Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Burundi - Sécurité7 janvier 2019
|Une personne tuée dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité5 janvier 2019
|Des policiers priés de rester neutres dans leur carrière professionnelle

Burundi - Sécurité 4 janvier 2019
|Un commerçant tué à Makamba

Burundi - Sécurité3 janvier 2019
|La consommation du chanvre comme cause de l’insécurité dans la commune de Muha

Burundi - Sécurité2 janvier 2019
|La maison du général Philibert Habarugira "visitée"

Burundi - Sécurité1er janvier 2019
|Le passage de l’année 2018 vers 2019 se fait en toute sécurité

Burundi - Sécurité Routière31 décembre 2018
|Accident mortel à la veille de la Saint-Sylvestre

Burundi - Sécurité29 décembre 2018
|Fouille-perquisition au domicile de l’ancien ministre de la défense nationale

Burundi - Manifestations28 décembre 2018
|Le pouvoir dans la rue contre le médiateur dans le conflit burundais

Burundi - Justice27 décembre 2018
|La Parcem déplore des emprisonnements arbitraires

Burundi - Sécurité26 décembre 2018
|La fête de Noël laisse des pleurs dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité25 décembre 2018
|La sécurité se porte relativement bien sur toute l’étendue du territoire

Burundi - Somalie - Sécurité24 décembre 2018
|Bujumbura rejette en bloc la décision de retrait de 1000 militaires de la Somalie

Burundi - Sécurité Routière22 décembre 2018
|La police prête à sévir les chauffards...

Burundi - Somalie - Sécurité21 décembre 2018
|Retrait de 1.000 militaires burundais de l’Amisom depuis février 2019

Burundi - Sécurité20 décembre 2018
|Cinq personnes arrêtées dans la commune de Mpanda

Burundi - Rwanda - Sécurité19 décembre 2018
|Le Rwanda continue à dénoncer une agression en provenance du Burundi

Burundi - Sécurité 18 décembre 2018
|Le Cndd-Fdd à Kirundo dans le collimateur des Imbonerakure

Burundi - Sécurité17 décembre 2018
|Qu’est ce qui se passe réellement entre le Burundi et le Rwanda ?

Burundi - Sécurité15 décembre 2018
|Des pluies diluviennes détruisent des maisons et des champs

Burundi - Sécurité14 décembre 2018
|Une grenade explose devant un domicile d’un Imbonerakure

Burundi - Sécurité 13 décembre 2018
|Des personnes rapatriées sur Kirundo fuient de nouveau le pays !

Burundi - Rwanda - Sécurité12 décembre 2018
|Le Rwanda met en garde ...

Burundi - Sécurité11 décembre 2018
|Une mort inopinée surprend les habitants de la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le Cndd-Fdd à Kirundo dans le collimateur des Imbonerakure

18 décembre 2018

Kirundo, le 18 décembre 2018 (Net Press) . Des sources concordantes proches des membres de la ligue des jeunes du parti de l’Aigle, Imbonerakure, en province de Kirundo au nord du pays, dénoncent des promesses non tenues de la part des responsables de la formation politique au pouvoir en province de Kirundo.

D’après les témoins, tous les présidents du parti Cndd-Fdd qui se sont succédé dans cette circonscription administrative leur ont dit de garder la vigilance contre toute forme d’agression en provenance du Rwanda, en érigeant des barricades à la frontière des deux pays. Ils devaient en outre surveiller tout mouvement des passants et qu’en contrepartie, ils vont percevoir un salaire de 60.000 Fbu, une promesse non tenue il y a trois ans déjà, selon ces Imbonerakure qui n’ont pas révélé leur identité.

La même source indique que ces jeunes nourrissaient l’espoir d’un lendemain meilleur par l’obtention d’un travail juteux suivi de ces émoluments mais qu’à contrario, ils croupissent dans la misère. Les responsables du Cndd-Fdd au niveau provincial ont indiqué que les affaires du parti sont traitées au niveau du sommet et non dans la presse, une forme de rétention de l’information.

Burundi - Tanzanie - Economie

Vers la dislocation de l’Eac ?

Bujumbura, le 18 décembre 2018 (Net Press) . C’est une question que d’aucuns se posent au regard des relations interétatiques entre les différents pays qui composent la communauté de l’Afrique de l’Est. Un politologue qui a requis l’anonymat indique que la communauté est plus que malade et qu’elle pourrait mourir d’un moment à l’autre.

Selon lui, les employés de cette communauté ne vont plus bénéficier de leurs salaires à partir de 2019, faute de cotisations de pays membres. L’on apprend que le Burundi, tout comme le Sud Soudan, viennent de passer plus de 5 ans sans donner leur contribution pour gonfler la trésorerie de cette organisation est-africaine.

Notre interlocuteur ajoute qu’il est inimaginable que jusqu’à nos jours, les fonctionnaires burundais de l’Eac, à commencer par le premier d’entre eux, le secrétaire général de cette organisation, Liberat Mpfumukeko, continuent de percevoir des salaires colossaux alors que le Burundi fait partie des pays qui ne s’acquittent de leurs dettes.

Et selon ce témoignage, le Giz, une agence de coopération internationale allemande pour le développement qui a son siège à Eschborn et Bonn et qui est financée par le ministère fédéral de la coopération économique, qui finance à son tour l’Eac, dit clairement qu’il ne peut pas verser les salaires des fonctionnaires de L’Eac, et que cette responsabilité revient aux pays membres de cette communauté.

D’autre part, souligne le politologue, la mauvaise relation entre le Burundi et le Rwanda pourrait jeter du feu au poudre car le Burundi boycotte les sommets des chefs d’Etat, exigeant d’abord une étude préalable des mauvaises relations entre les deux pays, comme le président burundais l’a écrit au médiateur dans la crise burundaise, l’Ougandais Yoweri Museveni.

L’une des conséquences éventuelles et le retrait du Burundi de l’Eac, - le pays avait menacé de le faire car les recrutements se font pour les anglophones uniquement - ou alors être chassé par ses voisins, jugé encombrant par la prise de ses positions, selon des plaintes de la part de la mairie d’Arusha, lors du report du sommet du 30 novembre, lié à l’absence du Burundi au sommet.

Burundi - Union Européenne - Sécurité

L’Union européenne pas contente de la situation au Burundi

Bruxelles, le 18 décembre 2018 (Net Press) . A travers une déclaration de l’Union européenne rendue publique par son porte-parole, Maja Kocijancic, cette dernière fait une lecture pessimiste à propos de la fermeture du bureau du haut commissariat aux droits de l’homme au Burundi. La rédaction livre ici l’intégralité de la déclaration.

" En demandant au Haut - Commissariat aux Droits de l’Homme de fermer son bureau au Burundi, le Gouvernement burundais rejette un mécanisme de coopération internationale important pour le suivi et le renforcement des droits de l’homme et le rétablissement de la confiance au sein de la population et vis-à-vis de la communauté internationale.

" Ces éléments apparaissent essentiels pour l’avenir du Burundi, comme pour tout Etat membre des Nations Unies. Face au regain de tensions et l’impasse dans le dialogue inclusif, l’apaisement et la recherche de consensus sont plus que jamais nécessaires pour permettre de surmonter durablement les défis actuels et d’envisager la tenue d’élections en 2020 dans de bonnes conditions ".

Burundi - Usa - Coopération

Le Burundi parmi les pays qui ne vont plus bénéficier de l’aide des Etats Unis

Washington, le 18 décembre 2018 (Net Press) . A travers un communiqué rendu public ce 28 novembre 2018, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, a annoncé que des pays comme le Burundi, Belarus, Belize, Birmanie, la Chine, les Iles Comores, la République démocratique du Congo, la Guinée Equatoriale, le Gabon, l’Iran et le Laos ne vont plus bénéficier de l’aide des Etats Unis d’Amérique.

John Bolton affirme que ces pays sont classés parmi ceux qui violent massivement les droits de la personne humaine, en plus du trafic humain. L’on apprend également que les Etats-Unis sont révoltés par le fait que ces pays ont des principaux alliés qui sont la Chine et la Russie. Donald Trump est un président qui n’a pas sa langue dans la poche et qui met en vigueur des décisions qu’il vient de prendre, qu’elles plaisent ou pas, pourvu que les intérêts américains soient privilégiés, d’après sa politique d’Amérique d’abord.

C’est ici où le président Donald Trump est imprévisible car, en ce qui concerne le Burundi, Pierre Nkurunziza est le premier président africain qui l’a félicité après sa victoire aux élections de novembre 2016. Fatigué par les pressions de Barack Obama, via son ambassadrice aux Nations Unies de 2013 à 2017, Samantha Power, le président burundais avait bien accueilli la défaite de la démocrate Hilary Clinton, croyant que peut-être les républicains allaient être moins regardants par rapport aux démocrates.

Le président Donald Trump, qui s’exprime rarement sur la situation au Burundi, s’était posé la question de savoir pourquoi le dialogue entre les Burundais ne se passerait pas dans un autre coin de la planète. A défaut d’une réponse à son interrogation, il a tout de même suivi de près la situation des droits de l’homme au Burundi et il vient de prendre une sanction à l’américaine de fermer ses robinets envers ces pays ci-haut mentionnés.

Cette décision ne doit pas être bien accueillie par le pouvoir de Bujumbura qui est souvent convaincu que les pays de la communauté internationale sont bernés par des mensonges et des montages de la part des Burundais à la solde des colons et qui sont qualifiés par Bujumbura d’ennemis de la Nation.

Burundi - Ouganda - Transport

Des scouts ougandais interdits de fouler le sol burundais

Muyinga, le 18 décembre 2018 (Net Press ). La province de Gitega a abrité depuis hier une conférence internationale des scouts des pays de la sous-région. Ainsi, les pays présents dans la future capitale politique du pays sont le Burundi, le Rwanda, le Kenya, la Tanzanie et l’Ethiopie.

Selon des informations en provenance de Kobero, dans la province de Muyinga, plus de 300 scouts ougandais qui venaient prendre part à cette conférence ont été interdits d’entrer au Burundi pendant le weekend dernier et ils ont dû rebrousser chemin. Jusqu’à présent, l’on ne connaît pas les raisons officielles de ce refus pour ces scouts qui étaient majoritairement des élèves.

L’on apprend cependant qu’il y a eu beaucoup de négociations infructueuses entre Bujumbura et Kampala à ce sujet. Mais ces élèves ont fini par être refoulés. Signalons enfin que cette rencontre des jeunes s’étendra sur 5 jours.

Burundi - Administration

Une autre Ong a également fermé ses portes

Bujumbura, le 18 décembre 2018 (Net Press) . Dans sa dépêche d’hier, la rédaction de Net Press a fait savoir qu’il y a deux Ongs étrangères, Handicap International et Avocat sans frontières, qui ont décidé de quitter le pays parce qu’ils ne sont pas en mesure de satisfaire aux conditions posées par Bujumbura pour qu’elles continuent à travailler au Burundi.

L’on vient d’apprendre qu’une autre Ong étrangère, Bibliothèque sans frontières, a également décidé de fermer ses portes au Burundi. Elle pourrait s’installer ailleurs sur décision de son siège.

Burundi - Rwanda - Sécurité

L’armée rwandaise estime que les agresseurs de son pays se sont repliés sur le Burundi

Kigali, le 18 décembre 2018 (Net Press) . L’armée rwandaise fait savoir qu’après une agression de son territoire samedi 15 décembre sur des véhicules de transport rémunérés dans la partie de Rusizi - Nyamagabe de la zone de Kitabi, les assaillants se sont repliés sur le Burundi après avoir perdu deux éléments.

L’armée rwandaise fait savoir également qu’elle a récupéré toutes les personnes qui avaient été kidnappées ainsi que les biens pillés par les agresseurs. Elle rassure les voyageurs, qu’ils ne devraient pas avoir peur d’emprunter la région attaquée car tout est rentré en ordre.

Signalons que trois véhicules de transport ont été brûlées et deux personnes qui étaient à bord ont trouvé la mort sur le champ. Dans sa dépêche de ce 17 décembre 2018, la rédaction se posait la question de savoir ce qui se passe réellement entre le Burundi et le Rwanda au regard de mauvaises relations qui caractérisent ces deux pays dont les capitales sont les plus proches du monde.

La rédaction avait tenté de contacter le porte-parole de l’armée, le colonel Floribert Biyereke sans succès. Ce matin, la rédaction a pu entrer en contact avec lui et il a indiqué que les informations sur la guerre entre le Burundi et le Rwanda est un pur mensonge, un montage grossier.

Il n’a pas donné des détails car, apparemment, il était pris par autre chose. L’on a appris plus tard que tous les axes routiers à Bujumbura étaient pratiquement fermés par les policiers en compagnie des militaires. Les forces de sécurité devaient présenter leurs vœux au président de la République comme cela se fait chaque année.

Burundi - Rdc - Rwanda - Sécurité

Le Fdlr désorienté après la capture de deux de ses dirigeants

Goma, le 18 décembre 2018 (Net Press) . Deux militaires congolais ont trouvé la mort dans des combats qui les ont opposés aux rebelles rwandais des Fdlr après que ses 2 dirigeants eurent été emprisonnés à la frontière entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda, selon un communiqué du 17 décembre 2018 du porte-parole de l’armée congolaise au Nord Kivu, major Guillaume Djike.

Selon des informations concordantes, ces combats entre les deux parties ont commencé dimanche au pied du volcan de Mikeno, tout près de la frontière rwandaise. Depuis samedi 15 décembre, des membres des Fdlr qui étaient dans la région ont été arrêtés à une centaine de kilomètres au Nord-est de Goma. D’après ce porte-parole, tout membre des Fdlr doit être renvoyé au Rwanda.

L’emprisonnement de ces deux dirigeants, dont le porte-parole des Fdlr, Laforge Fils Bazeye, a été confirmé par le secrétaire au ministère rwandais des relations extérieures, Olivier Nduhungirehe, via son compte Twitter. Ce dernier a fait savoir que les deux leaders ont eu une part de responsabilité dans le génocide des Tutsi de 1994.

Ces Fdlr avaient un peu avant reconnu qu’ils ont attaqué dans la région de Rubavu (Gisenyi et Ruhengeri selon les anciennes provinces de ce pays) ces derniers jours. Trois militaires rwandais avaient été tués lors de cette agression tandis que les assaillants avaient perdu plus ou moins 9 personnes.

L’on apprend que le président rwandais, aux nouvelles de cette arrestation, a demandé qu’ils soient extradés au Rwanda. L’on ne connaît pas encore la suite qui lui a été réservée mais la Rdc n’est pas contre cette idée, selon toujours ce porte-parole.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte