Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

19 novembre 2018

Gitega, le 19 novembre 2018 (Net Press) Il s’appelait Olivier Bigirimana, il habitait le centre ville de Gitega. Il a été tué dans la nuit de ce dimanche 18 novembre vers 21 heures par un policier qui s’est par la suite rendu au commissariat de la police de Gitega, rapportent les témoins.

La victime était en compagnie de ses trois amis et rentraient tranquillement lorsque le policier en question les ont intimés l’ordre de se coucher par terre. Il a immédiatement ouvert le feu, tirant sur la tête de feu Bigirimana qui a rendu l’âme sur le champ. Ses amis sont parvenus à prendre le large et selon des sources sur place, les mobiles de ce meurtre ne sont pas encore connus. Des sources sur place indiquent que le présumé criminel s’est rendu au commissariat de la police à Gitega.

Au Sud du pays, dans la commune Buyengero de la province de Rumonge, une fille âgée de 30 ans, du nom d’Anastasie Nsabimana, a été découverte dans la matinée de ce 17 novembre sans vie dans un en droit caché. Les informations sur place indiquent que la victime a été tuée la veille et jetée à cet endroit après son assassinat.

D’autres informations en provenance de cette entité administrative précisent que la personne en question s’est suicidée pour des motifs qu’on ignore encore. Néanmoins, les défenseurs des droits de l’homme sont sceptiques sur de telles morts. Ils recommandent davantage d’enquêtes policières car ces victimes peuvent avoir été tuées et les criminels déclarent qu’elles se sont suicidés.

Par ailleurs, les mêmes activistes des droits de l’homme informent qu’au moins quatre personnes ont été assassinées la semaine dernière dans différentes localités au moment où deux autres ont échappé bel à des tentatives d’assassinat. Parmi les victimes, figurent un militaire abattu par son collègue à Kirundo avant que ce dernier ne se donne la mort, ainsi qu’un jeune membre des Imbonerakure retrouvé assassiné deux jours après son enlèvement par un camarade du même parti. Une victime a également échappé à une tentative d’assassinat à coups de machettes à Kayanza. L’on évoque enfin l’arrestation aux allures d’enlèvement d’un magistrat du parquet de Bururi.

Burundi - Environnement - Sécurité

Un amphibien sur la voie de la sédentarisation en zone Kanyosha

Bujumbura, le 19 novembre 2018 (Net Press) . Un hippopotame a quitté les eaux du lac Tanganyika pour aller vivre dans les marécages situés au quartier Gisyo, en zone Kanyosha de la commune urbaine de Muha, au Sud de la marie de Bujumbura. Les habitants de la place ont manifesté leurs inquiétudes face à leur sécurité au ministre ayant l’environnement dans ses attributions.

Nombreux témoignages disent que cet amphibien quitte la nuit son logis à la quête du pâturage et c’est dans ces circonstances qu’il a tué une personne qui rentrait de son travail pendant la nuit. L’on apprend que le ministre de l’agriculture, de l’’élevagge et de l’environnement, Déo Guide Rurema, a effectué une visite sur les lieux dans les meilleurs délais pour s’enquérir de cette situation.

L’administration reste muette pour le moment sur sa stratégie de sécurisation de l’entité et des populations. Ces dernières déplorent que cet hippopotame ait quitté les eaux du lac Tanganyika vers le mois d’avril 2018 et que jusqu’à présent, il n’y a aucun effort de la part du gouvernement burundais pour les épargner de toute forme de danger que pourrait causer cet animal .

Les habitants de cette entité demandent au gouvernement burundais, plus particulièrement au ministère chargé de la sécurité publique, de chasser cet animal pour qu’il retourne dans son écosystème. Cependant, il sied de mentionner qu’en matière de protection de l’environnement, les défenseurs de ce dernier n’accordent jamais leurs violons quand il s’agit de tuer un animal domestique.

Burundi – Politique

Un message autour des cérémonies !

Muramvya, le 19 novembre 2018 (Net Press) . Le parti Cndd-Fdd a célébré ce weekend la clôture de la semaine dédiée aux combattants péris sur le champ de bataille. Les cérémonies se sont déroulées dans la commune de Bukeye, dans la province de Muramvya, ce samedi 17 novembre en début d’après-midi.

Selon des informations recueillies par des témoins sous anonymat, le message est clair, ils ne veulent pas un Burundi sans le président Pierre Nkurunziza. Nos reporters leur ont dit que le président Pierre Nkurunziza a bel et bien décidé de ne pas se faire élire en 2020 et ils ont rétorqué que cela est son affaire, les Burundais ne veulent que lui, avait déclaré sèchement un jeune membre de l’Imbonerakure.

D’autres témoignages de cette entité ont indiqué que les membres de cette formation politique Cndd-Fdd ont loué la bravoure du président Pierre Nkurunziza qui a tiré le Burundi des mains du pouvoir monopartite responsable de tous les maux du monde, avant de rappeler que le Burundi a besoin de cette personnalité hors du commun qui pourrait acheminer le pays sur la voix démocratique par excellence.

L’on saura que malgré ces ambitions des ces "Cnddfddistes" de la commune Bukeye, les premières informations qui filtrent du parti de l’Aigle mais non encore confirmées indiquent qu’il y aura un congrès extraordinaire de ce parti politique pour désigner qui doit piloter cette formation politique au rendez-vous de 2020.

Le porte-parole du président de la République, Jean Claude Karerwa Ndenzako, avait révélé au cours d’une conférence publique des porte-parole que même avec l’insistance des membres de son parti politique, le président n’entend pas changer son avis du 7 juin 2018, n’en déplaise aux ressortissants de Bukeye qui, au regard de sa densité au Km², constitue un poids plume sur l’échiquier politique burundais.

Burundi - Ua - Réformes

"Sommet de l’UA à Addis-Abeba : adoption de réformes internes", dixit Rfi

Addis Abeba, le 19 novembre 2018 (Net Press) . Les dirigeants du continent se sont mis d’accord dimanche à Addis-Abeba pour réformer l’Union africaine. Ils étaient réunis depuis samedi dans la capitale éthiopienne. Vingt-deux chefs d’État et de gouvernement avaient fait le déplacement en personne. Cette refonte est censée rendre l’institution plus efficace, par exemple en se partageant mieux le travail entre l’UA, les organisations régionales et les États. L’exécutif va aussi être revu : la Commission de l’UA va passer de 10 à 8 membres. Elle a vocation à devenir plus indépendante.

Le but de la réforme est de lui donner plus de poids politique face aux États.
Notamment pour faire appliquer les décisions que les dirigeants eux-mêmes adoptent. Une source de l’UA avance le chiffre de seulement 10% de décisions mises en oeuvre.

Le président de la Commission doit devenir le véritable patron de son administration. Il sera toujours élu par les chefs d’État. Mais ses commissaires, eux, le seront par les ministres des Affaires étrangères. Cela instaure mieux la hiérarchie interne.

Les candidats au poste suprême de l’exécutif UA passeront par un processus digne du secteur privé : CV en ligne, profession de foi, débat télévisé et grand oral face aux dirigeants. L’idée est de sélectionner des politiques et techniciens compétents davantage que de simples politiques bénéficiant d’arrangement entre États.

D’ici le sommet de juin prochain à Niamey, au Niger, l’actuelle équipe autour de Moussa Faki Mahamat doit plancher sur une nouvelle organisation interne : qui fait quoi et combien cela coûte aussi. Car l’institution continentale cherche également à moins et mieux dépenser.

Le nombre de commissaires va passer de 10 à 8. Parmi les autres points adoptés, le renforcement des sanctions contre les États mauvais payeurs. Elles pourront désormais aller de l’interdiction de parole à l’exclusion complète du pays des instances de l’Union africaine. La réforme doit s’appliquer de manière progressive. Les sanctions financières sont en vigueur dès maintenant. La réforme de la Commission concernera la prochaine équipe qui sera élue en janvier 2021.

Analyse du sommet

« C’est la première fois qu’un sommet de chefs d’État se réunit pour parler des réformes. » C’est ce qu’affirme le Camerounais Pierre Moukoko Mbonjo, le « Monsieur réformes » de l’UA. Le nouveau mode de nomination de la commission et notamment de ses président et vice-président va changer les choses, veut-il croire.

Il y a aura davantage de compétences, moins de politique ; la commission sera resserrée, elle se partagera mieux le travail avec les organisations régionales types Cédéao ou SADC. Les sanctions sont donc aussi durcies contre les nombreux États qui tardent à payer ou ne payent pas du tout leur contribution.

Mais des questions ont été laissées de côté : le nouveau barème des contributions justement. Repoussé à février. En deux ans, Paul Kagamé aura réussi avec ses équipes et la commission à convaincre. Le président rwandais « va avoir, comme il le voulait, son nom gravé dans l’histoire de l’UA », sourit un membre d’une délégation.

Mais il a abandonné des idées en chemin. Idées « révolutionnaires » pour un haut cadre de l’institution. Le président de l’Union en 2018 a fait face, selon lui, aux blocages de certains pays d’Afrique Australe et d’Afrique du Nord. « C’est un processus », répond Pierre Moukoko Mbonjo. Un processus lancé, dont il n’est pas sûr que le prochain président de l’UA, à partir de février, l’Égyptien Al-Sissi ait très envie de lui faciliter la route.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte