Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Rwanda - Sécurité

Le Rwanda met en garde ...

12 décembre 2018

Kigali, le 12 décembre 2018 (Net Press) . Depuis avril 2015, les relations entre Kigali et Bujumbura ne cessent de s’envenimer si bien qu’une certaine opinion trouve que tout laisse croire que les deux pays peuvent en venir aux mains. Le président Rwandais, Paul Kagame, a fait savoir que son armée n’agressera personne mais qu’en cas d’invasion de son pays, il repoussera l’ennemi sans beaucoup de peine.

Ces propos ont été tenus au lendemain des manifestations organisées par le pouvoir de Bujumbura en date du 8 décembre dernier où les participants déclaraient haut et fort qu’ils fonceront jusqu’à Kigali pour faire face à ceux qui veulent déstabiliser le Burundi. L’on se souviendra qu’il y a plusieurs semaines, des informations avaient circulé le monde entier, faisant part d’une attaque conjointe de Bujumbura et de Kampala contre la capitale le Rwanda.

A l’intérieur du pays, une grenade a explosé hier 11 décembre vers 19 heures dans la commune de Gihanga, de la province de Bubanza au Nord Ouest du pays. Des sources d’information sur place indiquent qu’il n’y a aucun dégât à signaler, mais que deux personnes vivant tout près de l’endroit où la grenade a éclaté, supposés être une victime et un agresseur, ont été appréhendées pour des raisons d’enquête. Ce matin, l’une des deux, la présumée victime, a été relâchée mais l’autre a été maintenue pour la poursuite des enquêtes.

Burundi - Justice

Clément Nkurunziza devant la cour d’appel de Ngozi

Ngozi, le 12 décembre 2018 (Net Press) . Selon des informations concordantes, Clément Nkurunziza devrait comparaître ce 12 décembre 2018 devant la cour d’appel de Ngozi. L’on apprend cependant qu’aucune notification du motif de sa comparution ne lui a pas été remise par les responsables de la prison de Ngozi. Il a eu juste un message verbal.

Rappelons que ce détenu vivait aux Etats-Unis dans l’Etat du Texas. Il est arrivé à Bujumbura en date du 24 mars 2018 après son expulsion. Selon la police, il avait été accueilli par la police et que les documents officiels de son voyage indiquaient qu’il était expulsé suite à son séjour illégal aux Etats-Unis.

Signalons qu’il est soupçonné de participation dans les massacres des étudiants de l’université du Burundi en 1995, des allégations qui sont souvent évoquées sur internet. Une pétition avait été lancée à son sujet pour éviter son expulsion et sur 2.000 signatures requises, il n’avait totalisé que 1025. Signalons enfin que le gros des étudiants qui ont été massacrés à cette période étaient d’ethnie hutu.

Burundi – Politique

Une coalition piégée ! .

Bujumbura, le 12 décembre 2018 (Net Press) . La conférence internationale sur la région des grands lacs, Cirgl, est accusée par une certaine opinion de garder le silence sur la crise burundaise et dans la région des grands lacs. Cependant, poursuit-elle, l’Union européenne alloue 10 millions d’Euros pour promouvoir la paix et la sécurité dans la région des grands lacs, un financement jugé piégé par la même opinion.

En présence de l’envoyé spécial du secrétaire de l’Onu dans la région des grands lacs, Said Djinnit, des ambassadeurs du royaume de Belgique, Bernard Quentin, de la France, Laurent Delahouse, de l’Allemagne Michael Housler, de l’ambassadeur de l’Union européenne au Burundi, Wolfram Vetter, la Cirgl et l’absence du ministre des relations extérieurs et de la coopération internationale, cette conférence a signé le projet régional sur la paix et la sécurité, la lutte contre l’exploitation minière dans la région et les violences faites aux femmes dans la région des grands lacs.

A la fin de la matinée, L’Union européenne a débloqué une enveloppe de 10 millions d’Euros pour une période de 3 ans. D’aucuns craignent que ce financement ne pousse cette organisation, qui s’occupait naguère de la paix et de la sécurité à se pencher sur un autre cahier de charge..

Les Nations unies font un clin d’œil !

L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies dans la région des grands Lacs, l’Algérien Said Djinnit, a fait remarquer que la Cirgl a du pain sur la planche. En effet, la République Démocratique du Congo fait face à des forces négatives qui déstabilisent la paix et la tranquillité de ce pays et la région. La situation problématique des élections et la coopération désastreuse de la sous-région, le mouvement incessant des réfugiés, les problèmes des frontières, autant de difficultés sans solutions dans l’immédiat.

Pour cela, a-t-il fait remarquer, la Cirgl devrait doubler d’ efforts pour résoudre ces défis qui gangrènent la région des grands lacs et créer la confiance mutuelle entre les Etats. Said Djinnit a demandé à la Cirgl de faciliter le désarmement des forces négatives, de s’impliquer davantage dans la résolution des crises que traverse la sous-région pour le retour volontaire des refugiés éparpillés dans ces entités.

L’ambassadeur de l’Union européenne au Burundi, Wolfram Vetter, a invité la Cirgl de s’impliquer d’avantage pour le retour de la paix et de la tranquillité de la sous-région, à travers la résolution des conflits, impliquent la société civile, la femme et encourage les pays des grands lacs de faire des efforts pour la reprise de la coopération entre le Burundi et le Rwanda.

Sur la question de la rédaction de savoir pourquoi nombreuses opinions jugent la conférence internationale sur la région des grands lacs de muette sur les différentes crises que traverse la sous-région, le secrétaire exécutif de la Cirgl, Zacharie Muburi Mwita, s’est gardé de tout commentaire

Burundi - Energie

Le manque du carburant fait toujours parler de lui

Bujumbura, le 12 décembre 2018 (Net Press) . Dans ses éditions antérieures, la rédaction n’a cessé d’évoquer le manque de carburant dans le pays, surtout celui de type Mazout. La question devient de plus en plus compliquée qu’une compagnie de vente de carburant peut en trouver pour l’une de ses stations et en manquer pour une autre basée dans une autre commune de la capitale.

En effet, si la station Mogas du quartier Kigobe, commune Ntahangwa, peine à trouver du carburant, la même station Mogas située tout près de l’école belge, en commune Mukaza, satisfait presque tous les jours les consommateurs de ce produit. Il y a d’autres stations, - la rédaction ne les mentionnera pas ici pour des raisons d’éthique et de déontologie - qui ont toujours du carburant et qui prélèvent une certaine quantité au client par rapport à sa commande.

Le résultat est clair, elles sont fréquentées par des automobilistes qui ne savent pas qu’on leur vole une quantité de leur commande ou alors des gens qui se trouvent dans une urgence et qui doivent prendre un peu de carburant quelles que soient les conditions d’acquisition. Ces dernières ont toujours du carburant car ceux qui les connaissent préfèrent garder leurs véhicules à la maison jusqu’à ce qu’une solution, ne fût-ce que partielle, soit trouvée.

Burundi - Rwanda - Ouganda - Intégration

Paul Kagame renonce à la présidence de l’Eac en 2019

Kigali, le 12 décembre 2018 (Net Press) . L’on apprend que l’ambassadeur du Rwanda en Ouganda a informé le président Museveni, président en exercice de l’Eac, que son patron de Kigali renonçait à lui succéder à la tête de l’East african community en 2019 pour des raisons d’agenda très chargé.

En effet, entre la fin de la présidence de l’Union africaine, la réforme de cette institution, il s’ensuivra la préparation de la réunion des chefs d’Etat du Commonwealth qui doit se tenir au Rwanda en 2020. Les chefs d’Etat membres de l’Eac ont appris cette nouvelle le 30 novembre 2018 lors du sommet d’Arusha, lequel, suite à l’absence du Burundi, a été reporté au 27 décembre 2018.

Burundi - Grande Bretagne - Allemagne - Politique

"Accord de Brexit : refus poli mais ferme de Merkel aux demandes de May", dixit Rfi

Berlin, le 12 décembre 2018 (Net Press) . La Première ministre britannique a effectué une tournée européenne pour implorer les dirigeants européens de lui donner de nouvelles garanties sur l’accord de Brexit, dans une tentative désespérée de sauver ce texte que le Parlement britannique refuse en l’état de ratifier. Theresa May a rencontré dans l’après-midi la chancelière Angela Merkel à Berlin. La chancelière allemande a jugé qu’il n’y avait pas de possibilités de changer l’accord de Brexit conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Pour Angela Merkel, l’accord conclu fin novembre est un bon accord et un bon texte qui définit les futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, rapporte notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux. La chancelière n’a donc pas bouté d’un pouce en direction de son homologue britannique fidèle à la ligne définie depuis le référendum par Berlin : ne rien faire qui puisse arranger la GB pour éviter que d’autres pays ne cherchent eux aussi à quitter l’UE.

Pour la chancelière, la Première ministre britannique finira bien par trouver un terrain d’entente avec ses députés sur le « backstop » puisque ces mêmes députés sont en majorité opposés à une sortie de leur pays de l’UE sans accord.

En clair, la balle est dans le camp britannique. Sur ce terrain pas de conflit au sein de la majorité d’Angela Merkel. « On a investi beaucoup de force, de temps et de créativité dans les négociations, on ne peut pas tout remettre sur la table », estime le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, le social-démocrate Roth.

« J’ai ressenti une volonté commune de régler ce problème », voilà l’essentiel de ce que Theresa May peut se targuer de rapporter à Londres de sa tournée européenne, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet.

« Il est clair que l’UE à 27 veut aider. La question est de savoir comment », a répondu le président du Conseil européen Donald Tusk dans un message sarcastique sur son compte twitter après sa rencontre avec Mme May.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte