Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité6 août 2019
|Un incendie vient de ravager un bar restaurant au Sud de la capitale économique

Burundi - Sécurité5 août 2019
|Une famille d’un membre du Cnl attaquée par des Imbonerakure

Burundi - Sécurité 3 août 2019
|Des menaces de mort pèsent sur les enseignants de Kirundo qui ont dénoncé le viol

Burundi - Sécurité2 août 2019
|Un membre du parti Uprona tué dans la province de Kayanza

Burundi – Politique1er août 2019
|Echec d’une réconciliation de tous les dangers

Burundi - Sécurité Routière31 juillet 2019
|Quand un accident fait rire les gens !!!

Burundi - Sécurité30 juillet 2019
|Une mort subite de trois personnes d’une même famille suscite des inquiétudes

Burundi - Sécurité29 juillet 2019
|Un cadavre découvert dans la zone de Ngagara

Burundi - Politique27 juillet 2019
|L’intolérance politique augmente d’un cran un peu partout dans le pays

Burundi - Sécurité26 juillet 2019
|Trois hommes arrêtés dans un bistrot dans la localité de Rubira

Burundi - Sécurité25 juillet 2019
|Arrestation d’une personne en possession de plusieurs armes

Burundi - Sécurité 24 juillet 2019
|Un membre du parti Cnl retrouvé agonisant !

Burundi - Sécurité23 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke dans le collimateur du Cnl

Burundi - Sécurité Routière22 juillet 2019
|Des passagers blessés et traumatisés

Burundi - Sécurité20 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke accusé d’enlever une personne

Burundi - Sécurité19 juillet 2019
|Deux présumés voleurs tués dans la province de Kayanza

Burundi - Justice18 juillet 2019
|Commémoration de la journée internationale des prisonniers

Burundi - Sécurité17 juillet 2019
|Un homme tue sa femme dans la province de Mwaro

Burundi - Sécurité 16 juillet 2019
|La police donne la lumière sur l’insécurité qui règne à l’ouest du pays !

Burundi - Sécurité15 juillet 2019
|Une personne portée disparue dans la province de Muyinga

Burundi - Tanzanie - Sécurité13 juillet 2019
|Les réfugiés burundais du camp de Nduta inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité12 juillet 2019
|Deux hommes tués par des policiers dans la commune de Gihanga

Burundi - Justice11 juillet 2019
|Interbank Burundi soupçonnée de soutenir la rébellion basée en Rdc

Burundi - Sécurité10 juillet 2019
|Un étudiant de l’université de Ngozi porté disparu

Burundi - Sécurité9 juillet 2019
|Les entraînements paramilitaires de Burambi inquiètent les habitants

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Politique

Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

16 novembre 2018

JPEG - 46.6 ko

Une conférence internationale sur les droits de l’homme sur internet vient de se tenir dans la ville de Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo, du 5 au 6 novembre de cette année. Net Press y avait dépêché un envoyé spécial et il a pu rencontrer Monsieur Espoir Ngalukiye, un jeune activiste de la société civile au sein du mouvement citoyen LUCHA (Lutte pour le Changement). Ce dernier a bien voulu nous accorder un moment de son temps pour nous parler de la situation de son pays à la veille des élections de décembre.

L’on devrait signaler que Goma est taxé de fief de l’opposition. Les proches du pouvoir n’aiment pas parler. C’est dans ce contexte que l’on n’a pas pu parler avec eux. Mais dans l’entre-temps, nous apprenons qu’il y beaucoup d’insécurité dans cette ville. Il semble que des jeunes proches du pouvoir malmènent les gens le soir et n’hésitent même pas à entrer dans les ménages pour soutirer de l’argent

NP : Pourquoi êtes-vous ici ?

EN : Je suis ici pour participer à une conférence organisée par Rudi International et CIPESA. Je suis ici pour participer à une conférence sur la nouvelle technologie car elle fait aujourd’hui partie de la vie de la personne humaine. Enfin, je suis ici pour exercer mon droit d’expression en matière des droits de l’homme à l’ère du numérique.

Je suis ici aussi pour convaincre les autres participants que la lutte pour la nation ne se fait pas seulement en ligne, c’est aussi dans la rue pour exprimer notre point de vue publiquemebt et dans la non-violence.

NP : Est-ce que vous ne vous cachez pas derrière le concept des droits de l’homme pour faire de la politique ?

EN : Il ne faut perdre de vue que la politique est également un terrain où les activistes des droits de l’homme se rendent régulièrement. Par ailleurs, certains des politiciens ont été dans la société civile. Pour changer les choses, l’on doit s’intégrer dans l’une des trois options qui sont la politique, les affaires ou société civile. Les gens qui gagnent rapidement de l’argent,ce sont ceux qui entrent en politique après les deux autres orientations. Malheureusement c’est souvent une réussite due aux detournements des biens publics.

NP : Parlons des élections du mois prochain.

EN : je pense qu’Elles n’auront pas lieu car il y a un manque de consensus sur nombreuses questions dont l’utilisation de la machine à voter, la violations des libertés publiques et de la loi. En outre, les autorités ont peur de perdre les élections car tous les sondages donnent la victoire à l’opposition. Je crains aussi que nous puissions subir les violences comme au Burundi ou au Kenya en 2007.

NP : Il semble que la République Démocratique du Congo n’a pas encore fait de recensement de sa population. Quel est le blocage ?

EN : Oui, le dernier recensement date de 1987 ou 1984, en lieu et place du recensement, les dirigeants se focalisent beaucoup plus à donner la priorité a l’enrollement des électeurs. Au Congo nous n’avons pas de carte d’identité nationale,elle est remplacé par les passeports ou la carte d’electeur.

NP : Dans ces conditions, il ne peut pas y avoir des élections transparentes et crédibles.

EN : Non. Si ces elections seront organisées, il est sur qu’ils seront suivies par des violences enormes ou un dialogue politique afin de diviser l’opposition, de retarder les élections et de continuer le regne de Kabila. Moi je soutiens que nous puissions avoir une transition citoyenne sans Kabila qui sera diriger par les personalités de la société civile et qui ne seront pas de Candidats aux prochaines élections.

NP : Qui est devant dans les sondages ?

EN : L’opposition. Jusqu’à présent, l’on présente Tschisekedi comme étant le favori dans les sondages.

NP : Qui participent

EN : Il y a plusieurs candidats mais les gros poissons ne sont pas sur la liste. C’est le cas de Jean Pierre Bemba et de Moïse Gatumbi

NP : C’est confirmé que Kabila ne se représente pas ?

EN : C’est ce qui est dit jusqu’ici. En outre, il n’a pas déposé sa candidature.
ce n’est pas un cadrau qu’il a donné aux Congolais,il est dans l"obligation de ne pas deposer la candidature car ayant déjà epuisé les deux mandats.

NP : Qui le représente ?

EN : Il s’appelle Emmanuel Shadari. Mais cela sonne comme une continuité car ce sera du Kabila sans Kabila. C’est quelqu’un qui peut se faire dicter par le président sortant pour sauvegarder ses intérêts.
Mais aussi il n’est pas très connu par la population, le régime en place utilose les moyens de l’Etat pour le faire connaitre à tout prix.

NP : Dans le séminaire sur Internet à l’ère du numérique, un paneliste a informé l’assistance que lors des échéances politiques, l’internet est souvent coupé. Avez vous le sentiment que ce sera la même chose au mois de décembre ?

EN : Il ne peut pas en être autrement, c’est la stratégie des hommes au pouvoir.

NP : Et si le camp de Kabila gagne, y aura-t-il des manifestations, avez-vous des inquiétudes ?

EN : Au cas où les élections auraient lieu et que la partie de Kabila gagne, ce sera par tricherie. La crainte est qu’il peut y avoir des violences. Et dans ces conditions, le pouvoir va tout faire pour diviser opposants, semer la terreur, retarder les élections,

Propos recueillis par Jean Claude Kavumbagu

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte