Niyungeko était un magistrat expérimenté avec un minimum de 15 ans de service dans la magistrature.

Burundi – Politique

Une célébration interprétée différemment

Bujumbura, le 14 novembre 2018 (Net Press). Le parti Cndd-Fdd célèbre depuis ce lundi 12 novembre une semaine dédiée aux combattants qui ont trouvé la mort sur le champ de bataille lors des affrontements avec l’armée régulière. Nombreux interlocuteurs contactés ce matin par la rédaction interprètent différemment la célébration de cette semaine.

En micro-trottoir, certains affirment que le gouvernement burundais devrait mettre en place une journée dédiée aux combattants morts sur le champs de batailles depuis la création du royaume du Burundi jusqu’à nos jours. Ils estiment que lors de la conquête pour agrandir le territoire du burundais ainsi que lors de la lutte acharnée contre l’invasion des colonisateurs au Burundi, nombreux guerriers ont péri sur le champs de bataille et ces héros ne devraient pas basculer vers le silence de Bujumbura.

Un ancien combattant issue de l’ex Fab témoigne que nombreux de ses pairs ont été tués et ou blessés sur le champ de bataille et les survivants vivent dans la précarité. Il a invité Bujumbura à instaurer une seule Journée dédiée à la commémoration des anciens combattants qui sont morts ou blessés dans les crises qu’a traversées le Burundi. Il a ajouté que le parti Cndd-Fdd, qui organise chaque année cette semaine, ne fait ni plu ni moins qu’une propagande de son idéologie, surtout à l’approche du rendez vous de 2020.

Un autre intervenant trouve que la célébration de cette semaine par le parti au pouvoir Cndd-Fdd cache les esprits de haine envers les anciens ténors du régime, et sème l’esprit revanchard au lieu de soigner les blessures du passé pour reconstruire le pays du pain et de la paix.

De son coté, le secrétaire général du parti Cndd –Fdd, le général Evariste Ndayishimiye, a affirmé lors des cérémonies d’ouverture de la semaine dédiée au combattant survenu au cimetière de Musenyi dans la commune Mpanda, province Bubanza que ces combattants sont morts sur le champs de bataille lors de l’affrontement avec l’armée régulière pour la cause de la paix, de la démocratie, de la justice et du développement

Burundi - Allemagne - Sécurité

"Angela Merkel plaide à son tour pour la création d’une armée européenne", dixit Rfi

Berlin, le 14 novembre 2018 (Net Press) . La chancelière allemande a apporté mardi 13 novembre son soutien au président français, prônant à son tour la création d’ une « véritable armée européenne », à laquelle Donald Trump est fermement opposé.

Dans un discours au Parlement européen à Strasbourg sur sa vision de l’Europe, Angela Merkel a appelé à « élaborer une vision nous permettant d’arriver un jour à une véritable armée européenne ». Cette prise de position survient dans un contexte de vives tensions entre Paris et Washington sur cette question.

Deux jours après avoir célébré le centenaire de l’armistice de 1918 à Paris aux côtés du chef de l’Etat français, la chancelière a rappelé aux eurodéputés les propos du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, il y a quatre ans : « Une armée commune européenne montrerait au monde qu’entre les pays européens, il n’y aura plus jamais de guerre. »

La chancelière allemande n’a cependant pas précisé quand cette armée européenne pourrait être créée et n’a pas donné de détails sur cette force militaire. La défense constitue un véritable serpent de mer de la construction européenne depuis ses débuts. En 1954, l’Assemblée nationale française avait rejeté un traité instituant une « communauté européenne de défense ».

La dirigeante allemande a aussi rappelé avoir proposé « la constitution d’un "conseil de sécurité européen" avec une présidence tournante au sein duquel des décisions importantes pourront être plus rapidement prises. » Elle prône l’idée d’abandonner dans ce cadre « le principe d’unanimité » quand c’est possible, afin de pouvoir prendre les décisions plus rapidement.

« Complément de l’Otan »

Tentant de prévenir les critiques, la dirigeante allemande a lancé : « Ce n’est pas une armée contre l’Otan, je vous en prie. » « Cela peut être un bon complément de l’Otan, personne ne veut remettre en question les relations classiques », a-t-elle martelé, sous des applaudissements et des huées.

Un soutien pour le moins bienvenu pour Emmanuel Macron après la controverse sur le sujet avec Donald Trump. Le président américain avait jugé « très insultants » les propos du président français, qui avait proposé la création d’une « véritable armée européenne » pour protéger le Vieux Continent et évoqué la nécessité de se « protéger de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d’Amérique ».

Ce mardi encore, Donald Trump s’est exprimé de manière fort peu diplomatique à l’adresse de son homologue français sur Twitter. Mais si Angela Merkel a fait un pas vers Emmanuel Macron sur l’armée européenne, elle a en revanche freiné sur sa proposition d’une taxe européenne visant les géants du numérique et n’a rien dit de vraiment concret sur la réforme de la zone euro, projet cher à Paris.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte