Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 janvier 2019
|Des policiers priés de rester neutres dans leur carrière professionnelle

Burundi - Sécurité 4 janvier 2019
|Un commerçant tué à Makamba

Burundi - Sécurité3 janvier 2019
|La consommation du chanvre comme cause de l’insécurité dans la commune de Muha

Burundi - Sécurité2 janvier 2019
|La maison du général Philibert Habarugira "visitée"

Burundi - Sécurité1er janvier 2019
|Le passage de l’année 2018 vers 2019 se fait en toute sécurité

Burundi - Sécurité Routière31 décembre 2018
|Accident mortel à la veille de la Saint-Sylvestre

Burundi - Sécurité29 décembre 2018
|Fouille-perquisition au domicile de l’ancien ministre de la défense nationale

Burundi - Manifestations28 décembre 2018
|Le pouvoir dans la rue contre le médiateur dans le conflit burundais

Burundi - Justice27 décembre 2018
|La Parcem déplore des emprisonnements arbitraires

Burundi - Sécurité26 décembre 2018
|La fête de Noël laisse des pleurs dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité25 décembre 2018
|La sécurité se porte relativement bien sur toute l’étendue du territoire

Burundi - Somalie - Sécurité24 décembre 2018
|Bujumbura rejette en bloc la décision de retrait de 1000 militaires de la Somalie

Burundi - Sécurité Routière22 décembre 2018
|La police prête à sévir les chauffards...

Burundi - Somalie - Sécurité21 décembre 2018
|Retrait de 1.000 militaires burundais de l’Amisom depuis février 2019

Burundi - Sécurité20 décembre 2018
|Cinq personnes arrêtées dans la commune de Mpanda

Burundi - Rwanda - Sécurité19 décembre 2018
|Le Rwanda continue à dénoncer une agression en provenance du Burundi

Burundi - Sécurité 18 décembre 2018
|Le Cndd-Fdd à Kirundo dans le collimateur des Imbonerakure

Burundi - Sécurité17 décembre 2018
|Qu’est ce qui se passe réellement entre le Burundi et le Rwanda ?

Burundi - Sécurité15 décembre 2018
|Des pluies diluviennes détruisent des maisons et des champs

Burundi - Sécurité14 décembre 2018
|Une grenade explose devant un domicile d’un Imbonerakure

Burundi - Sécurité 13 décembre 2018
|Des personnes rapatriées sur Kirundo fuient de nouveau le pays !

Burundi - Rwanda - Sécurité12 décembre 2018
|Le Rwanda met en garde ...

Burundi - Sécurité11 décembre 2018
|Une mort inopinée surprend les habitants de la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité10 décembre 2018
|Quatre pêcheurs burundais enlevés sur le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 décembre 2018
|Des coups de feu retentissent dans la commune de Kiremba au Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des coups de feu retentissent dans la commune de Kiremba au Sud du pays

8 décembre 2018

Bururi, le 8 décembre 2018 (Net Press) . Des coups de feu ont été entendus dans la commune de Kiremba dans la nuit de vendredi à samedi 8 décembre, vers minuit. Il s’agit d’un ménage qui a été attaqué mais les forces de l’ordre qui étaient tout près ont vite riposté, repoussant sans beaucoup de peine les assaillants. Selon des informations recueillies sur place, aucun dégât n’est à signaler dans cette attaque.

Les défenseurs des droits de l’homme indiquent que le mois passé de novembre, des violations massives des droits de l’homme ont été enregistrées. Ils déplorent le fait que les présumés auteurs ne sont pas inquiétés et que des corps sans vie et pour la plupart non identifiés sont encore retrouvés dans différents endroits du pays comme les rivières, les buissons ou dans les lieux non éloignés des habitations.

Ainsi, pour la période sous observation, l’on compte 22 cas d’assassinats, 6 cas de disparitions forcées, 50 cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, ainsi que 4 cas d’atteintes à l’intégrité physique dont 4 cas de torture.

Dans la province de Muramvya, au Centre du pays, un homme du nom d’Adélin Ndayishimiye, âgé de 37 ans, a été retrouvé mort dans sa maison, pendu sur une corde. La police soupçonne qu’il se serait suicidé, surtout qu’il n’était pas en bons termes avec son épouse qu’il accusait d’adultère avec d’autres hommes de la région.

Cette femme et un homme qui la fréquentait ont été arrêtés juste après que ce cadavre eut été découvert dans la matinée de ce 7 décembre pour des raisons d’enquêtes. Signalons que ce couple aujourd’hui disloqué avait 4 enfants qui deviennent pratiquement des enfants sans parents comme cela devient de plus en plus fréquent dans les ménages burundais, dans la capitale comme à l’intérieur du pays, suite souvent aux malentendus des parents.

Burundi - Politique

Manifestations ce matin contre l’Union africaine

Bujumbura, le 8 décembre 2018 (Net Press) . Ce matin, des manifestations organisées par le pouvoir de Bujumbura ont eu lieu et une foule immense a pris part à ces mouvements. Les informations de dernière minute indiquent que ces expressions ont eu lieu dans tout le pays et avaient pour objectif la démonstration de force.

Dans leurs déclarations, ils s’insurgeaient contre le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, qui n’a pas une même lecture politique et judiciaire sur l’assassinat du président Ndadaye que Bujumbura. Sur des pancartes des manifestants, l’on pouvait lire "Toi, Monsieur Moussa Faki Mahamat, halte à tes bêtises, le Burundi est un pays souverain", " Nous invitons l’Onu et l’Ua à mobiliser les pays membres de ces organisations qui hébergent les criminels assassins de les attraper et les envoyer devant la justice burundaise pour qu’ils soient jugés pour avoir sauvagement assassiné le héros de la démocratie, S.E. Melchior Ndadaye et ...".

De leur côté, les "Bujumburais" soutiennent le gouvernement et la justice burundaise de continuer à traquer les assassins du président Ndadaye et ses collaborateurs. Ils en profitent pour dénoncer vivement le président de la commission de l’Union africaine Moussa Faki pour ses positions sur ce point précis.

L’on retiendra cependant qu’il y a des gens qui participent à ces manifestations par force car ils n’ont pas de choix. Il semble que les chefs de zone, de quartiers et les jeunes Imbonerakure sont chargés de mobiliser les populations pour qu’elles participent activement à ces démonstrations, gare à celui qui se soustrait du mouvement.

Burundi - Corruption

L’Olucome s’exprime à la veille de la journée internationale de lutte contre la corruption

Bujumbura, le 8 décembre 2018 (Net Press) . Le 9 décembre de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de lutte contre la corruption. C’est dans ce contexte que l’Olucome, à la veille du 10ème anniversaire de l’assassinat de son vice-président, Ernest Manirumva, a sorti un communiqué de presse.

De façon résumée, l’Olucome, observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, se dit qu’il va célébrer cette journée dans la grande tristesse où il observe la non séparation des pouvoirs, le rétrécissement des libertés publiques, la mauvaise gouvernance à tous les niveaux, la crise du leadership accru, la non acceptation du débat contradictoire, l’interdiction de la manifestation publique et l’intolérance d’opinion divergente.

Pour cela, l’Olucome demande aux membres du gouvernement en place de prendre conscience de sa responsabilité quant aux exactions et crimes socioéconomiques qui se commettent et d’y répondre. Il demande également de s’engager à la lutte contre la corruption et se déchaîner des corrupteurs et des corrompus devenus plus forts que l’Etat. Il demande enfin de se pencher sur la paix à travers le dialogue et le respect de l’accord d’Arusha ; gage de la gouvernance, de lutte contre la corruption et d’un développement réel et durable.

Aux politiciens, il demande de lutter contre l’égoïsme dominant, la corruption, la mauvaise gouvernance politique, économique et emprunter la voie du développement, de la paix et de la sécurité pour tous à travers l’élaboration des projets de société dans leurs partis politiques respectifs. Quant au peuple burundais, l’Olucome demande de refuser d’être manipulé et sucé par une classe politique aux intérêts égoïstes.

Signalons que la veille, la même organisation avait sorti un autre communiqué de presse portant sur la paupérisation extrême issue de la persistance du refus de dialogue, de l’isolement et des méandres du gouvernement du Burundi quant à la participation à des sessions et sommets importants pour le Burundi.

Burundi - Zimbabwe - Politique

Crise au Zimbabwe : le gouvernement entame des discussions avec l’opposition

Harare, le 8 décembre 2018 (Net Press) . Au Zimbabwe, le gouvernement et l’opposition ont entamé des discussions. Selon la presse zimbabwéenne, le président Emmerson Mnangagwa et le chef du principal parti d’opposition, Nelson Chamisa, ont entamé des pourparlers afin de trouver une solution à la crise politique et économique du pays, alors que l’opposition ne reconnait toujours pas l’élection en juillet dernier d’Emmerson Mangagwa à la tête de l’Etat.

Après des décennies d’animosité, le gouvernement et l’opposition se parlent. Selon plusieurs sources, Emmerson Mnangagwa et Nelson Chamisa seraient en contact. Le chef de l’opposition aurait notamment désigné une délégation de haut niveau pour négocier avec le parti au pouvoir, la Zanu-PF et mettre fin à la crise politique dans le pays.

L’opposition ne reconnait toujours pas l’élection de Mnangagwa à la tête de l’Etat. Des heurts ont d’ailleurs éclaté dans l’hémicycle entre députés de la Zanu-PF et du MDC. Une animosité qui, selon les observateurs, est préjudiciable au développement du pays.

En effet, les investisseurs internationaux ne sont pas revenus en masse pour relancer l’économie du pays comme l’espérait le chef de l’Etat. Il faut dire que les violences post-électorales du 1er août ont fortement endommagé la crédibilité du président, qui tentait de convaincre que le Zimbabwe a changé et n’est plus celui de l’ère Mugabe.

Cette prise de contact entre le chef de l’Etat et de l’opposition intervient également alors que le Zimbabwe tente de convaincre les Etats-Unis d’abandonner les sanctions économiques contre Harare.

Washington a déjà fait savoir que même s’il y a des signes encourageants, les réformes ne sont pas suffisamment importantes, notamment en matière de respect des droits de l’homme. Washington ajoute cependant que les Etats-Unis seront prêts à reprendre des relations bilatérales avec Harare, dès qu’il y aura de réels progrès.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte