Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 décembre 2018
|Peur-panique des réfugiés burundais dans plusieurs camps de réfugiés

Burundi - Sécurité3 décembre 2018
|Quand des policiers se transforment en bandits !

Burundi - Sécurité1er décembre 2018
|Un corps sans vie découvert dans la province de Gitega

Burundi - Tanzanie - Sécurité30 novembre 2018
|Un jeune Imbonerakure du Cndd-Fdd tué en Tanzanie

29 novembre 2018
|Burundi - Eac - Politique La communauté...

Burundi - Politique - Opinion28 novembre 2018
|Vers l’arrestation de Pierre Buyoya ?

Burundi - Sécurité27 novembre 2018
|La police procède à des rafles dans le centre-ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité26 novembre 2018
|La police de Cibitoke à la recherche des éléments armés

Burundi - Sécurité - Politique24 novembre 2018
|Arrestation de plusieurs officiers supérieurs en retraite

Burundi - Sécurité - Environnement23 novembre 2018
|Les pluies diluviennes occasionnent beaucoup de dégâts dans le Sud du pays

Burundi - Sécurité22 novembre 2018
|La police fait face à l’intifada à la burundaise

Burundi - Rdc - Sécurité 21 novembre 2018
|Arrestations des Burundais et Congolais en République Démocratique du Congo

Burundi - Sécurité20 novembre 2018
|Des éléments pris pour rebelles aperçus en Tanzanie

Burundi - Sécurité19 novembre 2018
|Un homme du centre ville de Gitega tué par un policier

Burundi - Sécurité17 novembre 2018
|Une trentaine de maisons emportées par une pluie diluvienne au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité16 novembre 2018
|Une quinzaine de personnes tuées dans la localité d’Uvira

Burundi - Rwanda - Ouganda - Sécurité15 novembre 2018
|Le Burundi et l’Ouganda soupçonnés de déstabiliser le Rwanda

Burundi - Somalie - Sécurité14 novembre 2018
|Vers la fin de l’Amisom ?

Burundi - Sécurité13 novembre 2018
|Bujumbura aux prises avec des rébellions tous azimuts

Burundi - Sécurité 12 novembre 2018
|Deux militaires trouvent la mort dans une bagarre

Burundi - Sécurité10 novembre 2018
|L’administration de Bubanza face à une insécurité causée par des mineurs

Burundi – Politique9 novembre 2018
|Après le refus de l’agrément du parti Fnl – Amizero y’Abarundi, qu’est-ce Agathon Rwasa réserve à l’opinion ?

Burundi – Politique8 novembre 2018
|Le ministre de l’intérieur refuse la demande des Fnl - Amizero y’Abarundi.

Burundi - Politique.7 novembre 2018
|Les membres de l’Uprona préoccupés de leur sécurité en province Cibitoke.

Burundi-Sécurité6 novembre 2018
|Une personne de l’ethnie Twa tuée à la machette

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La police fait face à l’intifada à la burundaise

22 novembre 2018

Bujumbura, le 22 novembre 2018 (Net Press) . Une certaine opinion parle déjà de ras-le-bol des populations au regard du comportement de certains policiers qui s’arrogent le droit de les piller au propre comme au figuré. C’est dans ce contexte qu’en date du 20 novembre dernier, trois commerçants ont lancé des projectiles aux policiers, faisant quelques blessés parmi les éléments des forces de l’ordre.

Ce 21 novembre, la police a pu intercepter trois commerçants qui sont soupçonnés d’avoir participé à ces émeutes. Il s’agit d’Issa Shakaryimana, âgé de 27 ans, de Clovis Hatungimana, 22 ans ainsi que de Léonard Manirambona âgé de seulement 21 ans. Les populations qui étaient présentes sur place ont réagi face à cette arrestation de ces trois hommes et les éléments de la police ont dû tirer en l’air pour calmer la situation.

Selon toujours les mêmes informations, la police est en train de confectionner les dossiers desdits commerçants pour les acheminer au parquet. Selon un membre de ce corps rencontré par la rédaction, ces hommes risquent des sanctions sévères car l’on ne s’attaque jamais un policier en uniforme.

Burundi - Rwanda - Diplomatie

Quand le Rwanda tend la main au pays de Ntare Rugamba !

Kigali, le 22 novembre 2018 (Net Press) . S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 20 novembre dernier, le nouveau chef de la diplomatie rwandaise, Richard Sezibera, indique que si Bujumbura se montre coopératif, le pays de Paul Kagame est prêt à normaliser ses relations avec son voisin du Sud.

Richard Sezibera indique que les relations entre ces deux pays sont toujours tendues depuis le printemps d’avril 2015 car le Burundi accuse son voisin du Nord d’entrainer militairement les réfugiés burundais afin de déstabiliser la paix et la tranquillité dans le Sud et d’être derrière la tentative du coup d’Etat du 13 mai 2015.

Richard Sezibera dit ceci à propos du Burundi : “Vous le savez bien, les relations avec notre voisin le Burundi ne sont pas au beau fixe pour des raisons qui ne dépendent pas de nous. Ce pays continue à nous impliquer dans des situations ou problèmes internes. Mais comme nous sommes concernés d’une façon ou d’une autre, si Bujumbura se montre coopératif et nous approche, nous sommes prêts et heureux à normaliser nos relations”

S’exprimant sur la récente déclaration du ministre en charge de la sécurité publique et la prévention des catastrophes, Alain Guillaume Bunyoni, qui a indiqué que Kigali est derrière l’assassinat de deux corps sans vie repêchés dans le lac Rweru, entre les frontières des deux pays, le ministre rwandais Richard Sezibera n’y est pas allé par quatre chemins. « Même les Rwandais en vie ne vont plus dans ce pays, comment les morts peuvent-ils s’y rendre ? Si nous perdons un proche, nous l’enterrons avec dignité au lieu de le jeter dans une rivière pour être repêché par les autres. C’est donc un pur mensonge”,

Burundi - Justice Transitionnelle

L’assemblée nationale préoccupée à mettre en place les nouveaux organes de la Cvr

Bujumbura, le 22 novembre 2018 (Net Press) . L’on apprend que ce 22 novembre 2018, l’assemblée nationale du Burundi est occupée à mettre en place les nouveaux organes de la commission vérité et réconciliation, une commission recommandée par les accords d’Arusha de 2000 et dont le mandat expire au mois de décembre prochain.

Quand la chambre basse du parlement a demandé aux postulants de déposer leurs dossiers, elle croyait que la mise en place de la nouvelle Cvr était une promenade de santé, mais c’était sans compter qu’il y a beaucoup de gens qui, suite au chômage et à la pauvreté extrême qui frappent la population, ont déposé pour tenter leurs chances.

Ainsi, au total, l’assemblée nationale enregistrera 185 dossiers alors que les commissaires ne doivent pas dépasser l’effectif de 13 personnes. Procédant par divers mécanismes pour réduire l’effectif des candidats, cette chambre restera avec 33 personnes qui désirent occuper ces postes et qui doivent être soumises à des tests de sélection.

Selon des informations en provenance de Kigobe, il y aura parmi les prétendants 12 Hutu, 11 Tutsi et 3 Twa, en plus de ceux qui faisaient partie de la première équipe sur le point d’achever son mandat. C’est donc parmi les 33 que doivent provenir les nouveaux commissaires chargés de cette mission. Selon toute vraisemblance, le président sortant, Mgr. Jean Louis Nahimana, devrait être reconduit dans ses fonctions.

Signalons que le bilan de la première équipe peut être qualifié de mitigé. En effet, depuis sa mise en place, la Cvr n’a jamais eu de moyens suffisants tandis que certains commissaires sont partis avant la fin du mandat, etc. Pour le moment, une nouvelle mission de la Cvr a été tracée au niveau de l’assemblée nationale, avec une nouvelle période d’enquête. Mais là non plus, la seule adoption de l’assemblée nationale ne suffit pas.

Burundi - Politique

Le Parena soutient le médiateur dans le conflit burundais

Bujumbura, le 22 novembre 2018 (Net Press) . Le parti pour le redressement national, Parena Imbogoraburundi, vient de déclarer ce 22 novembre qu’il soutient la position du médiateur dans la crise burundaise, le président ougandais Yoweri Museveni, sur la nécessité d’une nouvelle constitution qui puisse garantir la paix et la protection de tous les Burundais.

Cette formation politique trouve que la position du médiateur est d’autant plus justifiée qu’elle était l’un des objectifs de la feuille de route consensuelle de 2013 pour les élections de 2015 mais que, hélas, il n’a pas pu être mis en application. Le Parena défie donc toute formation politique œuvrant au Burundi de dire le contraire.

Le parti pour le redressement national recommande que, dans le cadre du dialogue inter burundais, le gouvernement ouvre le débat sur cette question en montrant sa bonne foi que la nouvelle constitution ne s’écarte pas de cet objectif car, conclut le Parena, la démocratie, c’est aussi et avant tout le débat, mais surtout le débat contradictoire.

Burundi - Politique

Des fuites d’information autour du rendez-vous présidentiel de 2020 !

Bujumbura, le 22 novembre 2018 (Net Press) . Selon des sources indépendantes proches du parti Cndd-Fdd, les Imborekure auraient l’intention d’observer, à partir de 2019, des marche-manifestations pour inviter le président Pierre Nkurunziza à se présenter aux élections présidentielles de 2020. Les mêmes informations qui commencent à filtrer précisent que de telles manifestations devraient commencer dans sa commune natale de Mwumba, juste au palais présidentiel de Buye.

Ces sources qui filtrent tout azimut indiquent qu’au parti au pouvoir, le Cndd-Fdd, il n’y a aucun homme charismatique pouvant remplacer valablement le président Pierre Nkurunziza, considéré, selon eux, de défenseur fervent de la démocratie et de la prospérité du Burundi, un président qui a assuré la gratuité des soins de santé aux enfants de moins de 5 ans, sans oublier la construction des écoles dans tout le pays.

Au cours de ces manifestations, l’intention est d’inviter le président Pierre Nkurunziza de ne pas abandonner le chantier de la paix, de la démocratie et de la prospérité qu’il avait entamé depuis 2005. Selon toujours ces informations, ces Imbonerakure ne comprennent pas pourquoi il a construit le palais présidentiel de Gasenyi pour ne pas y entrer 2020.

L’on se souviendra qu’au terme de la semaine dédiée aux combattants célébrée le samedi 17 novembre en commune Bukeye de la province de Muramvya, les membres de la ligue des jeunes du parti aux affaires, les Imbonerakure, ont entonné des chansons qui louent la bravoure du président Pierre Nkurunziza.

Dans leurs chansons, ils estimaient qu’ils n’auront pas une autre personnalité du parti Cndd-Fdd qui puisse le remplacer valablement, avant de l’inviter de se représenter aux élections présidentielles de 2020. On le voit donc, l’idée n’est pas nouvelle et elle continue de se répandre chez les jeunes Imbonerakure qui craignent probablement un futur incertain sans la présence de Pierre Nkurunziza à la tête du Burundi.

Burundi - Société

Les enfants de la rue retriouvent leurs familles

Bujumbura, le 22 novembre 2018 (Net Press) . Plus de 200 enfants de la rue ont été rassemblés par les associations "Enfant Soleil" et "Cnlsp", de mèche avec le ministère ayant les droits de la personne humaine dans ses attributions. Selon des informations policières, ces enfants avaient été rassemblés par la police dans la ville de Bujumbura.

Selon les mêmes informations, c’est la 14ème fois que ces enfants soient envoyés dans leurs familles respectives mais au bout d’un certain temps, ils reviennent vivre dans la rue qui semble les intéresser par rapport à leurs familles.

Burundi - Santé

Quand les fidèles d’Eusebie refusent que leurs enfants soient vaccinés

Ngozi, le 22 novembre 2018 (Net Press) . Dr. Philibert Sendegeya, le médecin directeur de la province sanitaire de Ngozi, lors de la deuxième journée des activités de la semaine dédiée a la santé mère –enfant, a déploré le comportement des adeptes d’Eusebie Ngendakumana de la commune Marangara. Ces derniers refusent que leurs enfants soient vaccinés contre la rougeole et la rubéole, arguant que ces médicaments sont des produits anti –christ.

Selon nos sources, l’administration de cette commune a pris une mesure d’emprisonner leurs parents dans les cachots de cette commune, avant de vacciner par force ces enfants. L’on rappellera également que ces hommes et femmes avaient affiché un comportement du genre dans leur exil rwandais, ce qui leur avait valu une expulsion en bonne et due forme.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte