Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité4 février 2019
|Sept personnes grièvement blessées au Nord Ouest du pays

Burundi - Rdc - Sécurité2 février 2019
|Les combats des Burundais en Rdc de plus en plus confirmés

Burundi - Rdc - Sécurité 1er février 2019
| Quatre corps de militaires burundais tués en Rdc rejetés par la rivière Rusizi

Burundi – Justice 31 janvier 2019
|L’étau judiciaire se resserre autour des membres de l’opposition !

Burundi - Sécurité30 janvier 2019
|Des tris nourris inquiètent la population de Gihanga

Burundi - Rdc - Sécurité29 janvier 2019
|La province de Rumonge suspend provisoirement les voyages vers la Rdc

Burundi - Sécurité28 janvier 2019
|Un dimanche pas tendre dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité26 janvier 2019
|Quand des rumeurs se propagent dans un laps de temps

Burundi - Sécurité 25 janvier 2019
|Des crépitements d’arme lourde entendus en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité24 janvier 2019
|L’immeuble de Lumitel, agence de Kayanza, réduit en cendres

Burundi – Sécurité 23 janvier 2019
|Le ministre de la défense remercie les forces de sécurité et les jeunes ...

Burundi - Sécurité 22 janvier 2019
|Un réfugié burundais vivant au Kenya tué

Burundi - Sécurité - Environnement21 janvier 2019
|Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

Burundi - Kenya - Rwanda - Sécurité 19 janvier 2019
|Le passeport biométrique des réfugiés burundais vivant au Rwanda remis en cause au Kenya

Burundi - Sécurité 18 janvier 2019
|Deux personnes tuées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité17 janvier 2019
|Une personne tuée à l’Est de la capitale

Burundi - Sécurité 16 janvier 2019
|Cibitoke : Un membre de l’opposition sérieusement tabassé par la police

Burundi - Sécurité 15 janvier 2019
|Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Burundi - Sécurité 14 janvier 2019
|Le marché de Matana dévasté par un incendie

Burundi - Tanzanie - Sécurité12 janvier 2019
|Peur-panique dans les camps des réfugiés basés en Tanzanie

Burundi - Sécurité11 janvier 2019
|Une vision différente de la mouvance présidentielle !

Burundi - Sécurité10 janvier 2019
|Le gouverneur de la province de Rumonge échappe de justesse à un attentant à la grenade

Burundi - Sécurité9 janvier 2019
|La police met la main sur 6 voleurs présumés de véhicules

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Environnement

Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

21 janvier 2019

Ngozi, le 21 janvier 2019 (Net Press) . Quatre personnes sur six sont mortes foudroyées dans l’après-midi de ce dimanche 20 janvier, dans la province de Ngozi. Selon des informations concordantes, il y avait un match de football dans la commune de Kiremba, opposant les communes de Kiremba et de Marangara, sur la colline de Gatwaro.

Par après, une forte pluie a fait irruption et six personnes d’entre elles sont allées s’abriter sous un arbre qui était tout près de ce terrain de jeu. C’est ainsi qu’une foudre s’est déclarée en ce moment, entraînant une mort immédiate de deux personnes. Deux autres ont trouvé la mort à l’hôpital de Kiremba tandis que deux autres rescapés sont toujours sous traitement médical dans le même hôpital.

La pluie est tombée jusqu’assez tard dans la nuit et une foudre a encore une fois tué une dame du nom de Claudine Niyonkuru, habitant Kinyami au chef-lieu de la province de Ngozi. Il semble que 4 des personnes tuées par la foudre étaient des footballeurs, les uns originaires de Kiremba et d’autres de Marangara.

Par ailleurs, selon des activistes des droits de l’homme, au moins trois personnes ont été assassinées la semaine dernière dans différentes localités. Parmi les victimes, deux jeunes hommes dont les corps sans vie ont été découverts à Kinama (Bujumbura) et à Bukemba (Rutana).

La troisième victime est un cadre de l’aéroport international de Bujumbura. Ils évoquent également un cas d’arrestation arbitraire. La victime a été torturée par des agents de la police venue l’arrêter. Enfin, ils mentionnent des « collectes » forcées opérées auprès des enseignants pour les échéances électorales projetées l’an 2020.

Dans la ville de Bujumbura, les choses n’étaient pas faciles non plus car une personne est morte et deux autres blessées suite à l’attaque à la grenade . Il était vers 21 heures de ce dimanche 20 janvier lorsque des éléments non encore identifiés ont mené une attaque à la grenade à Mutakura, dans la zone de Cibitoke, en commune urbaine de Ntahangwa en mairie de Bujumbura, au nord de la capitale, faisant un mort et deux autres blessées.

Des sources sur place indiquent qu’une personne a succombé à ses blessures sur le champ et que parmi les blessés, il y a une maman et un policier, agent de transmission d’un haut gradé de la république qui habite dans cette circonscription. Les auteurs de cette attaque ont pris fuite, des domestiques de cette circonscription ont été interpellés.

Burundi – Tanzanie – Sécurité

Les services de sécurité du camp des refugiés de Mtendeli remis en cause

Ngara, le 21 janvier 2019 (Net Press) . Les éléments du service de sécurité du camp des réfugiés burundais appelés communément (Sungusungu), vivantt dans le camps de Mtendeli en Tanzanie, sont pointés du doigt de faciliter aux jeunes de la ligue du parti au pouvoir, Imbonerakure ; de concert avec le service secret burundais ; la préparation d’une attaque de grande envergure contre les personnes jugées opposant du régime de Bujumbura.

Des sources sur place indiquent qu’il y aurait 23 personnes qui sont ciblés et que leur liste serait déjà établie. Ces refugiés burundais demandent aux responsables du camp de Mtendeli, aux organisations en charge des réfugiés et au gouvernement tanzanien de redoubler d’efforts pour assurer leur sécurité avant qu’il ne soit tard, faisant allusion à l’attaque de Kamanyola en République démocratique du Congo qui a fait plusieurs morts et blessés, côté des réfugiés burundais .

Et dans la même foulée, l’étau se resserre autour des éléments de sécurité du camp des réfugiés burundais de Mtendeli en Tanzanie Les Soungousoungou, ou certains de ces gardiens du camp, ont été limogés pour mauvaise prestation. Le ministre tanzanien de l’intérieur Kangi Alphaxard Lugola, a sévèrement critiqué les services de sécurité du camp de Mtendeli lors de la distribution d’une aide humanitaire des habits semblables aux tenue militaires.

Au cours d’une réunion tenue ce dimanche 20 janvier, le ministre tanzanien en charge de l’intérieur dans ses attributions, a fait savoir que tous les colis et aides à destination des réfugiés doivent être minutieusement contrôlés pour en vérifier le contenu. Selon la même autorité, Dar es Salam évite que le gouvernement burundais puisse l’accuser de faciliter l’entrainement et l’armement des groupes rebelles opposés au régime de Bujumbura.

Il a fait savoir que le gouvernement tanzanien a amorcé le processus de rapatriement volontaire des réfugiés qui le désirent car selon lui, le Burundi a recouvré la paix et la tranquillité Le ministre a demandé à l’administration et à la police à Kigoma de rester toujours vigilantes à tout mouvement des réfugiés burundais installés dans cette région.

L’on saura que Plus de 1900 tenues, dont certaines militaires ou qui ressemblent aux treillis militaires ,ont été saisies à Nduta et à Mtendeli la semaine dernière. La police a vite procédé à la destruction de ces habits.

Burundi - Confessions Religieuses

Une semaine de la prière pour l’unité des chrétiens et pour toute l’année 2019

Bujumbura, le 21 janvier 2019 (Net Press) . Cette prière s’étend sur la semaine du 18 au 25 janvier et a pour thème : "Tu rechercheras la justice, rien que la justice" (Dt16, 18-20). La racine de cette semaine et de cette prière est aussi ancienne que l’Evangile. Ouvrez votre Bible, le livre de la parole de Dieu et lisez le petit extrait de l’Evangile selon St Jean.

Il s’agit de la prière de Jésus pour ses disciples : "Qu’ils soient un comme toi et moi nous sommes" (17,21 et suivantes) afin que le monde croit que c’est toi... Au cours du 20ème siècle, il y a eu beaucoup de faits et de circonstances qui ont poussé les Eglises chrétiennes à faire de cette unité une véritable préoccupation, un souci réel.

Pensez aux trois guerres, 1870 - Franco/Allemande, 1914 -18 et 1939-45 : ces deux dernières, mondiales. Les Barundi, il leur en prend de se dire entre eux : "Qui te regarde avec insistance, qui te fixe dans son regard t’invite à contrôler si ta cravate est bien ajustée".

La prière de la semaine de l’unité chrétienne a pour origine l’Indonésie située dans l’Océan Pacifique. Qui l’aurait cru ! L’Indonésie, pays de 265 millions d’habitants n’a que 12% de chrétiens : protestants et catholiques réunis. Mais c’est l’élection divine qui voulut que l’Indonésie est la terre élue, pour manifester cette soif de l’unité des chrétiens.

L’union des pays occidentaux de l’Europe, celle des pays de l’Est, la conférence de Bandoeng, bref le monde entier à la fin du XXème siècle aspirait à l’Unité. D’où la prière de la semaine de l’unité chrétienne commence en 1968 dans certaines villes d’Europe et d’Amérique, dans les diocèses et dans les paroisses. La pensée part de l’Indonésie : Djacarte, même cette année le Livre du Deutéronome nous interpelle : "Tu rechercheras la justice, rien que la justice" (Dt16, 18-20).

Au niveau de la Hiérarchie Catholique, voici quelques étapes qui indiquent l’évolution de ce souci au cours et au fil des dernières années.

Le 5 juin 1960 S.S. Jean XXIII écrit la lettre Motu proprio "Superno Deinutus" ; le 6 juin 1960 un autre "Appropinquante Concilio" : le Concile est dans nos murs : c’est la préparation, l’Annonce de la création du Secrétariat général pour la promotion de l’unité des chrétiens.

En deux parties : Les membres venant de l’Est, l’autre de l’Occident. Le Pape Paul VI confirme cette décision en signant le Motu Proprio : Finis Concilio" qui reconnaît le travail des experts ! Deux documents de grande portée dogmatique, à savoir : la Construction Apostolique "Regimini Ecclesiae Universae" du 15/8/1967, spécialement en son N° 92/3 explicite le rôle de la compétence du Secrétariat pour l’Unité des chrétiens en les étendant sur les questions en rapport avec le Judaïsme sous l’aspect religieux. Voir le N° 94.

Le Pape confirme cet intérêt jusque dans l’appellation : De Secrétariat pour l’Unité des chrétiens, nous passons à "Conseil Pontifical" pour la Promotion et l’Unité des chrétiens. C’est dans cette optique que l’on comprend TAIZE bientôt centenaire ! Les rencontres mondiales de la jeunesse tous les deux ans à Rome ou dans un autre pays : les voyages des papas. Oui, le monde devient réellement un grand village (Mc Luhan).

Burundi - Société

L’église mennonite du Burundi au chevet des réfugiés et des personnes vulnérables

Bujumbura, le 21 janvier 2019 (Net Press) . L’église mennonite, appelée communément Église de Dieu en Christ, est issue d’un mouvement chrétien évangélique anabaptiste parallèle à la Réforme protestante. Du Néerlandais Menno Simons, prêtre catholique converti à l’anabaptisme, il a fêté ce dimanche une journée de fraternité mondiale. Une large majorité des prélats de cette communauté mennonite du Burundi, ont appelé à l’universalité et à la solidarité avec les réfugiés en situation de détresse, éparpillés sous toutes les latitudes, d’autant plus que le Seigneur Jésus Christ a été réfugié en Egypte.

Pasteur Simon Juma Magangu, un prélat de cette église parti en exil en 1972 pour rentrer en 2005 a fait savoir que l’église mennonite est construite sur l’amour du prochain. Il a demandé à la communauté mennonite du Burundi d’être au chevet des refugiés qui sont dépourvus d’une large partie de leurs droits et aux personnes vulnérables. Il a cité les prisonniers qui sont obligés de toujours tendre les mains aux âmes charitables et nécessitent un soutien indéfectible de la part de la communauté mennonite.

Monseigneur Célestin Bahati, le représentant de cette église au Burundi, a interpelé cette communauté de faire preuve d’humilité et de sagesse couplées de l’amour du prochain et le pardon mutuel, en mettant un accent particulier sur la solidarité avec les réfugiés et les catégories des personnes vulnérables.

L’on saura que cette journée a été célébrée dans toutes les paroisses de cette communauté, en l’occurrence celles de Gitega, de Gatumba et de Muyinga où le représentant légal de cette église a donné un coup de mains pour agrémenter cette journée qui s’est clôturée par un repas de fraternisation.

Revue annuelle de la presse, août 2018 (suite)

11 août 2018

Le Burundi accueille la deuxième conférence internationale de la FA-UJA. Le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a procédé hier 10 août à l’ouverture de la deuxième édition de la conférence internationale de la fédération des associations et unions de jeunes avocats en Afrique. avant l’ouverture solennelle, la ministre de la justice et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana, avait invité les participants à bien suivre cette conférence afin d’améliorer leurs expériences. Pour la ministre, cela est une bonne occasion pour avoir une idée de comment leurs aînés ont procédé dans l’exercice au quotidien de leur métier d’avocats. L’on saura que cette conférence internationale a réuni plus de 250 participants venus essentiellement de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique.

13 août 2018

Vers la disparition des sachets au Burundi. Le président de la République vient de signer ce 8 août 2018 un décret n° 100/099 portant interdiction de l’importation, de la fabrication et de l’utilisation des sachets et d’autres emballages en plastiques. Selon le même décret, les utilisateurs de sachets ont jusqu’à 18 mois pour vider les stocks. Il prévoit également l’encouragement de toutes les personnes physiques ou morales qui entreprendraient de fabriquer les produits de substitution. Les environnementalistes doivent saluer cette mesure.

14 août 2018

Le Burundi à la présidence des pays traversés par le fleuve Nil. Depuis hier, Bujumbura abrite les travaux du 26ème conseil des ministres des pays traversés par le Nil regroupés, tous les dix, au sein du Bassin du Nil. Ces activités ont été inaugurées par le deuxième vice-président de la République, Joseph Butore. La réunion devrait se pencher sur la protection et l’exploitation de ce bassin du Nil et l’on apprend que la présidente de ces pays vient d’être confiée au Burundi pour une période d’une année. Signalons que ces pays du Bassin du Nil sont le Burundi, l’Egypte, l’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Soudan et la Tanzanie.

15 août 2018

Un mémorial du Cndd-Fdd détruit dans la province de Cibitoke. Le mémorial du parti de l’Aigle, Cndd-Fdd, a été détruit dans la nuit de ce 13 août dans la commune de Mugina de la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays, par des hommes non encore identifiés. Selon un politologue contacté par la rédaction, cela est un signe d’intolérance politique observée dans notre pays depuis qu’il est entré dans le régime multipartite. Et de rappeler que les régimes ont toujours divisé les partis politiques pour ramener un monopartisme de fait. Cela a été observé sous plusieurs régimes, dont celui du Cndd-Fdd, qui a détruit pratiquement toutes les formations politiques de l’opposition. Dans de telles circonstances donc, il doit y avoir des résistances des gens qui sont mécontents de voir leurs partis politiques divisés, d’autres qui résistent contre le retour du monopartisme. C’est ce qui peut expliquer des réactions du genre, surtout que la responsabilité revient au parti politique et au pouvoir dont il est issu d’autant plus qu’ils doivent assurer la protection des biens et des personnes d’un pays pendant leur règne.

16 août 2018

Ntega - Marangara, 30 ans sans justice. Trente ans viennent de s’écouler après les massacres à l’allure génocidaire qui se sont déroulés dans les communes de Ntega et de Marangara, respectivement dans les provinces de Kirundo et de Ngozi. Les massacres ont eu lieu alors que le président de la République de l’époque, Pierre Buyoya, se trouvait à l’extérieur du pays, dans une visite officielle au Congo Brazzaville.Même s’il a interrompu son périple, il n’a pas pu sauver beaucoup de choses car les gens sont morts par dizaines de milliers, sans parler de la destruction des maisons, des ponts, etc. Le régime a été alors pointé du doigt comme étant complice de ce génocide car il a empêché les militaires de mener une intervention musclée. Ceci d’ailleurs pourquoi il y a toujours polémiques, d’autant plus que les Tutsi parlent de génocide tutsi au moment où les Hutu évoquent eux aussi le génocide hutu. Trente ans plus tard, les victimes de cette hécatombe attendent la lumière sur ce qui s’est passé réellement en ce moment là. Cependant, ils semblent avoir déchanté car la période est très longue sans que les familles des victimes ne connaissent pas la vérité. L’on apprend que l’affaire risque de se glisser sur la table de la commission vérité et réconciliation, qui accueille en réalité tous les dossiers qui ont été frappés de manque de justice. L’on se rappelle que ce n’est pas le seul dossier qui n’a pas été traité par la justice burundaise. Celui de Melchior Ndadaye, tué le 21 octobre 1993, n’a pas encore connu d’issue, tout comme celui de Cyprien Ntaryamira, décédé dans le ciel de Kigali. La liste pourrait être longue car l’impunité a été fortement enracinée dans l’esprit des juges et des politiciens burundais. Pour emprunter l’expression d’un politicien français, qui veut noyer un dossier important crée des commissions.

17 août 2018

Licenciement de l’ancien directeur du lycée technique de Buterere. Le conseil des enseignants du lycée technique de Buterere, associé à celui des parents, a décidé de licencier l’ancien directeur de ce lycée, Benjamin Manirambona, surpris en uniforme de ses élèves en train de passer un examen d’Etat en date du 10 août 2018 au lycée du Lac Tanganyika. Le représentant légal de cette école, Elie Niragira, fait savoir que suite à la fraude de ce directeur et au projet de délivrance d’un certificat à un élève non identifié ainsi que la passation d’un examen d’Etat pour le compte de cet élève toujours non identifié, ces deux conseils ont décidé de chasser ce directeur. Nous apprenons par ailleurs que le remplacement de ce directeur revient au seul conseil des parents des élèves qui fréquent ce lycée technique de Buterere. De son côté, la justice burundaise vient de condamner ce directeur à une peine de 5 ans, une sanction jugée trop clémente pour des éducateurs contactés par la rédaction.

18 août 2018

Quand la mairie se met à détruire des maisons dans le centre ville. La mairie de Bujumbura a procédé hier à la destruction des constructions mitoyennes à l’école Stella Matutina et qui servaient de maisons de commerce. Les travaux étaient supervisés par le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, qui a indiqué que ces maisons étaient construites en toute illégalité. Cependant, ces travaux avaient également la bénédiction du ministère ayant la sécurité dans ses attributions qui affirme que ce travail a été bien mené et que l’on ne déplore aucun dégât, au moment où la destruction en elle même est un dégât.

20 août 2018

Troisième anniversaire de l’investiture du président Nkurunziza. Trois ans jour pour jour viennent de s’écouler après l’investiture du président Pierre Nkurunziza pour un nouveau mandat controversé de 5 ans. D’habitude, les présidents issus des élections de mai à juillet étaient investis en date du 26 août, comme cela fut le cas le 26 août 2005 et le 26 août 2010. Ce mandat avait été fortement combattu par des gens dont l’essentiel se trouvent en exil dans les pays voisins, en Europe et en Amérique. Il a créé une crise politico-sécuritaire dont la lecture reste d’ailleurs discutée jusqu’à présent, les proches de la majorité présidentielle estimant que la crise a pris fin alors que l’opposition maintient que la crise politico-sécuritaire se poursuit Les diplomates en postes à Bujumbura avaient été invités la veille pour assister à cette investiture. Sans que l’on sache que ceci explique cela, en date du 16 août 2018, c’était une journée dédiée aux Imbonerakure, les jeunes du parti au pouvoir. Ils avaient invité des jeunes de 8 autres pays africains pour cette circonstance. Dans l’après-midi de ce dimanche 19 août, la fête se poursuivait au Jardin Public.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte