Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand des policiers se transforment en bandits !

3 décembre 2018

Bujumbura, le 3 décembre 2018 (Net Press) . Des policiers en tenue civile ont été attrapés en flagrant délit de vol ce dimanche 2 décembre 2018 dans la localité de Mukonko située dans la commune de Nyabiraba, dans Bujumbura rural. Parmi les policiers-voleurs, il y avait un chef de poste de cet endroit qui portait des chaussures de couleurs différentes.

Les populations de la place qui ont appréhendé les malfaiteurs déclarent avec humour que la famine frappe les institutions chargées de la sécurité des populations, d’où elles se servent d’abord avant de penser aux autres. Les policiers-voleurs se trouvent entre les mains de la police.

Par ailleurs, au moins 14 personnes ont été assassinées et deux tentatives d’assassinat ont été enregistrées au cours de la semaine passée dans différentes localités. Les victimes de ces assassinats sont des orpailleurs abattus par des militaires et qui ont tous trouvé la mort dans cette attaque. Aucune enquête n’a été menée pour déterminer les circonstances de ce massacre.

Vingt-sept cas d’arrestations arbitraires ont été signalés, dont 23 membres de l’opposition à majorité du parti Fnl, des fidèles du député Agathon Rwasa. Un agent de police a également bénéficié de la libération suite à la complicité de responsables administratifs alors qu’il a été pris en flagrant délit de vol.

Au Nord Ouest, une personne a été tuée à Bubanza. Il s’appelait Nahayo, était connu comme membre de la coalition Amizero y’Abarundi. Il a été tué dans la nuit de ce dimanche 2 décembre sur la colline de Gitanga, en commune et province de Bubanza, par des éléments non encore connus, selon l’administration de cette entité.

De son côté, la police dit que les mobiles liés à la sorcellerie serait derrière ce meurtre et des sources divergentes proches de la coalition Amizero y’Abarundi soulignent que son membre a été tué pour des raisons politiques et demande la lumière sur cet assassinat. Des sources administratives indiquent que 6 personnes ont été interpellées par la police pour mener une enquête préliminaire.

Deux employés de la commune Muyinga, en province de Muyinga, restent introuvables. Leonidas Habiyakare qui occupait la fonction de secrétaire communal depuis le pouvoir monopartite, a été inquiété par une fouille-perquisition opérée à son domicile situé au quartier Gasenyi, par la police accompagnée par les Imbonerakure. Depuis ce jour, il a pris le chemin de l’exil .

Et dans la foulée, une dame prénommée Claire, la dactylographe de cette commune, accusée de "faux et usage de faux document ", a également pris le large vers une destination inconnue. Selon nos sources de Muyinga, une chasse aux sorcières aux employés de cette commune qui ne sont "Cnddfddistes" serait en cours.

Burundi - Justice

Vers une cour au-dessus à la cour suprême ?

Bujumbura, le 3 décembre 2018 (Net Press) . Le conseil des ministres s’est tenu ces 28 et 29 novembre 2018 sous la présidence du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza. Parmi les points à l’ordre du jour, il y avait un projet de loi portant révision de la loi n°1/26 du 15/09/2014 portant création, organisation, composition, fonctionnement et compétence de la cour spéciale des terres et autres biens, présenté par la ministre ayant la justice dans ses attributions.

Selon le conseil des ministres, cette loi de 2014 comporte des lacunes qu’il convient de combler. Parmi les points proposés, il y avait la compétence d’annuler le titre ou le certificat foncier faisant objet de litige pour les décisions qui ne sont plus susceptibles de recours. C’est également la non affectation des magistrats du ministère public auprès de la cour pour instruire les faits infractionnels qui se révéleraient en cours d’audience.

C’est enfin le silence de cette loi sur le fait que les jugements rendus par les juridictions de droit commun dans la matière qui est de la compétence sont frappés de la cour de nullité. Ce projet vient combler entre autres ces lacunes.

Une certaine opinion se pose la question de savoir si ce n’est pas une superposition des cours qui va entraîner la paralysie de la justice. En effet, jusqu’à présent, c’est la cour suprême qui était la plus haut placée, l’on ne comprend pas donc comment la décision de la cour suprême pourrait être modifiée ou abrogée par une cour spéciale, hiérarchiquement inférieure.

Par ailleurs, poursuit l’opinion, le président de la cour suprême, qui aurait siégé dans une affaire et qui aurait rendu un jugement, serait frustré de voir que le jugement de sa cour, son jugement en réalité, soit annulé par un subalterne, ce qui pourrait créer des frustrations, selon des juristes contactés par la rédaction.

Burundi - Justice

"L’ex-président Buyoya « stupéfait » par le mandat d’arrêt qui le vise", dixit Rfi

Addis Abeba, le 3 décembre 2018 (Net Press) . L’ancien président burundais et haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya, est visé par un mandat d’arrêt lancé par la justice de son pays. Le Burundi a lancé un mandat d’arrêt contre Pierre Buyoya. L’ancien chef de l’Etat burundais, qui est aujourd’hui au service de l’Union africaine, a publié ce dimanche 2 décembre un communiqué dans lequel il fait part de sa stupéfaction.

« Tout laisse à penser qu’il s’agit d’une simple manipulation politique », résume Pierre Buyoya. L’ancien président burundais, qui avait cédé le pouvoir à Melchior Ndadaye en 1993 avant de reprendre la tête du pays trois ans plus tard en pleine guerre civile, s’étonne aujourd’hui de voir resurgir cette affaire, 25 ans après l’assassinat du président Ndadaye.

Pierre Buyoya constate que la réouverture du dossier intervient au moment où, dit-il, « le gouvernement a choisi de s’emmurer délibérément dans le refus du dialogue ». Pour l’ancien président, « la justice risque, une fois de plus, d’être instrumentalisée au risque de ramener le pays dans les haines ethniques. » Pierre Buyoya ajoute : « il serait difficile d’imaginer que le régime soit à même de mener une procédure judiciaire avec un minimum de garanties et de crédibilité. »

Mais outre Pierre Buyoya, les mandats d’arrêt internationaux lancés par la justice burundaise visent 16 autres personnalités, des militaires et des membres du parti Uprona. La formation d’opposition dénonce une manipulation de la part du pouvoir. Charles Nditije, ex-dirigeant de l’Uprona, estime que le président Nkurunziza tente aussi de se positionner comme le défenseur des Hutus en jouant sur la corde ethnique.

« Ce qui est très surprenant aussi, c’est que ce soit uniquement le dossier du président Ndadaye sans qu’on daigne penser aux victimes qui, par centaines de milliers, ont été fauchées dans la foulée de la mort du président Ndadaye. Et c’était essentiellement des Tutsis. Donc ce n’est pas du tout une volonté de faire justice. »

Samedi, l’Union africaine a appelé le gouvernement burundais à éviter toute mesure de nature à nuire à la recherche d’un consensus sur la crise actuelle. Les autorités de Bujumbura n’ont pas réagi, mais leur ambassadeur aux Nations unies a demandé dans un tweet à la communauté internationale « de ne pas infantiliser le Burundi en s’ingérant dans ses affaires politiques. »

Burundi - Confessions Religieuses

L’église catholique entame une nouvelle année liturgique

Bujumbura, le 3 décembre 2018 (Net Press) . C’est hier 2 décembre qu’a commencé l’Avent, du latin adventus : avènement, arrivée du Messie, une période qui couvre quelques semaines précédant Noël, quatre dans la tradition de l’Église latine. Depuis l’instauration de ce temps liturgique, par analogie au Quadragésime du Carême, par le pape Grégoire le Grand, l’Avent représente la période où l’on se prépare à la venue du Christ, c’est-à-dire à sa naissance.

Dans les Églises utilisant le calendrier grégorien, l’Avent débute le quatrième dimanche avant Noël, et marque le début de l’année liturgique. L’Avent commence donc, au plus tôt, le 27 novembre et, au plus tard, le 3 décembre et se termine le 24 décembre. Chez les Orientaux et les Mozarabes, le temps de l’Avent dure 6 semaines et commence entre le 11 et le 15 novembre.

Dans l’Église catholique et la plupart des Églises protestantes, la couleur liturgique de cette période est le violet. Cependant, certains épiscopaliens et luthériens utilisent le bleu, et certains byzantins utilisent le rouge ou le blanc. Dans notre pays où la religion chrétienne se porte encore "mieux", le jour de l’Avent est tellement a une place tellement importante dans l’esprit des fidèles que c’est le premier des prélats, l’archevêque de Bujumbura, qui a célébré la messe à la Cathédrale Regina Mundi

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte