Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des Imbonerakure accusés de perturbation de la paix et de la tranquillité au Sud

7 décembre 2018

Makamba, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Nombreux témoignages du Sud du pays, plus précisément dans la province de Makamba, pointent du doigt les membres du parti au pouvoir, les Imbonerakure, les accusant de perturbation de la paix et de la tranquillité dans cette contrée du pays. Ils regrettent même que ces actes ignobles tombent souvent dans les oubliettes suite à l’impunité.

Selon les sources de Makamba, ces Imbonerakure tendent des embuscades à la frontière burundo-tanzanienne pour voler les biens des personnes qui pratiquent un commerce transfrontalier. Ce phénomène s’observe en commune Kibago, l’administration et la justice de cette entité se refusent tout commentaire. Par contre, celui qui tente de les en empêcher est accusé de boycotter le travail de la quadrilogie (administration - police - justice - comité de sécurité) avant d’être limogé de ses fonctions.

Les habitants de Makamba accusent ces Imbonerakure de s’être transformés en petits rois qui font la loi et témoignent que celui qui ose critiquer leurs actes est considéré comme un ennemi du pays. Un témoin sous couvert d’anonymat déclare que ces jeunes du parti de la majorité transmettent des messages de haine ethnique et affirme que deux Imbonerakure, Anicet Ndayongeje et Jean Bosco Irakoze, tous deux de la colline Kibago, ont tabassé un élève.

Selon les mêmes sources d’information, ces jeunes intimidaient l’élève en question en lui disant : " Vous Tutsi devriez répondre de vos actes commis en 1972 ", avant de lui arracher son téléphone portable. L’administration locale s’est gardée de tout commentaire sur cette affaire.

Les habitants de cette commune de Kibago demandent avec insistante à l’administration de Makamba, de tout faire pour le retour de l’ordre et de la tranquillité dans cette circonscription du sud du pays car l’insécurité n’a que trop duré.

Burundi - Justice

Lourde condamnation d’une famille pour avoir tué un des siens

Ruyigi, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Le tribunal de grande instance de Ruyigi siégeant en matière criminelle, a requis ce jeudi 6 décembre une condamnation de servitude pénale à perpétuité contre Juvénal Niyonsaba, accusé d’avoir tué son père, Sylvestre Gahungu, affirme la porte-parole de la cour suprême, Agnès Bangiricenge.

Elle indique que cette juridiction a requis une prison ferme de 20 ans contre Agathe Ndinzemenshi, épouse du défunt et mère du condamné, pour complicité dans ce meurtre. Ainsi, une famille entière vient d’être disloquée pour des raisons de folie meurtrière. Le père ayant été tué, son épouse et son fils sont condamnés à de lourdes peines si bien que, d’après certains témoignages, la femme aurait exprimé ses regrets, malheureusement trop tard.

Ce matin, dans la ville de Bujumbura, l’on apprend qu’une séance de flagrance a eu lieu ce matin et qu’il va se pencher sur un dossier d’un officier de la police, le Major Prime Nduwimana, qui a tué son épouse Louise Hagabimana et blessé son enfant qu’elle portait au dos au moment du crime, dépêché à l’hôpital de l’Ong Msf Belgique et qui a rendu son âme quelques temps après.

Une certaine opinion aurait souhaité que même la dame qui est à l’origine de ce crime soit entendue. En effet, pour des raisons de vagabondage sexuel avec le policier en question, son mari avait décidé de se suicider pour des raisons de comportement de son épouse. Même un testament avait été rédigé avant qu’il ne mette fin à sa vie. La même opinion pense donc que la justice devrait analyser le cas de cette dame qui est à l’origine en réalité de deux meurtres.

Burundi - Politique

Bujumbura tente d’orienter l’agenda du sommet des chefs d’Etat de l’Eac

Bujumbura, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Dans une lettre adressée le 4 décembre 2018 au médiateur dans le conflit burundais et président en exercice de la communauté de l’Afrique de l’Est, l’Ougandais Yoweli Kaguta Museveni, son homologue du Burundi, Pierre Nkurunziza, recommande la tenue d’un sommet extraordinaire ayant pour " le seul agenda " la résolution du conflit opposant le Burundi au Rwanda.

Pour rappel, le 20ème sommet des chefs d’Etat de l’Eac qui devrait se tenir le 30 novembre dernier, avait à se pencher sur plusieurs questions, mais celle du Burundi allait occuper le gros du menu. Ce sommet avait été reporté pour le 27 décembre prochain et la demande du président burundais apparaît donc devant une opinion comme une façon de détourner un agenda de la sous-région qui voudrait analyser à la loupe la crise burundaise.

Dans cette même correspondance, le président Pierre Nkurunziza recommande que les assises de 5ème round et dernier du dialogue inter burundais se penchent sur la feuille de route pour les élections de 2020 qui a été adoptée à l’unanimité avec tous les partis politiques.

Le président Pierre Nkurunziza souhaite que la communauté est-africaine puisse reconnaitre de façon urgente le vrai problème qu’a connu le Burundi depuis la crise de 2015. En effet, explique-t-il, c’est le pays de Paul Kagame qui a déstabilisé le Burundi en violant l’article 6 du traité de l’Eac, accusant le Rwanda d’entrainer militairement les éléments qui perturbent la paix et la tranquillité du Burundi et d’être derrière le coup d’Etat manqué du 13 mai 2015.

Dans cette même correspondance, le président Nkurunziza rejette en bloc le contenu du rapport de la facilitation dans le dialogue inter-burundais, transmis par l’ancien président tanzanien, Benjamin William Mkapa, qui était sur l’agenda des chefs d’Etats de la communauté est-africaine reporté au 27 décembre 2018.

Enfin, Pierre Nkurunziza a été on ne peut plus clair sur un point. Il ne s’essayera jamais avec les putschistes, tout en demandant à la communauté de l’Afrique de l’Est de régler au plus vite ce conflit avec le Rwanda avant que le Burundi ne poursuive d’autres dialogues tant internes qu’externes.

Burundi - Politique

Pierre Buyoya ne décolère pas

Addis Abeba, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Pierre Buyoya, ancien chef d’Etat qui n’a pas digéré qu’un mandat d’arrêt international le visant soit émis par Bujumbura, confirme de nouveau son hypothèse que le mandat d’arrêt est une diversion pour cacher les véritables difficultés auxquelles le régime de Bujumbura fait face.

Sur les ondes de la radio BBC, l’ancien chef de l’Etat a lancé une pique à l’endroit du gouvernement actuel, révélant que tous les hommes que la justice voudrait poursuivre sont de l’ethnie tutsi, ce qui explique une intention de vengeance basée sur la corde ethnique dans le chef de l’exécutif. Malgré cela, Pierre Buyoya a fait savoir qu’il n’a pas peur de l’extradition vers le Burundi même s’il accorde très peu de chances à cette décision de la part de l’Union africaine.

Rappelons que fin novembre, un mandat d’arrêt international avait été émis par le procureur général de la République du Burundi, Sylvestre Nyandwi, visant 17 anciens dignitaires de ce pays, dont l’ancien président de la République Pierre Buyoya et l’ancien premier vice-président du régime actuel, Bernard Busokoza.

Burundi - Politique

Le CNUNR contre les propos de Moussa Faki Muhamat

Bujumbura, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Le conseil national pour l’unité nationale et la réconciliation, par la voix de son président, ambassadeur Guillaume Ruzoviyo, au cours d’une conférence de presse de ce matin, a rejeté en bloc les déclarations du président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Muhamat, à propos du dossier de l’assassinat du président Ndadaye, rouvert dernièrement au mois de novembre par la justice burundaise.

Guillaume Ruzoviyo estime que l’on ne peut pas ne pas poursuivre les auteurs et les complices de l’assassinat du président Melchior Ndadaye, surtout que ce dernier a été suivi par des crimes contre l’humanité dans ce pays. Par ailleurs, a-t-il poursuivi, la justice pour Melchior Ndadaye est une démonstration de la souveraineté de notre pays.

Pour cela, il rejette en bloc les déclarations du président de la commission de l’Union africaine de la fin de la semaine dernière car c’est une meilleure façon de lutter contre l’impunité. Pour cela, il demande à la justice de travailler sur ce dossier sans penchant et traquer tous les suspects, y compris ceux qui ne se trouvent pas sur le sol burundais.

En début d’après-midi, une certaine opinion s’est dit étonnée du fait que le conseil national pour l’unité nationale et la réconciliation engage des polémiques avec un responsable de l’Union africaine, ce qui lui a fait conclure que l’indépendance de ce conseil national pourrait être douteuse.

Burundi - Energie

Perturbation dans la distribution de l’électricité ce weekend

Bujumbura, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Selon un communiqué de la société de distribution de l’eau et de l’électricité, Regideso, il y aura carence d’électricité ce 8 décembre 2018 dans le quartier industriel. La raison majeure est que cette entreprise publique procédera au remplacement des outils usés.

La Regideso demande l’indulgence à son aimable clientèle et lui demande de prendre des dispositions nécessaires pour toute la journée de ce samedi. De tels communiqués sont régulièrement délivrés par la Regideso, mais faute de communication, les populations se trouvent toujours devant un fait accompli, une rupture d’eau et d’électricité à leur insu.

Burundi - Société

Le Burundi passe de l’ethnisme au clanisme

Bujumbura, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Après l’agrément du clan des Bahanza par le ministre ayant l’intérieur dans ses attributions, ce dernier vient d’agréer une autre association du clan des Bajiji, une association sans but lucratif dénommée "MPUZABIJIJI". Elle a été agréée ce 6 décembre 2018.

Toutes ces associations agréées ont un dénominateur commun dans le sens où leurs composantes font partie de l’ethnie hutu, selon les conclusions du professeur Jean Baptiste Ntahokaja, professeur émérite de l’université du Burundi, dont un amphithéâtre lui a été dédié en guise d’hommage, à la même université du Burundi.

Burundi - Côte d’Ivoire - Anniversaire

Félix Houphouët-Boigny, 25 ans déjà !

Yamoussoukro, le 7 décembre 2018 (Net Press) . Les archives nationales de la Côte d’Ivoire le reconnaissent comme le seul président de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Il s’est éteint le 7 décembre 1993 dans la capitale Yamoussoukro, des suites d’un cancer. Premier ministre lors de la colonisation, il devient président lorsque son pays accède à l’indépendance, le 7 août 1960.

Tout comme les autres Africains, il élimine l’opposition et centralise rapidement les pouvoirs autour de lui et de sa formation politique, le parti démocratique de la Côte d’Ivoire, Pdci, un parti unique. Le président mise sur le libéralisme économique pour développer son pays et les investissements étrangers sollicités, les ressources premières comme le Cacao, le café et le bois sont mis à contribution.

Il a gardé des liens étroits avec la France, la puissance coloniale, une constante tout au long de son règne. Les historiens déclarent souvent que cet homme a jeté des bases solides pour le développement de son pays. Il a été inhumé deux mois plus tard, le 7 février 1994 et 26 chefs d’Etat, pour la plupart des Africains, ont été sur place pour rendre hommage à un des personnages les plus marquants de l’époque postcoloniale sur le continent africain.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte