Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une mort inopinée surprend les habitants de la province de Cibitoke

11 décembre 2018

Cibitoke, le 11 décembre 2018 (Net Press) . Il s’appelait Salvator Ngendabanka, originaire de la commune Bukinanyana, dans la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays. Son cadavre a été découvert ce matin dans la zone de Masango, ce qui a surpris plus d’un d’autant plus que l’homme en question était bien portant hier.

Selon des informations sur place à Cibitoke, les autorités ont décidé de ne pas enterrer cette personne avant que des enquêtes, qui ont déjà commencé selon les mêmes sources, ne montrent les véritables raisons de son assassinat, une demande faite également par les membres de la famille du défunt. Les informations de dernière minute précisent que deux suspects dans cette tragédie auraient été déjà interpellés par la police pour des raisons d’enquête.

Sur un autre point concernant la sécurité, dans sa dépêche du 10 décembre 2018, la rédaction avait fait part de 4 pêcheurs appréhendés par la marine rwandaise dans la nuit de samedi 8 décembre 2018. L’on apprend qu’ils ont été relâchés dans la soirée de ce lundi 10 décembre 2018, en plus de 4 autres qui ont été refoulés de ce pays.

Sur un autre chapitre, des allégations de violations et des violations des droits de l’homme ont été enregistrées. Au moins 3 personnes ont été tuées la semaine dernière, 1 autre a été enlevée au moment où 3 ont été torturées, 1 personne arrêtée arbitrairement et 1 autre encore victime de violations basées sur le genre. Parmi les victimes, figurent deux femmes tuées dont 1 mineure.

Des jeunes du parti au pouvoir, des policiers, des militaires, des agents du service secret et des administratifs sont pointés du doigt comme étant les présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. L’on relève des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime de Bujumbura.

Par ailleurs, la police a interpellé un individu en possession d’un fusil de type revolver et des chargeurs. Il était vers 12hoo de ce mardi lorsque quelques éléments de la police lourdement armés et à bord d’un jeep pickup, ont mis la main une personne en possession d’un fusil de type revolver garni de deux chargeurs dans un sac, au quartier asiatique, en mairie de Bujumbura. D’après les témoins qui étaient sur place, cette personne a expliqué qu’il avait trouvé ce fusil et ces chargeurs dans les immondices qui étaient dans les environs. Il a été transporté manu militari vers une destination inconnue.

Burundi - Politique

Un observatoire contre l’ancien président Buyoya !

Bujumbura, le 11 décembre 2018 (Net Press) . A travers une déclaration rendue publique ce mardi 11 décembre, le président de l’observatoire nationale pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité, Jean de Dieu Mutabazi, indique que l’observatoire constate que la procédure des mandats d’arrêt internationaux lancés contre Pierre Buyoya et ses collaborateurs est régulière et conforme à l’accords d’Arusha, à la loi nationale et internationale.

Jean de Dieu Mutabazi encourage le parquet général de la République à continuer dans cette voie de lutte contre l’impunité et d’établissement de la vérité et qu’aucun citoyen n’est au-dessus de la loi, fut-il un ancien chef de l’Etat.

Jean de Dieu Mutabazi indique qu’après l’émission des mandats d’arrêt internationaux , l’ex président Pierre Buyoya s’est répandu abondamment dans tous les médias du monde, avec arrogance et cynisme, pour proclamer à qui veut l’entendre qu’il est intouchable de par les accords d’Arusha qui lui accorderaient l’immunité et que selon lui, il pourra bénéficier de la protection de certains milieux internationaux. Jean de Dieu Mutabazi ajoute qu’après avoir revisité l’accord d’Arusha et le code pénal, l’observatoire constate que les présumés auteurs du putsch et des assassinats sauvages de 1993 ne bénéficient d’aucune immunité ni amnistie.

Ce dernier, dans cette déclaration, indique que l’ex président Pierre Buyoya, au lieu de répondre sur les crimes dont il est accusé, tente une manœuvre de diversion en s’attaquant au gouvernement du Burundi. Il prétend que la réouverture du procès aurait pour cause des difficultés politiques de ce dernier. Il va jusqu’à accuser le gouvernement que la reprise de ce dossier cacherait des raisons électoralistes pour attirer la sympathie de l’électorat hutu, parce que Ndadaye était d’ethnie hutu et brandit des menaces comme quoi son arrestation pourrait entrainer des tensions entre le Bahutu et les Batutsi alors qu’il est accusé sur des faits personnels précis .

Jean de Dieu Mutabazi indique que le président Buyoya veut détourner l’attention des accusations portées contre sa personne en prétendant que c’est toute une communauté ethnique qui serait visée, en l’occurrence celle des Batutsi . Mais selon lui, au contraire, il doit répondre de ce qui le concerne car la responsabilité pénale est personnelle et que sa communauté ethnique n’est pas impliquée dans ses problèmes judiciaires personnels.

Jean de Dieu Mutabazi recommande aux Etats qui hébergent les présumés auteurs de coopérer avec la justice burundaise, de les arrêter et de les extrader vers le Burundi, conformément au droits international.

Dans ce communiqué Jean de Dieu Mutabazi, président de l’observatoire, s’indigne contre les interventions intempestives du président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Muhamat, qui prétend donner des injonctions à la justice burundaise pour lui dire qui poursuivre et qui ne pas poursuivre. Il conclut qu’un fonctionnaire de l’Union Africaine n’a aucune compétence judiciaire.

Burundi - Energie

Le carburant reste un casse-tête chinois dans la plupart des provinces du Burundi

Cibitoke, le 11 décembre 2018 (Net Press) . Dans nos dépêches antérieures, nous avions évoqué une pénurie de carburant de type mazout dans plusieurs provinces du pays, notamment celles du nord du pays, y compris également la mairie de Bujumbura. Dans la province de Muyinga, 1 litre d’essence se vendait frauduleusement à 6.000 Fbu le litre la semaine passée.

La même situation vient de s’observer dans la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays, qui vient de faire une semaine sans une goutte de carburant dans cette entité administrative. L’on apprend que certains propriétaires de véhicules préfèrent les garer dans leurs parcelles au moment où d’autres font le plein dans la capitale Bujumbura. Selon des sources dignes de foi, le carburant s’achète frauduleusement en République démocratique du Congo via la Rusizi et une fois rendu sur place, il est vendu à 4.000 Fbu le litre.

Comme un peu partout ailleurs, ce désordre engendre des spéculations des chauffeurs de véhicule de transport rémunéré qui fixent les prix de transport en dehors de tout contrôle du gouvernement. Il est même assez curieux, selon une certaine opinion, que le ministère en charge de ce produit reste silencieux devant des interrogations des usagers de véhicules dans le pays.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka s’exprime sur la célébration du 70ème anniversaire de la DUDH

Bujumbura, le 11 décembre 2018 (Net Press) . La ligue Iteka est l’une des associations de défense des droits de l’homme les plus anciennes au Burundi. Elle a précédé de quelques années les élections au suffrage direct du 1er juin 1993 et qui ont été gagnées par le Frodebu, dont les membres faisaient partie des fondateurs de cette ligue des droits de l’homme.

La ligue Iteka poursuivra sa mission de défense des droits de l’homme jusqu’au lendemain des élections controversées qui ont porté à la tête du pays Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat. Cette ligue qui avait essayé de contester cette échéance se verra rayer de la liste des associations de la société civile autorisées à fonctionner sur le sol burundais.

Elle vient cependant de s’exprimer sur le 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948. Pour cette ligue de défense des droits de l’homme, il y a une crise sans précédent au Burundi depuis la décision du président de briguer un troisième mandat.

Iteka revient sur les manifestations et la répression qui a donné lieu à des crimes de droit international tels que les exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des actes de torture ainsi que d’autres formes de mauvais traitements inhumains et dégradants. Cette ligue donne les effectifs de ceux qui ont trouvé la mort, des personnes portées disparues, des personnes torturées et celles arrêtées arbitrairement. De son côté, le Hcr parle de plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont fui le pays.

Bref, c’est une bilan négatif dressé par la ligue Iteka qui ne trouve aucune avancée de la situation des droits de l’homme au Burundi depuis cette date. Signalons que ce 11 décembre 2018, trois années jour pour jour viennent de s’écouler après des attaques de 4 camps militaires suivies de répression sur les civils des quartiers contestataires du 3ème mandat.

Burundi - Rwanda - Justice

"Le Rwanda condamné par la CADHP pour la détention de Victoire Ingabire", dixit Rfi

Kigali, le 11 décembre 2018 (Net Press) . Le Rwanda a été condamné à verser 65 230 000 francs rwandais à Victoire Ingabire pour réparer les préjudices matériels et moraux occasionnés par ses huit années passées en prison. Une décision rendue vendredi 7 décembre par La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Pas de réaction pour l’instant de la part des autorités rwandaises.

Pour mémoire, Victoire Ingabire avait été condamnée en 2011 à 15 ans de prison pour « minimisation du génocide » pour finalement être libérée de manière anticipée en septembre dernier.

Du côté des Forces démocratiques unifiées (FDU), le parti de l’opposante, on affiche une certaine satisfaction. Pour Fidèle Kabera, le secrétaire général adjoint du parti, cette décision prouve que Victoire Ingabire a été victime d’un acharnement politique. « Pour nous, c’est une bonne nouvelle, nous confie Fidèle Kabera. Parce que le Rwanda doit finalement être conscient que la communauté internationale voit bien que le procès de notre présidente était un procès politique et que notre présidente n’aurait pas dû être en prison. Qu’elle aurait dû avoir le droit de représenter notre parti et de contribuer au bien-être de notre pays.

La somme, ce n’est pas vraiment ce qui nous importe le plus. Ce qui nous importe le plus c’est le symbole même. Le fait que l’Etat rwandais soit condamné et qu’on demande à l’Etat rwandais d’indemniser notre présidente. C’est ce symbole même, c’est ça la victoire pour nous : qu’ils sachent qu’elle était dans ses droits de faire de la politique au Rwanda. »

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte