Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Cinq personnes arrêtées dans la commune de Mpanda

20 décembre 2018

Bubanza, le 20 décembre 2018 (Net Press) . Cinq personnes ont été arrêtées par la police dans la zone Nyamabere, de la commune Mpanda, dans la province de Bubanza, dans la matinée de ce 19 décembre 2018. Cette incarcération intervient suite à une découverte d’un corps sans vie, décapité, dans cette même zone, à la 11ème avenue.

Selon des informations dignes de foi, ce corps aurait été tué dans la nuit de mardi à mercredi et personne n’a pu l’identifier. Les sources policières et administratives indiquent que ces personnes ont été arrêtées pour des raisons d’enquête. Les populations de la place craignent un regain de violences dans cette contrée, d’où elles demandent le renforcement de la sécurité.

Au Sud du pays, sur la colline Ngabwe, de la zone Kiryama, dans la commune de Songa en province méridionale de Bururi, l’on évoque une dizaine d’hommes armés de fusils et d’armes localement fabriquées "Mugobore" qui ont attaqué la colline Ngabwe dans la nuit du 18 au 19 décembre 2018, occasionnant des vols et des tirs sur des victimes de ce cambriolage.

Une grenade a été lancée dans la soirée d’hier vers 19 heures, sur la colline Kavomo, dans la commune et province de Kirundo, au domicile de Jean Claude Ruberintwari. Trois personnes, dont son épouse et ses deux enfants, ont trouvé la mort sur le champ au moment où le 4ème est mort ce matin à l’hôpital de Kirundo. Des affaires de sorcellerie seraient derrière ce meurtre.

Burundi - Droits de l’Homme

Une association de défenseurs des droits de l’homme souffle ses trois bougies

Bujumbura, le 20 décembre 2018 (Net Press) . Avec l’éclatement de la crise politico-sécuritaire qui frappe le pays depuis avril 2015, plusieurs associations sans but lucratif, avec pour mission la défense des droits de l’homme, qui existaient à l’époque, ont été suspendues ou radiées par le régime de Bujumbura.

Elles étaient accusées par le gouvernement en place de se cacher derrière les droits de l’homme pour jouer la politique de l’opposition. C’était à une époque où il y avait des manifestations un peu partout dans la capitale contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Les interventions de ces activistes des droits de l’homme étaient donc plus visibles sur terrain, plus que celles des partis politiques de l’opposition.

Parmi celles-ci, il y a une, Sos-Torture Burundi, qui aurait vu le jour en exil, le 19 décembre 2015. Elle se félicite d’ores et déjà des trois ans de fonctionnement au moment où les autres ont été suspendues ou radiées par le ministre de l’intérieur. Selon cette association, son principe reste le même, à savoir informer l’opinion nationale et internationale sur les graves violations des droits de l’homme en cours au Burundi, à travers des rapports de monitoring.

Trois ans après, le principe reste inchangé car les promoteurs de cette Ong locale restent sur cette lancée. Concernant son bilan triennal, elle précise qu’elle a déjà produit 157 rapports hebdomadaires avec des effectifs très élevés d’assassinat, de disparitions, d’arrestations arbitraires, de tortures et de viols.

Elle indique qu’avec ces données quantitatives, il lui a été facile de faire un plaidoyer auprès des acteurs nationaux et internationaux afin d’agir face à l’inaction de la justice. Le résultat est qu’il y a eu des rapports du Haut Commissariat des Nations unies, du conseil des droits de l’homme, de la commission d’enquête des Nations unies et d’une ouverture d’enquête de la cour pénale internationale.

Revenant sur la justice burundaise, Sos-Torture a lancé un périodique "Bulletin de la Justice" pour informer sur le dysfonctionnement de la justice tant dans le pénal que dans le civil, ce qui occasionne des préjudices.

Burundi - Justice

Nahum Barankiriza, serait-il inquiété par la justice burundaise ?

Bujumbura, le 20 décembre 2018 (Net Press) . Même si la question est sur toutes les lèvres, il est difficile pour le moment de dire si oui ou non cet homme d’affaires prospère est poursuivi car, jusqu’à présent, aucun mandat d’arrêt à son encontre n’a été porté à la connaissance de l’opinion, même si des rumeurs persistantes continuent à le faire croire.

Par contre, ce dont la rédaction est sûre, c’est qu’il a déjà reçu une lettre l’informant que tous ses dépôts sous douane sont fermés. Cela serait lié à une importation d’un lot important de pagne dans des conditions qui n’auraient pas plus les autorités douanières, d’autant plus que cela peut créer des concurrences déloyales.

Cet homme d’affaires a également contracté beaucoup de dettes de par le passé auprès des banques Bancobu et Bnde pour lancer une culture de canne à sucre dans la région de l’Imbo, une entreprise qui n’aurait pas du tout réussi. C’est probablement pour cette situation dans laquelle il s’embrouille que l’on commence à parler de menaces de la justice burundaise.

Burundi - Trafic Humain

Même les hommes sont désormais ciblés par des pays pétrodollars

Bujumbura, le 20 décembre 2018 (Net Press) . L’on était habitué au trafic des filles et des femmes vers des pays asiatiques avec prétexte qu’elles fuient la misère de leur pays et qu’elles vont avoir du travail dans les pays d’accueil. L’on apprend que ce trafic vient de s’opérer chez des hommes, 93 au total, qui se sont rendus au Qatar.

Le trafiquant de ces hommes, Haruna Nzisabira, en complicité avec sa sœur Zuwena Hamissi, propriétaire d’une agence de voyage dénommée "Brus car Travel Agency" et basée à Bujumbura, a été arrêté par le police et reconnu coupable de trafic des hommes vers le pays du Qatar ainsi que l’infraction d’escroquerie.

Selon des informations dignes de foi, la police a été informée qu’il y a une personne, Haruna Nzisabira, qui a volé ses compatriotes et qui a décidé de rentrer sur Bujumbura, d’où il a été arrêté à l’aéroport international de Bujumbura. Ces personnes étaient informées qu’elles doivent verser entre 1200 et 1800 dollars américains pour achat du visa, avec une assurance qu’elles seront directement embauchées. L’on apprendra plus tard que le visa de trois mois pour le Qatar coûte seulement 400 dollars américains.

Arrivés sur place, ils ont été rassemblés mais ils n’ont pas été recrutés pour ce qu’ils avaient demandé de faire. Pour un chauffeur de véhicule à titre d’exemple, il bénéficiait d’un travail de peindre des maisons, ce qui était jusque-là acceptable. Mais le problème majeur est que c’est Haruna qui a signé leurs contrats et il fut brièvement arrêté par la police qatarie avant d’être relâché et rentrer au Burundi.

Quarante neuf parmi eux ont déjà porté plainte contre ce trafiquant d’hommes, dont 5 sont déjà au Burundi. Ils exigent de se faire rembourser un montant à concurrence de 79.050 dollars américains, sans calculer les coûts des visas.

Burundi - Afrique du Sud - Justice

Grace Mugabe dans le collimateur de la justice sud-africaine

Johannesburg, le 20 décembre 2018 (Net Press) . La justice du pays de Madiba est sur le point de lancer un mandat d’arrêt contre Grace Mugabe, ex-première dame du Zimbabwe. Elle est accusée par ce pays d’avoir violemment agressé un mannequin, Gabriella Engels, en compagnie de ses deux fils, dans un hôtel de Johannesburg, à l’aide d’une rallonge électrique.

La police sud-africaine renchérit que Grace Mugabe avait bénéficié d’une immunité diplomatique du gouvernement sud-africain. Elle avait fuit en catastrophe vers le Zimbabwe son pays. Pour la justice sud-africaine, la politique a joué un grand rôle parce qu’elle était une personnalité publique.

Cependant, la même justice a jugé anticonstitutionnelle l’immunité diplomatique, ce qui permet à la police de lancer un mandat d’arrêt contre l’épouse de Robert Mugabe, ancien président de la République zimbabwéenne. Les observateurs de cette situation trouvent que Grace Mugabe ne peut pas se présenter en Afrique du Sud sur sa propre volonté et que l’on trouvera des mécanismes pour l’y forcer.

Consciente de cette difficulté, la police sud-africaine aurait d’ailleurs demandé son aide à Interpol pour que Grace Mugabe puisse être entendue dans un tribunal sud africain. Rappelons que cette agression a eu lieu en août 2017 au moment où son mari de président était encore aux affaires. Elle est aujourd’hui poursuivie car elle n’a plus d’immunité diplomatique d’antan.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte